Le forum a ouvert son wikia ! Cliquez ici pour y contribuer !
Annonce aux joueurs débutants : Vous êtes perdus ? Cliquez ici pour avoir plus d'informations !
Nouveau thème, nouveau contexte ! Important : Venez vous faire recenser ici !
Derniers sujets
» Tsuki's World
Sam 24 Juin - 12:35 par Invité

» Abandon du forum et ouverture d'un nouveau forum
Ven 23 Juin - 18:11 par Alice Taylor

» Scénario pour le Reboot ?
Mar 20 Juin - 18:02 par Alice Taylor

» Pokémon Donjon Mystère - Explorers of Abyss
Mar 20 Juin - 10:28 par Invité

» Final Fantasy Rebirth
Mar 6 Juin - 12:35 par Invité

» Rising World
Lun 5 Juin - 16:12 par Invité

» Suivre l'actu ?
Lun 5 Juin - 9:58 par Invité

» Pokémon d'Antan
Lun 1 Mai - 11:25 par Invité

» Questionnaire
Sam 22 Avr - 22:09 par Sol


Partagez | .

Une sorcière des plus séduisante ~

Salem Grant


avatar
Messages : 16
Réputation : 1
Date d'inscription : 21/05/2016
Age : 25

MessageSujet: Une sorcière des plus séduisante ~ Jeu 16 Juin - 21:44



Présentation de SALEM GRANT
Nom : Grant

Prénom: Salem

Âge: Seize ans

Sexe: Féminin

Ville d'origine: Ebenelle

Nombre de badges: Huit

Arène: Ebenelle

Premier pokémon acquis: Minidraco

Equipe pokémon dans l'arène:

_ Sawa (Dracolosse ♀)
Talent : Attention = Empêche le pokemon d'être apeuré.
Caractère : Alégresse et tendresse définissent le mieux cette créature saisissante.
Attaques : Cage-éclair, Souplesse, Cru-aile et Draco charge.

_ Nautilos (Léviator ♂)
Talent : Intimidation = Diminue un peu l'attaque de l'adversaire à son entrée en jeu.
Caractère : Téméraire et désireux de combattre, il ne recule devant nul adversaire.
Attaques : Croc givre, Hydrocanon, Danse draco et Ouragan.

_ Fafuneel (Incisache ♂)
Talent : Rivalité = Augmente l'attaque du pokemon de 50% si l'adversaire est du même sexe, mais la diminue s'il est du sexe opposé.
Caractère : Dévouée et loyal, l'indéfectible gardien de sa dame la protège à outrance, et avec hargne.
Attaques : Tranche, Dracogriffe, Danse draco et Dracochoc.

_ Elie (Sonistrelle ♀)
Talent : Infiltration = Ignore les effets de Mur Lumière, Protection, Brume, Rune Protect et Clonage.
Caractère : Malicieuse mais pas moins adorable, la petite bête se veut juste joueuse.
Attaques : Ultrason, Morsure, Cru-aile et Hâte.


PS: Sawa a évolué il y a peu, les deux suivants avoisinent le niveau quarante et Elie plus le palier trente.


Equipe pokémon favorite: La même mais avec celle qui la suit partout :

_ Melodia (Rondoudou ♀)
Talent : Joli sourire = Si l'adversaire utilise une attaque de contact, il a des chances (30%) de tomber amoureux.
Caractère : Adorable et joviale, seule sa susceptibilité et sa combativité font déchanter.
Attaques : Berceuse, Roulade, Mawashigeri et Chant canon.


PS: Mel' avoisine le niveau (je vais y réfléchir).


Pokémon préféré: Rondoudou

Autres pokémons dans la boite: /

Présentation physique et mentale:

Sous le regard de l’astre diurne se baladait une demoiselle. Elle avait la démarche gracile, emplie tout autant d’élégance que de féérie. Avec ceci dit le soulier léger, bien effréné. Sans doute la fougue de la jeunesse. Mais elle arborait bien plus une gestuelle distinguée, témoignant plus de noblesse qu’aucune autre. Une vraie demoiselle en sa bourgade dont la fierté frise l'arrogance.

Et sa délicatesse n’avait d’égale que son éblouissante vision. Elle se voulait aussi séduisante que charmante. Et coquète il fallait croire. Qui irait blâmer pareille enfant de se pavaner ainsi avec nonchalance ? Seul un misérable pouvait dénigrer cette grande beauté. Et son joli minois n’exaltait-il cet angélisme venu de l’enfance ? La jeune jouvencelle s’aimait fort à endosser cette figure délectable, fort agréable, intimant grande bonté et confiance.

Mais hélas sa belle bouche dévoilait des lèvres irrésistibles, comme ses prunelles violacées. Aussi saisissantes qu’envoûtantes, pétillantes même. A l’entendre, cette divine créature ni taciturne ni pipelette, nul homme n’en serait décroché le regard. Sitôt ancré, il serait la victime de son charme naturel. Une aura chatoyante qu’elle dégage, à l’image de sa fragrance si subtile de lavande. Voilà ses dires récurrents, narguant bien des gens. Mais elle s’aime à plaisanter, la malicieuse. Elle a du reste la verve attrayante et mélodieuse.

Outre sa pâlotte peau évoquant la porcelaine et traduisant quelques esquives journalières à la vue de l’astre diurne et l’isolement à faible clarté, la belle mauve ne se peigne guère plus que cela. De même qu’elle se coiffe comme à l’accoutumée, s’interdisant le moindre écart.  A vrai dire elle s’aime à entretenir ses mèches soyeuses, si bien qu’aucune d’elle ne voile ses oreilles si mignonnes, ni ses prunelles mariée à sa chevelure. On leur prête d’ailleurs une robe d’azure à la faveur de la nuit.

Il apparait que sa silhouette élancée, sa taille avantageuse, ainsi que sa menue prestance lui octroyaient toujours plus d’éclat avec l’âge. La voilà femme, culminant loin du seuil du géant, mais non plus douée de petitesse. Sa masse notable lui valait hier encore une certaine légèreté, qui perdure. Et bien que dépourvue de formes voluptueuses, la belle subjugue encore et toujours.

Sans doute ses mimiques féériques, ses poses audacieuses, ou ses avancées distinguées lui valent-elles ces fous attraits ? Mais elle se veut avant tout fort modeste et n’abuse trop de ses qualités. Bien singulière donc, on dénote tout autant sa belle coiffe atypique, que son noble ensemble, la donnant studieuse et sérieuse. Tandis qu'elle en demeure excentrique au premier abord.  Ce ravissant accessoire plonge sa trogne dans la pénombre, entretenant ainsi ce teint pâle. Lui prêtant finalement un parfum de mystère.

A vrai dire, elle ne dévoile que ses jambes, alléchantes dirait-on.  Et ses mains aussi frêles que ses bras maigrichons, la donnant plus fragile qu’une autre. Une princesse évadée d’une fable, une damoiselle en détresse qu’on désire secourir et conquérir. Voilà qui redouble le désir qu’elle insuffle à la gente masculine. Enfin, lorsque s’annonce la bataille, ses traits délicats ne s’effacent tant. Dévoilant ainsi une fière sorcière, aussi enjouée que passionnée.


La belle en images : La pose (ici) ~ Portrait (là) ~ Vue d'ensemble (♥)


Et si elle dégage bien des expressions par ces égards ou regards, induisant qu’un rien saurait traduire ce qui l’anime, la donzelle se veut fort émotive. En ce sens ou un rien ne saurait l’amuser, quoi qu’elle s’aime fort à atténuer sa surprise, afin de voir perdurer les traits de son joli minois. Lui qui inspire tant confiance. A vrai dire il en va de son statut de devoir rassurer ses camarades. Car elle n’est de ceux qui s’amusent du tracas rongeant bien souvent ses jeunes détracteurs. Des dresseurs qu’elle apaise afin qu’ils se dépassent en ces duels qu’elle affectionne.

Certes elle abhorre les batailles vaines et malsaines, mais elle sait apprécier un combat singulier. Là où elle profère des conseils s’il lui apparait qu’il est nécessaire. Tout comme elle s’essaye à ne pas toujours faire primer la brutalité. Elle lui préfère délicatesse et subtilité. Et elle n’ambitionne guère d’épater l’adversaire, mais plutôt de le ménager. A l’entendre elle se livrerait plus à un ballet qu’à un véritable duel. A vrai dire elle adore admirer ses gladiateurs, tout aussi imposants et terrifiants soient-ils, à l’œuvre. Elle-même s’invite à la danse, opérant de concert avec eux. Bien qu’elle se l’interdise s’il s’avère qu’elle gêne son challenger.

Fort heureusement trop peu s’en indignent, la multitude préfère s’ébahir devant cette relation fusionnelle et la grâce qui se dégage de sa gestuelle digne d’une chorégraphie. Outre cette grande maîtrise de la passion à l’action, la belle arbore une myriade de facettes une fois au dehors. D’ailleurs elle aime fort s’adonner à la balade ou à la pêche, si bien qu’elle apparait peu à l’arène, quelques deux fois par jour. Chez elle la demoiselle affiche bien plus d’assurance, moins posée elle sait qu’elle figure plait à ses parents.

Et bien qu’elle demeure indéniablement adorable et agréable, elle s’échine à exprimer le plus de respect envers autrui. Et n’elle ne pense pas en devoir plus à une élite qu’un simple civil, en cela elle pose toute gens sur un même pied d’égalité. Ainsi elle ne fait jamais preuve d’irrespect même minime à qui que ce soit, même un sinistre individu qu’elle pourrait mépriser.

