Le forum a ouvert son wikia ! Cliquez ici pour y contribuer !
Annonce aux joueurs débutants : Vous êtes perdus ? Cliquez ici pour avoir plus d'informations !
Nouveau thème, nouveau contexte ! Important : Venez vous faire recenser ici !
Derniers sujets
» Rising World
Jeu 10 Aoû - 21:04 par EternalStay

» Pokémon d'Antan
Mer 5 Juil - 13:04 par Invité

» En route pour de nouvelles aventures !
Dim 2 Juil - 21:44 par Kyubi

» Tsuki's World
Sam 24 Juin - 12:35 par Invité

» Abandon du forum et ouverture d'un nouveau forum
Ven 23 Juin - 18:11 par Alice Taylor

» Scénario pour le Reboot ?
Mar 20 Juin - 18:02 par Alice Taylor

» Pokémon Donjon Mystère - Explorers of Abyss
Mar 20 Juin - 10:28 par Invité

» Final Fantasy Rebirth
Mar 6 Juin - 12:35 par Invité

» Suivre l'actu ?
Lun 5 Juin - 9:58 par Invité


Partagez | .

"Le mariage est un saut périlleux dans l'avenir." [PV : Charles]

Aller à la page : Précédent  1, 2
Charles de Beaumarchais


avatar
Messages : 27
Réputation : 0
Date d'inscription : 29/05/2016

Informations du personnage
Âge: 15 ans
Alignement: Voyageur
Equipe Pokémon:

MessageSujet: Re: "Le mariage est un saut périlleux dans l'avenir." [PV : Charles] Jeu 30 Juin - 17:32

« Oh ! Mille excuses monsieur !!! Je vais vous préparer quelque chose… Je suis excellente cuisinière, vous savez ? »

Aaaah, que c'est bon d'entendre de telles paroles... Une cuisinière hors pair à ce qu'elle dit. Chose normale me direz vous dans une famille riche, noble ou même bourgeoise eh bien figurez vous que non. Combien de fois est ce que Charles a mangé ces choux immondes de grand mère ? Arf, rien qu'à y penser ça lui donne mal au ventre. Vite, supprimes l'image de ton esprit, vite, vite ! Il laisse donc la servante passer devant et celle-ci s'arrête d'un coup avant de passer le seuil de la porte en regardant sa maîtresse.

« Mmh… Euh… Amenez Sylvia, cela la réveillera sans doute. »


Ah oui c'est vrai qu'elle dort encore elle... Arf, il faudra la réveiller assez vite. Et surtout il faudra lui expliquer la raison de ce sommeil, sinon elle va croire que Charles est barbant. Et puis le blondinet était loin de penser que Christian se ferait disputer pour ça puisque apparemment c'est commun chez les Von Wittelsbach. Cette famille est quand même un brin étrange vous ne trouvez pas ? Bref, tout en s'occupant de Sylvia, le petit noble raconta cette virée nocturne à Claude.

« Je ne sais pas si ça la réveillera. Après une attaque hypnose et en pleine soirée, le coup est dur et la nuit sera longue. On a croisé un certain Christian qui a envoyé son Teraclope nous rendre visite pour un combat. Etrange façon de recevoir un invité mais bon le combat était plaisant. Bon il faudra voir avec lui si endormir Sylvia était nécessaire... »

Une fois dans la cuisine -qui était trèèèèèèèèès grande- Charles Auguste tenta de réveiller sa fiancée en claquant des doigts près de ses oreilles. En même temps il écoutait parler la servante qui n'avait pas sa langue dans sa poche et qui s'activait pour servir à l'invité son dîner. Mais aucun de ses mots ne détourna Charles de Sylvia, elle dormait paisiblement dans sa robe en soie. Le blondinet osa passer sa main dans les cheveux de sa promise pour lui remettre en place une mèche rebelle qui a profité de inattention du noble pour cacher le visage de Sylvia.

« Excusez-nous, Messire Von Wittelsbach pensait que vous ne voudriez pas manger, et que vous alliez sans doute partir, furieux, demander des explications à vos parents… Et qu'il comprenait largement… Et que ce n'était pas accepta… Rah, elle est lourde ! »


Repartir pour demander des explications était inutile, c'est fait, c'est fait. Et connaissant son père, tous les arguments du monde ne changeront rien. Au mieux il faut en parler à son oncle mais même lui ne serait pas d'accord pour révoquer ce mariage. Et puis comme lui a dit Sylvia, si il le révoque d'une façon ou d'une autre, c'est elle qui en souffrira donc... tant pis, il s'y fera et puis zut. Et puis regardez il s'y fait de plus en plus puisqu'il est passé du non catégorique au moui si il le faut... Allez, peut être qu'à terme il sera même heureux de ce mariage, on y croit !

« La marmite. La marmite est lourde !!! Pas vous ! Bref, que ce n'était pas acceptable que vos parents ne vous ait rien dis. » 


Bah oui c'est « elle », pas « il ». Si on changeait comme ça sans prévenir, ça se saurait non ? Cela fit sourire le blondinet qui se redressa afin de se tourner vers Claude et la voir galérer avec la marmite. Son côté gentleman revient au galop (ou tout simplement son côté serviable) et il alla aider la jeune fille à porter la marmite jusqu'à la table la plus proche. Booorf c'est vrai qu'elle est lourde... la marmite hein, pas Claude !

« Je vais faire des pâtes, avec du chorizo, des tomates, et des poivrons… Cela me semble bien… Puis pour réveiller mademoiselle, mieux vaut un truc épicé… Vous aimez les épices ? A Hoenn, c'est notre spécialité ! 
- Miam, je suis certain que ce sera bon ! Je ne sais pas cuisiner mais vu les produits dont tu me parles ça devrait être excellent ! Les produits sont frais j'espère ? »


Il se fout royalement que ces derniers soient frais, congelés, brûlés, aromatisés ou quelque chose qui finit en [é] mais Charles a retrouvé sa petite touche d'humour qu'il avait perdu en mettant le pied ici alors il en profite. Et pour réveiller mademoiselle... Bah tout simplement un Tarpaud, de l'eau et chaaaaaaa ! Elle se réveille ! Allez on tente et si ça marche pas... Il reste le plat épicé. Et si lui même ne marche pas me direz vous ? Eh bien on lui bouche le nez et normalement elle devrait se réveiller... ou s’asphyxier... Ouais on va pas tenter en fait.

« Attends je vais tenter quelque chose. Tarpaud ! Le Pokémon sortit de sa PokéBall avec un air zen et fatigué. Crache légèrement de l'eau sur le visage de Sylvia. AH ! Légèrement j'ai dis ! »


Je vous ai dis qu'il était fatigué ? Parce que le petit filet d'eau n'était pas si petit que ça et le dresseur dû utiliser ses manches pour éviter à tout prix que la robe ne soit trop mouillée. Aaaah catastrophe ! Enfin ceci dit, la scène était hilarante. Claude près de la table qui regarde la scène, Sylvia avec le visage et la poitrine humide si ce n'est trempé, Charles au dessus d'elle qui tente de faire sécher tout ça en tapotant... Sur le visage hein, pas la poitrine. Et les épaules aussi, un peu. Faites que personne n'entre par pitié...

.:-------------------------:.
Je parle en #cc9900
Revenir en haut Aller en bas
Sylvia Von Wittelsbach


avatar
Messages : 134
Réputation : 10
Date d'inscription : 23/10/2013
Autres Comptes : Laure Dexila-Juan Da Ponte-Aria Cantore-Andea-Capaldi-Archibald Park

Informations du personnage
Âge: 15
Alignement: Neutre/Civil
Equipe Pokémon:

MessageSujet: Re: "Le mariage est un saut périlleux dans l'avenir." [PV : Charles] Ven 1 Juil - 9:34

Alors qu'elle préparait à manger...

« Je ne sais pas si ça la réveillera. Après une attaque hypnose et en pleine soirée, le coup est dur et la nuit sera longue. On a croisé un certain Christian qui a envoyé son Teraclope nous rendre visite pour un combat. Etrange façon de recevoir un invité mais bon le combat était plaisant. Bon il faudra voir avec lui si endormir Sylvia était nécessaire... »

« L'andouille de première. Sans doute qu'il a voulu… Je sais pas ce qui passe dans la tête de ce garçon. Vous vous rendez compte que je dois après m'occuper des dégats après ? Il est gentil, mais bon sang... »


Et c'est partie ! La fameuse Claude semblait mécontente ! Elle connaissait bien maintenant le fameux Christian… Cela faisait quelques années que les deux collaboraient, et donc, les deux se connaissaient bien, et formaient un duo… Parfois difficile, mais les deux s'appréciaient bien, au fond… Cependant, Claude était beaucoup plus responsable que son compère de sexe masculin. A ses yeux, elle considérait que le fameux jeune homme, Christian n'était pas méchant, mais il devait absolument apprendre à être plus respectueux, et plus sage. C'était un ordre, et quelques choses d'obligatoire… Donc, il devait le respecter… Sauf qu'on parle de Christian, et Christian n'obéissait qu'aux ordres les plus important, et/ou ceux qui lui plaisaient. A la grande différence de Claude, qui considérait que les désirs de Sylvia étaient ses ordres. Deux mentalités différentes, et pourtant, deux personnes aux services de la jeune collectionneuse handicapée, qui pour le moment était encore dans les bras de Morphée.

