Le forum a ouvert son wikia ! Cliquez ici pour y contribuer !
Annonce aux joueurs débutants : Vous êtes perdus ? Cliquez ici pour avoir plus d'informations !
Nouveau thème, nouveau contexte ! Important : Venez vous faire recenser ici !
Derniers sujets
» Scénario pour le Reboot ?
Mar 20 Juin - 18:02 par Alice Taylor

» Pokémon Donjon Mystère - Explorers of Abyss
Mar 20 Juin - 10:28 par Invité

» Tsuki's World
Ven 16 Juin - 15:38 par Invité

» Final Fantasy Rebirth
Mar 6 Juin - 12:35 par Invité

» Rising World
Lun 5 Juin - 16:12 par Invité

» Suivre l'actu ?
Lun 5 Juin - 9:58 par Invité

» Pokémon d'Antan
Lun 1 Mai - 11:25 par Invité

» Questionnaire
Sam 22 Avr - 22:09 par Sol

» Pour ou Contre le Reboot
Ven 14 Avr - 14:09 par Salem Grant


Partagez | .

"Le mariage est un saut périlleux dans l'avenir." [PV : Charles]

Aller à la page : 1, 2  Suivant
Sylvia Von Wittelsbach


avatar
Messages : 134
Réputation : 10
Date d'inscription : 23/10/2013
Autres Comptes : Laure Dexila-Juan Da Ponte-Aria Cantore-Andea-Capaldi-Archibald Park

Informations du personnage
Âge: 15
Alignement: Neutre/Civil
Equipe Pokémon:

MessageSujet: "Le mariage est un saut périlleux dans l'avenir." [PV : Charles] Dim 29 Mai - 21:18

« Vous êtes belle, comme ça, mademoiselle…
-Je ne vois pas ce qui se passe exactement… C'est…
-Soyez zen, princesse, ça va bien se passe.
-Mais ? »


Dans une chambre, une tenue de mage était installé sur le piano. Plusieurs brosse à cheveux tronait à côté d'un violon désaccordé, abandonné sur une commode. On pouvait voir aussi des livres, empilés à côté du lit… Et plusieurs magasines, ouvert sur le lit, montrant comment coiffer élégamment une demoiselle aux cheveux courts. A côté de ses magasines, un jeune serviteur était tranquillement installé. Habillé proprement, comme toujours, il écoutait tranquillement sa musique sur son MP3, tandis qu'il regardait deux jeunes demoiselles travailler. Enfin… Une jeune demoiselle travailler à s'occuper de l'autre. Celle-ci, aux long et soigneux cheveux verts, s'attachaient à bien mettre la robe à un dernier personnage qui occupait la place… Une demoiselle aux cheveux court, bloquée, paralysée sur son fauteuil roulant. Cette demoiselle, ainsi, possédant rien qu'à elle, deux serviteurs pas toujours très disciplinés, étaient entrain d'être chouponné, pouponné, etc.

Sylvia Von Wittelsbach. Depuis sa naissance, au même titre que ses frères sœurs, elle avait fait partit d'un jeu complexe d'alliance, et de projets plus ou moins complexes. On croyait souvent qu'aujourd'hui les mariages arrangés n'existaient plus. C'était faux. Ils existaient encore, et même dans nos contrés. Les familles étaient juste plus subtiles, faisant fréquenter les enfants dans les même lieux. Ses mariages étaient important pour les grandes familles. N'en déplaise aux comptes de fées, et aux fictions françaises qui pullulaient dans le cinéma et la littérature d'aujourd'hui, les grandes familles devaient controler les mariages… Car cela était important, pour des raisons économiques et sociales. Un mariage, c'était souvent la possibilité pour des gens de se faire connaître, d'entrer dans des conseils d'entreprise… Combien d'entreprises avaient été repris ainsi par des gendres ? Enormément. Parfois, c'était aussi un moyen de faire des alliances entre anciennes familles rivales, ennemis, voir même amis.

Et là, une pierre angulaire de ses jeux d'alliance allait être placée… Mais Sylvia, ni l'autre concerné, ne le savait pas. Tout ce qu'elle savait, c'est qu'aujourd'hui était un jour spécial. Donc, pas de tenue de mage de RPG, où de départs pour la chasse aux Pokémons, comme elle aimait tant. Non, malheureusement, c'était pour elle le moment où elle n'avait pas d'autres choix que d'accepter un truc : celui de devoir rester à la maison, et de porter une robe. La robe était magnifique d'ailleurs, un chef d'oeuvre de broderie. Tout de rose et de blancs, Sylvia n'avait aucune idée de pourquoi elle avait une robe aussi belle, dont la beauté ne serait sans doute que surpasser le jour de son mariage… Donc… Ses cheveux étaient pouponné, et même… Ce qui était le plus incroyable… Le serviteur avec les écouteurs, Christian, avait aidé aujourd'hui, alors que ce tir-au-flanc notoir avait plutôt l'habitude de ne rien faire, et de laisser les autres bosser… Ouais, on sentait le sérieux, visiblement… Si vous voulez mon avis.

Une fois finie, Sylvia fut amenée, elle et son fauteuil roulant, par Claude, sa jeune servante aux cheveux verts, jusqu'au hall. Christian, lui, soupira un grand coup, et retira son MP3 pour finalement l'accompagner. La chambre de Sylvia, au rez-de-chaussé, c'était la seule qui avait d'ailleurs une chambre au rez-de chaussée, étant donné qu'elle était handicapée, était séparée du grand hall des Von Wittelsbach, l'une des pièces les plus grandiose, malgré des décorations toujours très sobre, solenelle. Il ne fallait pas croire que les Von Wittelsbach était riche, donc, tapait tout dans une décoration extravagante… Non, au contraire. Les Von Wittelsbach était extrêmement sobre, mais tout passait par la grandeur… D'ailleurs, quand on arrivait dans le hall, on voyuait cela. Tout était immense, démesuré, et seulement décoré de quelques statues très sobres, et quelques peintures qu'on appercevait qu'à peine. Les couleurs ? Noir. Rouge foncé… Des couleurs presque opressante, dont la jeune collectionneuse, en entrant, devenait presque le seul rayon de lumière, avec sa robe blanche et rose…


« Tu es là, Sylvia. Tu arrives à temps.
-Pourquoi papa ? »


Alexandre Von Wittelsbach. Baron de la finance, l'un de plus grands multi-miliardaire qui existait dans le monde que l'on connaissait, et même physiquement, quelqu'un qui imposait par sa carrure forte, seulement nuancé par de fine lunette carré, qui ornait un nez cassé, nez qui n'avait jamais été cassé volontairement, bien sur. La boxe n'était pas l'un des centres d'intérêts du chef de la famille des Von Wittelsbach. On pourrait croire, comme on a trop souvent l'habitude, que le fameux chef des Von Wittelsbach serait un être peu agréable, qui ne s'intéressait qu'à l'argent… Mais ce n'était pas le cas. Alexandre aimait profondément ses enfants, même s'il savait faire des sacrifices, et des plans avec eux, pour augmenter le prestige de la famille. Pas tant la richesse, quand j'ai longument abordé dans un paragraphe précédent. Les Von Wittelsbach n'avaient pas besoin d'argent. Mais il avait besoin d'un nom, de liens avec des grandes familles, aussi bien de Hoenn, que du reste du monde…

« Appelle ton père, « père », Sylvia !
-Oui mère !
-Ce n'est rien chérie. Sylvia, attend avec moi, je te prie. »


Hélène Von Wittelsbach. De son vrai nom, de la Limouzinière. C'était elle qui avait apporté le sang bleu dans les veines de Sylvia. Beuacoup plus sévère, et bien moins agréable que son mari… Elle n'aimait pas Sylvia. Ou du moins, elle n'aimait plus sa fille, depuis qu'elle était handicapée. Pour elle, cette handicap reflétait un défaut morale aussi. Sylvia avait été contaminé, comme son frère Helmud, par une mania, une folie, qui la rendait indigne. Mais elle savait se faire petite devant les décisions de son mari. Là, après Hiverne et Georges, c'était autour de Sylvia d'y passer, et dans un sens, elle y était fière aussi. Sylvia, elle, en comprenait rien du tout à ce qui était entrain de se passer… C'était quoi ce bordel ? Qu'est-ce qui se passait exactement ? Et bien… Elle allait bientôt le savoir, étant donné que le fameux Alexandre Von Wittelsbach reprit la parole, mais cette fois, en direction d'un autre serviteur de la maison.

« Walter, cela doit être lui. Veuillez lui ouvrir la porte, et l'amener jusqu'à nous. »

Le vieux majordome, à la longue et soigneuse moustache blanche, s'inclina alors devant Alexandre Von Wittelsbach, qui se dirigea alors vers l'immense porte en chêne massif, qui ornait le grand hall monumental des Von Wittelsbach. Ce hall s'inscrivait parfaitement dans le cadre architectural du manoir des Von Witteslbach. Autant, tout était grand, grandiose, magnifique… Mais aussi, inquiétant, imposant… Cela avait les deux côtés du grandiose de l'orgueil. Son côté magnifique, mais aussi son côté imposant, quasi inquiétant pour les gens qui venaient vers le manoir. Comme un immense roc, qui s'imposait dans le paysage d'Atalanopolis, il était gardé par deux démolosse, qui ne laisseraient personne sans les bruler, sans autorisation. Le manoir était à l'image de leur habitants… Grand. Grandiose. Magnifique. Mais aussi, inquiétant, et orgueilleux. Un antre de la conquête, de la gloire, et du destin. Les Von Wittelsbach, un monde aussi grandiose, qu'inquiétant. Un monde qu'on entrait avec prudence, devant une famille soudée et protectrice, les uns envers les autres.

.:-------------------------:.
"Quand je suis atterré, à genoux, sans force, je me rappelle que je suis une Von Wittelsbach, et que c'est dans l'honneur que ma famille survit."
Sylvia's Thème
Revenir en haut Aller en bas
Charles de Beaumarchais


avatar
Messages : 27
Réputation : 0
Date d'inscription : 29/05/2016

Informations du personnage
Âge: 15 ans
Alignement: Voyageur
Equipe Pokémon:

MessageSujet: Re: "Le mariage est un saut périlleux dans l'avenir." [PV : Charles] Mar 31 Mai - 19:50

La pluie tombait depuis une vingtaine de minute et Charles avait tout juste eu le temps de se réfugier sous un arbre en espérant que les feuilles le protégerait des gouttes. Son Tarpaud lui au contraire était tout heureux et dansait sous la pluie en croassant gaiement, attirant par la même occasion les Ptitards et autres Tétartes des environs pour chanter avec eux. Tout cela contribuait à un vacarme fort bruyant, à la limite de l'agacement. Le dresseur était collé contre le tronc à l'opposé complet de son Pokémon le petit noble n'aimait pas vraiment la pluie. Surtout quand il était vêtu d'habits qui lui tiennent à cœur plus précisément, ce qui était le cas en cet instant. Il lui fallu attendre comme ça pendant quinze minutes, quinze longues minutes avant qu'il y ai -enfin- une courte accalmie l'encourageant à se précipiter hors de son abri, appeler son Pokémon et se mettre à courir vers Unionpolis pour trouver un abri sûr dans lequel le Beaumarchais pourra attendre le retour plein et entier du soleil. Le Pokémon crapaud derrière lui le suivait en sautant de façon décontractée, visiblement déçu qu'il ne pleuve pas davantage. En courant, Charles Auguste éclaboussait le sol autour de ses pas, projetant des gouttelettes d'eau un peu partout et mouillant le bas de son pantalon par la même occasion. Mais qu'importe, actuellement son but premier est de fuir les nuages noirs qui le menacent au dessus de sa tête. Après une course harassante il arriva enfin en vue du manoir de ses parents et alors que la pluie reprit il fit revenir son Pokémon et se précipita à l'intérieur sans même prévenir, frapper ou même hurler pour signifier son arrivée.