Et elle exècre les viles dires, comme elle s’essaye à corrompre ces filous. Naguère encore elle ramenait un coquin sur le droit chemin, une manière à elle de leur épargner un funeste destin. Elle aborde du reste ces personnes avec tact et parcimonie, car elle n’est pas plus audacieuse qu’un autre et n’irait pas jouer les héroïnes à tout va. Ceci dit, elle ne peut dénigrer les âmes en peine. Il lui arrive dont de courir des risques inconsidérés, mais elle s’efface toujours au profit de l’autre. Une manière d’éluder ses maux comme d’insuffler témérité.

Concernant ses préférences plus communes, on lui trouve une certaine attirance quand aux mets sucrés. Là où elle semble rebutée à l'égard de victuailles amères ou épicées. Sans doute son palais délicat en est la cause. Il lui arrive même que grimacer à la vue de ce qu'elle ne serait digérer, comme des baies. Elle en a grand peur, si bien qu'elle n'ose guère s'en approcher ni en cueillir. Il en va de même concernant sa phobie du sang. Elle est si violente qu'elle lui a déjà valu de s'évanouir.

Sinon elle n'a d'autre ambition que celle d'égaler les grandes figures de ce monde. Car elle idéalise ces héros synonyme d'excellence. Elle aimerait dont voir s'épanouir les générations futures, sous la bannière vertueuse des valeurs qu'elle arbore. Car elle abhorre ces mécréants défigurant les paysages, comme ceux abusant nombre gens. Mais à trop rêver de chimères et merveilles, elle en vient à se navrer de n'être guère plus utile.



Histoire:

Naguère encore la sorcière n'aurait vu le jour si une mésaventure n'avait emporté un fringuant jeune homme à la rencontre d'une demoiselle des plus banales. Allan Grant n'était rien de moins qu'un grand sot épris d'aventure, traquant sa destinée et ses rêves à la seule force de son courage et son fidèle compagnon dragon. Là où sa compagne d'infortune se voulait plus modeste, frêle et réfléchie. Ladite Judith Flare vaquait à ses besognes d'épicière lorsqu'un malandrin cru bon de lui dérober un bien et filer. Elle eut beau faire, en s'élançant à sa suite puis mandant qu'on lui rende justice, que nul brave ne survint. Puis au détour d'un sentier, alors qu'elle s'épuisait en sa cavale, le hardi dracologue amateur lui apparu. Elle épuisée, il la laissa aux bons soins de citadins la gagnant. Puis il alla déflaquer le maraud et rendre son bien à la donzelle. C'est là qu'ils réalisèrent cette étincelle reluisant dans leur regard. Le bellâtre dénigra l'humble charité de ces gens au profit de sa quête l'appelant. Mais il faisait vœu de lui revenir, afin de s'assurer qu'elle n'aille encore se blesser.

Puis il s'évanoui dans les airs, revenant comme promis de temps à autres puis plus souvent. Si bien qu'il se décidait à inciter la belle au voyage. Une fabuleuse épopée, une idylle les conduisant aux confins du monde. Hélas ils firent halte en une région de tradition, plutôt accueillante: la cité d'Ebenelle de Johto. De leur union allait naitre deux charmants bambins. Ces petiotes avaient les traits délicats de leur génitrice, et semblaient en l'état en tout points identiques. Mais une chose allait trahir ces angéliques. L'une était sage, paisible et admirative. Tandis que sa suivante était à son instar, non pour déplaire, plus vivace et hardie. Leurs parents aimants les nommèrent alors. La première bien que cadette se prénommait Salem, et son ainée Blair. Un patronyme leur allant à la ravir disait-on, car il suscitait chez elles un émoi certain. Et si le populisme n'y voyait là qu'une coïncidence, leur engeance leur intimait bien plus de fierté. Ainsi la famille s'agrandit, allant en devenir s'épanouir. En effet la belle bande écoulait des jours heureux, se complaisant alors dans cette vie des plus simples.

Et s'il brillait par ses absences, le père savait combler la prunelle de ses yeux. Le butin qu'il retirait de ses escapades n'excusait guère l'affaire, mais il ne causait chagrin à son épouse, pas plus qu'il n'éprouvait sa progéniture. Cette dernière piquée de curiosité désirait partager ses aventures. Il obtint de ces braves demoiselles qu'elles se contentent des maintes fables qu'il leur narrait chaque soir. Celles-là-même qui verraient leur enfance alors emplie  de rêves. La douce Salem dénotait la fougue, la malice et la passion étincelant chez sa -fausse- jumelle. Elle qui a son instar n'était trop enjouée à l'idée de se jouer des gens du village. Sans doute son ainée l'avait-elle contagié. A vrai dire, si elle rechignait à abuser ses camarades et désirait juste plaire, elle se laissait enivrer par la verve insidieuse de sa grande sœur. Blair ne l'obligeait à s'amuser. Mais il fallait avouer que leurs prestations amusait bien la galerie. Bien qu'elles en venaient à s'attirer les foudres de quelques autochtones, ceux qui n'aimaient guère ces petites étrangères. Des irréductibles fâchés avec l'esprit de tolérance.

Et afin d'éloigner ces diablesses des mœurs ignares, le vénérable père conviait ses filles en des lieux fabuleux. Où il s'aimait jadis à venir s'endurcir et méditer. Des domaines où régnait le silence. Un concept qu'il n'avait besoin d'enseigner du reste. C'est là qu'il enjouait ses canailles à rejoindre ses propres fantaisies. Et s'il ne leur dévoilait souvent ses talents de combattant, l'homme préférait assez les séduire à une passion toute autre, la pêche. Un art dont-il se plaisait à clamer sa maîtrise. Les gaffes et autres déboires qui en découlaient suscitaient rires et sourires. Si bien qu'elles apprirent à aimer la corvée et chérir ces instants, pour le moins hilarants. Ainsi, à l'instar de son ainée, la douce Salem réalisait quel savoir il daignait lui transmettre. Tout comme les valeurs véhiculées. Une voie vertueuse dont-elle s'était éprise. Du reste elle avait grand foi d'égaler un jour ce grand coquin, comme la redoutable championne du bourg. Une azure créature qu'elle enviait assez. Aussi aspirait-elle à côtoyer la gente draconique qui l'émerveillait d'aventure.

Mais à trop se bercer de merveilles, on lui comptait qu'elle pouvait bien fabuler que jamais elle n'y arriverait. Elle n'avait que faire de pareilles balivernes, nul ne briserait ses rêves. C'est bien revancharde qu'elle s'entrainait en hâte à la capture d'un certain gibier. Et s'il s'avérait qu'elle n'essuyait que des échecs, la belle mauve ne songeait jamais à abandonner. Car à l'entendre, seuls les couards savourent le désespoir. Une passion ardente, une ambition éclatante, une détermination craquante. Voilà qui décrivait la donzelle. Sa radiance savait séduire et sublimait son charisme, sa prestance. Si bien qu'elle attisait le brasier brûlant chez ses ainés. Un père comblé, un mère épatée, une sœur amusée. Hélas si sa splendeur rayonnait chez sa moitié, cette dernière lui avouait un beau jour ce qui allait la désoler. A vrai dire, cette chère Blair n'aspirait guère à égaler de preux guerriers, comme elle ne voulait  s'adonner à l'idée de rivalité. Sa pensée s'agrémentait d'une verbe des plus malicieuse, l'enjouant à se dégourdir par elle-même, sans fers ni appuis. Ainsi devait-elle la ravir et divertir d'avantage.

L'ainée n'avait du reste guère envie d'arpenter la voie des dompteurs de bêtes, quand bien même elle admirait leur témérité et majesté, Blair n'aspirait pas à demeurer dans l'ombre d'un parent. Sa cadette réalisait cette vérité habilement déguisée. L'une désirait s'élever d'entre ses pairs dracologues, et l'autre préférait une voie des plus nobles et louables; celle d'un ranger. Ainsi s'évadait-elle à la douceur d'un logis par une belle matinée d'automne. Salem obtint d'elle maintes compensations à leur séparation. Car elle ne pouvait qu'exalter sa peine qu'à ce départ déchirant. Certes elle la reverrait bien assez tôt, mais elle n'avait jamais été affligée de solitude. Une cuisante habitude qui allait lui forger un certain caractère. Non d'acier trempé, quoiqu'elle avait tout loisir d'essuyer les brimades de ses camarades d'étude. Leurs sottise l'épargnait avec nonchalance et sourire d'ange, tandis qu'elle songeait à cette chère moitié devant lui revenir. Ni l'avalanche de lettres, toutes plus délicieuses les unes que les autres, ni ses quelques visites annuelles ne savaient consoler cette demoiselle en détresse.

Elle qui masquait sa peine au détour d'un sourire impérissable. Et nul ne semblait déceler la sombre vérité. Sans doute la dénigraient-ils afin qu'elle puisse réaliser quelle figure lui destinait l'aventure, une pincée de cruauté où il lui faudrait s'entourer et découvrir l'amitié. Il y avait du reste son géniteur qui brillait toujours par ses absences. Seule lui demeurait sa tendre mère, si bonne et rassurante. Elle qui savait chasser les funestes pensées, comme l'angoisse de ne pouvoir revoir d'être cher. La belle mauve avait d'étrange de fabuler diablement au sujet de ses ainés dès lors qu'un retard s'imposait. Et pouvait-on la blâmer de redouter l'incident qui pouvait tout changer ? Un beau jour un pareil évènement allait survenir. C'était le temps des rires et des chants, une soirée de réjouissances au vu d'une nouvelle notable. Ces drôles de dames, devenues sorcières notables en ces lieux, pouvaient dès lors s'élancer dans leurs épopées. L'ainée ferait voile avec sa compagne, une fée des plus adorables. Tandis que sa suivante s'en irait dompter sa créature au détour d'une onde silencieuse.