Alors qu'elle déclarait tout cela, Claude n'oubliait pas la cuisine… Et là, on pouvait voir qu'en effet, elle s'y connaissait. Ayant prit un énorme couteau, elle s'occupait du Chorizo, qu'elle tranchait en fine tranche, pour ainsi avoir des rondelles qui seraient utiles pour la cuison. Après avoir fait cela, elle mit de l'eau à bouillir, le temps que le Chorizo cuise. Elle vida les poivrons, et coupa les tomates en tranche, qu'elle mit à frire, tout en rajoutant du coulis de tomate… Visiblement, elle était entrain de faire une sauce, et les odeurs épicés emplissaient la cuisine, tandis qu'elle continuait de travailler sur sa cuisine. On sentait qu'elle adorait cela, et elle continuait à parler de tout et de rien avec Charles, pendant ce même temps. C'était rare qu'on l'accompagnait dans sa cuisine. Donc, c'était bien pour elle…

« - Miam, je suis certain que ce sera bon ! Je ne sais pas cuisiner mais vu les produits dont tu me parles ça devrait être excellent ! Les produits sont frais j'espère ? »

« Bien sur ! »


Bien sur que les légumes étaient frais ! Claude n'aimait pas travailler avec les boites de conserves, et les surgelés… Alors, bien sur, cela était quand même bien plus pratique, elle devait bien l'avouer… Mais bon. D'un côté, c'était quand même bien meilleurs frais, il faut bien le dire ! En effet, dans les processus de conservations, on perdait beaucoup. Surtout dans la mise en conserve, où elle devait toujours bien laver les produits, étant donnés que bah… Disons que l'eau, dans les boites de conserves, étaient remplis de tout ce qui était mauvais. Conservateurs entre autres… Pour ce qui est du surgelé, c'était meilleurs, il faut l'avouer, que les boites de conserve, sans pour autant, être véritablement exceptionnel… Après, ça dépendait des ingrédients. Certains supportaient extrêmement bien la congélation, tandis que d'autres perdaient presque tout leur goût… Ah, qui sait… Peut-être que si tu goûtes Han Solo, après sa congélation dans L'Empire Contre-Attaque, tu découvres qu'il a encore super bon goût… Je dis ça pour toi, Leïa…

« Attends je vais tenter quelque chose. Tarpaud ! Crache légèrement de l'eau sur le visage de Sylvia. AH ! Légèrement j'ai dis ! »

« Aaah ! »


QU'EST-CE QU'IL FAISAIT ?! Bon sang de bonsoir de bordel d'Arceus ! Oh mon dieu ! Elle avait jurée. Elle devait pas jurer, ça va pas, ce n'est pas poli… Mais en même temps… Bon sang de bonsoir ! C'était quoi cette technique pour réveiller Sylvia ? Utiliser un… Un… Elle savait même pas ce qu'était que ce truc ! Enfin, si un Pokémon… Et si elle avait bien écouté, un Tarpaud… Mais quand même ! Là, elle se disait que cela ressemblait beaucoup aux techniques du fameux Christian, quand il voulait réveiller Sylvia… Non ! Elle allait encore être grognon toute la journée… En tout cas, c'était comme ça que cela se passait en général ! Bref, en tout cas, évidemment, le tout fut catastrophique. Le fameux Tarpaud, ne se contenta pas de légèrement arrosé le visage de la jeune demoiselle, mais lui fit un véritable déluge, qui aspergea la pauvre demoiselle, qui décidemment, c'est le Karma, subissait pas mal des Pokémons en ce moment… Evidemment, Claude de suite commença à déclarer :

« Voyons monsieur ! Mademoiselle ! Vous allez bien ? Ah, c'est catastrophique… Votre belle robe… Ne faîtes pas de mouvement brusque. Vous pourriez avoir un problème cérébrale, un AVC, ou pire encore !!!
-Gnèé… ? »


Claude, claude, claude… Une éternelle paranoïaque, et qui comme Christian, tenait avant tout à sa jeune maîtresse ! En même temps, une fois, à cause de son manque de précaution, elle avait manqué de perdre la tête… En plein manoir… Et devant Sylvia… Donc, cela se comprenait un peu plus ! Mais quand même ! Après, il était vrai qu'après s'être réveillé violemment, on pouvait parfois avoir des problèmes, suite à des mouvements brusques, au niveau du cerveau. Cela pouvait aussi parfois être extrêmement violent, et même amener à la mort… Mais on parle quand même de situation véritablement exceptionnel ! Bref, donc, vous avez deviner… La fameuse servante de la collectionneuse était entrain de stresser pour rien… Surtout que quand on voyait la jeune collectionneuse aux cheveux roses… Bah… Elle avait presque la même réaction que moi, quand je me lève, après une grasse matinée spécialement bien mené… Comme ce matin, par exemple. Et ainsi, elle déclara :

« S'est passé quoi ? Oh, salut Claude… Fait frisquet, ferme la fenêtre de la chambre, s'il te plait… Charles, vous êtes… Dans ma chambre ? »

Tient ? Visiblement, Sylvia était encore un peu dans les vapes… En même temps, après une Hypnose, il était classique d'être un peu débousollé pendant un moment. En tout cas, elle avait repéré Charles, et elle avait repéré Claude. Bref, que se passe-t-il ? Et bien, il faisait frisquet. C'était logique, la Cuisine était un endroit où il faisait frais. Mais en plus, et bien… Comme elle était trempée… Et bien, tout simplement, elle avait froid. Comme en plus, sa robe blanche était trempée, et bien, elle commençait à coller à sa peau, au niveau du cou, du haut du dos, et de la poitrine, ce qui était extrêmement, premièrement, gênant, et deuxièmement, elle avait froid donc. Et bah dis donc, quel coquin ce fameux Charles. Dès la première soirée, il trempe sa future épouse… Quoi ? Non, j'ai rien dis, voyons, c'est pas moi, forum tout public, ne vous inquiétez pas. Ainsi, pour conclure ce post, la situation était un peu spéciale… Surtout que Claude retourna à son plat, car bon sang, en plus, si le plat crâmait, et bien.. Cela n'allait pas le faire ! Mais alors pas le faire du tout, si vous voulez mon avis.

.:-------------------------:.
"Quand je suis atterré, à genoux, sans force, je me rappelle que je suis une Von Wittelsbach, et que c'est dans l'honneur que ma famille survit."
Sylvia's Thème
Revenir en haut Aller en bas
Charles de Beaumarchais


avatar
Messages : 27
Réputation : 0
Date d'inscription : 29/05/2016

Informations du personnage
Âge: 15 ans
Alignement: Voyageur
Equipe Pokémon:

MessageSujet: Re: "Le mariage est un saut périlleux dans l'avenir." [PV : Charles] Sam 2 Juil - 12:56

« Aaah ! »

Oui « Aaah ! », Charles eu exactement la même réaction. Bordel mais ce Pokémon va le rendre fou c'est pas possible, vous vous souvenez -car vous avez tous lu la fiche de Charles, hein- que ce Tarpaud était à la base le Ptitard bien vicieux qui éclaboussa gaiement le Charles étant plus jeune. Et donc forcément, il excelle dans l'art de la tromperie, de la fourberie et surtout du foutage de merdouille. Dans l'esprit du dresseur, tout était clair, c'était un coup monté ! Ce n'est pas possible que par deux fois le Pokémon s'amusent à éclabousser la collectionneuse, il y a anguille sous roche... Ce Pokémon était décidément récalcitrant, c'est à se demander si il n'était pas Foufou de nature celui là. Heureusement en entendant les cris, le Pokémon s'arrêta net pour se prendre sa PokéBall en pleine face. Hop il rentre à la maison et qu'il n'en sorte plus ! C'est donc dans une panique indescriptible que les deux réveillés réagirent...

« Voyons monsieur ! Mademoiselle ! Vous allez bien ? Ah, c'est catastrophique… Votre belle robe… Ne faîtes pas de mouvement brusque. Vous pourriez avoir un problème cérébrale, un AVC, ou pire encore !!!
-Gnèé… ? »


Un problème cérébrale ? Là c'est davantage le jeune noble qui va faire un AVC, voire une crise cardiaque même. Attendez mais, mais... ça l'a réveiller ! Aaah mais non, mais non ! Rendors toi, rendors toi, il ne se passe rien ! Il ne manquerait plus que dans la panique, le Beaumarchais demande à sa grenouille d'user d'hypnose et on serait au fin fond du comble. Et puis la robe, la robe bon sang ! Elle est... blanche ! Oh Arceus je t'en prie, que personne ne passe le seuil de cette porte, pitié, pitié...