« Pfffiiou ! »

Le majordome arriva immédiatement, armé d'une cuillère pour s'assurer que l'entrant n'était pas n'importe qui. Sa mine, d'abord énervée s'illumina en voyant l'enfant et il lui proposa de venir boire une tasse de chocolat chaud et de se changer en attendant que les parents reviennent de leur excursion au théâtre. Le jeune Charles accepta, alla se changer dans sa chambre puis descendit dans le salon pour prendre place sur le canapé et se délecter du nectar. Il n'eut pas à attendre bien longtemps puisque quelques minutes après avoir fini sa tasse, Beaumarchais junior entendit ses parents rentrer. Évidemment ceux-ci étaient heureux de voir leur enfant qui était partit s’entraîner il y a presque un mois sur les routes pour se préparer à son prochain match d'arène. La grande nouvelle approche.

Après avoir échangé des formalités les parents enchaînèrent sur le prochain match d'arène de leur fils. Ce dernier leur expliqua qu'il s'agissait d'une pro du type combat et qu'il comptait beaucoup sur Cornélius, son Kecleon pour la vaincre. Les trois individus discutèrent un petit moment comme ça avant que le père ne prenne la parole d'une façon assurée. Il expliqua à Charles qu'il y avait une femme à Hoenn, à Atalanopolis pour être plus précis, qui était surnommée la « Red de la capture ». Ce serait intéressant qu'elle partage son savoir. Le petit blond eu une révélation, se souvenant de quelques émissions télé sur elle qu'il avait déjà vu. En effet ça pourrait être pas mal, il n'était pas très bon pour attraper des Pokémon et devait souvent s'y prendre à deux fois. Aller y faire un tour avant de combattre Mélina permettrait à Charles d'attraper de nouveaux Pokémon aptes à se battre contre elle. C'était donc décidé ! Persuadé qu'il allait chez les von Wittelsbach pour apprendre, le cousin de Liz et Nicolas s'enjaillait tout seul jusqu'à son départ le lendemain pour Joliberges, accompagné de Norbert en voiture. Puis une fois là bas, le garçon grimpa dans un hélicoptère avec le vieil homme et décolla pour Hoenn. Ça alors il allait quitter Sinnoh ! Ouiiii ! Vêtu d'un habit fort élégant, de bonne qualité offert par ses parents la veille Charles se dirigeait sans le savoir vers une chose qu'il n'avait absolument pas prévu... La grande  nouvelle approche vous dis-je !

Donc l'hélicoptère se pose à Atalanopolis et une limousine (oui mesdames, messieurs!) était déjà sur place, prêt à prendre le jeune noble. Norbert le laissa entrer dans la voiture et lui expliqua qu'il attendrait son retour. La voiture roulait à allure constante et déjà Charles commençait à avoir la boule au ventre. Son père avait il déjà prévenu la surdouée de la capture ? Pourquoi une limousine ? Savait-on qui il était ? La tête blonde n'avait pas vu qui était son chauffeur et cela ne l'intéressait guère. A peine eut-il le temps de réfléchir que la voiture était arrêtée et qu'un homme lui ouvrit la porte en laissa un « Votre Grâce » sortir. Oooh ça lui plaît pas trop à Charles tout cet artifice. Mais il ne dit rien, incline la tête et commence à avancer pour découvrir une grande maison comme il n'en avait jamais vu. Guidé par un domestique, ce dernier frappa à la porte et se mit presque au garde à vous en attendant que la porte s'ouvre. Un vieil homme avec une moustache flamboyante était là.

« Monsieur de Beaumarchais... C'est un grand honneur de vous accueillir, je vous en prie, prenez la peine d'entrer. Monsieur von Wittelsbach vous attends déjà. »

Charles n'eut le temps de répondre que déjà les portes se fermèrent derrière lui. Le voici seul dans une immense maison qui ne lui inspirait pas vraiment la gaieté. Tout était rouge, noir, sombre. Fort beau mais aussi peu enclin à l'amusement ici. Et quelques mètres plus loin se trouvait un petit atroupement. Qu'est ce que... La grande nouvelle approche...

.:-------------------------:.
Je parle en #cc9900
Revenir en haut Aller en bas
Sylvia Von Wittelsbach


avatar
Messages : 134
Réputation : 10
Date d'inscription : 23/10/2013
Autres Comptes : Laure Dexila-Juan Da Ponte-Aria Cantore-Andea-Capaldi-Archibald Park

Informations du personnage
Âge: 15
Alignement: Neutre/Civil
Equipe Pokémon:

MessageSujet: Re: "Le mariage est un saut périlleux dans l'avenir." [PV : Charles] Mar 31 Mai - 21:02

Souder. Voilà ce qu'était la famille Von Wittelsbach. Si l'on excepte la mère des enfants, qui étaient une horrible mégère, que personne dans la famille n'appréciait, masi que tout le monde tolérait car… Bah, il fallait respecter sa mère. (Ce qui était véritablement la seule raison pourquoi les enfants -excepté Helmud- la respectait). Ainsi, Sylvia représentait non pas seulement Sylvia Von Wittelsbach, devant le jeune blond qui arrivait dans la grande et glorieuse salle de réception des Von Wittelsbach, le Hall, mais elle représentait aussi toute la famille Von Wittelsbach. Devant le jeune homme qui arrivait, accompagner du vieux Walter, elle put le regarder. Jeune garçon blond, il était très bien habillé, et semblait fort sympathique. Tout du moins, son visage transpirait la gentilesse et la bonté. Un visage adorable, un visage d'enfant, un peu comme celui de Sylvia, bien qu'elle avait plus souvent des expressions qui montrait plutôt une sorte de moquerie enfantine. Mais là, ce n'était pas le cas. Elle avait en face d'elle, elle le devinait, un noble.

« Bienvenue, Charles, chez les Von Wittelsbach.
-Bon… Bonjour. »


C'était… C'était vraiment Sylvia qui avait parlé ainsi ? Cela ne lui ressemblait pas. Tout ceux qui connaissait Sylvia, connaissait la Sylvia sûre d'elle, ventarde, etc. Mais il ne fallait pas oublier que pour le moment… Sylvia n'a jamais rencontré, ou presque, des gens de sa classe sociale ! Au contraire. Devant ses personnes, avec lesquels elle avait appris qu'elle était supérieur de part sa naissance… Et bien, bien entendu, elle faisait son caractère de « masque ». Alors qu'en vrai… La jeune demoiselle était plutôt timide, ayant peu l'habitude de sortir de son cocon familiale. Mais bon… Après tout, ce n'était qu'un jeune homme. Elle prit une grande inspiration, et mit bien sa robe. Elle ne comprenait toujours pas pourquoi elle avait du mettre cette robe… Mais bon… Adossé à une colonne, l'un des deux serviteurs de Sylvia, Christian rigola sous cape. Lui avait tout compris… Il se fit rappeler à l'ordre par la seconde vassale de Sylvia, Claude, qui lui lança un petit coup de poing à l'épaule, et un regard de la mort qui voulait tout dire.

« Sylvia ? Je te présente ton futur époux.
-Quoi ? »


Ce fut un choc. Déjà que comme vous avez vu dans le paragraphe précédent, la jeune demoiselle n'était pas toujours à l'aise face aux hommes de même rang social… Mais alors, apprendre comme cela, aussi brutalement, que c'était son futur époux… ! Le pire, c'est qu'elle le savait. Enfin, elle savait bien qu'elle serait marier, et qu'elle approchait de l'âge où elle allait découvrir son époux. Aussi bien Georges, son frère ainé, ou surtout Hiverne, sa sœur ainé, et l'ainée même de la famille, avaient rencontrés leurs futurs époux/se, comme cela… En tout cas, on pouvait dire que le fameux Alexandre n'avait pas chercher à amener la chose en douceur… Non, chez lui, c'était l'efficacité avant tout. Enfin, efficacité… Cela avait été efficace en tout cas pour une chose : faire rougir totalement la jeune fille. Sylvia eut les pomettes qui prirent la couleur des broderies et des décorations de la robe blanche de la jeune demoiselle en fauteuil roulant. Même couleur d'ailleurs que ses cheveux.

« -J'estimais, contrairement à ta mère, et à vos parents, Charles, qu'il serait mieux que vous vous rencontriez avant d'avoir l'âge de vous marier. Que vous discutiez, que vous vous trouveriez des centres d'intérêts…
-Mais père, je... »


Alexandre tenait au bien de ses enfants. S'il savait que le mariage arrangé était quelque chose d'obligatoire, et bien… Il voulait quand même que ses enfants soient heureux. Et ainsi, si l'amour, cela ne se construisait pas… Au moins, pourraient-ils être amis ? Cela pourrait toujours être le minimum, qu'il soit des amis, s'ils ne sont des amants. Aussi, vous remarquerez que bien évidemment, le fameux Alexandre Von Wittelsbach n'était pas cruel. Il savait que les deux jeunes toutereaux n'étaient que des jeunes adolescents. Ils n'allaient pas se marier de suite ! Loin de là. En tout cas, malgré tout cela, Sylvia tenta de placer une réplique, comme si elle voulait rappeler que c'était elle, quand même, la deutagoniste de ce RP ! Mais cependant, elle ne put terminer sa réplique, car bien que le paragraphe que vous lisez, là, mainteannt, semble long… Très peu de temps se passa entre la réplique de la jeune Von Wittelsbach, et une réponse acerbe de sa mère, qui sonna comme une véritable douche froide !

« Silence Sylvia. Petit, sache que tu vas épouser la crème de la crème.
-Vos parents vous ont bien mis au courant de tout cela, Charles ? »


Dur d'échapper au regard inquisiteur, et froid du chef des Von Wittelsbach… Et le fameux Alexandre Von Wittelsbach remarquait qu'aussi bien du côté de sa fille, que du fameux Charles, il y avait une sorte de tension. Ce qui faisait que le fameux chef des Von Wittelsbach commençaient à avoir… Comment dire… Des doutes. Des doutes sur le fait que les Beaumarchais ait tout expliqué à leur jeune fils. Alexandre ne serait pas si contrarié, cela voudrait juste dire qu'il aurait aussi bien à expliquer à sa fille qu'au fameux Charles. De toute façon, il était un enfance de grande famille lui aussi. Il devait savoir que le mariage était une épée de Damoclès qui était suspendue au dessus de lui depuis sa naissance… Pendant ce temps là, Sylvia regardait très gênée le fameux Charles… Il était un beau jeune homme, c'est sur… Mais qui voudrait d'une fille en fauteuil roulant… ? Et surtout, qu'est-ce qu'elle pouvait lui dire… ? Elle tenta de faire un sourire, mais la gène était bien présente… Et ses joues n'avaient toujours pas quittés leur teintes flamboyantes, qui s'étaient installés il y a peu de temps, comme j'ai pu vous le dire… Bref, devant tout cela… Qu'allait répondre le fameux Charles ? Et bien, vous allez bientôt le savoir…

.:-------------------------:.
"Quand je suis atterré, à genoux, sans force, je me rappelle que je suis une Von Wittelsbach, et que c'est dans l'honneur que ma famille survit."
Sylvia's Thème
Revenir en haut Aller en bas
Charles de Beaumarchais


avatar
Messages : 27
Réputation : 0
Date d'inscription : 29/05/2016

Informations du personnage
Âge: 15 ans
Alignement: Voyageur
Equipe Pokémon:

MessageSujet: Re: "Le mariage est un saut périlleux dans l'avenir." [PV : Charles] Mer 1 Juin - 13:46

A peine venait-il d'entrer que le jeune noble avait posé son regard sur le hall, il avançait lentement en admirant l'architecture. Il ne se sentait pas vraiment à l'aise et l'atmosphère pesante ne l'aidait pas vraiment. Puis les yeux verts de Charles se posèrent sur les personnes qu'il avait en face de lui. Qui étaient-elles ? A vu d'nez, une famille. Il ne cachait pas sa mine surprise, il n'avait aucune raison de le faire après tout.