Et c'est à l'aube de son quinzième anniversaire, que la demoiselle clamait haut et fort l'ambition qui était sienne; défaire son idole arrogante. Là elle se gardait bien de lui souffler mot sur ses manières, mais elle la défiait ouvertement. Le populisme allait bien rire. De même que la redoutable championne de l'arène se riait d'une sotte enfant. Puis elle l'enjouait à s'endurcir et revenir. Une promesse découlait dont de cette fière entrevue. Et elle allait méditer quelques instants la bêtise qui l'avait prise. Une paisible escapade en des lieux silencieux, où l'onde et la pierre ne grondaient jamais. Une demeure de sérénité, où elle osait côtoyer un pauvre bestiaire, mainte fois dépeint en ses séances de pêche sportive. Ce dernier lui laissait tout loisir de choisir une compagnie de voyage. Hélas un cruel dilemme raisonnait à ses oreilles. Pouvait-elle seulement arracher l'une de ces créatures à leur sanctuaire ? Ou bien devait-elle s'enquérir d'une poiscaille majestueuse d'un autre lac ? Mais que dirait le populisme si elle n'enjouait l'audace de la veille ? Ainsi décidée, la donzelle aller plier bagage.

Soudain on la retenait d'une étreinte glacée au poignet. Et un frisson qui ne lui était méconnaissable s'emparait d'elle. Salem savait bien qui ne désirait ces déchirants adieux. Elle avait tissé des liens avec des canailles peuplant ces bas-fonds. Et l'azure créature s'illustrait par sa pudeur et candeur. Elle lui semblait si touchante qu'aucune bonne demoiselle n'aurait dénigré la lueur étincelant dans son regard. Si bien qu'aucune d'elles n'osait plus s'imaginer les séparations qui l'avaient amenée. Suite à quoi, la sorcière congédiait sa suivante en une antre personnelle, la balle de capture qu'elle tenait de son père. Puis elle s'en retournait à son logis, afin d'y retrouver ses géniteurs. Là elle mandait conseils à ces derniers. Car elle désirait savoir par où commencer. Quel sentier lui fallait-il gagner ? Il lui semblait tout naturel d'entamer son périple à Acajou, hélas il s'avérait que son champion lui serait insurmontable pour l'heure. Aussi se résignait-elle à débuter là où nombre novices démarraient. Et le brave homme fut bien bon de la déposer près de ce sentier, en aval d'Ebenelle.

Une fois livrée à elle-même, la jeune fille tentait d'éluder les funestes pensées qui venaient à fuser. Outre la frayeur d'arpenter un vaste territoire sans nulle autre escorte qu'une frêle créature aussi pleutre qu'elle, et pas plus dégourdie, la belle enfant devait affronter l'image du regret. Ce spectre abominable qui l'acculait à la moindre flaque d'eau où elle plongeait naïvement son regard. Elle désirait fort l'aventure mais elle avait grand hâte de retrouver sa famille, son logis. Salem avait grand peine à se défaire de son mal être, il effritait même son sourire, sa jovialité. Sans doute ses adieux lui minaient le moral, mais elle avait bon espoir de tourner la page. Alors elle s'avançait avec plus d'audace et d'envie sur cette voie. Là elle se gardait bien de rebrousser chemin à l'égard d'une bourgade idyllique, quoiqu'elle caressait le désir d'y trouver conseil. Car elle craignait d'être ennuyer par des garnements gagnés par la fièvre de l'insolence et de la suffisance. Et le seul fait de n'avoir la même bête ou missive pouvait lui valoir du mépris, voir une totale indifférence.

Ce à quoi elle échappait prestement, lui ôtant bien vite ce raisonnement délirant. En effet, à peine avait-elle sillonné ce lopin de terre pour gagner Ville Griotte qu'elle déchantait. Puisqu'à l'instar des rares élus de Boug Géon, la marmaille des environs la défiaient en duel avec des rongeurs, des volatiles et des insectes. De rudes épreuves ayant tôt fait de la dépayser. Certes elle avait quelques connaissances géographiques précises, mais elle était loin de se douter de la diversité fabuleuse que la faune avait à lui dévoiler. Et tandis qu'elle livrait une poignée de batailles de chiffonniers, où transparaissait la maladresse du novice, la belle mauve tentait d'engranger des connaissances. Un savoir des plus modestes certes, mais qui pouvait bien palier les failles de sa manière de livrer un duel. Au final ces péripéties ne l'ennuyaient guère. A vrai dire elle préférait bien s'attarder en chemin, afin d'apprendre de ses erreurs et d'y remédier, que de foncer droit au massacre. Si bien qu'elle passait bien trois semaines à traquer la victoire. Le phénomène lui procurait sérénité.

Sa détermination et passion prenaient le pas sur l'ancien désarroi qui la rongeait aux premiers jours. Elle semblait dont plus joviale, plus à l'aise, plus sûre d'elle. Si bien qu'elle avait tout loisir d'assoir son pouvoir sur un territoire aussi ridicule que cette pensée issu d'un esprit dérangé. Ce qu'elle dénigrait sans attendre, avant de filer en direction de la cité de Mauville, où l'attendait un adversaire redoutable. Un bellâtre dont elle ignorait tout. La sorcière fit bien de glaner quelques informations à son sujet. Des données arrachées en toute subtilité, et aux lèvres des riverains la trouvant plus amusante qu'autre chose. Mais elle fondait craintes. Un obstacle notable se dressait devant-elle. Sans doute fabulait-elle un peu trop. Si bien qu'elle préférait retarder l'inévitable et entamer l'ascension d'un fameuse tour, où l'attendaient maints adversaires. Plusieurs jours lui furent nécessaire pour y parvenir, et puiser le courage d'aller trouver le sire des volatiles, Albert. Un brave homme empli de fierté, de sagesse et de bonté. Salem réalisait l'abîme le séparant de Sandra.

Elle en savourait la douce ironie, celle d'une élite accablée d'arrogance à l'instar d'un brave homme plus modeste. Elle s'imaginait alors que l'escalade d'un sommet savait pervertir qui l'atteignait. Loin d'elle l'idée d'étaler sa pensée à ces autres grands pontes, la jeune jouvencelle n'osait d'ailleurs plus s'en délecter. Elle n'était de ces gens médisants, pas plus qu'elle n'osait se déclamer devant lui. Et tandis qu'un conflit faisait rage, laissant sa bête aux prises de rapaces, la sorcière allait abuser son compère. En effet, elle usait de manières plus perfides et subtiles afin d'éprouver ses proies par des attaques comme gros yeux et cage-éclair, afin de terrasser sans vergogne les volatiles. Quoiqu'elle n'usait ni de brutalité, ni de cruauté. Son dragon inférieur n'abusait trop de la puissance de son étreinte, pas plus qu'il ne broyait d'ailes avec ouragan. Et elle arrachait la victoire et la gloire à cet ennemi redoutable, alors balayé par sa magistrale prestation. Un instant si magique qu'il voyait perler la rosée à ses prunelles. Jadis apeurée, elle n'arborait plus que fierté.

Et tandis qu'elle faisait voile vers Ecorcia et une nouvelle arène, la belle mauve ne pouvait s'empêcher de jubiler à l'idée de narrer ses aventures à sa famille. Elle avait d'ailleurs grand hâte de s'y adonner. Si bien qu'elle le fit la nuit venue, là elle couchait au papier son ressenti des évènements. Ceci posté, la donzelle allait attendre un retour alléchant, qu'elle destinait à la métropole de la région. Si bien qu'elle avait tout temps d'y parvenir. Et si la balade ne savérait guère périlleuse, elle n'osait vraiment s'attarder en chemin. Sans doute l'aspect glauque des ruines aux Zarbi et la traversée des grottes l'éprouvaient assez. Un malaise qu'elle balayait d'un sourire une fois parvenue à la bourgade bordée d'une forêt. Un bosquet pas plus lugubre que les entrailles de la montagne qu'elle venait de quitter. D'aucun d'eux ne l'attiraient plus à vrai dire. Et elle espérait fort fuir ces sinistres lieux à ses yeux. Malgré cette légère nervosité, quand à l'idée de s'y engager pour peut-être s'y égarer, la bougresse relativisait. Elle avait tout loisir d'étendre ses connaissances auprès de gens formidables et atypiques.

Mais si tous ne rechignaient à converser, il était un veillaque ne désirant d'elle en sa demeure. Un sacré énergumène ce Fargas, il trimait à une bien dure labeur, aussi noble qu'ingrate; la confection de ball spécifiques. Loin d'elle l'envie d'ennuyer ce rustre personnage, qu'elle n'allait pas plus blâmer d'ailleurs, la sorcière préférait bien glaner quelques ragots à son compte. Une manière conviviale d'enjouer les mœurs à mieux l'accueillir. Puis elle en profitait pour se renseigner sur le maître des lieux, l'agréable Hector. Là elle fabulait sur le moyen d'abattre l'essaim et leurs cuirasses vantées comme impénétrables. Mais elle redoutait bien plus l'insécateur décrit comme féroce et véloce. Une nuit entière n'y ferait rien, Salem se résoudrait à aller arpenter le ténébreux bosquet; en vue d'endurcir sa créature. Celle-là même qui développait d'ailleurs une nouvelle attaque saisissante. Encore lui fallait-il la placer à l'instant décisif. A vrai dire, elle avait grand foi de réussir. Ainsi comparu-t-elle devant l'entomologiste. Elle se navrait d'ailleurs qu'il n'arbore de coiffe élégante lui aussi.