« S'est passé quoi ? Oh, salut Claude… Fait frisquet, ferme la fenêtre de la chambre, s'il te plait… Charles, vous êtes… Dans ma chambre ? »

Elle divague la pauvre petite. Et l'autre qui hurle à tue tête. Mais tais toooiiii ! Sileeeenceeeuh ! Imagine y a le père von Wittelsbach qui arrive, il a l'air de quoi le blondinet ? Boh là là on est au bord de la catastrophe... Y a Goupix qui peut réchauffer Sylvia... Oh et puis non vaut mieux pas. Les Pokémon il a assez donné pour aujourd'hui et non il ne fera pas de choses louches pour la réchauffer, désolé de briser vos idées.

« Chhuuuuuut ! On va t'entendre dans tout le manoir ! »

Cette phrase était destiné à Claude, d'ailleurs Charles adopta la bonne attitude pour lui faire comprendre en mettant son doigt sur sa propre bouche et en lançant un regard inquisiteur et désespéré à la servante. Et il « cria » sous l'égide du chuchotement. Vous savez quand vous devez chuchoter fort pour vous faire entendre, quand vous vous explosez la gorge là. Ben voilà ici c'est pareil. On se croirait presque dans une salle de classe « Chuut le prof arrive ! Tais toi ou le CPE va venir bordel ! ». Aah, que de bons souvenirs. Une fois que Claude eu fini de subir la peur de Charles, ce dernier eu le malheur de découvrir que le blanc et l'eau n'allaient pas bien ensemble et sans plus de cérémonies il enleva sa veste pour... la lancer sur la partie supérieure du corps de Sylvia histoire de cacher cette inondation notoire.

« Hum... pas vraiment, nous sommes dans la cuisine... Et heum... il vaut mieux que vous retourniez dans la chambre toutes les deux histoire... de vous sécher très cher vu... qu'il a plu et qu'on est pas rentré à temps... »

Vas-y enfonces toi Charles, rame bien, prend cet air gêné et prie. Prie pour que nul n'en sache jamais rien ou ton destin est tout tracé. Il regarda Claude comme si -étrangement- il venait de faire une bêtise, une grooosse bêtise.

« Il faut qu'elle se change, je sais pas moi, c'est toi qui connaît le mieux les lieux ici ! J'apporterais le dîner dans la chambre ou je sais pas moi mais il faut faire quelque chose ! »

Paniiiique ! Qu'est ce qu'on fait, il jeta un coup d'oeil par la porte, personne... pour le moment. Espérons que personne n'entende les cris de la servante et surtout que personne n'ai une envie de casse croûte. Espérons que cet immense manoir ai deux cuisines. Comment ça c'est très peu probable ? Mais taisez vous, faut espérer dans la vie !

.:-------------------------:.
Je parle en #cc9900
Revenir en haut Aller en bas
Sylvia Von Wittelsbach


avatar
Messages : 134
Réputation : 10
Date d'inscription : 23/10/2013
Autres Comptes : Laure Dexila-Juan Da Ponte-Aria Cantore-Andea-Capaldi-Archibald Park

Informations du personnage
Âge: 15
Alignement: Neutre/Civil
Equipe Pokémon:

MessageSujet: Re: "Le mariage est un saut périlleux dans l'avenir." [PV : Charles] Dim 3 Juil - 16:12

Claude était presque au bord de l'hystérie ! Mais c'est pas possible ! En plus, elle venait de regarder sa jeune demoiselle d'honneur… Et bam ! Voilà qu'elle remarquait… Ce qui arrivait quand une robe blanche se trouvait trempée… Et bien… Vous devinez quoi. Non, je ne vais pas le décrire ! Vous pouvez toujours rêver ! En effet, alors que le tissu blanc imbibée d'eau commençaient à coller à la peau, réaction normal, surtout que le tissu, de superbe qualité, était d'une finesse incroyable, étant donné que la région de Hoenn est une région chaude… Donc, tissu fin, plus eau… C'était égale au fait que cela allait coller à mort la peau, et les courbes de la jeune demoiselle aux cheveux roses, la future promise à Charles… Ah bah tient, si finalement, j'ai décris la situation. Mais cela est restée parfaitement soft. Comme quoi, vous voyez qu'on a pas forcément besoin d'être graveleux pour décrire une situation embarassante et gênante pour les personnages… HEIN FAIRY TAIL ? Oui, c'est à toit que je parle, manga graveleux qui en a carrément oublié son scénario par moment ! Mais bref, retour au RP !


« Chhuuuuuut ! On va t'entendre dans tout le manoir ! »

De suite, Claude ferma sa gueule. Euh… C'est… Bon. On ne parla pas du fait que le fameux Charles fit presque autant de bruit que Claude, en disant qu'elle devait se taire… Mais bon… Cela était classique. C'était exactement comme le narrateur de Charles a décrit, dans son paragraphe, avec l'anecdote des élèves, du prof et du CPE. Je connais tout à fait ça… Mais bon. En tout cas, le fameux Charles déclara à la fameuse Sylvia, et à la toute aussi fameuse Claude, ses quelques mots pour tenter d'expliquer cela :

« Hum... pas vraiment, nous sommes dans la cuisine... Et heum... il vaut mieux que vous retourniez dans la chambre toutes les deux histoire... de vous sécher très cher vu... qu'il a plu et qu'on est pas rentré à temps...Il faut qu'elle se change, je sais pas moi, c'est toi qui connaît le mieux les lieux ici ! J'apporterais le dîner dans la chambre ou je sais pas moi mais il faut faire quelque chose ! »

« -Bien monseigneur !
-Que… Qu'est-ce que ce bordel ? Claude, attend !!! »


Sylvia n'avait rien compris. Mais alors rien compris. Avant qu'elle est le temps de dire « Anticonstitutionnellement », qui n'est pas le mot le plus long de la langue française « classique » (c'est à dire sans compter le vocabulaire scientifique) mais « intergouvernementalisation », la jeune collectionneuse fut emportée par Claude, qui partit en toute vitesse… La jeune collectionneuse en effet, ne comprenait pas. Comment il avait put pleuvoir, et qu'elle ne le remarque pas, et que tout d'un coup elle s'endort… Tout cela était bien complexe, mais vous inquiétez pas… Ou plutôt, Charles, inquiète toi à mort, étant donné que notre fameuse Claude allait sans doute tout raconter… Enfin, raconter tout ce qu'elle savait… C'est à dire pas tout, et tout par à coup… Et avec son caractère… Mais bref, inutile de s'inquiéter tout de suite… Nous aurons tout le temps d'aborder cela…

C'est ainsi que la grande cuisine des Von Wittelsbach se retrouva… Vide, en toute logique, étant donné qu'il ne restait plus que Charles, la sauce des pates qui cuisaient tranquillement, et les pâtes qui faisaient la même chose… Espérons que le fameux Charles allaient savoir comment finir le plat… Il ne restait presque plus rien à faire, juste attendre que tout soit cuit, et verser les pates dans la sauce, pour pouvoir aller servir. Ce n'était pas compliquée… Mais bon, vu le talent de certaines personnes dans la cuisine… Mais bref, soyons un peu optimiste ! En tout cas, tout cela sentait mal pour le fameux Charles… Et bien ! On pouvait dire qu'il avait une sacrée journée ! D'un seul coup, il avait découvert qu'il était promise à l'une des héritière les plus riches de la planête, et l'une des plus grande collectionneuse qui existe… Et il avait rencontré une bonne partie des habitants du manoir… Et il semblait pas encore prêt à avoir la paix… Mais bon, heureusement, visiblement, malgré tout le rafut, personne n'arrivait. Par un miracle, visiblement, personne n'aurait entendu tout cela…

« C'est là que vient ce bazar… ? »

Ohoh… Et bien, si. Finalement, quelqu'un était venu… Hiverne Von Wittelsbach. La sœur ainé de Sylvia… Bordel. Le fameux Charles n'avait pas de chance… En une soirée, s'il continuait ainsi, il allait voir toute la famille de Sylvia… On pouvait dire qu'il faisait très très très fort. En même temps… Quand on s'alliait avec une Von Wittelsbach, on découvrait tout les Von Wittelsbach… Cette cohésion de la famille, ne semblait pas aussi forte, chez les Beaumarchais… mais en tout cas… Bref, la fameuse Hiverne Von Wittelsbach, qui était entrain de travailler dans un bureau, au rez-de-chaussé, avant entendu les cris, et avait reconnu la voix de la fameuse Claude. Inquiète, même si elle connaissait bien Claude, et ses tendance à avoir peur pour rien, et bien… Elle décida d'aller quand même voir ce qui se passait. Sauf que prenant un autre couloir de Claude et Sylvia, elle ne rencontra pas ses dernières, et arriva alors dans la cuisine, qui était alors vide… Mise à part un petit blond, et un plat mijotant des poivrons, des chorizos, et des tomates, et une marmitte de pâtes.