« Bienvenue, Charles, chez les Von Wittelsbach.
-Bon… Bonjour. »


Alors ce devait être le père... la mère... et euh... La fille et les serviteurs ? Oulà c'est un saut dans l'inconnu ! Charles Auguste de Beaumarchais s'inclina légèrement en gardant une mine sérieuse quoi que toujours surprise.

« Vous devez être Monsieur Alexandre von Wittelsbach... Mes respects monsieur. »


Droit en toutes circonstances. L'enseignement de l'Etiquette revenait à la charge. Ici, le Beaumarchais représentait sa famille, son nom et ses parents tout particulièrement. Il n'était pas reconnu pour être un exemple dans l'art de l'Etiquette mais circonstances exceptionnelles obligent. Charles connaissait à peu près les noms des grands de ce monde et forcément le célèbre Alexandre von Wittelsbach ne manque pas à la règle. Il fait même partit de ceux qu'il faut absolument connaître. Vous savez ce que c'est... La richesse, tout ça, tout ça...
Charles était prêt à poursuivre en expliquant la raison de sa venue mais...

« Sylvia ? Je te présente ton futur époux.
-Quoi ? »


Quoi ? Oooh c'est quoi cette histoire ? Nan mais y a un truc qui va pas là. C'est pas possible autrement. Imaginez la réaction du blond ! Il écarquille les yeux, prend une mine bine plus étonnée que jusqu'ici et surtout il s'en décroche la mâchoire. Son cœur bat de plus en plus vite dans sa poitrine et ses joues rougissent quelque peu. Le choc fût foudroyant, rapide, net, précis. Et dire que l'homme ne s'adressait même pas au noble. Celui-ci tenta d'en placer une, mais rien à faire. Il tenta de bégayer un truc avant que le père Wittelsbach reprenne la parole.

« Mais, hum, je...
-J'estimais, contrairement à ta mère, et à vos parents, Charles, qu'il serait mieux que vous vous rencontriez avant d'avoir l'âge de vous marier. Que vous discutiez, que vous vous trouveriez des centres d'intérêts…
-Mais père, je... »


Oooh ! Il a bien dit « vos parents » là ? L'effet fût aussi violent qu'un coup de poignard dans le dos. Ses propres parents seraient donc à l'origine de cela ? Mais... Pourtant... Les pensées du jeune homme s'embrouillaient et il clignait nerveusement des yeux comme si il était en plein rêve. Ou plutôt en plein cauchemar. Je vous arrête de suite. Il n'est pas en train de regretter de se marier avec une demoiselle en fauteuil roulant... Non il regrette de se marier tout court ! Il a quinze ans et des badges à gagner, de quel droit est ce qu'on devrait choisir une femme pour lui ? C'est l'incompréhension la plus totale. Jamais ses parents n'ont osés lui parler d'un mariage arrangé, sûrement par peur de sa réaction. Les deux parents savent très bien que le fruit de leur union ne se considère pas comme un être à part ayant une vie spéciale et un destin tout tracé. Depuis cinq ans il vagabonde comme un enfant lambda et refuse catégoriquement qu'on l'appelle par ses titres ou qu'on le considère comme supérieur.

« Silence Sylvia. Petit, sache que tu vas épouser la crème de la crème. 
-Vos parents vous ont bien mis au courant de tout cela, Charles ? »



Il semble que même sa future épouse était sous le choc. Mais le Beaumarchais ne s'en occupait pas vraiment à vrai dire. Son regard s'était certes posé quelques secondes sur sa promise mais pour ensuite mieux transpercer Alexandre von Wittelsbach tel un inquisiteur. Et la réflexion de la mère n'aida pas vraiment le jeune noble à se détendre. Surtout que les suppositions de Charles furent justes : ses parents étaient bien à l'origine de tout cela... Comment avaient-ils osé ? Dans son dos, prétextant un voyage d'apprentissage pour l'envoyer dans un « piège ». Il baissa la tête, dépité de cette révélation. De longues minutes défilèrent sans qu'il ne réponde. Avalant comme il le pouvait ce coup bas. Finalement, Charles Auguste releva la tête.

« Non... J'étais censé venir ici pour rencontrer le Red de la capture afin d'apprendre... Comment ont-ils pu ? Tout était prévu depuis le début... Est-ce que mon père a négocié seul ce mariage ou a t-il été aidé de mon oncle, le Roi d'Harrenhal ? Je demande que l'on m'explique ce qu'il se passe... »

Sa voix était tremblante, tout ce qu'il n'était pas en temps normal. Habituellement joyeux et joueurs, le voici tout décontenancé. Se sentant trahit et seul comme jamais... ironiquement.

.:-------------------------:.
Je parle en #cc9900
Revenir en haut Aller en bas
Sylvia Von Wittelsbach


avatar
Messages : 134
Réputation : 10
Date d'inscription : 23/10/2013
Autres Comptes : Laure Dexila-Juan Da Ponte-Aria Cantore-Andea-Capaldi-Archibald Park

Informations du personnage
Âge: 15
Alignement: Neutre/Civil
Equipe Pokémon:

MessageSujet: Re: "Le mariage est un saut périlleux dans l'avenir." [PV : Charles] Mer 1 Juin - 15:55

La situation était confuse, et la pauvre Sylvia avait les joues en feu… Cependant, tout s'expliquait, maintenant. La robe… Le fait qu'elle n'avait pas le droit d'être en tenue de mage… Le fait qu'elle avait été coiffée soigneusement, le fait que ses deux parents étaient présent, alors que sa mère, d'habitude, essayait de rester le plus loin d'elle. Témoin silencieux de la scène, Claude et Christian, les deux vassaux, ou serviteurs, utilisons les termes que l'on veux, de Sylvia, regardait avec curiosité et amusement pour le dernier, nervosité et légère jalousie pour la première, la situation. Christian se demandait presque quand est-ce que Sylvia allait exploser. Les deux étaient ceux qui connaissaient le mieux la jeune collectionneuse, aussi bien ses habitudes, que ses tics, et ce qu'elle avait l'habitude de faire… Mais cependant, ils ne pouvaient rien dire, tant que les deux chefs Von Wittelsbach étaient présent. Finalement, Charles arriva enfin à en placer une, car il esst vrai que le fameux Alexandre avait fait des longues tirades depuis le début… Et ce n'était pas prêt de se terminer…


« Non... J'étais censé venir ici pour rencontrer le Red de la capture afin d'apprendre... Comment ont-ils pu ? Tout était prévu depuis le début... Est-ce que mon père a négocié seul ce mariage ou a t-il été aidé de mon oncle, le Roi d'Harrenhal ? Je demande que l'on m'explique ce qu'il se passe... »

« Han…
-C'est bien moi. La red de la Capture. Sylvia Von Wittelsbach. Je… J'aurais aimé vous en parler dans d'autres circonstances... »


On sentait l'exaspération dans la voix du père Von Wittelsbach. Semblant épuiser, il passa sa main sur ses yeux… Donc, il n'avait pas été prévenu. Cela voulait dire qu'il avait a faire le sale boulot. Et il savait qu'il serait le méchant dans l'histoire. C'était logique, pensa-t-il… Il était le méchant dans l'histoire. Aussi bien lui, que le père de Charles, avaient organisé le mariage. Il avait même, mais ça, Alexandre n'allait pas le dire peut-être aujourd'hui, organisé le mariage, dans l'une des plus grandes salles de fête du Royaume d'Harrenhal, à une date précise, avec presque tout les invités qui étaient déjà sélectionnés. Tout était prêt. Là, la seule négation entre les deux s'était fait, et Alexandre, par le pouvoir de l'argent, avait réussi à gagner : lui, il voulait prévenir aujourd'hui. Maintenant. Les deux jeunes gens devaient savoir maintenant qu'ils allaient s'épouser, et ainsi, commencer à se connaître, se rencontrer, discuter…

Sylvia, elle regardait tantôt son père, puis le fameux Charles. D'habitude, elle était extra-contente, de voir quelqu'un qui s'intéressait à sa passion de collectionneuse, et elle n'hésiterait pas à lui parler pendant des heures, et des heures de ses techniques de capture de Pokémon… Des heures ! Et cela, non sans vantardise et mise en avant de ses talents nombreux et très importants !  Là, on retrouverait la Sylvia qu'on connaissait ! La fameuse Sylvia, fière d'elle, orgueuilleuse comme un pou… La Sylvia quoi ! Mais là, non. Dans une robe magnifique, elle se retrouvait presque comme une enfant qui avait été surpris entrain de faire une bêtise… Alors qu'elle n'avait rien fait. Mais bon… Après tout, elle n'avait rien d'autre à dire. Si ses parents voulaient se mariage… Et bien, qu'il soit fait. Après tout, c'était comme ça, que cela marchait… Non ? Après… C'était à Charles de décider.


« Bien. Ses vieux renards m'ont laissé en gros le boulot. Sylvia, Charles, vous avez tout deux quinze ans. Le choix de ce mariage remonte quand vous avez eu tout deux trois ans. Votre père, Charles, et moi avons organisé cela. Sylvia possède une dot que vous ne pouvez même pas imaginer. Cela a plu à votre père.
-Je te laisse t'en occuper Alexandre. J'ai autre chose à faire. »


La mère Von Wittelsbach jugeait toujours dès le début les personnes. Et elle avait décidé de ne pas aimer Charles. Cela, même, avant de le rencontrer. Je vous arrête de suite, elle était très contente, extrêmement même, d'avoir un prince dans sa famille. Mais Charles épousait Sylvia. Et Hélène Von Wittelsbach de La Limouzinière n'aimait pas Sylvia, handicapée, cette disgrâce corporelle qui était, à ses yeux, significative de la disgrâce mentale qu'elle subissait, avec ses habits dégénérée. On sentait le dégoût dans sa voix, et dans le regard qu'elle lançait aussi bien à Sylvia qu'à Charles. Alexandre, lui, tentait d'expliquer cela le plus calmement, et surtout, le plus neutralement possible. Visiblement, Charles ne s'entendait pas avec ses parents. Soit. Cela n'était pas un problème. Mais cela ne devait pas faire du mal à Sylvia. Quoiqu'il arrive, il protégerait sa fille. Il repris la parole, alors, devenu le seul interlocuteur adulte, et surtout, étant maintenant beaucoup plus libre de dire ce qu'il pensait vraiment…

« Charles. Je ne connais votre relation avec vos parents, mais je m'excuse que cela ne vous ai pas été révélé avant. Sylvia, Charles est un garçon charmant. C'est pour cela que j'ai tenu à vous faire rencontrer. Comme j'ai dis, vous ne seriez peut-être pas amoureux, mais soyez au moins amis.
-Mais, mais père… Je… Je ne peux me marier avec un prince ! »


D'habitude si fière d'elle, là, pour une très rare fois, la Sylvia faisait preuve d'humilité. Après tout… Elle savait qu'elle n'était que quatrième héritière… Mais de l'autre côté, il était vrai que d'un point de vue féminin, elle était quand même la deuxième héritière. Et comme sa grande sœur était déjà mariée… Et bien, cela devenait possible… Mais de toute façon… Elle regarda alors Charles. Il semblait ouvertement mécontent, et choquée de cette situation. Mon dieu. Elle se souvenait de ce que disait sa mère. Elle n'était pas digne d'un prince… Loin de là, même. L'idée même d'être épousée par ce dernier la troublait. De toute façon… Il allait refuser. Elle savait bien que la plupart des gens trouvaient les mariages arrangés innacceptable… Et elle même, n'aimait pas trop ça. Mais c'était comme ça, elle devait l'accepter. Cependant, elle savait que Charles pouvait refuser sur un point : Elle n'avait pas été promise handicapée. Hors, c'était un « vice caché », dans les mariages arrangés. Et cela pouvait amener la destruction du plan de mariage… Mais pour Sylvia, cela serait bien pire que ça. Être refusée à cause de ça…

« Sylvia. Charles. Vous vivez dans un monde qui ne vous offre aucune liberté. Profitez de vos trois ans de maigre liberté. J'aurais aimé vous offrir une meilleure vie, mais il y a des devoir qu'une famille doit garder. »

Alexandre était bien content que sa femme soit partie. Sinon, il n'aurait jamais put dire cela, car il se serait fait engueuler par sa femme. Là, c'était bon, il pouvait le dire. Et Alexandre le pensait vraiment. Il savait à quel point c'était dur. C'est pour cela qu'il avait été content, quand il avait suivi de loin le parcours de Charles. Après tout… C'était un jeune dresseur, assez libre… C'était quelqu'un qui pouvait au moins devenir ami avec Sylvia. Je le repète souvent, je sais, mais fallait comprendre Alexandre… Quand on voyait sa femme, d'ailleurs, on comprenait : lui n'avait pas eu cette chance. Il avait rencontré sa femme à 18 ans, et jamais les deux n'étaient devenue ne serait-ce qu'ami. Ils se toléraient, et c'était tout. Alexandre ne voulait pas que Sylvia vive cette vie. Donc, il avait cherché, et il avait finalement été proposé par la famille de Beaumarchais. Ainsi, cela c'était fait… Tandis que les deux protagonistes étaient maintenus dans l'obscurité… Comment cela allait tourner ? Est-ce que les deux allaient pouvoir communiquer seuls ?