Outre ce détail pour le moins insipide, elle n'allait guère plus déchanter. Du reste, elle n'oserait le conseiller de coiffer d'un tel accessoire qu'au détour d'une victoire éclatante. Elle réalisait bien vite qu'il avait bien dressé ses créatures à cuirasse. mais leur vaine résistance se heurtaient à la puissante étreinte d'un serpentaire pouvant tout broyer, à l'entendre. Salem abusait son partenaire de bataille par ses dires emplis de suffisances et d'arrogance. En définitive, leurs duels d'insoutenable patience débouchaient sur l'abdication du sieur aux cocons. Lui préférait éviter leur dégradation, comme elle espérait qu'il leur épargne la moindre fêlure. Soulagée, la sorcière entamait la lutte véritable. Afin d'abattre son terrible ennemi, la violacée usait d'aventure de fourberie pour mieux l'atteindre. Car il ne cessait de narguer et de lacérer la chair de sa bête. Puis elle foudroyait enfin le tourmenteur à l'aide de cage-éclair, avant d'enchainer en hâte avec draco-rage. L'ingénieuse tactique mettait à bas l'insectoïde qu'elle avait tout loisir d'assommer avec ouragan.

Là elle avait sidéré son camarade à la robe de lavande, qui s'avouait vaincu et lui remettait une nouvelle babiole à épingler au revers de sa veste. Après quoi elle saluait et remerciait ce pauvre bougre qu'elle venait d'abuser. Puis elle s'élançait à travers le bosquet grouillant, après une halte au centre de soin, afin de gagner prestement la métropole. Là où elle avait bon espoir d'avoir de la lecture. Parvenue au lieudit, le centre pokemon où elle allait résider une soirée, Salem s'étonnait d'être mandée auprès d'un poste de visiophone. En effet, si elle pensait savourer sa lecture en paix, elle déchantait dès lors que sa chère et tendre moitié la saluait. Le discours n'allait s'abréger avant l'aube, si bien qu'elle n'allait ni dormir, ni même le saisir. Mas qui pouvait la blâmer de converser, même à outrance, avec son ainée. Elles s'étaient tout raconter. D'ailleurs elle désirait fort la retrouver en cette région voisine que demeurait Kanto. Blair l'enjouait à la gagner, car elle avait remarqué la présence d'une fabuleuse créature que trop adorée de sa cadette, une fée ronde et minuscule.

Mais avant de s'adonner à de touchantes et fortuites retrouvailles, la belle mauve allait tenter sa chance à l'arène. Bien mal lui en fit, puisqu'elle allait être balayée avec brutalité. Si bien que résignée à devoir de nouveau s'entrainer, et accessoirement trouver la parade à cet obstacle de taille, la donzelle achetait un billet et prenait le train pour Safrania. Là où une délurée l'accueillait avec fougue et passion, avant de l'enlever au dehors. L'ainée semblait si fière de sa suivante, devenue débrouillarde et douée. Et bien qu'elle lui aie avoué sa débâcle dernière, sa compagne tendait à la consoler. Elle y parvenait avec brio tandis que le duo filait vers Argenta. En chemin elles s'ébahirent devant la majesté des paysages et des mœurs plutôt saisissantes, dont notamment deux énergumènes assez passionnés par leur discipline, le karaté. Un détail chiffonnait ceci dit la malheureuse. Pourquoi diable Blair avait-elle jeté son dévolu sur une fée comme partenaire ? La ranger novice lui contait dont qu'elle la trouvait tout aussi adorable que malicieuse, et qu'une certaine perspective l'attirait.

Hélas elle en taisait la finalité. Sans doute Salem la découvrirait-elle un beau jour. Elle fondait craintes. Là près du fameux Mont Sélénite elle traquait sa proie tout en éludant les garnements désireux d'en découdre. A vrai dire elle craignait de pulvériser leurs compagnons. Aussi laissait-elle sa comparse converser avec eux. Les heures passant, c'est au Soleil couchant qu'elle débusquait la fabuleuse créature. Là au détour d'un sentier dérobé, où trônait des herbes hautes, elle allait jouer à cache-cache. Le tout sans grand succès. Fort heureusement la ranger de service lui conseillait de se munir d'objets afin de palier aux moindres ennuis. Ici on lui offrait un met apprécié des bêtes, sauvages comme domestiques, une sorte de croquette ou gâterie lui semblait-il. Si bien qu'en sa démarche agréable, la sorcière attirait sa proie. La belle rose venait se délecter de la friandise tandis que ces drôles de dames admiraient cette grande beauté de pudeur qui les gagnait. Sans doute la présence d'une autre fée rassurait-elle l'étrangère, alors séduite par ces jeunes jouvencelles si charmantes.

Un lien semblait se tisser et ses deux êtres se rapprocher. Et il ne leur fallut qu'une poignée d'heures pour devenir inséparables. Certes la sorcière n'avait vraiment attrapé l'animal comme le voulait la coutume, mais elle l'aurait bien mal agit sinon. Aussi lui préférait-elle ce climat de confiance qu'elle s'échinait à instaurer. La convivialité semblait dont de mise. Hélas celle qu'on ne serait enchainer s'en été allée. Son ainée évadée, la jeune dresseuse saisissait l'occasion de visiter cette nouvelle région. Certes elle s'en retournait vers Safrania, mais elle avait tout loisir de découvrir la culture locale de cette dernière mais également d'Azuria. La balade se voulait semée d'embuches, des rêveurs assoiffés de gloire et de victoire qu'elle exhaussait. Elle éprouvait d'ailleurs des difficultés à les rétamer. Et elle ignorait que a téméraire serpentaire émerveillait la nouvelle. Si bien que la frêle petite fée étamait à sa manière, le désir de s'endurcir.

Hélas la violacée ne saisissait rien à sa gestuelle fantaisiste. Et lorsque qu'un nouvel adversaire se présentait à elle, la recrue chétive et peu dégourdie s'avançait alors. Si bien qu'elle lui laissait sa chance. Encouragée par sa partenaire, l'être minuscule exaltait une bravoure inouïe au devant de l'adversité. En effet son opposant semblait terrible. Lui ne manquait pas d'assurance et d'expérience. Un vétéran pour la novice. Mais avec le soutient d'un traque-badge elle avait ses chances. La féroce bataille éreintait ces pauvres bêtes, dont l'une s'effondrait sous le poids des vocalises, tandis qu'une ultime note venait à s'éteindre. Le match n'avait plus court et Salem pressait l'allure à l'hospice. Là où dans l'attente d'une nuit blanche elle fondait craintes. C'est à l'aube qu'elle retrouvait cette bouille emplie de sottise, prête à récidiver. La sorcière préférait l'écarter du danger et même décliner l'invitation à la danse de ces passants. Afin d'entrainer sa suivante aux abords des cours d'eau et hautes herbes, là où la faune est moins redoutable. Et elle saisissait l'occasion de s'adonner à sa grande passion.

Ces quelques prises la ravissaient d'autant plus qu'elle semblait s'ébahir devant les prouesses de sa compagnes. Jours après jour la belle rose se forgeait telle une lame, gagnant en adresse et assurance. La douce Melodia voyait déchanter ses victimes tandis qu'elle troquait sa chétivité à la faveur d'une édifiante témérité. Bientôt elle développait une technique diabolique, susceptible de lui valoir la victoire sur une certaine rivale. Le phénomène laisser jubiler la sorcière. Hélas il lui en fallait plus pour se rendre maître de l'arène de Doublonville. Aussi allait-elle à la rencontre d'un des énergumènes férus de karaté, afin de se voir enseigner des leçons du bon guerrier. Du reste elle saisissait l'occasion de voir inculqué à sa créature une coup magistral et brutal.Près d'un mois avait passé depuis son départ de la métropole, aussi tendait-elle à la regagner. Parvenue au lieudit, la donzelle songeait d'aventure à cette chère ainée qu'elle ne reverrait de sitôt. Là elle se navrait de n'avoir pu lui demeurer d'avantage. Puis elle chassait ces idées noires ne pouvant que l'attrister elle et sa suivante.

Enfin elle retrouvait l'arène du mois passé. Sa soif de revanche noyée sous une figure d'humilité, la belle mauve défiait une fois de plus la puissante Blanche. Les hostilités s'ouvraient alors sur un duel ravivant le souvenir d'une prestation dernière. Une fois de plus la serpentaire terrassait une fée guère brutalisée. S'en suivait une bataille dantesque, opposant de nouveau Sawa à un terrible bovin. Ce dernier malmenait fort sa victime, alors rappelée par sa dresseuse. Salem lui rendait grâce tandis qu'elle réservait bien des surprises à son adversaire. Elle semblait jeter en pâture sa nouvelle créature à un ennemi implacable et invincible. Ses convictions se lisaient à merveilles sur sa figure, elle avait tout planifié. Hélas la championne désirait abréger la rencontre. Sa bête allait malmener sa proie. Salem ordonnait à sa bonne fée d'encaisser à l'aide de boul'armure, puis de répliquer à la volée. L'adversaire semblait amusée et surprise de voir copiée, et pour cause son rondoudou usait de roulade pour mieux lui résister. Là elle dénotait la perte de célérité de l'ennemi. La petiote dominait.