« … Oh, bonjour jeune homme. Tu es… ? »

Hiverne avait une manie, qui pouvait être très gênante : Quand elle regardait, tu avais vraiment l'impression que ton âme passait au rayon X. En même temps, on s'attendait pas moins d'une personne qui allait hériter d'un des plus grands empires économiques de Hoenn, et même du monde… Elle regardait Charles, et se demandait d'où il venait, et qu'il était… Un voleur ? Peu probable. Franchement, cela l'étonnerait de trouver un voleur dans la cuisine, avec un plat qui serait entrain de réchauffer… Peut-être un voleur qui aurait faim, et qui aurait décidé de se faire un petit plat… Enfin, bon, je dis ça, mais c'est pas irréaliste. J'connais quelqu'un qui s'est fait voler, et dont les voleurs ont mangés les bananes qu'il avait dans son pot à fruits… Donc, bon… Pourquoi pas un voleur qui coupe des tomates, des poivrons, du chorizo, et qui met des pâtes à cuire… Après tout, cela peux être réaliste non ? Non ? Pas du tout ? Ouais vous avez raison, ça serait totalement con… Donc digne de moi.

.:-------------------------:.
"Quand je suis atterré, à genoux, sans force, je me rappelle que je suis une Von Wittelsbach, et que c'est dans l'honneur que ma famille survit."
Sylvia's Thème
Revenir en haut Aller en bas
Charles de Beaumarchais


avatar
Messages : 27
Réputation : 0
Date d'inscription : 29/05/2016

Informations du personnage
Âge: 15 ans
Alignement: Voyageur
Equipe Pokémon:

MessageSujet: Re: "Le mariage est un saut périlleux dans l'avenir." [PV : Charles] Lun 11 Juil - 9:01

« -Bien monseigneur !
-Que… Qu'est-ce que ce bordel ? Claude, attend !!! »


Chuut, ne rend pas plus compliqué cette soirée, que dis-je, cette journée qui l'est suffisamment ! Et donc après le semblant d'énervement de Charles, les deux demoiselles partirent au quart de tour un peu comme lors d'une course de Formule 1. Cette image est bien trouvée dîtes donc... Enfin bon, ça y est, la cuisine est vide, on va pouvoir se poser pour réfléchir à tout ça. Le blondinet lâcha un gros soupire avant de laisser s'échapper un léger rire. Comment ne pas rire face à cette histoire quand même ? Honnêtement ? Ben il aurait pas dû, ça attire encore des gens. Bordel ils sont combien dans ce manoir ?

« C'est là que vient ce bazar… ? »

Une voix se fit entendre dans le couloir et le garçon écarquilla les yeux, vite ! Faut passer inaperçu ! Ni une, ni deux, le Beaumarchais se mit devant la casserole de pâtes et remua ces dernières avec un air absolument normal et angélique. Il avait l'habitude d'embrouiller les gens après avoir fait une bêtise, c'est le moment dé vérité, tout cet entraînement aura t-il servit ? Un jour il avait cassé le vase de sa mère qu'elle tenait de sa mère, qu'elle tenait elle même de sa mère. Grâce à un stratagème bien mené, Charles réussit à faire retomber la colère de sa mère sur son Tarpaud. Comment ça c'est moche de faire ça ? Ouais bah le Tarpaud il le méritait amplement après tout !

« … Oh, bonjour jeune homme. Tu es… ? » 


Ok, ok... Allez, on prend une grande inspiration et on se retourne avec un sourire joyeux et angélique. Une femme... plus âgée que lui à première vue. Et surtout qui lance un grand froid dans la pièce. Elle ne bougeait pas, seules ses pupilles se mouvaient sur le corps du blondinet qui gardait son sourire bien qu'il sentait la gêne. Vite ! Option de secours numéro 49,3 ! Il s'inclina et se recoiffa instinctivement.

« Bonsoir mademoiselle, je vous prie d'excuser le dérangement. Je suis Charles Auguste de Beaumarchais, Monsieur Von Wittelsbach ne vous a point prévenu de mon arrivée ? Je suis venu ici pour rencontrer ma fiancée, Sylvia. Nous avons longuement discuté dans le jardin et je souhaitais lui préparer le dîner. Il s'avère que j'ai mal pris le mariage forcé et j'essaie de me rattraper le mieux possible envers mademoiselle. Hélas alors que Claude et moi préparions le repas, Sylvia est arrivée et donc vous comprendrez qu'il y a eu un moment de panique pour ne pas qu'elle voit ma petite surprise. Claude l'a ramené dans sa chambre le temps que je termine de... Oups les pâtes ! »

Et ça discute, et ça s'innocente, et ça oublie surtout les pâtes sur le feu ! L'eau avait commencé à déborder et le bruit de son évaporation fit se retourner le garçon qui s'occupa de couper la chaleur. Bon, on va pas se mentir, Charles cuisine comme un pied. Heureusement il sait faire des pâtes... AMEN ! Bah oui, mine de rien quand il quittait le manoir comme un fuyard pour aller se réfugier chez des amis de plus basse naissance, il aidait à la cuisine. Même si de semaines en semaines, ces dis amis lui ont clairement demandé de ne plus toucher aux casseroles. On se demande pourquoi... Donc il éteint tout ça, vide les pâtes dans la passoire, remet le tout dans la casserole, met la sauce qui cuisait un peu plus loin et poursuivit comme il pouvait la conversation.

« Cette journée fût chargée en émotion, une fois le plat remit à mademoiselle, je rentrerais à Sinnoh... Je ne souhaite pas vous déranger pour la nuit. Je suis un peu maladroit, il ne faudrait pas que je gêne davantage. Hum... Et vous mademoiselle, puis-je avoir la joie et l'honneur de connaître votre nom ?»

Sur cette dernière tirade il sourit à son interlocutrice, un peu amusé. Hop il se retourne et termine son plat en ajoutant un peu de fromage rappé, sel, poivre... On goûte... Hum... Moui c'est très bon ! Allez, il suffit maintenant de présenter tout cela convenablement, on met les couverts, un verre d'eau et ce sera bon ! Arf et il faudra ensuite expliquer tout ça à Sylvia... Pff c'est bien compliqué cette histoire. Charles termina de remplir le verre d'eau et mit le tout sur un plateau avant de se retourner vers Hiverne

« Puis-je me retirer mademoiselle ? »

.:-------------------------:.
Je parle en #cc9900
Revenir en haut Aller en bas
Sylvia Von Wittelsbach


avatar
Messages : 134
Réputation : 10
Date d'inscription : 23/10/2013
Autres Comptes : Laure Dexila-Juan Da Ponte-Aria Cantore-Andea-Capaldi-Archibald Park

Informations du personnage
Âge: 15
Alignement: Neutre/Civil
Equipe Pokémon:

MessageSujet: Re: "Le mariage est un saut périlleux dans l'avenir." [PV : Charles] Lun 11 Juil - 19:59

Hiverne regardait donc le fameux Charles de Beaumarchais… Au début, elle l'avait prit éventuellement pour un serviteur qu'elle ne connaissait pas. Cela aurait été tout à fait possible… Après tout, elle ne connaissait pas tout les serviteurs, encore heureux, qui était dans le manoir… Beaucoup avaient ce boulot, et rentraient chez eux le soir. Seulement deux domestiques par membre de la famille était constamment dans le manoir, et y vivait. On connaissait maintenant ceux de Sylvia, Christian et Claude, mais il fallait comprendre qu'il y en avait aussi pour la fameuse Hiverne, pour ses frères, et même pour Alexandre Von Wittelsbach, et Hélène de la Limouzinière, les deux parents de la famille… Cela faisait beaucoup de monde, pour ce manoir ! Et bien, ainsi, elle pouvait croire que Charles en étaient un… Mais une chose tranchait : Sa tenue n'était pas, et de loin, une tenue qu'on s'attendrait pour un serviteur des Von Wittelsbach. Ceux-ci vivaient bien, ne croyez pas qu'ils étaient maltraités !!! Mais quand même… Il avait une tenue presque noble.