.:-------------------------:.
"Quand je suis atterré, à genoux, sans force, je me rappelle que je suis une Von Wittelsbach, et que c'est dans l'honneur que ma famille survit."
Sylvia's Thème
Revenir en haut Aller en bas
Charles de Beaumarchais


avatar
Messages : 27
Réputation : 0
Date d'inscription : 29/05/2016

Informations du personnage
Âge: 15 ans
Alignement: Voyageur
Equipe Pokémon:

MessageSujet: Re: "Le mariage est un saut périlleux dans l'avenir." [PV : Charles] Jeu 2 Juin - 18:56

« Han…
-C'est bien moi. La red de la Capture. Sylvia Von Wittelsbach. Je… J'aurais aimé vous en parler dans d'autres circonstances... »


Alors c'est bien elle qui a -selon le grand public- un talent incontestable quant à la capture de Pokémon. Et c'est également elle qui a malheureusement perdu l'usage de ses jambes pendant une de ses captures. Quand le jeune noble avait apprit cela il s'était posé une question simple : pourquoi n'avait elle pas de Pokémon pour la protéger à cet instant ? Pourquoi ? Charles allait répondre mais Alexandre qui depuis le début, gérait l'entretien n'allait pas lâcher sa maîtrise du terrain. Ce qui permit au blondinet de comprendre l'histoire.

« Bien. Ses vieux renards m'ont laissé en gros le boulot. Sylvia, Charles, vous avez tout deux quinze ans. Le choix de ce mariage remonte quand vous avez eu tout deux trois ans. Votre père, Charles, et moi avons organisé cela. Sylvia possède une dot que vous ne pouvez même pas imaginer. Cela a plu à votre père. 
-Je te laisse t'en occuper Alexandre. J'ai autre chose à faire. »


Ah ouais ça remonte quand même... En somme son destin est déjà tracé. Et ça, le Beaumarchais n'aime pas. Il n'a jamais cru au destin, c'est aux hommes de créer leur avenir. Ils ne sont pas des pantins que l'on dirige aisément, il se le refuse. Charles souhaite avoir ses propres choix, ses propres desseins, que nul ne lui insufflera. La dot le laissa de marbre, là encore on revenait sur l'argent. L'argent, l'argent, l'argent. Tout tourne autour de cela dans ce monde... Et c'est bien dommage. Lui voulait vivre simplement, pas naître dans une famille princière.
Charles Auguste de Beaumarchais regarda la mère partir avec du dédain. Elle ne s'était même pas inclinée ni rien. Hein ? Je viens de dire qu'il voulait vivre simplement ? Oui, oui tout à fait. Mais là, l'air dédaigneux de la mère le remonta au plus haut point. Il lui semblait que le destin de sa fille lui était totalement indifférent et elle tourna le dos sans aucune forme d'usage. Et l'Etiquette alors ?!

« Charles. Je ne connais votre relation avec vos parents, mais je m'excuse que cela ne vous ai pas été révélé avant. Sylvia, Charles est un garçon charmant. C'est pour cela que j'ai tenu à vous faire rencontrer. Comme j'ai dis, vous ne seriez peut-être pas amoureux, mais soyez au moins amis. 
-Mais, mais père… Je… Je ne peux me marier avec un prince ! »
-Sylvia. Charles. Vous vivez dans un monde qui ne vous offre aucune liberté. Profitez de vos trois ans de maigre liberté. J'aurais aimé vous offrir une meilleure vie, mais il y a des devoir qu'une famille doit garder. »


Soupir, tristesse, déception. Que vas faire le blondinet ? Vas t-il se révolter encore plus contre l'autorité familiale ? Des devoirs hein ? Même si il en voulait à ses parents, Charles ne pouvait déshonorer toute sa famille sur un coup de tête. Ou du moins n'était pas totalement sûr de le faire. Il pouvait toujours dire « non », après tout il se voulait libre. Et ne pas revoir sa famille en général ne lui posait pas plus de problème que cela... Mais là à l'heure actuelle, c'est davantage pour Sylvia qu'il s'inquiétait. Il ne la connaissait pas plus que ça mais ne voulait pas que ses parents se retrouvent désarçonnés par sa faute et qu'elle prenne tout sur elle. Après de nouvelles minutes de silence, il réajusta sa montre à gousset dans sa poche gauche, se racla la gorge et s'avança légèrement.

« Je pourrais tout lâcher et m'enfuir comme j'ai toujours voulu le faire. Mais... Je suis un Beaumarchais, que je le veuille ou non. Si telle est la volonté de la famille... »


Il s'avança et s'inclina devant Sylvia. Toujours tenaillé entre le pour et le contre, finalement il préféra en discuter avec l'intéressée plutôt que de tourner le dos, crachant de ce fait sur son éducation, sa famille, ses proches et son nom.

« Milaidie, je suis honoré d'avoir fais votre connaissance en ce jour. Acceptez-vous de me tenir compagnie dans la visite de vos magnifiques jardins ? Il me serait fort agréable de vous connaître comme il se doit, avant de porter un quelconque jugement. »


Il termina par un baise main fort bien exécuté comme le disait l'Etiquette. Bon à quinze ans on n'est pas censé en faire mais là... Les circonstances font que. Charles se redressa avec un sourire empli de bienveillance envers sa promise. Il n'était pas cruel et il souhaitait réellement connaître Sylvia.

.:-------------------------:.
Je parle en #cc9900
Revenir en haut Aller en bas
Sylvia Von Wittelsbach


avatar
Messages : 134
Réputation : 10
Date d'inscription : 23/10/2013
Autres Comptes : Laure Dexila-Juan Da Ponte-Aria Cantore-Andea-Capaldi-Archibald Park

Informations du personnage
Âge: 15
Alignement: Neutre/Civil
Equipe Pokémon:

MessageSujet: Re: "Le mariage est un saut périlleux dans l'avenir." [PV : Charles] Jeu 2 Juin - 19:41

Sylvia regardait le fameux jeune homme. C'était un jeune homme plutôt beau, au final. Mais Sylvia n'était pas spécialement difficile niveau physique. Elle même était quelconques, mais c'était toujours considérée comme belle. Ses vêtements montraient son rang sociale, mais dans ses hatitudes… C'était drole, elle trouvait le même côté non-chalant et insouscient qu'on trouvait parfois chez Christian… Mais cela, elle n'allait pas le dire ! Elle ne pensait pas que le fameux Charles apprécie d'être comparé à un majordome… Surtout à Christian. D'ailleurs, la présence de celui-ci, et d'une maladroite comme Claude, montrait bien que Sylvia, sous ses airs durs qu'elle montrait en général, était quand même douce, et attachée à ses amis, même quand officiellement ils n'étaient que des serviteurs… Et que Sylvia n'hésitait pas à traiter comme telle ! Mais bon, en tout cas, la fameuse jeune demoiselle restait accrocher aux paroles de son père, mais aussi, maintenant, à celle de son fiancé, même si cela faisait bizarre de penser qu'il était officiellement comme cela !

« Je pourrais tout lâcher et m'enfuir comme j'ai toujours voulu le faire. Mais... Je suis un Beaumarchais, que je le veuille ou non. Si telle est la volonté de la famille... »

Sylvia le comprenait. Sauf qu'elle, elle n'avait jamais put tout lâcher pour fuir… Pour les mêmes raisons que ce qu'expliquait juste après Charles. On ventait souvent les fils de riches, les filles de bourgeois, et on les ralliait même de leur train de vie aisé, sans défauts. Et il était vrai qu'ils vivaient bien mieux que les prolétaires, cela, sans aucun doute. Mais cela ne voulait pas dire qu'ils étaient forcément heureux. Parfois, Sylvia se demandait ce qui se serait passé, si elle avait vécu dans une famille normale… Après tout… Elle aurait été aussi la Red de la Capture ? Pauvre jeune demoiselle… Elle oubliait que le talent ne faisait pas tout, loin de là même. Après tout, il y avait eu aussi un énorme travail marketing, pour faire de Sylvia, une très bonne collectionneuse, c'est vraie, une Red de la Capture ! Ce n'était pas que son talent qui l'avait mit sur le piédestal… Mais aussi toute une campagne de communication orchestré par les Von Witteslbach, pour leur gloire. Pour leur triomphe.

« Milaidie, je suis honoré d'avoir fais votre connaissance en ce jour. Acceptez-vous de me tenir compagnie dans la visite de vos magnifiques jardins ? Il me serait fort agréable de vous connaître comme il se doit, avant de porter un quelconque jugement. »

« Fort bien, monsieur de Beaumarchais. Je vais vous y conduire. »


Ca sonnait un peu faux… Pas dans le sens que les deux se mentaient l'un l'autres… Mais plutôt qu'ils ressemblaient tout deux à des enfants qui auraient appris par coeur des manuels d'étiquette, et qui jouerait à faire les grands nobles. Enfin, c'était l'impression, personnellement, qu'il me donnait… Et que le fameux Alexandre Von Wittelsbach avait aussi… Mais bref, en tout cas, le fameux chef de la Famille Von Wittelsbach laissa les deux toutereaux (enfin, peut-être future tourtereaux, cela, seul l'avenir nous le dira…) mais cependant, pas entièrement sans surveillance. Ayant été prise en otage deux fois, et ayant perdue ses jambes dans un accident, le chef de la famille ne serait pas du genre à rester entièrement impassible devant sa fille qui partant sans surveillance. Ainsi, il enquit le fameux Christian, l'un des deux serviteurs de Sylvia, d'au moins surveiller de loin. Juste pour voir s'il n'y avait aucun ennui. Tout était sûr, dans le jardin des Von Wittelsbach… Mais on ne savait jamais…

« C'est par là. Je m'appelle Sylvia Von Wittelsbach, et j'ai une quinzaine d'année maintenant. Vous m'excuserez que je ne puis vous accompagner à pied, mais voilà plusieurs mois que je suis en fauteuil. »

Le jardin était encore magnifique à cette heure de la journée… En effet, on voyait les rayons de soleil, qui commençait à être couchant, qui miroitaient dans le magnifique bassin centrale, ornée d'une fontaine représentant un Musteflott, pokémon particulièrement exotique à Hoenn, et très apprécié par le Grand-Père Von Wittelbach (qui était mort depuis perpet'!). Sylvia faisait tranquillement rouler les roues de son fauteuil. Il faisait un peu frais, il est vrai, mais le temps restait quand même bien agréable. Le jardin se présentait peu à peu… Les arbres étaient posé, et se balançaient tranquillement. On sentait encore l'odeur d'une herbe fraichement coupé, luisant légèrement à cause de l'humidité, et dont les reflets étaient magnifiés par la lumière rasante de ce soleil couchant. Le murmure du vent continuait de se faire entendre, mais était le seul gène à la discussion entre les deux interlocuteurs… Cela, et quelques roucoulement de Nirondelle, et le hullulement d'un grand Noarfang, qui logeait depuis longtemps dans le majestueux chêne qui ornait l'allée centrale du grand jardin, qui se divisaient ensuite en bosquets, espaces couverts, et quelques platebandes mettant en valeur le grand manoir, le tout dans une harmonie quasi divine.