L'intense collision de ces êtres se soldait sur la victoire du challenger. Elle avait su prendre le bovin au dépourvu, au détour d'un instant d'égarement où il demeurait légèrement sonné. En effet, la bonne fée avait frappé à l'aide de mawashigeri, pour enfin achever le match sur une note assommante; la berceuse. Blanche s'avouait vaincue, préférant dès lors épargner à sa suivante une nouvelle raclée. Elle saluait d'ailleurs l'ingéniosité de sa comparse à qui elle décernait un nouveau trophée. Et tandis qu'elle laissait se reposer ses pokemon au centre de soin, la donzelle visitait la cité. Loin d'elle l'idée d'aller se balader au parc, alors infesté d'insectes qu'elle n'appréciait guère, Salem préférait s'émerveiller devant les locaux de la tour radio et autres lieux susceptibles d'étancher sa soif de savoir. A l'aube elle retrouvait ses compagnes et filait bien satisfaite de sa soirée. Si elle parvenait sans encombre à la prochaine étape de son voyage, sa quête allait une fois de plus se corser. En effet, après avoir fait le tour des lieux, et s'être renseignée sur son adversaire à venir, la violacée désespérait.

Elle se persuadait que l'adversité ne serait surmontée qu'avec une meilleure équipe. En effet, d'aucun de ses familiers n'était taillé pour terrasser les spectres de Rosalia. Elle allait devoir ruser une fois de plus et palier à cette dure réalité. Et plutôt que d'aller se briser sur le sol de l'arène, pour mieux ployer telle une débutante, Salem préférait s'éloigner de cette cité quelques temps. Certes elle y revenait pour y ressourcer ses suivantes, et ainsi récolter les témoignages de ses semblables ayant échoué, mais elle ne perdait de vu son objectif. Elle songeait fort à ces connaissances, bien qu'elles attisaient sa frayeur du domaine de Mortimer. Si bien qu'elle s'évadait loin après trois jours intenables. La sorcière délaissait alors son point d'eau, situé à l'est du hameau. Puis elle entreprit la traversée laborieuse de la montagne pouvant la conduire en un lieu guère méconnaissable. Là où elle avait fait ses armes. Et le périple qui l'enlevait au fameux Lac Colère se voulait semé d'embuches. Elle échouait maintes fois à gagner l'autre rive, tant les profondeurs étaient hostiles. Un détail la consolait pourtant.

Sa première partenaire s'était changée en entité nouvelle, à la majesté terrible. Un être de légende, un Draco. La belle mauve ne pouvait que s'ébahir devant la splendeur d'une telle bête. Elle la trouvait plus mûre et puissante, comme en témoignait sa nouvelle botte secrète, souplesse, venue remplacer l'attaque ligotage. Cette nouvelle forme su garantir l'accession aux abords de l'onde frémissante. Et si la dragonne savourait sa juste récompense de l'effort, à savoir pouvoir barboter en toute insouciance, la donzelle épuisée du voyage demeurait aux aguets. Elle espérait là qu'un géant ne surgisse et plante sa mâchoire dans les écailles de sa compagne. Du reste, les traque-victoire et gloire la laissaient en paix. Et malgré sa condition pittoresque, la jeune jouvence désirait s'adonner à sa grande passion. Sans doute la nostalgie l'enivrait-elle. A vrai dire elle avait murement planifié sa venue. Il ne lui fallut guère de temps pour arracher une prise à l'onde. Une créature aussi banale et insipide n'entrainait que sa seule joie. Une berceuse suffit à attraper la poiscaille.

Un Magicarpe à l'intellect discutable, comme tout congénère de son espèce. La dresseuse se moquait éperdument qu'on se rie d'elle tandis qu'elle éprouvait une totale euphorie suite à sa prise du jour. Elle adorait cette créature et lui prêtait une beauté certaine, comme elle lui trouvait une certaine classe, de l'élégance. Elle profitait d'ailleurs de faire halte au centre de soin d'Acajou, afin de conter la suite de ses aventures à sa famille. Nul doute que la finalité de cette journée en ferait sourire. Il n'y avait quelle pour affronter maints dangers, juste pour trouver un pokemon qu'elle adorait. Cette carpe du grand lac avait plus de symbolique qu'une qu'elle aurait pêché ailleurs, car elle songeait qu'elle aurait très bien pu débuter avec ce spécimen local. A la différence que cette capture précise s'avérait être la seule fait dans les règles. Elle avait dont franchit une nouvelle étape comme dresseuse. Un pas de plus vers la perfection qu'elle s'idéalisait. Et son nouveau compagnon faisait partie intégrante de sa stratégie pour abattre son rival. Car elle avait eu vent de la faiblesse de ses sujets oniriques.

Encore lui fallait-il entrainer celui qui allait remporter la victoire, ce brave Nautilos qui peinait à égaler et étaler ses adversaires. La sorcière songeait alors à quitter la cité des glaces pour s'en retourner vers celle des esprits, et ainsi offrir ses chances à son compère. Ce dernier affrontait des ennemis côtiers, pas bien robustes ou intimidés. Un beau jour l'averse surprenait le duo en pleine session d'entrainement. Salem déchantait d'aventure tandis que sa créature gagnait en vélocité et parvenait ainsi à écraser ses adversaires sans souci. Jusqu'à dominer la berge et se muer en une entité jetant l'effroi et inspirant la crainte. La belle mauve acclamait la fière bête maitresse des eaux, qu'elle enjouait à gagner d'autres rives à dompter. Le colosse regagnait dont sa cache tandis que sa dame filait en hâte en une ville nouvelle, sans négliger celui qu'elle devait mettre à bas. Ainsi le charme d'Oliville envoûtait la voyageuse, qui n'avait en route ni trainé ni guère bataillé. L'océan accueillait alors un monstre ivre de pouvoir, et assoiffée de victoire. Mais les êtres des profondeurs ne le satisfaisaient plus.

L'humilité le gagnait finalement face aux redoutables suivants des garnements ayant défait la proie de sa maitresse. Ce détail redoublait l'anxiété de celle-ci. Car si son plan échouait après tous ses efforts, sa quête pouvait bien s'achever. Elle redoutait l'éventualité et semblait paniquée derrière ce sourire aussi forcé que ne pouvait l'être ses airs parfaits. Elle était éreintée. Il lui fallait se reposer. Là elle profitait d'aller se prélasser et siester après une nuit agitée, où le tracas ne l'avait quitté. Hélas la belle enfant happait la gente masculine, telle une lueur attirant la vermine. Si bien qu'elle devait écourter ses vacances, puisqu'elle semblait sollicitée pour tout autre ballet qu'un duel côtier coutumier. Loin de l'offusquer, la demande l'embarrassait plus qu'autre chose. Et elle s'évadait à cette compagnie discutable. Afin de s'en retourner à la cité des spectres. Elle n'avait grand foi de l'emporter mais il lui fallait se changer les idées. Du reste, ses suivants lui intimaient d'être prêts. Parvenue au lieudit, la donzelle allait défier le bellâtre qui lui opposait une farouche résistance.

Il avait l'avantage, car elle ignorait bien des choses sur ses créatures. Face à quoi la téméraire jouvencelle s'essayait à des stratégies nouvelles. Le tout en finesse, mêlant subtilité et adresse, faisant de ses bêtes des martyres à sa cause. Certes elle n'envoyait d'aucune d'elles à sa perte, mais elle dévoilait encore une certaine maladresse dans l'art de livrer une bataille sans faille. Des instants de faiblesses où s'engouffraient les ténèbres acérées de l'ennemi. Elle lui arrachait la victoire d'un rien, prouvant qu'elle avait encore du chemin à parcourir et une équipe à endurcir. Une fois sa breloque décernée, Salem filait à l'hospice du patelin. Avant de s'en retourner vers la cité côtière d'Oliville, à l'aube. Elle y parvenait sans encombre et songeait à aller défier les braves du phare. Ces derniers la décevaient un brin, elle avait trop fabulé. Il  avait bien une poignée d'irréductibles, mais elle n'en savourait guère les lauriers en leurs débâcles. Elle espérait dont essuyer une défaite si cuisante qu'elle regagnerait en vitalité. La donzelle s'égarait en ses pensées, pas un duel ne l'intéressait.

Bien lasse de l'ennui venue de ces journées sans échecs, la sorcière ne savait que faire en ces heures. Elle s'imaginait la traversée de l'immense étendue bleutée qu'elle n'avait de cesse d'admirer. Peut-être un défi véritable l'y attendait. L'arène d'Oliville lui semblait hors de portée en l'état. Elle en franchirait le seuil bien assez tôt. Un mois avait passé depuis qu'elle avait atterri ici pour la première fois. Elle devait changer d'air, sans quoi sa destinée demeurerait figée. C'est là qu'elle reçu des lettres.  Et si l'une la réconfortait à peine, l'autre lui ravivait la flamme vacillante de son esprit. Sa chère et tendre moitié l'enjouait une fois de plus à la gagner. Avant de s'y adonner, la belle mauve écrivait à ses géniteurs. Puis elle s'engageait pour une nouvelle aventure. Une fois son billet réservé, elle patientait jusqu'à pouvoir embarquer sur un ferry fabuleux, à destination d'une région dont elle ignorait tout. Le papelard mentionnait l'apparition d'entités apparentées aux dragons. Son ainée s'était persuadée qu'elle serait appâtée par une telle invitation.

La traversée se voulait à peine mouvementée. Non du fait de la virulence d'une tempête ou autre incident effrayant, mais elle s'était dégotée quelques adversaires bien ardus à terrasser. Sinon elle avait eu tout loisir de se relaxer, d'oublier un moment sa conquête de Johto et ses tracas quotidiens. Elle n'aspirait plus qu'à s'adonner à de fortuites retrouvailles. En effet, sa famille lui manquait. En particuliers sa jumelle. Une bonne semaine s'était écoulée, deux depuis qu'elle avait attendu le navire. Une fois à destination, elle foulait la terre de Kalos et retrouvait son guide. Le cortège gagnait Relifac-le-Haut sans encombre, non loin se terrait sa proie, un coupenotte. Le duo accompagné de leurs fées pénétrait alors la cave Connecterre. La prudence semblait de mise. Et d'aucune d'elles ne souhaitait déranger la nuée de vampires accrochés au plafond. Après quelques temps, la chétive créature était débusquée et la violacée engageait les hostilités. Sa petite boule rose mettait à bas le reptile sans trop la violenter. La capture s'avérait être un succès et il ne restait qu'une tâche à accomplir.