« Bonsoir mademoiselle, je vous prie d'excuser le dérangement. Je suis Charles Auguste de Beaumarchais, Monsieur Von Wittelsbach ne vous a point prévenu de mon arrivée ? Je suis venu ici pour rencontrer ma fiancée, Sylvia. Nous avons longuement discuté dans le jardin et je souhaitais lui préparer le dîner. Il s'avère que j'ai mal pris le mariage forcé et j'essaie de me rattraper le mieux possible envers mademoiselle. Hélas alors que Claude et moi préparions le repas, Sylvia est arrivée et donc vous comprendrez qu'il y a eu un moment de panique pour ne pas qu'elle voit ma petite surprise. Claude l'a ramené dans sa chambre le temps que je termine de... Oups les pâtes ! »

« Mmmh. »


Le fameux Charles avait un vrai talent… Un véritable talent quand il discutait, et surtout, quand il faisait un discours. Alors qu'il avait enchaîné gaffe et boulette, ses derniers temps, il arriva avec brio à retomber sur ses pattes. En tout cas, pour Hiverne, cela expliquait beaucoup de chose. C'était un jeune noble, tout simplement, promis à Sylvia… Mmh… Mignon ce garçon… Dis-donc, Sylvia en avait d ela chance. Elle aurait aimé que son époux quand elle avait l'âge de Sylvia, soit aussi mignon… Mais bref… Un Beaumarchais ? Sans doute pas un membre de la famille principal… Cela l'étonnerait grandement que Sylvia, aussi importante soit sa dot, soit promise à un prince… C'était sans doute un membre d'une branche secondaire. Cela serait à son sens le plus logique… Après tout, les branches secondaires, qui souvent n'avait pas accès aux budgets royaux, cherchaient quand même à vivre royalement… Sauf qu'elle n'avait pas les finances. Le choix de se marier avec des très riches bourgeois se trouvaient alors obligatoire…

« Cette journée fût chargée en émotion, une fois le plat remit à mademoiselle, je rentrerais à Sinnoh... Je ne souhaite pas vous déranger pour la nuit. Je suis un peu maladroit, il ne faudrait pas que je gêne davantage. Hum... Et vous mademoiselle, puis-je avoir la joie et l'honneur de connaître votre nom ?»

« Adorable. »


Ouah ! C'était dit… Si brutalement ! Enfin, pas dans le sens, elle le dit de manière brutale ! C'est plutôt que cela était surprenant ! On s'y attendait pas... Visiblement, Hiverne avait été véritablement charmé par le comportement chevaleresque du jeune Charles… Mais après, il faut bien comprendre le mot « charmé »… Elle n'était pas tombée amoureuse, bien sur ! Elle était cependant très satisfaite de voir sa politesse, et appréciait beaucoup comment il parlait, et comment il se débrouillait. C'était visiblement un malin, et sans doute quelqu'un qui saurait se débrouiller avec une fille capricieuse, et parfois carrément tyranique qu'était Sylvia… Et ouais, elle avait beau adorer sa petite sœur, elle savait quand même reconnaître les défauts de cette dernière. Et elle savait qu'il lui faudrait un époux concilliant, et sachant bien manier les mots, s'il voulait pas se faire bouffer tout cru par la fameuse Sylvia Von Wittelsbach… Mais bref. Alors que la fameuse Hiverne allait répondre à la question posé par Charles… Cette dernière fut coupée avant même de parler -ce qui n'est pas coupé, soyons d'accord-, et Charles déclara ainsi :

« Puis-je me retirer mademoiselle ? »

« Bien sur, Charles. Je me présente quand même, je suis la sœur ainé de Sylvia. Hiverne Von Wittelsbach. Tu peux m'appeller madame. Voilà neuf ans que j'ai rencontré mon époux, de la même façon que Sylvia t'a rencontré. »

Comme quoi, parfois, cela se passait bien ! Et bien, pas tout à fait… Dans le cas d'Hiverne, il fallait dire… Si Hiverne et son mari s'appréciait, c'était sans plus. Il n'y avait pas d'amour entre les deux. Aucun, même. Non, il savait qu'ils étaient tout deux mariés pour le bien de leurs familles respectives, et puis, c'est tout. Il avait eu deux enfants, deux garçons, et voilà. Il se concentrait sur ce dont il devait se concentrer, et inversement, Hiverne, elle se concentrait sur son futur empire économique, qu'elle allait diriger, en temps que nouvelle chef de la famille Von Wittelsbach… Bref, des destins bien tracés, et dont l'amour n'avait malheureusement que très peu de place… Pour ne pas dire aucune, même, soyons franc… Mais bref, en tout cas, visiblement, elle semblait contente que cela n'allait pas se passer comme ça pour Sylvia… Comment pouvait-elle savoir que cela n'allait pas se passer comme ça pour Sylvia… Et bien… Euh… Dois-je vous le dire ? Non, c'est bon… Visiblement notre fameuse Hiverne allait s'en occuper toute seule. Et bien, c'est tant mieux ! Ecoutons là, alors…

« Mon bout de chou ? Soit mignon et ne blesse pas notre Sylviachou. »

Une famille unie, et qui pensait avant tout à se protéger mutuellement. Pendant tant de temps, les Von Wittelsbach, n'avaient pensé qu'à s'enrichir… Sans doute qu'un jour, il s'était passé quelques chose dans la famille, qui avait fait qu'elle avait compris qu'au stade où elle était arrivé, il n'y avait plus qu'être uni, pour survivre, et progresser… Ainsi, la fameuse Hiverne déclara, avec un très grand sourire, les yeux fermée, et se baissant pour être à la hauteur du jeune Charles de Beaumarchais, pour bien qu'il comprenne :

« Si tu le fais, je ne suis pas sur qu'on sera capable de te retrouver en un morceau… Au plaisir de te revoir, Charles ! »

C'est sur ses jolies mots, que la fameuse Hiverne fit un grand sourire à Charles, et le laissa partir avec tout ce dont il avait besoin pour le fameux repas, qu'il avait préparer… Enfin, que Claude avait grandement préparée. Mais bon, en tout cas, ainsi, voilà, Charles était prévenu, et visiblement, il était difficile de dire si la fameuse principale héritière du puissant Empire des Von Wittelsbach (empire à prendre au sens figuré, bien entendu, on ne parle pas des vrais Von Wittelsbach du Saint Empire Romain Germanique…) était entrain de rigoler, ou si elle était pleinement décidé à mettre en application ses menaces, si un jour cela arriverait… Bref, toujours faire attention ! Mais là, elle avait décidé de laisser sa chance au fameux Charles. D'ailleurs, le laissant tranquille, elle partit tranquillement, vers son bureau, pour retourner au travail, qui la maintenait réveiller… Et pour manger, vous me direz ? Et bien, tout simplement, elle allait attendre que son domestique lui apporte une soupe. Elle avait pas besoin de plus. Mais bref, ainsi, Hiverne partait, et sans aucun doute que Sylvia et Claude allait revenir.

.:-------------------------:.
"Quand je suis atterré, à genoux, sans force, je me rappelle que je suis une Von Wittelsbach, et que c'est dans l'honneur que ma famille survit."
Sylvia's Thème
Revenir en haut Aller en bas
Charles de Beaumarchais


avatar
Messages : 27
Réputation : 0
Date d'inscription : 29/05/2016

Informations du personnage
Âge: 15 ans
Alignement: Voyageur
Equipe Pokémon:

MessageSujet: Re: "Le mariage est un saut périlleux dans l'avenir." [PV : Charles] Dim 24 Juil - 13:30

« Adorable. »

Euh ouais... Souris Charles, souris. Elle fait peur elle, la madame est bizarre, je répète, ici Blondinet qui appelle la base, la femme louche nous regarde d'un œil étrange. Elle souris de façon lubrique aaaaaaaaahhhhh ! On perd le contrôle c'est la panique, la paniiiiique ! Alors forcément là Charles est seul, dans une pièce immense, dans un manoir qui fait peur face à une femme qui fait peur, devant apporter le dîner à Sylvia dont il a peur de la réaction. Ça fait beaucoup de peur quand même pour un si jeune garçon en si peu de temps. Alors comment va t-il s'en sortir ? Il sourit ! Bon au passage il sue un peu par crainte et respire au ralentit pour ne pas l’appâter mais il sourit et c'est ça le principal. Donc il redemande si il peut partir marce qu'il est très occupé, oui, oui, oui !

« Bien sur, Charles. Je me présente quand même, je suis la sœur ainé de Sylvia. Hiverne Von Wittelsbach. Tu peux m'appeller madame. Voilà neuf ans que j'ai rencontré mon époux, de la même façon que Sylvia t'a rencontré. 
-Pardon madame »


Pardon madame, excusez moi madame, ça ne se reproduire plus madame ! C'est ce qu'il répétait en boucle dans sa tête. L'aura que dégageait Hiverne le clouait au sol, comment pouvait elle être mariée ? Charles était persuadé que son mari la craignait à chaque fois qu'il venait partager sa couche. Brr, il en avait des frissons ! Allez c'est bon elle lui a donner l'autorisation de fuir et il ne va pas prendre son temps, c'est mal élevé voyez. Alors il termine de tout mettre sur le plat, s'incline et... et... Zut...

« Mon bout de chou ? Soit mignon et ne blesse pas notre Sylviachou. »

Bien sûr, JAMAIS il ne la blessera... Si c'était dans ses plans il aurait fuit ce manoir depuis longtemps. Il aurait prit ses jambes à son cou, appelé un chauffeur et prit la fuite en jurant avant de dire à ses parents que parce qu'elle était handicapée le mariage devait être annulé. MAIS NON ! Lui était resté ! Il a accepté son sort et a accepté le mariage justement pour ne pas la faire souffrir ! C'est un gentleman mesdames, messieurs ! Donc que fait Charles, il avale sa salive, n'arrive pas à parler et hoche la tête plusieurs fois comme un gamin.