« Je connais bien votre famille. J'ai rencontré votre cousine, Madame Elizabeth de Beaumarchais, la future reine. Une personne très agréable. Et une conseillère ! Votre famille est exceptionnel. »

En effet, Sylvia connaissait les Beaumarchais. Elle avait rencontré Elizabeth, lors d'une réunion de la résistance, cette organisation contre les méchants ! Elle avait accompagné sa sœur Hiverne, et elle avait put prouver à tous ses grands talents de collectionneuse et de professionnelle des Pokémons ! Ouais, car c'était bien mignon l'économie, tout ça… Mais qui connaissait le mieux les Pokémons, chez les Von Wittelsbach ? Georges. Etant donné que ce bourreau de travail était apprenti professeur Pokémon… Mais en seconde place, c'était Sylvia ! C'était elle ! Elle allait pouvoir impressionner le fameux Charles, d'ailleurs… Eheh ! Après tout, voilà un sujet de discussion qui pouvait être intéressant. Après tout, il était venu voir la Red de la Capture… Enfin, sauf si cela n'avait été que l'hameçon pour l'amener… Si ça se trouve, il ne s'intéressait pas du tout aux Pokémons ! Damn… Elle devait trouver un moyen « subtil », de mettre la discussion sur ce sujet, si elle ne voulait pas passer pour une nobliaute idiote et inintéressante.

« Je… Je n'ai pas grand-chose à vous montrez sur mes talents… Nous serions à Nénucrique, je vous aurai montré mes collections de Pokémon… Enfin… Si vous vous intéressez aux Pokémons bien sur ! »

Sylvia honnête et non ventarde… On aura tout vue… Et dire que là, on voyait la vraie Sylvia. Celle qui ne se cachait pas. Celle qui était une enfant qui n'avait jamais put l'être, car dès sa naissance, elle avait eu l'obligation d'être une adulte… Cependant, que cela soit sa facette devant la plèbe, hérité en grande partie de sa mère, ou que cela soit son vrai visage… Un point ne changeait pas : Elle était un vraie moulin à parole ! Et elle parlait, parlait, parlait encore et toujours… C'était justement ce qui énervait un espion de l'ombre. Pfff… Dire que Claude devait sans doute être retournée s'amuser, ou faire autre chose… Quoique, la connaissant, elle était sans doute entrain de ranger la chambre de Sylvia. BON DIEU ! Il espérait qu'elle n'était pas entrain de préparer le lit. On sait jamais avec elle… Elle allait bien souvent plus vite que la musique… Mmh… Est-ce qu'il devait aller vérifier si Claude n'allait pas plus vite que la musique… Non. C'était beaucoup plus rigolo d'imaginer la gène des deux, si Claude faisait la moindre proposition. Eheh. C'est pas car il devait surveiller Sylvia, qu'il ne pouvait pas s'empêcher d'imaginer de lui faire un sale coup… Eheh…

.:-------------------------:.
"Quand je suis atterré, à genoux, sans force, je me rappelle que je suis une Von Wittelsbach, et que c'est dans l'honneur que ma famille survit."
Sylvia's Thème
Revenir en haut Aller en bas
Charles de Beaumarchais


avatar
Messages : 27
Réputation : 0
Date d'inscription : 29/05/2016

Informations du personnage
Âge: 15 ans
Alignement: Voyageur
Equipe Pokémon:

MessageSujet: Re: "Le mariage est un saut périlleux dans l'avenir." [PV : Charles] Ven 3 Juin - 20:07

Les deux adolescents quittèrent le hall sombre pour se diriger vers les jardins. Charles suivait sa promise avec fidélité et l'aida de temps à autre à se mouvoir en craignant par la même occasion de la gêner. Après tout, c'était difficile de vivre après un tel accident. C'est ainsi que le voyait le jeune homme. Ce handicap était une horreur, quelque chose qui vous empêche de réaliser vos rêves. Vous êtes dépendant et mal vu par les personnes. C'était ici une idée toute faite et il avait même honte de penser cela.

« C'est par là. Je m'appelle Sylvia Von Wittelsbach, et j'ai une quinzaine d'année maintenant. Vous m'excuserez que je ne puis vous accompagner à pied, mais voilà plusieurs mois que je suis en fauteuil. »

Charles inclina la tête pour acquiescer. Ils sortirent par une grande porte pour enfin être chauffés par les rayons du Soleil. Le Beaumarchais admirait la beauté des fleurs et la majesté des arbres. L'eau s'écoulait le long des fontaines et venait bercer l'escapade des deux adolescents. Le blondinet avait les mains derrière le dos, fermant parfois les yeux pour tenter de trouver la sérénité qui lui avait fait défaut jusqu'ici. Lui qui d'habitude était si joyeux, il en était loin aujourd'hui. Un vol de Pokémon oiseaux passa au dessus d'eux, lâchant par la même occasion des chants harmonieux se mariant à merveille avec le décor enchanteur.  

« Je connais bien votre famille. J'ai rencontré votre cousine, Madame Elizabeth de Beaumarchais, la future reine. Une personne très agréable. Et une conseillère ! Votre famille est exceptionnelle. »

La famille... Ce n'était pas vraiment le sujet préféré du jeune homme. A vrai dire il assumait son nom, il le devait de toute façon. Mais ce n'est pas pour cette raison qu'il aime tout particulièrement sa famille. Elle parlait de Liz... Ah là là... Elle aussi ça devait faire des années qu'il ne l'avait pas vu. Pourquoi est ce que tout le monde pouvait voir ses cousins et pas lui ? Si il était un brin sensible il aurait craqué à cet instant, mais comme je vous l'ai dis plus tôt, il n'aime pas particulièrement sa famille. Et une des raisons principales c'est bien le fait qu'il fut ignoré et délaissé autant par son père que par ses oncles ou ses cousins. « Votre famille est exceptionnelle. » Il hésita à répondre. Le devait-il ? Non... Pas aujourd'hui, pas ici, pas avec elle.

« Je… Je n'ai pas grand-chose à vous montrer sur mes talents… Nous serions à Nénucrique, je vous aurai montré mes collections de Pokémon… Enfin… Si vous vous intéressez aux Pokémons bien sur ! » 

Ainsi elle collectionne bel et bien des Pokémon. Ça alors. Lui aussi en a quelques uns ! Bon pas beaucoup c'est vrai, mais un jour il sera reconnu pour ses capacités à élever ses Pokémon, il en est certain ! Oui ! Un jour il entrera dans le Panthéon ! Cela faisait quelques minutes que les deux individus étaient dans le jardin et Charles n'avait toujours pas prononcé un seul mot. Finalement il se décida enfin à briser la gêne de la demoiselle.

« Bien sûr que les Pokémon m'intéressent ! Je suis dresseur ! Enfin... Seulement depuis quelques mois mais... je suis quand même un dresseur de Pokémon. J'ai même trois badges à mon actif et je compte obtenir tous les badges de toutes les régions et défier mes cousins L... Elizabeth et Nicolas pour leur prouver ma valeur. Ça fait tellement longtemps que je ne les aient pas vu... »


Sa mine changea du tout au tout et devînt presque triste. Nan, on avait dit pas ici ! Retiens toi Charles ! Il ressentait au fond de lui un manque. Aussi loin qu'il se souvienne il avait toujours été seul. Son père travaillait jour et nuit et sa mère ne passait pas beaucoup de temps avec lui. Leurs centres d'intérêts divergeaient même si elle aimait beaucoup son enfant. Puis ses cousins n'étaient jamais là, jamais présents. Une était partit très tôt et l'autre l'avait suivit assez vite. Laissant donc le petit Charles seul derrière. Heureusement il lui restait ses amis à Unionpolis. Ils n'étaient pas nombreux mais c'est grâce à eux qu'il a acquis son caractère jovial.

« Mais nous ne sommes pas ici pour parler de choses qui fâchent. Parles moi de ta collection de Pokémon, de ta technique pour les attraper, je veux TOUT savoir ! Je l'ordonne ! Pour pouvoir capturer à mon tour des Pokémon !
Il souriait de toutes ses dents et s'était mit à tournoyer sur lui même avec amusement, la tutoyant volontairement. Je ne vouvoie que les adultes et je refuse qu'un non-adulte me vouvoie. Nous sommes seuls, tu peux te détendre. Alors dis moi, quelle technique me conseillerais-tu pour capturer des Pokémon autre que les affaiblir ? »

Il avait l'air heureux et continuait à avancer avant de se mettre derrière le fauteuil de sa fiancée (ou future) pour la pousser délicatement et lui permettre d'économiser ses forces pour pouvoir parler. Au passage il coupa une fleur d'une façon nette et fugitive pour la mettre dans les cheveux de Sylvia tout en l'écoutant.

.:-------------------------:.
Je parle en #cc9900
Revenir en haut Aller en bas
Sylvia Von Wittelsbach


avatar
Messages : 134
Réputation : 10
Date d'inscription : 23/10/2013
Autres Comptes : Laure Dexila-Juan Da Ponte-Aria Cantore-Andea-Capaldi-Archibald Park

Informations du personnage
Âge: 15
Alignement: Neutre/Civil
Equipe Pokémon:

MessageSujet: Re: "Le mariage est un saut périlleux dans l'avenir." [PV : Charles] Ven 3 Juin - 21:28

S'éloignant du manoir, au grand malheur du fameux Christian qui se disait que cela n'allait pas être aujourd'hui qu'il pourrait paresser tranquille, les deux jeunes gens avançaient en direction du soleil couchant, leur ombres se projetant sur le majestueux manoir, qui étaient éclairés des lumières chaudes de la nuit. Plus ils avançaient vers les herbes, plus le bruit des petits Pokémons insectes et plantes se faisaient entendre, et donnaient un véritable récital aux discussions des deux jeunes gens, qui s'étaient maintenant tournée vers leur passion commune, les Pokémons. Bien entendus, ils n'avaient pas tout à fait la même… Charles aimait les capturer pour les dresser, Sylvia aimait les capturer pour les collectionner… Et cela, bien entendu, cela n'avait pas du tout la même vocation finale ! Cela les rendait différent… Mais pas incompatible. Ils fallaient tout simplement qu'ils soient tout deux ouvert, et prêt à écouter ce que disaient les autres. C'était tout simple non ? Bref, en tout cas, Sylvia écouta avec attention :

« Bien sûr que les Pokémon m'intéressent ! Je suis dresseur ! Enfin... Seulement depuis quelques mois mais... je suis quand même un dresseur de Pokémon. J'ai même trois badges à mon actif et je compte obtenir tous les badges de toutes les régions et défier mes cousins L... Elizabeth et Nicolas pour leur prouver ma valeur. Ça fait tellement longtemps que je ne les aient pas vu... »

« Eheh, vous irez loin, Charles. »


Sylvia disait bien sur cela plus par politesse que par pur connaissance de tout cela… Pour la simple raison qu'elle ne savait pas trop comment marchait les combats Pokémons, les ligues… Elle supposait que c'était assez dur, et qu'il n'y avait que peu de places, pour énormément de demandeurs… Et là, pour une fois… Sylvia avait raison. Combien de dizaines de miliers de gamins, chaques années, arpentaient les routes, pour tenter de devenir le meilleur dresseur de tout les temps ? Il était facile d'imaginer combien abandonnaient avant la fin du chemin, et combien, eux, n'abandonnaient pas, mais se faisaient écraser, à répétition, et finalement devait de facto, se retirer du circuit ? Et ne parlons même pas du nombre d'accident grave qui arrivait parfois… Ils se comptaient sur les doigts d'une main… Mais c'était cela chaque année. Accident contre des pokémons, mais aussi humains mal attentionnés, profitant de ses enfants se promenant parfois sans protection… Être dresseur était bien souvent une succession de désillusion !