Si elle avait tout lieu de se réjouir de cette prise pouvant lui coûter maints efforts au dressage, et donc un regain de complaisance, il lui fallait encore défier et étaler son ainée. Une fois dehors elle lui mandait un combat singulier entre les fées. L'une avait fraichement évolué mais elle avait affaire à forte partie. Le duel se voulait terrible, intense, trépident et vivifiant. Un match serré qui en apprenait beaucoup à ces drôles de dames. Ceci fait, elles se quittaient d'une même sérénité. Salem embarquait d'aventure sur le paquebot qui la ramenait sa terre natale. Là où elle hésitait entre regagner les abords d'un sinistre bosquet ou traverser la mer. Finalement elle s'engageait sur l'onde un beau matin où celle-ci semblait paisible et propice au voyage. Son léviator était assez robuste, il l'emmenait jusqu'à Irisia. La traversée l'ayant épuisé, la sorcière le forçait au repos tandis qu'elle pouvait s'adonner à sa grande passion aux abords du rivage. L'aspect insulaire de maigre lopin de terre lui évoquait d'autant plus ce malaise, ce manque de son foyer si éloigné. Ses prunelles se perdaient dans l'horizon.

Elle n'attrapait le moindre poisson. Ses rares victimes arrachées aux flots, finissaient agressées par sa bête dernièrement capturée. Elle décidait alors d'avorter sa séance pour opposer un digne adversaire au dragon inférieur, une danseuse à la voix mélodieuse. A les voir s'affronter elle se revoyait à ses débuts. La touchante maladresse et la bravoure du cadet de l'équipe l'amusaient. Elle passait dont la soirée à conseiller le pauvre bougre, puis elle filait se coucher. A l'aube elle se tenait devant les portes de l'arène. D'après les dires de la populace, Chuck intimidait par son physique de colosse, qualifié de grotesque par un chenapan. La belle mauve appréhendait cette rencontre. Sa nervosité était palpable et lui valait des regards emplis d'inquiétude et de lassitude. On l'avait d'ailleurs mise en garde qu'elle pouvait bien offrir son rondoudou en pâture à des cogneurs féroces. Elle écartait dont sa compagne de la bataille. Au pire elle comptait sur le maladroit Fafuneel pour sauver l'honneur. Lui semblait confiant et assez désireux d'en découdre. Mais elle laisser gérer ses meilleures créatures.

L'une se voulait plus malicieuse en acculant sa proie paralysée à l'aide de sa queue puissante et son souffle hargneux, tandis qu'une autre préférait la collision des puissances brutales. Hélas si léviator laminait son colosinge, l'ingénieux tartard bien qu'amoché parvint à endormir son draco qu'il rouait de coups. Salem la rappelait et enjouait son nouvel ami à lui rafler la victoire et la gloire. Ainsi son reptile nain s'élançait face au mâle qui ne le dominait que par sa carrure de géant. Mais elle avait bon espoir qu'il l'emporte du fait de sa faculté. Et il terrassait sa victime après quelques échanges intenses et acharnés. Le maître des lieux saluait d'autant plus la performance de l'équipe que l'audace de sa stratégie finale. La belle mauve préférait dénigrer ces éloges afin de savourer les liens qui se dessinaient avec sa nouvelle créature. Elle l'avait bien mérité, du reste. La voilà dont qui profitait du rivage paisible, de sa lande sableuse et de la tranquillité de n'être jamais importunée. Cette poignée de journée lui donnait l'occasion de résoudre un  problème qu'elle rencontrait trop souvent.

En effet, en sa matière de novice, il lui arrivait de se fourvoyer quand à la bête qu'elle envoyait au front. A vrai dire, la donzelle n'avait rien trouvé de mieux pour palier à l'aspect trompeur de ses balles rouges et blanches parfaitement identiques, et d'où nulle fragrance n'émanait de la créature qui y reposait pour permettre de la dissocier des autres; qu'elle y gravait l'initiale de leurs patronymes. Certes elle avait fondé craintes quand à l'éventualité d'endommager cette mécanique au demeurant fragile comme en horlogerie, mais elle trop vu s'envoler de papiers pourtant bien collés. Voilà six mois qu'elle avait démarré son aventure, tant de temps loin des siens, de la chaleur du foyer. Elle avait encore fort à faire, comme collecter plus de badges. Ainsi donc, la belle mauve chevauchait d'aventure son colosse d'azur, qui la ramenait à bon port. Le phénomène attirait au rivage une belle brochettes de nigauds. Sans doute épatés qu'une si frêle demoiselle ait su dresser une telle bête. Ou bien n'était-ce que le fait de son atypique coiffe couplée à cette entrée théâtrale ?

Le seul fait d'attirer tant d'attention, comme de susciter la fascination, l'emplissait d'embarras. Chose qu'elle peinait à voiler derrière son charisme naissant. Et ce dernier ne la préservait nullement d'une demande audacieuse. Mais elle exhaussait l'air de défi planant sur la plage d'Oliville. Et si elle proférait mille excuses quand au fait de congédier son léviator éreinté, elle se faisait vite pardonner en exhibant la majesté incarnée. Son draco dont la rareté redoublait l'attrait qu'on portait à sa dresseuse, en laissait déchanter tandis qu'elle écrasait une poignée de braves. Hélas elle se devait d'écourter les festivités. Il lui fallait se reposer et élaborer un plan infaillible, le tout afin de mériter sa récompense. Elle y mettait un point d'honneur depuis toujours. Ainsi espérait-elle souvent ne pas décevoir ses opposants, comme elle désirait faire la grande fierté de ses parents. Mais elle se fourvoyait et accordait trop de crédit à de telles futilités. Nul autre qu'elle y songeait. A l'instar de quoi, son ainée n'avait que faire des murmures courant sur elle. Une leçon qu'elle souhait enseigner, du reste.

Sans doute lui conterait-elle un beau jour. En l'attente de quoi elle vaquait à ses obligations, tandis que Salem gagnait l'arène. La sublime Jasmine lui semblait si tenace, si robuste. La dame de fer aurait été bien pénible si la sorcière avait dévoilé son atout d'emblée. Au lieu de quoi, elle attirait les foudres des bêtes d'acier sur ses autres créatures. Ainsi abusait-elle l'adversaire par des prestations guère épatantes avant d'envoyer son entité la plus majestueuse. Et l'azure serpentaire l'emportait avec aisance. Mais elle n'allait se contenter de subjuguer son opposante. Aussi rappelait-elle sa belle suivante, afin d'invoquer sa terrible monture. Le grand Nautilos s'adonnait alors à bataille féroce contre un redoutable adversaire, l'effrayant steelyx. La maitresse de maison avait toute confiance en son compagnon, le phénomène se retrouvait dans l'autre camp. Et voilà que s'entonnait l'assaut final, où d'une collision virulente d'appendices, des crocs givrés venaient achever le serpent d'acier. La donzelle à la robe de lavande avait tout misé sur cette seule opportunité. Sa patience avait bien payé. 

Certes sa nouvelle babiole la confortait dans l'idée d'une progression certaine, mais elle se tracassait quand à affronter ses derniers obstacles. Ainsi nourrissait-elle une frayeur grandissante tandis qu'elle s'élançait vers Acajou, où un palais des glaces l'attendait patiemment. Lors de son dernier passage dans les parages, la demoiselle avait sciemment évité de rôder près de l'arène. De crainte d'y être happée, sans doute. Elle n'ignorait pas la faiblesse de son équipe aux bêtes glaciaires. Pas plus qu'elle n'osait pester contre cette maison d'un noble vieillard, aussi sage qu'attrayant. Délaissant ses camarades au front, Salem préférait s'aventurer au nord de la cité. Là elle avait tout loisir d'endurcir ses suivants. Elle enjouait chaque jour ses serpentaires à s'affronter, comme les deux nabots renfrognés du reste. Ce septième mois s'écoulait prestement, l'obligeant à varier les entrainements. Elle s'essayait notamment à des combinaisons d'attaques en binôme. Car elle y voyait-là une manière de combler ses lacunes, de gagner en assurance, de palier à la moindre adversité.

A l'aube du mois nouveau, elle se rendait à l'arène et engageait les hostilités. Sa stratégie reposait sur deux entités, deux pokemon épargnés par la faiblesse de ses autres suivants. Une tactique des plus simplistes au demeurant, mais elle ne se reposait guère sur ses lauriers. En effet, elle n'offrait en pâture la moindre de ses braves bêtes. Car elle préférait leur éviter un maximum de souffrance. Sa bonne fée se chargeait alors de la première manche, tandis qu'elle réservait la seconde à un autre que son puissant léviator, qui ici semblait être son atout. Elle déplorait hélas d'en avoir mandé trop à son draco amoché par un lamantine redoutable. Mais elle menait la danse et désirait une victoire éclatante. Ainsi dont s'entonnait l'ultime bataille au cœur du palais des glaces, où une azure créature arrachait la victoire à l'aide de ses crocs acérés. La donzelle intimait une confiance certaine en ses capacités, comme elle avait grand foi en son équipe. On lui décernait alors un nouveau badge. Une dernière épreuve l'appelait. Un sentier gelé semé d'embuches où l'attendait moults défis.