« Si tu le fais, je ne suis pas sur qu'on sera capable de te retrouver en un morceau… Au plaisir de te revoir, Charles ! »

AAAAAAHHHHHH mais c'est quoi ce monstre ! Alerte psychopathe ! MAYDAY ! Le cœur bat de toute vitesse, les membres tremblent, des perles de sueur apparaissent sur son visage et s'écoulent le long de ses trais. Il avale sa salive encore et encore jusqu'à en manquer... Ah.. Ah... Ciel... Arceus... Sauvez moi... Sauvez le ! Et elle s'en va, comme ça, comme si rien ne s'était passé. Gloups. Le Beaumarchais reste comme ça deux minutes sans bouger avant de souffler un bon coup et de monter les escaliers avec le repas entre les mains mais il se passa une chose à laquelle Charlounet n'avait pas pensé... C'est que l'manoir il est grand. Du coup... Il est perduuuu ! Enfer et damnation... Il va craquer avant la fin, il va se suicider. Alors il se risque à appeler doucement « Clauuude ? Sylvia ? » mais évidemment personne répond puisqu'il chuchote afin de ne pas rencontrer d'autres fous. Alors il cherche, il cherche et après maintes recherches SALAM, il trouve LA bonne porte. Bah oui il est peut être maladroit mais il se souvient de son point de départ quand même. Alors il toque et ouvre la porte quand l'autorisation fût donnée.

« Je rapporte à manger ! »

Spoiler:
 

.:-------------------------:.
Je parle en #cc9900
Revenir en haut Aller en bas
Sylvia Von Wittelsbach


avatar
Messages : 134
Réputation : 10
Date d'inscription : 23/10/2013
Autres Comptes : Laure Dexila-Juan Da Ponte-Aria Cantore-Andea-Capaldi-Archibald Park

Informations du personnage
Âge: 15
Alignement: Neutre/Civil
Equipe Pokémon:

MessageSujet: Re: "Le mariage est un saut périlleux dans l'avenir." [PV : Charles] Dim 24 Juil - 15:10

Brrr… Cela fait peur, de se promener dans les couloirs, la nuit… Qui sait ce qui pouvait se passer… Les monstres, les fantômes, et les mères insupportables pouvaient roder… Je vous laisse deviner lequel de ses terribles monstres étaient le plus terrible. C'est bien entendue la mère de Sylvia, qui allait bien au dessus de tout ses monstres de carnavals, zombies, squelettes, fantômes… Etc… Bref, il faut bien comprendre que le comportement du fameux Charles n'était pas du tout étonannt. Le manoir des Von Wittelsbach était à l'image de la famille : froid et austère… Parfois même extrêmement inquiétant… Donc, bien souvent, on avait peur, quand on était dedans. On ne savait jamais ce qui pouvait nous arriver… Et comme les lumières étaient assez rares, et bien… On croyait vraiment qu'on pourrait se faire agresser… La chambre de Sylvia, elle, tranchait par ses préférences pour le rose, el blanc, etc...

« On frappe mademoiselle.
-Entrez ! »


Sylvia déclara cela, calmement. Elle avait retrouvée sa tenue habituelle, la tenue dans laquel on pouvait la voir dans toute les photographies. Et ouais, la fameuse collectionneuse, il était aisée de la reconnaître, avec toutes les photographies d'elle, dans les journaux peoples, dans les journaux pour les collectionneurs, etc. Bien entendue, elle faisait toujours payer assez cher son droit à l'image… Hors de question de se laisser photographier aussi facilement, et surtout, gratuitement. De même, elle surveillait ce qu'on disait d'elle. Attention, cela ne voulait pas dire qu'elle contrôlait… En effet, après tout, la collectionneuse avait quand même eu une période de traversée du désert, quand elle avait été considérée comme une collectionneuse pas si bonne… Au moment où un Pokémon avait fui l'un de ses pièges, et surtout, trancher le bas du dos de la pauvre collectionneuse… Mais bref, en tout cas, concentrons-nous sur ce qui venait d'arriver...

« Je rapporte à manger ! »

« Ah c'est vrai ! Mon repas !
-Merci Charles, t'es adorable, et je commençais à avoir faim ! »

Sylvia déclara cela, totalement ravie. Elle était très contente de voir Charles, un repas, et donc, c'était encore mieux de trouver un Charles avec un repas ! Attention, il faut cependant être méfiant avec ce genre de jeu de mot. Si elle était contente de trouver un Charles avec un Repas, cela ne voulait pas dire qu'elle serait contente de trouver un Repas avec Charles comme ingrédient. Par contre, elle serait peut-être contente de trouver un repas fait par Charles… Bref, je me paume. Alors qu'elle souriait à Charles, elle tourna sa tête… Et ainsi, Christian retira alors les écouteurs qu'il avait dans ses oreilles, alors qu'il était allongé sur le lit de Sylvia, et sauta à terre. Il s'approcha du fameux Charles… Visiblement, le fameux serviteur avait été bien rouspété par la Sylvia… Ce qui était logique, étant donné qu'il avait du très certainement expliqué ce qui s'était passé… Il déclara alors, au fameux Charles

« Je crois que je vous dois des excuses, Charles, j'me suis fais rouspiller par la princesse… J'ai peut-être abusé, à ce qui paraît... »

Pendant que Christian déclarait ses « excuses »… Qui semblaient tout sauf naturel, et surtout, tout sauf pensée, la fameuse Claude était allé chercher, dans un petit buffet, en dessous d'un miroir, une belle vaisselle de porcelaine, blanche et rose… Elle prépara alors une table pour deux, installa une bouteille d'eau, et de belles serviettes, et versa à manger dans des assiettes destinées au deux tourtereaux… Pendant ce temps là, après un regard appuyée de la part de Claude, Christian coupa un peu de pain pour les deux, et puis, serva deux autres assiettes, destinées à lui, et à la fameuse Claude… On pouvait remarquer d'ailleurs que les assiettes, si elle avait la même contenance, n'était pas du tout, mais alors pas du tout aussi belle. Elle était blanche et neutre… Christian se servit une belle part, et en versa moins à Claude. Celle-ci, après avoir tout préparer pour Sylvia et Charles, prit son assiette, et déclara, en regardant dans les yeux Charles...

« On vous laisse seul… Mais pas trop seul !!! Ne tentez rien sur mademoiselle !! On vous surveille…
-Tu les surveilles, s'pèce de parano. Moi, j'dors.
-Ah non, tu vas voir, s'pèce de domestique infidèle, et inutile ! »

Ooooouh… Les deux étaient entrain de s'engueuler… Enfin, non, ce n'était pas une engueulade… Cela semblait plus être une discussion totalement normale… Entre ses deux là. On ne pouvait jamais être trop sûre avec Claude et Christian, étant donné que les deux se connaissaient maintenant depuis des jours, des mois, des années même ! Donc, il s'était habitue à ses petites engueulades… Bref, ce qu'on pouvait dire aussi, c'était le fait que notre fameuse Claude restait un peu méfiante a propos de Charles… Damnit ! Et faut comprendre… Tout le monde était comme ça chez les Von Wittelsbach… Une étenrelle recherche de protection, et un profond amour entre eux… Qui parfois est un peu… Comment dire… Etouffant. Mais les Von Wittelsbach marchait comme ça. Uni jusqu'au bout, dans les moments difficiles, comme dans les moments de joies… Bref, ainsi, Sylvia déclara, un peu gênée par tout cela

« … Bienvenue chez les Von Wittelsbach, Charles… Désolé, mes domestiques sont spéciaux… Mais ils sont très gentils, et dévoués à ma personne ! J'espère que tout s'est bien passé depuis que j'ai été endormie... »

Et voilà ! Tu as découvert la superbe famille de Sylvia… Et encore, pas entièrement. Le fameux Charles avaient raté de nombreux membres de la famille. Il avait quand même manquée trois des frères de Sylvia, et une sœur ! Deux plus grands, deux plus petits ! Et ils avaient tous leur caractères, et leur comportement… Donc, Charles n'était pas à plaindre. Il avait cependant vu les principaux, et même Hiverne, alors qu'il était rare quand même qu'elle aille rencontrer les gens, quand elle n'était pas obligée… Sacrée famille. Bref, Sylvia fit un sourire à Charles, et l'invita à s'installer à table. Il était temps de goûter ce fameux plat de Claude… C'était sans aucun doute excellent, mais peut-être un peu fort pour le fameux Charles, qui venait d'un pays froid… Ouais, les épices, c'était quand même une spécialité de Claude, et de ses origines de pays chaud… Donc, peut-être que Charles allait cracher du feu… Putain, ça serait la totale pour lui... Mais bon. On sait jamais, peut-être qu'il allait tenir aux épices.