« Mais nous ne sommes pas ici pour parler de choses qui fâchent. Parles moi de ta collection de Pokémon, de ta technique pour les attraper, je veux TOUT savoir ! Je l'ordonne ! Pour pouvoir capturer à mon tour des Pokémon !  Je ne vouvoie que les adultes et je refuse qu'un non-adulte me vouvoie. Nous sommes seuls, tu peux te détendre. Alors dis moi, quelle technique me conseillerais-tu pour capturer des Pokémon autre que les affaiblir ? »

« Eheh ! Vous êtes un vrai galant… Tu es un vrai gentleman Charles ! »

Voilà, peuple, comment donner des ordres à Sylvia. Lui donner du miel avec les ordres… Car là, Charles avait fait quelque chose que normalement, Sylvia n'aurait jamais accepté… Mais juste après, il avait donné une jolie fleur, qu'il avait mit dans les cheveux de la jeune fille, lui redonnant des joues de la même couleur que la décoration de sa robe… Franchement, il fallait le dire ouvertement… Les deux étaient adorables. Un véritable attachement c'était fait entre les deux. Bien sur, peut-être que pour Charles, c'était quelque chose de quotidiens… Mais pour Sylvia, c'était la première fois qu'elle était traitée comme telle… Et là, c'était véritablement quelque chose qui plaisait beaucoup à la collectionneuse de Pokémon. Ainsi, elle en oublait que la demande, juste avant, avait été un « ordre », et se conformait. C'était là qu'on voyait que derrière ses airs despotiques, la fameuse collectionneuse enfaîte était plutôt dans le rang de la soumission. Et rangez vos airs pervers, je parle pas comme ça.

« Mmh... »

Elle réfléchissait… Elle pouvait parler d'énormement de chose sur la capture des Pokémon ! Mais elle devait faire attention de toujours se mettre en valeur. Après tout, elle devait montrer qu'elle était une grande collectionneuse de Pokémon ! Une femme à la hauteur du surnom qu'on lui avait donné. Elle devait montrer que ce n'était pas du chiqué, à Charles ! Qu'elle était bien la « Red de la Capture ». Mais par où commencer ? Et bien, là, c'était une bonne question. Il y a des dizaines de façon de commencer à parler d'un sujet… Et là, Sylvia devait en trouver une… Oh, cela n'allait pas être si dure. La jeune demoiselle savait comment parler en société. Ainsi, elle déclara, tout simplement et posément, en décidant de commencer par le plus logique, c'est à dire, tout simplement, la discussion à partir de quand cela avait commencé. Ouvrant la parole, elle déclara calmement :

« J'ai commencé ma collection quand un Granbull a attaqué mon frère Helmud, à l'aide d'une poubelle. »

Ouais, petite anecdote que vous lirez dans la fiche de Sylvia 2.0 qui était presque fini, d'ailleurs, mais ça, faut attendre encore un peu. Mais bref, en effet, cela montrait comment Sylvia avait toujours marchée… Par la ruse, la technique et la débrouillardise ! Exactement ce dont sa mère lui reprochait. Qu'elle dégradait les belles techniques nobles des Von Wittelsbach (alors que les Von Wittelsbach ne sont pas des nobles !!! Mais des bourgeois!!!) C'était ainsi, en tout cas, que la collectionneuse avait commencé sa carrière. Il est drôle de voir, et de penser que sa carrière aurait put finir… Pour les même raison ! En voulant protéger les autres (et elle aussi, avant tout), elle avait perdu ses jambes… Mais bref, en tout cas, le passé était le passé, et Sylvia était du genre à penser qu'il fallait constamment se rappeler du passé. Au contraire ! Les Von Wittelsbach étaient une famille constamment tourné vers l'avenir. Vers leur glorieux avenir.

« Mes techniques sont non conventionnels pour un dresseur, car j'utilise surtout des pièges. Pas d'inquiétude bien entendu, tout est sans danger pour les Pokémons. Juste que j'utilise ma ruse, plutôt que la force brute… C'est souvent de la stratégie, sur comment vit le Pokémon, et comment il fonctionne, pour voir comment mieux le « piéger ». »

Sylvia faisait très attention. Pour une raison qu'elle n'avait jamais compris, les pièges pour capturer les Pokémons avaient très mauvaises réputations. Pourtant, cela ne se différenciait en rien des captures de Pokémons par un combat ? Quel différence entre une attaque piège de roc, que de picots artificiels ? Quel différence entre un taser, et une attaque tonnerre ? Quel différence entre un filet, et une attaque sécrétion bien mené ? Sylvia voulait bien dire qu'il n'y en n'avait aucune, sauf dans une recherche éventuelle d'honneur ! Et bien, aujourd'hui, elle avait réussi à convaincre plusieurs personnes du bien fondés de cela. Sylvia n'aimait pas trop « torturer » ses proies… Déjà, car elle était elle-même assez sensible. Et des cris de douleurs… Ou du sang… Non, elle ne pourrait pas. C'était une chochotte Sylvia ! Alors, autant, c'était vrai qu'elle ne s'occupait que mal de ses Pokémon, dans son ranch… Mais pas de problème ! Elle avait des professionnel pour cela ! Bref, en tout cas, elle espérait que Charles n'allait pas être repoussé, comme certains dresseurs l'avaient été par le passé.

« Pour un dresseur, ses observations, je suppose, peuvent permettre à mieux connaître les Pokémons ! Par exemple, saviez-vous que les Airmures mangent surtout de bonnes heures, dans les premières heures du matin ? »

Sylvia était un réservoir à anecdotes sur les Pokémons. Et pour un dresseur, c'était ça qu'il devait apprendre, pour aider à ses captures « traditionnelles » ! Connaître un pokémon, ses méthodes de vie… C'était très important. C'était là, d'ailleurs, le plus important pour Sylvia, avec sa ruse et son inventivité pour créer les pièges… C'est le fait qu'elle cherchait toujours à bien connaître sa proie, avant de faire les captures… Bref, Sylvia parlait, parlait et parlait, et vous, ce que vous avez hâte, c'est de voir la continuation des interlocutions entre les deux jeunes gens… Pour le moment, les deux semblaient bien s'entendre… C'était agréable à voir. Bien que leur rencontre avait été difficile, très difficile, et partant sur des bases… Plutôt faible, ils commençaient à s'apprécier. Comme ce qu'avait espérer Alexandre. Même s'il ne serait pas forcément amant, amoureux… Et bien, ils pouvaient quand même être toujours amis. Et au moins, ainsi, Sylvia avait des chances d'être heureuse. Et c'étiat cela que le chef de la Famille Von Wittelsbach espérait le plus. Car c'était le plus important à ses yeux. Le bonheur de ses enfants.

.:-------------------------:.
"Quand je suis atterré, à genoux, sans force, je me rappelle que je suis une Von Wittelsbach, et que c'est dans l'honneur que ma famille survit."
Sylvia's Thème
Revenir en haut Aller en bas
Charles de Beaumarchais


avatar
Messages : 27
Réputation : 0
Date d'inscription : 29/05/2016

Informations du personnage
Âge: 15 ans
Alignement: Voyageur
Equipe Pokémon:

MessageSujet: Re: "Le mariage est un saut périlleux dans l'avenir." [PV : Charles] Sam 4 Juin - 12:42

« Eheh ! Vous êtes un vrai galant… Tu es un vrai gentleman Charles ! »

Le blondinet venait de retrouver sa bonne humeur et il tournoyait avec plaisir. Ordonnant de façon amusante il faisait la satire de sa position sociale. Après tout il est prince. Mais son petit moment d'égarement ne dura pas et il suivait de près Sylvia en l'écoutant. Il l'appréciait, dépassant les idées de mariage il s'intéressait beaucoup à la personne, ne la lâchant plus des yeux.

« J'ai commencé ma collection quand un Granbull a attaqué mon frère Helmud, à l'aide d'une poubelle. »


Il laissa s'échapper un rire. Comment pouvait-il en être autrement ? Elle a capturé un Pokémon à l'aide d'une poubelle. Charles ne savait pas ce qu'était un Granbull mais qu'importe, il le saura tôt ou tard et il ne voulait pas passer pour un inculte devant elle. Tout comme il ne voulait pas paraître pour un inculte tout court, que ce soit avec elle ou avec n'importe qui. D'ailleurs cette petite histoire lui rappela la capture de Ptitard qui maintenant était devenu Tarpaud. Celui là même qui l'avait éclaboussé maintes fois. Mine de rien il aimait beaucoup son Pokémon malgré son côté un peu foufou et très taquin.

« Mes techniques sont non conventionnels pour un dresseur, car j'utilise surtout des pièges. Pas d'inquiétude bien entendu, tout est sans danger pour les Pokémons. Juste que j'utilise ma ruse, plutôt que la force brute… C'est souvent de la stratégie, sur comment vit le Pokémon, et comment il fonctionne, pour voir comment mieux le « piéger. »

Oh, ainsi elle utilise des pièges ? Cela ne le choqua pas plus que ça puisque après tout, lui même avait utilisé un filet et s'était jeté sur Ptitard pour le capturer. Aaah quel beau souvenir quand on y pense. Plus les deux compères avançaient plus les Pokémon dans les hautes herbes remuaient pour s'enfuir. Charles se plu à croire que c'était son aura qui les faisaient fuir pour ne pas le déranger. Evidemment sa théorie ne tenait pas debout mais cela lui plaisait.

« Pour un dresseur, ses observations, je suppose, peuvent permettre à mieux connaître les Pokémons ! Par exemple, saviez-vous que les Airmures mangent surtout de bonnes heures, dans les premières heures du matin ? »


Hum, il écouta avec sérieux et intérêt. Les Airmures ? Encore un Pokémon inconnu pour le jeune homme. A vrai dire il ne connaissait que les Pokémon de Sinnoh et certains d'Harrenhal mais ça s'arrêtait là. Oh que oui la honte le prit réellement à cet instant. Un peu rouge il osa lui révéler cette méconnaissance.

« Je... ne connais pas les deux Pokémon dont tu viens de parler. Je ne connais que ceux de Sinnoh puisque je viens de là bas et... je n'ai pas assez voyagé pour en connaître d'autres en fait. »

Et voilà il allait sûrement passer pour un imbécile maintenant. Youhou... Une légère brise vint s'amuser avec ses cheveux en les faisant flotter au vent, emportant par la même occasion quelques feuilles dans son sillage. Cet endroit était magnifique et reposant. Charles croisa le regard de quelques Pokémon autour de d'eux et en admirant ce lieu, il remarqua un individu, un serviteur sûrement, qui les regardaient de loin. Le blondinet eu un léger sourire et reprit.

« Tu sais que le premier Pokémon que j'ai capturé... Ce fût grâce à un filet ! Je ne savais pas vraiment comment bien en capturer alors je lui ai sauté dessus ahah. Tiens, regardes.
Il prit une Pokéball et en fit sortir son Tarpaud qui à peine dehors fit déjà des siennes en sautillant partout, comme un surexcité. Je revenais d'un séjour chez mon oncle quand un Ptitard m'a embêté lors d'une promenade alors j'ai cherché à l'attraper. J'ai fini trempé mais je ne le regrette pas du tout ! Un Roi grenouille pour un Prince humain. »

Il ria de nouveau tandis que son Pokémon pataugeait dans la fontaine en crachant de l'eau un peu partout. Avec le coucher de soleil, les gouttes d'eau reflétaient les couleurs de l'arc-en-ciel et les quelques croassements rendait le lieu exotique et sauvage. Ou du moins apporta cette sensation au yeux du Beaumarchais.