Cette poignée de canailles pouvait se targuer de freiner sa marche vers les cavernes glaciaires. Mais la montagne l'envoûtait tant, son chant se voulait irrésistible. Si bien qu'elle balayait les obstacles et pénétrait les entrailles du colosse. Lui qui peuplé de créatures abondantes n'avait de cesse de harceler l'impudente, la mettait à rude épreuve. Certes elle n'avait grand mal à chasser ces détracteurs, mais elle épuisait ses forces au fil du temps. Et la traversée ne lui laissait guère de répit. Elle en retirait pourtant une satisfaction certaine. Puisque ces dernières batailles, même insipides, voyaient évoluer son draco et son coupenotte. Là elle voulait croire que ses chances de victoires face à Sandra avaient décuplé. Elle s'attardait du reste à réviser ses connaissances des capacités des deux créatures, afin de se rassurer. Ainsi, à l'aube du cinquième jour, la belle mauve retrouvait la douceur du foyer. Elle s'étonnait d'ailleurs d'y retrouvait son ainée. Mais elle s'en réjouissait de plus belle et savourait ces fortuites retrouvailles, donnant lieux à de touchantes embrassades.

Là, tandis qu'elle narrait le récit de ses dernières péripéties, elle ne manquait d'omettre son inquiétude quand à son ultime épreuve. A 'entendre il semblait que son périple venait tout juste de débuter. Sans doute la crainte de l'échec face à ses belles paroles, proférées des mois auparavant, l'accablait-elle. Elle croyait pourtant l'avoir dissipé au cours de la traversée du sentier gelé. Hélas la voilà sottement ravivée, l'espace d'un fugace instant bien impotent. Mais on daignait l'éventrer. Ces braves gens lui insufflaient courage. La nuit portait conseil, disait-on. Elle filait s'affaler au lit qui n'avait pas changé. Et elle ne s'expliquait l'émotion qui la possédait. Elle était rentrée et ne pouvait même pas le réaliser. Quand bien même sa jouissance inondait sa figure, comme vomit à grands flots, elle en avait souillé plus d'un linge la bougresse. Sa félicité infectait son entourage, aussi excité qu'ému de la côtoyer d'aventure. Cette belle soirée lui dépouillait des funestes pensées. Et elle s'endormait sans même méditer la bataille qui l'attendait. Ainsi elle n'avait au réveil, ni stratégie, ni phobie.

Elle appréciait du reste que sa famille l'accompagne à l'arène afin de la soutenir jusqu'au bout. Elle ne pouvait s'y dérobait et gagnait le théâtre d'une possible débâcle. Mais elle voulait croire en ses chances de victoire. Car elle n'ignorait plus les failles de ces bêtes qu'elle allait devoir affronter. Si bien qu'elle misait en partie sur sa tactique consistant à exploiter ces faiblesses. Mais son adversaire était-elle préparée à guerroyer avec une native de la cité ? La belle mauve s'imaginait pouvoir l'abuser dès lors qu'elle enverrait son titan orange. Mais elle retarderait son entrée. Celle-ci devant être aussi cinglante qu'imposante. Une menace invisible et habile, qu'elle comptait dévoiler au plus tard. Quoiqu'elle aviserait si jamais l'impérieuse Sandra la malmenait trop. Ainsi la dompteuse de dragons faisait face à l'enchanteresse violacée. Il suffit d'un regard pour raviver le souvenir d'un discours endiablé, et la belle bleue enjouait l'air de défi. Salem ouvrait les hostilités. Là elle mandait son dernier suivant, fraichement muté. Ce dernier n'allait déchanter au vu d'une femelle venue l'éprouver.

Et cette dernière démarrait en beauté. En effet, la challengeuse devait cogiter à vive allure si elle ne voulait assister à la débâcle de son compagnon. En bonne native de l'endroit, Salem n'étonnait guère son assaillante qui se riait des collisions de leurs mêmes arcanes. Puis elle se lassa d'échanges vains, à l'instar de quoi la violacée s'entêtait à lui faire cracher son souffle avant d'obliger l'ennemi à gagner sa créature qui l'attendait en vérité. Si bien qu'elle pouvait entonner le véritable assaut. Là elle mystifiait à demi la bleutée, en boostant son servant qui semblait danser au champ d'honneur. Avant de porter l'estocade. En effet, si le serpentaire de Sandra se voulait fort agile et opérait avec brutalité, l'incisache de Salem lui semblait plus subtil. Il lacérait sa proie plus qu'elle ne pouvait l'aplatir ou brûler. Cette bataille d'endurance s'achevait sur deux êtres effondrés. Si l'une pensait l'emporter en foudroyant le manant avant de le fouetter, elle déchanter dès lors qu'il empaffait ce joli minois avant de valdinguer. Une manche pour le moins amusante, saluaient-elles bien excitées.

Le second round s'ouvrait alors. La sorcière convoquait l'imposant léviator qui allait dominer le duel. Sa carrure effrayante ne manquait d'effrayer sa victime. Si bien qu'elle s'essayait à le paralyser, hélas il en réchappait et se tortillait comme un autre avant lui. Un tel déhanché n'intimait rien de bon à la championne qui s'empressait de riposter. Malgré tout, ni sa puissance, ni son ingéniosité n'épargnaient à sa bête la morsure cuisante de l'échec. Des crocs glacés tant redoutés par ses suivantes. A tel point qu'elle désirer expédier l'énergumène dans sa tanière, avec fracas. Ainsi conviait-elle son propre léviator à la fête. Ce dernier dégageait tant de hargne qu'il vit frémir une donzelle. La belle mauve avait grand foi en son champion, et l'enjouait à poursuivre sur sa lancée. Un terrible duel s'annonçait alors. Certes le grand mâle comblait sa vitalité entamée par une vivacité notable, ainsi qu'une force plus grande. Mais il ne pouvait nier l'évidence, sa consœur menait la danse. Et avant d'être évacuée, il avait bien malmené cette dernière. Une bonne fée venait l'achever en beauté, d'un coup de pied.

Nul doute que le ridicule de cette scène pouvait bien empourprer la dompteuse de dragons. Toujours fut-il qu'elle misait tout sur son atout, son hyporoi dont la puissance égalait seule sa prestance. Il semblait si coriace aux yeux de la jeune jouvencelle. Si bien qu'elle craignait d'avoir à congédier la belle rose. Elle s'essayait pourtant à engager les hostilités. Sandra mandait alors à sa créature de cracher un nuage noir et opaque. Le phénomène laissait hésiter la violacée. Pouvait-elle seulement s'y risquer ? L'adverse craignait d'être gagnée. et la bonne fée peinerait à y parvenir. Puisqu'elle ne pouvait ni prévoir le moindre assaut, ni s'esquiver à ces derniers. Ainsi essuyait-elle une défaite cuisante, sans avoir même éraflé son opposante. Elle l'aura au mieux agressé avec ses vocalises. Et tandis qu'elle couvrait de louanges son adversaire, Salem appelait sa vieille amie à la rescousse. L'avatar de la dernière chance, une ultime espérance. Ce dernier expédiait prestement sa proie dans le décor, à l'image de la dernière danse d'une diva qu'on avait trop brutalisé. Une guerre éclair rondement menée.

[la suite dans un autre post]


Devise:

Personnage de dessin animé/manga utilisé pour l'avatar: Odagiri Nene de Yamada-kun to Nananin no Majo

Autre:




.:-------------------------:.
You're under my spell, my friend ~ ♪ :
 


Dernière édition par Salem Grant le Mer 14 Sep - 20:50, édité 62 fois
Revenir en haut Aller en bas
Red
Philosophe à ses heures perdues

avatar
Messages : 149
Réputation : 0
Date d'inscription : 04/03/2016
Age : 18
Autres Comptes : °Red
°Charles de Beaumarchais

Informations du personnage
Âge: 17 ans
Alignement: Voyageur
Equipe Pokémon:

MessageSujet: Re: Une sorcière des plus séduisante ~ Ven 17 Juin - 9:52

Bienvenue !
Bon courage pour ta fiche, la description m'a fait sourire je l'admet Wink

.:-------------------------:.

Merci à Airie pour le vava et la bannière !
Autre compte: Charles de Beaumarchais
Revenir en haut Aller en bas
Chikara Fujisaki


avatar
Messages : 868
Réputation : 6
Date d'inscription : 01/06/2014
Age : 23
Localisation : Dans une forêt de bambous
Autres Comptes : Kiryû Arikawa-Camilla Spencer-Clyde Fitzgerald-Calix & Clarys

Informations du personnage
Âge: 18 ans
Alignement: Voyageur
Equipe Pokémon:

MessageSujet: Re: Une sorcière des plus séduisante ~ Ven 17 Juin - 12:09

Bienvenue parmi nous, en espérant que tu passeras du bon temps avec nous.

Comme tu vises un post de champion, je te rappelle qu'un RP test te sera soumis quand ta fiche sera terminée (et satisfaisante) :)

Bon courage !

.:-------------------------:.



Couleur parole SeaGreen
Autres comptes : Kiryû Arikawa/Camilla Spencer/Clyde Fitzgerald/Calix & Clarys

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Une sorcière des plus séduisante ~ Ven 17 Juin - 18:15

Bienvenue !
Revenir en haut Aller en bas
Salem Grant


avatar
Messages : 16
Réputation : 1
Date d'inscription : 21/05/2016
Age : 25

MessageSujet: Re: Une sorcière des plus séduisante ~ Lun 12 Sep - 20:18

 Bon, comme j'ai dépassé la limite de caractères autorisée, je dois poster la suite de l'histoire ici.