.:-------------------------:.
"Quand je suis atterré, à genoux, sans force, je me rappelle que je suis une Von Wittelsbach, et que c'est dans l'honneur que ma famille survit."
Sylvia's Thème
Revenir en haut Aller en bas
Charles de Beaumarchais


avatar
Messages : 27
Réputation : 0
Date d'inscription : 29/05/2016

Informations du personnage
Âge: 15 ans
Alignement: Voyageur
Equipe Pokémon:

MessageSujet: Re: "Le mariage est un saut périlleux dans l'avenir." [PV : Charles] Mer 10 Aoû - 23:11

"Ah c'est vrai ! Mon repas !" 

Comment ça SON repas ?! Nahméo c'est quoi c't'histoire ? Bon okay, elle s'est chargée des ingrédients... Okay, elle s'est occupée de la cuisson... D'accord elle a faite la sauce... Mais c'est le Beaumarchais qui a conclu bon sang, ne l'oubliez pas ! Il a réussi à cuisiner bon sang ! Comment ça c'était pas vraiment de la cuisine ? Mais le rabaissez pas le pauvre, il a fait de son mieux ! Même si faire de son mieux ne suffit pas toujours, là c'est satisfaisant, ça doit même être délicieux (vu que c'est Claude qui l'a faite).

"Merci Charles, t'es adorable, et je commençais à avoir faim !"


Sylvia déclara cela, totalement ravie et ça c'est bon pour le blondinet qui ne cacha pas sa satisfaction par un grand sourire tout en fermant les yeux. Oui il est adorable, il est aimant et gentil, c'est Charles tout craché. Il s'y était fait. Pas au manoir et aux domestiques, non, non, à Sylvia. Oh on ne pouvait pas dire qu'il était amoureux d'elle, c'est trop rapide mais au moins il l'apprécie. Il faut laisser du temps au temps mais peut être qu'un jour il pardonnera à ses parents et aimera la Von Wittelsbach. Mais pô l'temps d'niaiser, voilà l'autre fou qui débarque !

« Je crois que je vous dois des excuses, Charles, j'me suis fais rouspiller par la princesse… J'ai peut-être abusé, à ce qui paraît... 
-Ce n'est rien, n'en parlons plus. »


Trop aimable le Charles Auguste... Là encore il sourit, toujours ce sourire caractéristique en toute circonstance. Les domestiques s'activèrent pour mettre la table tandis que Charles déposé -enfin- son manteau sur le lit pour paraître en chemise blanche. Celle-ci n'avait qu'un bouton de déboutonné afin de ne pas paraître trop stricte. Les plis suivaient les lignes du corps du jeune garçon comme si elle était taillée pour lui. Ce qui était effectivement le cas. Les manches étaient à la bonne taille et ne paraissaient pas ample, cauchemar des stylistes. Une cravate noire suffisait comme accessoire. Le blondinet était habitué aux climats froids alors forcément ce soir il avait chaud. OUH non pas comme vous pensez, je préfère le dire, lui est pur. Il a juste chaud parce qu'il est habitué aux basses températures, rien de plus ! D'ailleurs, la parano de service revient à la charge.

« On vous laisse seul… Mais pas trop seul !!! Ne tentez rien sur mademoiselle !! On vous surveille…
-Tu les surveilles, s'pèce de parano. Moi, j'dors.
-Ah non, tu vas voir, s'pèce de domestique infidèle, et inutile ! »


Le jeune garçon n'eut seulement le temps que de sortir des « Euh... » de sa bouche. C'était pour le moins saugrenue, étrangement, à ce moment Charles touvait le comportement de Christian tout à fait normal, le plus normal des deux en fait. Ne tentez rien... Que pourrait-il faire ? Lui sauter dessus comme un individu de bas étage ? Il est De Beaumarchais, et par dessus tout il est lui, il est Charles. Et Charles ne fera jamais, ô grand jamais une chose pareille !

« … Bienvenue chez les Von Wittelsbach, Charles… Désolé, mes domestiques sont spéciaux… Mais ils sont très gentils, et dévoués à ma personne ! J'espère que tout s'est bien passé depuis que j'ai été endormie... 
-Tu n'as pas à t'excuser Sylvia. Je les trouve... particulier mais si tu t'entends bien avec eux, je ne peux que les accepter. Je ne te dicterais pas ce que tu dois faire. Depuis que tu t'es endormie... J'ai rencontré ta sœur... Euh... Hiverne il me semble. Elle était terrifiante, surtout fais en sorte qu'il ne t'arrive rien sinon elle va me pourchasser pour me manger ! »


En disant cela, Charles imita avec ses mains le Tyrannosaure poursuivant sa proie en riant. Oh non il ne se moquait pas, enfin si mais c'était une gentille moquerie. Une moquerie de gamins voilà tout, c'était innocent et pur. Il riait, il se sentait bien ici. Finalement le blond se décida à se mettre à table après avoir aidé Sylvia. Il lui servit un verre d'eau et commença à manger. Puis durant le repas ils discutèrent...

« Bon appétit ! C'est moi qui l'ai fait ! Enfin... Claude m'a un peu aidé mais j'ai fais le principal !
Tu sais Sylvia, cette journée fut... particulière mais je suis heureux de t'avoir rencontré ! La prochain fois ce sera à ton tour de venir à Sinnoh, je te ferais visité notre région, ces montagnes enneigées et ces Lacs sacrés. D'ici là, je t'enverrais un message à chaque fois que j'aurais obtenu un nouveau badge. Je t'enverrai certains de mes Pokémon pour que tu t'en occupes, avec toi ils sont entre de bonnes mains. Ta collection sera encore plus grande ! J'ose même dire... notre collection si tu veux bien... On prendra le temps qu'il faut mais on sera heureux tu verras, je respire l'optimisme ! »


Et ils mangèrent ensemble pendant près d'une demi heure à discuter comme deux jeunes gens qu'ils sont. Charles blaguait comme à l’accoutumée et faisait parfois des grimaces pour illustrer ses propos mais il en riait toujours. Le handicap de son interlocutrice s'était envolé, elle était Sylvia von Wittelsbach et rien d'autre. Mieux, elle était Sylvia tout court. C'est la différence entre les deux fiancé, l'un se définissait par son prénom, l'autre par son nom. Deux philosophies différentes mais qui pouvaient s'entendre car ils n'y a que les mauvaises philosophies qui ne peuvent s'entendre avec leurs consœurs. Puis vînt la fin du repas.

« Très chère amie, il est temps pour moi d'aller me reposer, tout comme vous. Je vous laisse à vos gens pour ce qui concerne le coucher, nous ne sommes pas encore suffisamment intime pour cela. Il lui fit un sourire et déposa un léger baiser sur ses lèvres sans insister, un baiser volé. Nous sommes un couple à partir de maintenant si j'ai bien compris, autant s'habituer à ce genre de choses. Il y a bien un moment où ça deviendra naturel. Passes une bonne nuit, demain je devrais repartir pour Sinnoh, j'ai fort à faire. A très bientôt Sylvia. »

Un dernier sourire et il prit son manteau pour le mettre sur ses épaules. Avant de partir il retira sa cravate pour la déposer sur les épaules de Sylvia avec bienveillance.

« Les adultes laissent des mouchoirs ou des choses dans le genre quand ils se séparent... Je crois que c'est une coutume donc tiens, garde là jusqu'à mon retour comme gage de mon affection. »

.:-------------------------:.
Je parle en #cc9900
Revenir en haut Aller en bas
Sylvia Von Wittelsbach


avatar
Messages : 134
Réputation : 10
Date d'inscription : 23/10/2013
Autres Comptes : Laure Dexila-Juan Da Ponte-Aria Cantore-Andea-Capaldi-Archibald Park

Informations du personnage
Âge: 15
Alignement: Neutre/Civil
Equipe Pokémon:

MessageSujet: Re: "Le mariage est un saut périlleux dans l'avenir." [PV : Charles] Jeu 11 Aoû - 7:12

Voilà... Sylvia était un peu gênée. Mais surtout, ses émotions allaient un peu dans tout les sens... Quel journée ! Dire qu'en se levant, si son père lui avait fait comprendre qu'elle allait rencontrer queqlu'un d'important, et donc, qu'elle avait du abandonner sa coiffe de cosplay, et tout son cosplay, pour une magnifique robe blanche et bleu... Et bien, franchement, elle ne se serait pas du tout attendu à voir son futur époux. Et encore une fois, si elle savait qu'elle allait être mariée... Et bien, cela l'avait quand même surprise ! Bref, le plus surprenant... C'était bien qu'elle était tombée amoureuse. Elle s'était toujours attendue à se marier, et ainsi, ne jamais connaître ce sentiment qu'était l'amour... Elle aurait été une femme fidèle, aimant, qui aurait tout fait pour son époux... Mais qui ne serait sans doute jamais tombée amoureuse. Elle savait qu'elle aurait sans aucun doute été cocufiée très rapidement... Mais non. Ce n'était pas le cas...