« J'espère un jour voir ta collection, je pourrais en entraîner quelques uns pour les faire évoluer si tu veux ! A deux je suis sûr qu'on pourra faire de ta collection la plus grande d'Hoenn, voire du monde entier ! »

Ah il était bien rêveur et optimiste le petit Charles. Et pourtant, pourquoi pas. La vie est longue et il vaut mieux avoir des objectifs à long terme ! Peut être qu'avec le temps ils utiliseront chacun les Pokémon de l'autre avec une confiance absolue. En tout cas, Charles savait maintenant à qui confier ses petits protéger.

.:-------------------------:.
Je parle en #cc9900
Revenir en haut Aller en bas
Sylvia Von Wittelsbach


avatar
Messages : 134
Réputation : 10
Date d'inscription : 23/10/2013
Autres Comptes : Laure Dexila-Juan Da Ponte-Aria Cantore-Andea-Capaldi-Archibald Park

Informations du personnage
Âge: 15
Alignement: Neutre/Civil
Equipe Pokémon:

MessageSujet: Re: "Le mariage est un saut périlleux dans l'avenir." [PV : Charles] Sam 4 Juin - 16:21

Le soir commençait à se coucher. Bien entendu, il n'y avait aucun risque à rester toute la nuit dans le jardin des Von Wittelsbach. Même si, auparvant, dans le passé très lointain de la construction de l'hôtel particulier des Von Wittelsbach, ce grand manoir entre cour et jardin, la nuit était très dangereuse, dans les jardins, aujourd'hui, l'éclairage électrique et automatique permettait d'éclairer le jardin une grande partie de la nuit… Si ce n'est toute la nuit, comme c'était le cas, ses derniers temps, étant donné qu'on était en été. Chrisitan le savait bien, car noctambule, il avait tendance à se promener régulièrement dans les grands jardins la nuit, sentir les plantes, jouer avec quelques Pokémons Spectres qui trainaient dans les horizons. Ainsi, c'était aussi la raison pourquoi le Von Wittelsbach avait envoyé Christian. Mis à part Cindy, la jeune et jolie jardinière -quoiqu'un peu bourrin, et parfois carrément psychopathe -mais elle se soigne-, Christian était de loin celui qui connaissait le mieux le jardin des Von Wittelsbach. Plus même que les Von Wittelsbach eux-même…

« Je... ne connais pas les deux Pokémon dont tu viens de parler. Je ne connais que ceux de Sinnoh puisque je viens de là bas et... je n'ai pas assez voyagé pour en connaître d'autres en fait. »

Sylvia comprenait totalement le fameux Charles. Après tout, avant de devenir collectionneuse, elle n'avait connu les pokémons du monde entier que récemment, au cours de ses voyages… Et les centaines de Pokémons qui existaient de nos jours… Et bien, il était inutile de tenter de tous les connaître par coeurs ! Pour Charles, le fait qu'il n'avait pas encore bien visité les autres régions, faisaient qu'il était encore méconnaisseur des différents Pokémons des autres régions. Mais cela, il aurait le temps de découvrir ! Puis, quand Sylvia lui ferait rencontrer le personnel de son ranch, il pourrait avoir sans problèmes des dizaines de milliers de connaissances sur les Pokémons ! SI cela n'était pas parfait ! Eheheh. Elle était trop forte ! Heureusement qu'elle était là. On sentait qu'on commençait à voir notre Sylvia nationale, la Sylvia avec le masque de fierté, maintenant qu'elle commençait à être à l'aise ! Elle écouta en tout cas les déclarations du fameux Charles de Beaumarchais :

« Tu sais que le premier Pokémon que j'ai capturé... Ce fût grâce à un filet ! Je ne savais pas vraiment comment bien en capturer alors je lui ai sauté dessus ahah. Tiens, regardes. Je revenais d'un séjour chez mon oncle quand un Ptitard m'a embêté lors d'une promenade alors j'ai cherché à l'attraper. J'ai fini trempé mais je ne le regrette pas du tout ! Un Roi grenouille pour un Prince humain. »

« Joli specimen ! Je n'en n'avais jamais vu auparavant ! »


Et oui ! Sylvia était une collectionneuse de Pokémon. Elle ne faisait presque jamais évoluer ses pokémons. Hors des Pokémons comme des Tarpaud… Et bien, il faut bien comprendre que Sylvia n'en n'avait jamais vu, car le nombre de Tarpaud qui vivaient à l'état sauvage était très faible ! En tout cas, celui-ci s'amusait bien dans la fontaine des Von Wittelsbach. Celui-ci, même, ayant commencé à s'asperger tout le monde, fit de même sur la collectionneuse en fauteuil roulant, qui eut bien du mal à se protéger de ses agressions aquatiques. Bien que, cela n'était pas très grave, mais bien entendu, c'était quand même gênant d'avoir sa belle robe blanche et rose avec de l'eau dessus. Mais bon… Dans d'autres situations, la fameuse Sylvia Von Wittelsbach aurait fait un gros scandale, mais là, ce n'était pas le moment, ni le lieu, et encore moins la bonne personne pour faire un scandale. A la place, elle écouta avec attention les nouvelles déclarations du jeune homme, qui déclara :

« J'espère un jour voir ta collection, je pourrais en entraîner quelques uns pour les faire évoluer si tu veux ! A deux je suis sûr qu'on pourra faire de ta collection la plus grande d'Hoenn, voire du monde entier ! »

« Et comment. A deux, nous serons inarrêtable. Ni vos… tes cousins, ni mes frères et sœurs ne pourront rivaliser face à notre couple ! »


Oh ! Tient, notre fameuse Sylvia avait utilisé le mot « couple ». Et oui, c'était assez logique, étant donné que pour elle… Et bien, de toute façon, comme son père lui avait dit qu'elle devait le faire, cela ne servait à rien de tenter de lutter. Il n'y avait aucune chance d'y esquiver, donc, il fallait l'accepter. Heureusement, elle aurait le temps, vu qu'elle ne se marierait que quand les deux auraient 18 ans, ce qui pourrait durer très longtemps, étant donné que nos personnages ne vieillissent pas sur le forum. Mais quoiqu'il arrive, le destin était tout tracé pour Sylvia… Et c'était inutile de tenter d'aller sur une autre route… La route qu'elle avait, avait été tracé depuis longtemps. Et cela ne l'attristait pas. Après tout, elle était une Von Wittelsbach. Et elle en était fière. Elle était prête à représenter sa famille. Et si pour cela, elle devait marier un Beaumarchais… Et bien, soit ! Elle était prête !

« Pour les deux pokémons que j'ai cité… Imagine un Etouraptor recouvert d'Acier ! Voilà un Airmure… Et pour le Granbull… Euh… Un truc mauve, avec une tête a peu près aussi amicale que celle de maman. »

Pour Airmure, la comparaison était plutôt bien trouvé, étant donné que les deux étaient des grands oiseaux de proies, de régions différentes, ce qui permettait de le comparer au grand oiseau majestueux qu'était Etouraptor, et que le fameux Charles avait très certainement vu une fois dans sa vie. Airmure était juste un peu plus grand, quand même, il fallait bien le dire. Mais sinon, ils se ressemblaient beaucoup. Pour Granbull… Bon, il fallait le dire clairement, la fameuse description de la collectionneuse n'était pas très… Précise, mais quand même ! Mais elle avait le mérite d'être rigolote. D'ailleurs, il n'y avait pas de secret… La jeune demoiselle l'avait surtout fait pour l'humour. Cela montrait bien que même si Sylvia était une Von Wittelsbach, très respectueuse… Et bien, elle restait une jeune adolescente… Et on pouvait carrément dire une personne saine d'esprit, dans le cas de la mère Von Wittelsbach… Car sérieusement, cette femme était une horrible mégère… Même pire qu'une horrible mégère !

« Mais tu ne dis pas que je l'ai dis ! »

Bien sur ! Évidemment, qu'elle ne voulait pas que sa mère soit au courant ! Sinon, elle recevrait sans doute une bonne fessée cul nue… Quoi ? Vous me dîtes qu'elle était trop vieille pour ça ? Absolument pas aux yeux de la mère de Sylvia ! Celle-ci pensait ouvertement que ce n'était que des sales mômes, jusqu'à l'âge de 20 ans ! Alors, vous n'imaginerez pas la honte suprême qu'aurait Sylvia dans ce genre de cas… Je rappelle qu'à 13 ans, Sylvia avait été littéralement été nettoyé par sa mère, après qu'elle avait été kidnappé. Et c'est pas une mauvaise blague ! La pauvre… En tout cas, s'il y en avait un qui se marrait… C'était bel et bien le fameux Chrisitian, qui s'était suffisament approché pour entendre ce qu'avait dit Sylvia. Et Franchement, c'était la meilleure ! Bien sur, il n'y avait rien à craindre de lui. Il n'irait pas rapporter… La mère Von Wittelsbach détestaient les majordomes et servantes de la maison… Et ce sentiment était parfaitement partagé des serviteurs de la maison.

« C'est comment la quête des badges à Sinnoh ? Raconte moi un peu ! J'ai envie de savoir, Charles ! »

Et oui ! Sylvia avait déjà raconté beaucoup, mais elle cherchait bien entendu à que son fameux interlocuteur, son futur fiancé… non, son fiancé ! Vu que les deux jeunes tourtereaux étaient officiellement fiancé, enfin je pense, je suis pas très bon en tout ça, mais bref, elle avait très envie d'entendre avec plus de détails tout cela. Sylvia ne connaissait pas très bien comment marchait les champions d'arènes, et tout ça. Le conseil 4 et la ligue Pokémon, pas de problème, étant donné qu'il fallait vraiment être miro, ou ne pas posséder la télévision, pour ne pas connaître les tenants et aboutissants de la ligue, sur ce point. Donc, elle était très enthousiaste d'entendre les exploits du fameux Charles de Beaumarchais ! Même qui sait, peut-être un jour aller les voir ! Il faut même dire, le jour où il arriverait à la ligue… Elle irait directement le voir, pour voir comment ça se passe. S'ils étaient destinés à être mariés… Cela serait, la moindre des choses. Et cela, de loin. Bref, en tout cas, plus qu'à attendre les réponses du blondinets !

.:-------------------------:.
"Quand je suis atterré, à genoux, sans force, je me rappelle que je suis une Von Wittelsbach, et que c'est dans l'honneur que ma famille survit."
Sylvia's Thème
Revenir en haut Aller en bas
Charles de Beaumarchais


avatar
Messages : 27
Réputation : 0
Date d'inscription : 29/05/2016

Informations du personnage
Âge: 15 ans
Alignement: Voyageur
Equipe Pokémon:

MessageSujet: Re: "Le mariage est un saut périlleux dans l'avenir." [PV : Charles] Dim 5 Juin - 12:59

Ah ce Tarpaud, toujours présent pour faire n'importe quoi ! Charles tenta de protéger sa fiancée des attaques du Pokémon et s'en prit lui même plein la figure. Le voici tout aussi trempé que Sylvia sous les derniers rayons de Soleil. Des Pokémon insectes sortent de leurs cachettes et commencent à chanter tandis que le Soleil déclinait et que la Lune montait dans le ciel. Ça et là on pouvait voir un Pokémon spectre fuyant la lumière, un Norafang s'envoler et quelques Charmillon retourner dans les branches touffues pour passer la nuit. L'endroit était féerique.