Elle remportait dont la victoire finale. Bien qu'elle se confondait en excuses quand aux souffrances qu'elle avait infligé. De plus sa performance ne lui paraissait si éclatante et donc peu digne d'éloges. Quand bien même sa camarade d'infortune lui décernait une nouvelle babiole, preuve de sa réussite. Hélas elle n'en demeurait guère plus convaincue. Mais alors qu'elle songeait à réfuter l'évidence, la cadette se voulait gagner par son ainée aux exacts traits. Cette dernière lui confiait qu'elle avait bonne espoir de la voir gravir de nouveaux sommets. La sorcière se refusait l'ascension vers le plateau indigo, qu'elle jugeait trop angoissant au vu de son périple qui s'achevait à peine, sans même la soulager. Mais elle aurait bien offusqué Sandra si elle lui avait déclamé ce qui lui pesait. Alors elle enfouissait sa sottise et allait se changer les idées. De touchantes embrassades laissaient place à des festivités modestes mais au combien entrainantes. Là elle songeait qu'elle n'avait pu se détendre ainsi depuis des lustres. Elle s'y adonnait dont volontiers. Bien que ces réjouissances s'avéraient de courte durée.

En effet Blair annonçait la triste nouvelle qu'elle devait s'en retourner à ses obligations. L'une s'enracinait à sa terre natale tandis qu'une autre filait aux confins du monde. La sorcière souhaitait dont lui demeurer un peu plus. Mais elle ne pouvait l'accompagner trop longtemps, quelques jours ou semaines tout au plus. Car il lui incombait d'assurer la relève à l'arène. C'était-là la finalité de son parcours initiatique et sa volonté passée. Et elle n'allait ni s'y dérober, ni la dénigrer. Car elle n'avait aucune envie d'offenser la bleutée qui s'enjoyait à l'idée de s'évader. Sans doute son attente était-elle enfin récompensée. En l'attente de se voir couronnée et investie de sa charge, la jeune jouvencelle profitait de ces vacances déguisées. Elle l'avait du reste bien mérité. Rien ne sollicitait les talents d'une ranger, pas une canaille ni même une once d'ennui à l'horizon. La sérénité baignait leur sillage. Jusqu'au jour où on appelait la première née, sans doute pour lui confier une missive. Une urgence que saisissait sa cadette. Elle la laissait filer mais fondait craintes. Avant de lui revenir peu après. 

Durant ce laps de temps, la plus jeune ne s'était guère entrainée. Elle avait tout juste batifolé, donné lieu à des balades à travers la région, ou encore traqué des sites en adéquation avec sa grande passion. Le neuvième mois de son aventure touchait bientôt à sa fin. Elle songeait dès lors à rentrer au bercail. Mais une chose étrange l'attendait au détour du retour. Là, reposait aux creux des mains de cette diablesse un œuf. Tandis qu'elle méditait l'affaire et en venait à penser que ce détail avait pu retarder son ainée, ou du moins être l'objet de sa dernière labeur, cette dernière lui proposait de s'en occuper. Sa jumelle lui confiait alors qu'il s'agissait d'un spécimen arraché aux griffes d'un braconnier. Se laissant convaincre et toucher par cette bien triste histoire, Salem acceptait avec joie d'élever l'animal. Il s'avérait qu'un sonistrelle dormait-là. Et la belle bête s'éveillait à bord du navire qui rapatriait la violacée, où elle pouvait dès lors reprendre la suite de la championne détrônée. Tout se déroulait sans encombre. Certes elle commettait quelques maladresses dues à sa nervosité et aux nouvelles responsabilités, mais elle s'acclimatait bien vite à cette nouvelle vie palpitante. Son équipe à l'arène excluait son rondoudou mais accueillait sa dernière camarade qu'elle avait entrainé durant trois mois.



Résumé de l'aventure :
 
Salem étant la fille d'un dracologue, et une native d'Ebenelle de Johto, elle a toujours rêvé d'aventure. Et à l'instar de son ainée, Blair, elle partageait l'affection mystique de son paternel pour les dragons, ainsi que cette passion commune, la pêche. Il l'initia à ce sport dès sa plus tendre enfance. C'est d'ailleurs à cette occasion qu'il l'emmenait souvent dans l'antre du dragon, ainsi qu'au lac colère. Une fois en âge de voyager par elle-même, la jeune fille promit de revenir et s'engagea sur le périple de nombreux enfants, la quête des badges. Elle désirait vaincre la championne de sa ville, et lui enseigner l'humilité. 

Elle démarra avec un minidraco et prit son temps entre chaque bourgade et chaque arène. Afin d'en apprendre un maximum de sa région et de toutes ses richesses. Plus elle progressait, plus elle gagnait en maturité. Là elle n'était plus une petite fille chétive, mais une demoiselle prenant de l'assurance. Ses victoires confirmaient cela jusqu'à sa défaite cuisante contre Blanche. Elle prit le train pour Kanto après ça, afin de se changer les idées et palier à ce frein dans sa quête. Là elle retrouvait celle qui allait l'aider dans son voyage, sa chère sœur devenue ranger. Cette dernière lui avait parlé d'une créature adorée par sa jumelle, un rondoudou vagabond.

Au terme de nouvelles péripéties, la belle mauve se liait avec la fée, la confiance régnait. Du reste, le pokemon voulait s'endurcir, la dresseuse lui enseigna dont quelques techniques épatantes. Et elle revint à Doublonville, afin de prendre sa revanche sur Blanche. Forte de sa nouvelle équipe, la sorcière l'emportait et filait vers Rosalia. mais au lieu d'aller défier son champion, où elle envisageait une défaite, elle voyagea vers Acajou et gagna le lac colère. Les difficultés qu'elle rencontra rendirent plus forts ses compagnons. Son minidraco avait évolué et elle avait pêché un magicarpe qui se changea en léviator. Elle était prête à défier Mortimer.

De retour à la ville dudit champion, elle le vainquit mais n'allait pas se reposer sur la force brute de ses suivants. C'est à Oliville qu'elle hésitait à aller trouver le flamboyant Clyde ou traverser la mer en direction d'Irisia. Elle opta finalement pour une destination différente. Le ferry de la cité portuaire l'enlevait à Kalos ou elle retrouvait son ainée qui lui proposait d'aller chasser un nouveau pokemon, un dragon cette fois-ci. Une fois ce coupenotte attrapé, elle rentrait à Johto et prenait la mer pour aller défier Chuck. Ce dernier ne lui offrit pas tant de résistance, si bien qu'elle pensa enchainer avec l'arène d'Oliville.

Une fois son badge en poche, après une bataille laborieuse, la sorcière gagnait finalement Acajou pour y vaincre une possible némésis. Au final elle avait tellement entrainé son équipe que le duel tourna à son avantage. Et elle pu s'engager sur le sentier de la dernière épreuve. Là son draco évoluait, il en fut de même pour son coupenotte. Mais elle fondait crainte quand à ses chances de victoire sur sa proie véritable, la terrible Sandra. A trop penser qu'elle devait la surpasser, l'anxiété la rongeait. Fort heureusement, le fait de retrouver sa famille, qui allait l'encourageait, l'aida à trouver le courage de livrer bataille. Ce qu'elle fit. Finalement elle l'emporta malgré la difficulté que représentait son adversaire. Puis elle retournait à Kalos, chercher son dernier pokemon.

.:-------------------------:.
You're under my spell, my friend ~ ♪ :
 


Dernière édition par Salem Grant le Jeu 22 Sep - 21:08, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Salem Grant


avatar
Messages : 16
Réputation : 1
Date d'inscription : 21/05/2016
Age : 25

MessageSujet: Re: Une sorcière des plus séduisante ~ Mer 14 Sep - 20:57

Navré pour le double post mais j'ai enfin fini cette bon sang de fiche   Surtout prenez votre temps. De plus je me suis rappelé d'un détail, une incohérence au niveau d'un champion. Comme j'ai changé la temporalité du récit, Clyde a déjà remplacé Jasmine, donc Salem n'a pas pu l'affronté elle  (je vais réviser le passage concerné).

.:-------------------------:.
You're under my spell, my friend ~ ♪ :
 
Revenir en haut Aller en bas
Laure Dexila
Ex-assassine Magma
Ex-assassine Magma

avatar
Messages : 694
Réputation : 10
Date d'inscription : 24/03/2013
Age : 22
Localisation : Laure cherche.
Autres Comptes : Archibald Park = Aria Cantore = Sylvia Von Wittelsbach = Andea Capaldi = Juan da Ponte

Informations du personnage
Âge: 13 ans
Alignement: Neutre
Equipe Pokémon:

MessageSujet: Re: Une sorcière des plus séduisante ~ Ven 16 Sep - 19:10

Et bien, l'attente aura été longue... Mais aura été satisfante !
Franchement, très bonne fiche, bravo à toi.

Je t'envoie ton RP test.

.:-------------------------:.


Revenir en haut Aller en bas
Laure Dexila
Ex-assassine Magma
Ex-assassine Magma

avatar
Messages : 694
Réputation : 10
Date d'inscription : 24/03/2013
Age : 22
Localisation : Laure cherche.
Autres Comptes : Archibald Park = Aria Cantore = Sylvia Von Wittelsbach = Andea Capaldi = Juan da Ponte

Informations du personnage
Âge: 13 ans
Alignement: Neutre
Equipe Pokémon:

MessageSujet: Re: Une sorcière des plus séduisante ~ Mer 9 Nov - 20:46

Le RP test a été validé !

.:-------------------------:.


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Une sorcière des plus séduisante ~

Revenir en haut Aller en bas
 

Une sorcière des plus séduisante ~

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pokemon Legends : Rebirth - Forum rpg :: Général et démarrage :: Présentations et prés-crées :: Présentations validées-