-Tu n'as pas à t'excuser Sylvia. Je les trouve... particulier mais si tu t'entends bien avec eux, je ne peux que les accepter. Je ne te dicterais pas ce que tu dois faire. Depuis que tu t'es endormie... J'ai rencontré ta sœur... Euh... Hiverne il me semble. Elle était terrifiante, surtout fais en sorte qu'il ne t'arrive rien sinon elle va me pourchasser pour me manger ! »

« Elle est très gentille ! Elle est cependant très attaché à ses frères et soeurs... Prend pas au sérieux ce qu'elle dit. »

Et ouais... Le sens de la famille des Von Wittelsbach. Fallait s'habituer. Franchement, c'était très bizarre ! Pareil pour les deux serviteurs de Sylvia... Enfaîte, parfois, les gens se demandaient comment les Von Wittelsbach pouvait être à la fois aussi riche, puissant, et noble... Et franchement, aussi bizarre. Ce n'était pas la famille noble par excellence... Les clichés -dans le bon sens du terme, hein, ce n'est pas une critique-, la famille noble par excellence, c'était les Beaumarchais. Les Von Wittelsbach, eux, étaient une puissante famille, avec du sang bleu, mais qui avaient des membres plus qu'étranges, et dont l'habitude de toujours tenter d'agrandir la famille déplaisait parfois... Parfois cela déplaisait même énormément, mais cela, c'était au sens même de la famille, vu que si Alexandre Von Wittelsbach avait toujours considéré ses serviteurs comme des membres de la famille, ce n'était pas du tout le cas de la mère de Sylvia, qui les considérait comme des moins que rien.

« Bon appétit ! C'est moi qui l'ai fait ! Enfin... Claude m'a un peu aidé mais j'ai fais le principal !
Tu sais Sylvia, cette journée fut... particulière mais je suis heureux de t'avoir rencontré ! La prochain fois ce sera à ton tour de venir à Sinnoh, je te ferais visité notre région, ces montagnes enneigées et ces Lacs sacrés. D'ici là, je t'enverrais un message à chaque fois que j'aurais obtenu un nouveau badge. Je t'enverrai certains de mes Pokémon pour que tu t'en occupes, avec toi ils sont entre de bonnes mains. Ta collection sera encore plus grande ! J'ose même dire... notre collection si tu veux bien... On prendra le temps qu'il faut mais on sera heureux tu verras, je respire l'optimisme ! »

« J'le bute.
-Claude... »

Christian soupira... Il savait que Claude aurait voulu espionner la scène. Heureusement, les murs étaient très épais... Et les deux serviteurs parlaient à voix basse, donc il était impossible, heureusement pour eux, car sinon, ils se feraient vachement remontés les bretelles par Sylvia, que les deux tourtereaux puissent entendre... Claude se disait que c'était quoi ce petit con ? C'était elle qui avait ce repas ! C'était pas lui ! Bordel, alors là, c'était la meilleur. Bien sur, de son côté, le fameux Charles tentait de calmer les ardeurs de sa collègue et ami. D'habitude, il aurait disons... Il aurait laissé passé... Mais après ses propres bétises à lui, il pensait que mieux vallait ne pas en rajouter une couche; Et puis... C'était extrêmement rigolo... Franchement, il avait gêré Charles, avec Sylvia. C'était une super bonne idée, le fait de faire genre que le repas de Claude, avait été fait par lui. Franchement... GG.

« Ouah ! Tu cuisines super bien ! Et pour ce qui est de ta proposition... Je me ferai un plaisir à venir à Sinnoh, avec toi, et voir toutes ses belles choses. Et n'ait crainte pour notre collection, je m'occupe de tout. »

Sylvia montrait quand même, même si comme j'ai dis avant, elle n'était pas très à l'aise, avec des gens de sa classe sociale, son orgeuil. Elle sentait qu'elle serait parfaitement capable de tout gêrer. On pouvait voir quand même qu'elle approuvait les visions du fameux Charles. Sans doute qu'il allait former un très beau couple. Elle avait du mal à se dire, qu'ainsi, dans trois ans, elle allait sans doute le revoir, mais cette fois, cela serait dans la mairie d'Atalanopolis, avec des dizaines, des dizaines, et des dizaines d'invités, pour leur mariage. Alors, certes, cela serait sans doute un événement grandiose, et qu'elle allait se souvenir pendant des années, toute sa vie d'ailleurs, le mariage, c'était comme la naissance de ses enfants, c'étaient des moments qu'on se souvenait toute sa vie. Comme les décès, aussi malheureusement, les souvenirs n'étaient pas que des choses agréables, si vous voulez mon avis... Bref, en tout cas, le fameux Charles reprit la parole, alors, à la fin du repas...

« Très chère amie, il est temps pour moi d'aller me reposer, tout comme vous. Je vous laisse à vos gens pour ce qui concerne le coucher, nous ne sommes pas encore suffisamment intime pour cela.  Nous sommes un couple à partir de maintenant si j'ai bien compris, autant s'habituer à ce genre de choses. Il y a bien un moment où ça deviendra naturel. Passes une bonne nuit, demain je devrais repartir pour Sinnoh, j'ai fort à faire. A très bientôt Sylvia. »

« Ne... Ne t'inquiète pas !!! Je... Je pensais pas à ça ! … Merci Charles. Dors bien toi aussi. »

Y avait-elle pensé ? Si. Elle avait vraiment pensée à l'idée... De faire une partie de scrabble. Elle était jeune, et pleine puberté hormonale, c'est un comportement normale. Alors, attention, cela ne voulait pas dire qu'elle voulait le faire noooooon. Déjà, dans sa famille, le sexe avant le mariage... C'était possible. Mais sa mère la tuerait. Mais elle savait qu'Hiverne avait fait cela. La preuve... Jean, son premier fils, ne pouvait pas avoir été conçu après le mariage... Ou alors il était en avance de trois mois. Bref, en tout cas, on pouvait aisément deviner que de toute façon, la fameuse Sylvia Von Wittelsbach n'était pas prête quoiqu'il arrive, vu qu'une fois qu'elle reçut le baiser, sur les lèvres, c'était la toute première fois, et bien, la collectionneuse prit a peu près toutes les teintes de rouges existantes... Elle était incroyablement heureuse, ne croyait pas... Mais disons que cela... Elle ne s'y était pas attendu.

« Les adultes laissent des mouchoirs ou des choses dans le genre quand ils se séparent... Je crois que c'est une coutume donc tiens, garde là jusqu'à mon retour comme gage de mon affection. »

« Je la garderai précieusement... Charles...? »

Elle attrapa ce présent. C'était... Elle avait souvent eu des présents, mais là, elle allait chérir se présent, comme un de ses biens les plus précieux... Et ouais... Notre collectionneuse était quand même à fond... Faut dire, le fameux Charles savait s'y prendre avec les demoiselles un peu... Comment dire... Oh, n'ayons pas peur des mots ! La fameuse collectionneuse était complètement fleur bleu, il fallait bien l'avouer ! Cela était charmant dans un sens, il fallait bien l'avouer, mais quand même, c'était toujours un peu surprenant, de voir une demoiselle aussi fleur bleu. Mais bref, ainsi, la demoiselle aux cheveux roses, garda la cravate, précieusement, qu'elle enroula délicatement autour de sa fine main. Après cela, elle déclara, tranquillement, doucement, comme un murmure, avouant tout :

« Merci. Merci que ça soit toi, à qui je suis promis. Quitte à être mariée de force, je suis heureuse que cela soit avec quelqu'un comme toi. »

Elle était tombée amoureuse. Elle était vraiment tombée amoureuse du fameux Charles. Et ouais, c'était rapide, mais Sylvia était une fille fragile... Et cela se voyait aussi dans ses émotions. Elle tombait très rapidement amoureuse. Donc, ainsi, elle laissa Charles s'eclipser. Elle soupira, d'amour, et commença à se changer. Elle allait dormir... Et sans doute faire de très beaux rêves... Sans doute des rêves très étranges, aussi, mais ça, ce sont les rêves... Et sans doute des rêves très gênant. Elle avait quinze ans. Fallait s'y attendre ! Mais bref, voilà, c'était la fin d'une journée très chargée. Dans son bureau, il ne savait pourquoi, Alexandre souriait. Il regarda avec mélancolie, un portrait de lui, et de sa femme. Sur ce tableau, il avait 20 ans. Il regardait sa femme, sur cette photo. Si seulement il avait eu la liberté, lui aussi. Mais dans un sens, c'était grâce à elle qu'il avait ses six adorables enfants...

.:-------------------------:.
"Quand je suis atterré, à genoux, sans force, je me rappelle que je suis une Von Wittelsbach, et que c'est dans l'honneur que ma famille survit."
Sylvia's Thème
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: "Le mariage est un saut périlleux dans l'avenir." [PV : Charles]

Revenir en haut Aller en bas
 

"Le mariage est un saut périlleux dans l'avenir." [PV : Charles]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pokemon Legends : Rebirth - Forum rpg :: Le Pokémonde :: Hoenn :: Atalanopolis-