« Et comment. A deux, nous serons inarrêtable. Ni vos… tes cousins, ni mes frères et sœurs ne pourront rivaliser face à notre couple ! »

Elle venait de dire « couple ». Charles n'était pas encore tout à fait sûr, il doutait encore. Avant la fin de cette escapade, il faudra qu'il demande à Sylvia ce qu'elle pense réellement de ce mariage arrangé. Ce n'est pas la personne qui dérangeait le Beaumarchais mais le principe en lui même, l'obligation et le destin. Ou devrais-je dire la fatalité. Quoi qu'il en soit il tenta de faire bonne figure et sourit de toutes ses dents en acquiesçant. Au delà d'un simple couple, tout deux avaient d'immenses possibilités et d'énormes avantages à « travailler » ensemble. Charles débutait c'est certain mais dans son esprit c'est gravé : peut être qu'il ne sera jamais à la hauteur de Red mais il vaincra les ligues et peut être même un jour il s'opposera à Green ! Et ce une fois que ses cousins seront mis au tapis. Il s'en sentait capable. Pas de suite, mais un jour prochain.

« Pour les deux pokémons que j'ai cité… Imagine un Etouraptor recouvert d'Acier ! Voilà un Airmure… Et pour le Granbull… Euh… Un truc mauve, avec une tête a peu près aussi amicale que celle de maman. »

Ah, un Etouraptor... Voilà un Pokémon qui faisait de l'oeil à Charles. Il n'avait pas capturé d'Etourmi mais peut être qu'un jour, au détour d'un bois qui sait... Peut être aura t-il l'occasion d'en capturer un ! Peut être même qu'il intégrera l'équipe. Quant au Granbull, la description ne puis que le faire rire, comment pouvait-il en être autrement ? Il faudra un jour qu'il en voit un ! Sa curiosité a été piqué et monsieur est très curieux. C'est le moins que l'on puisse dire. Bien sûr il ne le répétera pas, non non. Charles Auguste n'est pas comme ça ! Quoique... ça peut être une possibilité de chantage ça... Cela le fit sourire.

« C'est comment la quête des badges à Sinnoh ? Raconte moi un peu ! J'ai envie de savoir, Charles ! »


Oulà ! C'est très, très dur ! Ah oui ! Mais Charles c'est le meilleur alors forcément, lui il y arrive. D'ailleurs il en est presque à la moitié mine de rien. Et ses Pokémon sont puissants et ils vaincront leurs adversaires avec facilité forcément. C'est ce que voulait répondre le Prince mais il se retînt, nan, nan. Il ne fallait pas le formuler ainsi. Reprenons.

« Eh bien déjà il faut savoir que ce n'est pas simple ! Tu sais la quête des badges est toujours compliquée, dans n'importe quelle région mais je pense qu'à Sinnoh c'est plus difficile vois-tu. Parce que les champions que j'ai rencontré n'étaient pas de simple dresseurs. Il y avait un mineur qui partage tout son travail avec ses Pokémons, une coordinatrice ou quelque chose du genre qui a une maîtrise des attaques. On a même une combattante hors pair s'entraînant avec ses Pokémons. J'ai dû m'y prendre à deux fois avant d'en vaincre certains, tu te rends compte ! Mais tu verras, je saurais me montrer meilleur qu'eux et bientôt je gagnerais la ligue de Sinnoh ! J'espère que tu assisteras à ma victoire Sylvia. Je t'inviterais, et après je me lancerais à l'assaut des ligues du monde entier ! Je serais le meilleur ! »

Il lui fit un clin d'oeil complice et ramena son Tarpaud dans sa Pokéball pour la ranger. Le soleil avait totalement disparu et il ne restait plus que les quelques rayons se battant en duel derrière une colline. Charles prit les devant et se mit à se diriger vers le manoir, Sylvia à ses côtés en poursuivant plus calmement.

« Dis moi Sylvia... Que penses-tu de ce mariage arrangé ? Jusqu'ici je n'ai pas voulu t'en parler mais avant de te raccompagner je dois savoir ta pensée. C'est important pour moi... »

Son air était un peu plus renfermé mais son regard était empli d'amitié envers la collectionneuse. Il ne voulait surtout pas qu'elle se sente coupable d'une quelconque façon. Au fond de lui, Charles savait qu'il allait devoir l'accepter d'une façon ou d'une autre. Mais d'un autre côté, il avait encore du mal à y croire.

.:-------------------------:.
Je parle en #cc9900
Revenir en haut Aller en bas
Sylvia Von Wittelsbach


avatar
Messages : 134
Réputation : 10
Date d'inscription : 23/10/2013
Autres Comptes : Laure Dexila-Juan Da Ponte-Aria Cantore-Andea-Capaldi-Archibald Park

Informations du personnage
Âge: 15
Alignement: Neutre/Civil
Equipe Pokémon:

MessageSujet: Re: "Le mariage est un saut périlleux dans l'avenir." [PV : Charles] Dim 5 Juin - 15:43

Sa blague avait fait rire ! Cela la rendait particulièrement contente… Tout en ayant un peu honte quand même d'avoir fait cette blague… Quand même ! C'était sa mère… Mais bon, après tout, ce n'était pas si grave… Puis, tant qu'elle ne le savait pas. En tout cas, voir Charles la rendait de bonne humeur… Il était lumineux. Alors qu'elle avait tendance à être assez sombre, sérieuse, et ancrée à la réalité, il semblait beaucoup plus idéaliste. Et cela, et bien, ça faisait grand plaisir. Maintenant, il fallait voir ce que cela allait donner. En tout cas, pour rester sur des sujets joyeux et légers, elle avait aussi hâte d'écouter ce qu'il allait déclarer sur la ligue Pokémon. Elle se demandait comment il vivait, comment il avait gagné ses badges. C'est pour cela que quand le fameux Charles de Beaumarchais, commença à expliquer, celle-ci fut grandement attentive, telle un élève scotché aux déclarations d'un professeur, bien que cette image devenait de plus en plus rare. Quoiqu'il en soit, elle écouta alors la longue tirade du jeune homme :

« Eh bien déjà il faut savoir que ce n'est pas simple ! Tu sais la quête des badges est toujours compliquée, dans n'importe quelle région mais je pense qu'à Sinnoh c'est plus difficile vois-tu. Parce que les champions que j'ai rencontré n'étaient pas de simple dresseurs. Il y avait un mineur qui partage tout son travail avec ses Pokémons, une coordinatrice ou quelque chose du genre qui a une maîtrise des attaques. On a même une combattante hors pair s'entraînant avec ses Pokémons. J'ai dû m'y prendre à deux fois avant d'en vaincre certains, tu te rends compte ! Mais tu verras, je saurais me montrer meilleur qu'eux et bientôt je gagnerais la ligue de Sinnoh ! J'espère que tu assisteras à ma victoire Sylvia. Je t'inviterais, et après je me lancerais à l'assaut des ligues du monde entier ! Je serais le meilleur ! »

« Je vois ! Les champions ne sont pas que champions. Ils ont des métiers à côté... »


Intéressant tout cela ! Elle ne connaissait pas bien le monde des champions d'arênes. Mais il était vrai qu'à Sinnoh, en comparaison avec de nombreuses autres régions, les Champions d'arènes faisaient souvent quelques choses d'autres, à côté de leur carrière de champion d'arène, en comparaison avec les autres régions, où bien souvent, leur passion était secondaire par rapport aux métier de champion. Sylvia se disait que le fameux Charles devaient être très doué, au fond, pour réussir à s'en sortir. Encore une fois, elle connaissait le nombre hallucinant de dresseurs, qui partaient chaque année, pour tenter d'être le meilleur des dresseurs… Alors, elle se disait que le fameux Charles, devaient être très fort, pour continuer comme ça. De toute façon, le fait qu'ils s'allient par les liens du mariage, les renderaient imbattable. Et cela, avant même le mariage… N'étaient-ils pas fianncés, de toute façon ? Et si ! D'ailleurs, justement, le fameux Charles déclara en rapport à cela :

« Dis moi Sylvia... Que penses-tu de ce mariage arrangé ? Jusqu'ici je n'ai pas voulu t'en parler mais avant de te raccompagner je dois savoir ta pensée. C'est important pour moi... »

« ... »


De suite, elle devint plus sombre. Elle savait que le sujet finirait par tomber, et qu'elle ne pourrait y échapper. Bien sur que le sujet était pointilleux. Cela faisait partie des sujets où tout le monde était presque universellement contre… Donc… Et bien… Elle même… Elle n'était pas trop pour l'idée. Elle aurait préféré trouver un vrai époux, comme ça, par le hasard, un époux qu'elle aurait appris à aimer, et non qu'on lui forcerait… Mais, elle savait que son avis personnel n'était pas si important. Elle-même, d'ailleurs, considérait qu'il n'était pas si important. Car elle devait se conformer à sa famille. Et elle en était heureuse. Elle était heureuse de se mettre du côté de sa famille. Car elle devait le faire. Elle devait l'être. Mais cela… Elle n'avait aucune idée si le fameux Charles s'y connaissait, et comprenait. Bien, elle n'avait alors qu'une seule solution. Lui expliquer. C'était son devoir, après tout, en temps que futur fiancée !

« Que pourrais-je y faire ? Ma famille l'a décidé, alors, je m'y conviens. Si je suis là où je suis, c'est grâce à ma famille. Mon talent est indéniable, mais qui m'a donné les fonds ? Le ranch ? Et plus important encore… La vie ? »

Sylvia avait beaucoup de mal, ainsi, avec les gens qui manquaient de respects à leur parents. Après tout… Elle leur devait tout. Et quand je dis tout… Aux yeux de Sylvia, c'était tout sur tout. Après tout… Elle était une demoiselle qui avait hérité de ce qu'elle avait. Manquer de respects à ses parents… Non. On ne pouvait pas. Nous étions la chaire de nos parents. C'était incroyable de penser qu'on pourrait être contre ses parents. La collectionneuse estimait qu'elle devait obéir, et aider ses parents. Car elle était la fille, la quatrième héritière de la famille Von Wittelsbach. Au loin, Christian regardait la scène, et écoutait, les bras croisé, debout sur la branche d'un grand pin. Il pensait à sa jeune maîtresse, et devinait qu'elle allait sans doute avoir du mal. Christian, comme Claude, et un peu quelques autres serviteurs, connaissaient très bien la collectionneuse, et savait qu'elle avait du mal avec tout ce qui était humain. Mais cependant, Sylvia savait qu'elle devait rester forte. Et qu'elle devait montrer que même si son avis pouvait sembler forcer par sa famille… Elle en était d'accord. Car elle était sa famille.

« On m'a bien expliqué. Je devrais me marier. Mon père a eu la gentillesse de choisir un garçon de mon âge, mais il aurait bien put me marier à un homme de trente ans mon ainé ! »

Et oui ! C'était la grosse différence ! Mais Alexandre Von Wittelsbach n'aurait jamais laissé passé cela, étant donné qu'il voulait le bien de ses enfants. C'était aussi pour cela que la jeune demoiselle acceptait le mariage aussi facilement. Elle savait que son père ne voulait au fond que son bien. Pour ce qui était de Charles, et bien… La collectionneuse ne savait pas quelle était la relation entre Charles et sa famille… Mais elle supposait qu'il aurait le droit de refuser le mariage. D'ailleurs, elle pensait même qu'il pourrait le refuser, sans se mettre à dos sa famille… Enfin, en théorie. En effet, s'il la refusait en prétexant le vice caché… Et bien, son honneur serait sauf. Pas celui de Sylvia, bien entendue… Mais la collectionneuse avait peur du refus. Elle avait peur, car elle savait que pour elle, ça serait une catastrophe. Elle ne savait pas quand, ni comment, mais les médias seraient au courant très, trop même, vite du mariage. Se faire refuser… Elle serait morte, traînée dans la boue. Si elle avait bien compris quelque choses des médias… C'était qu'une seule chose étaient encore préférés aux étoiles de la célébrités. Quand ses mêmes étoiles deviennent des étoiles filantes. Elle avait déjà subis cela avec son accident, où elle avait été roulée dans la boue, pour son échec.

« Je veux rendre fier ma famille. Je suis la « Red de la Capture », et jamais je ne les trahirai. »

On sentait l'hubris des Von Wittelsbach… Mais aussi leur attachement. Charles pouvait ainsi découvrir que si on exceptait la mère des Von Wittelsbach, qui justement, elle n'avait jamais joué le jeu de la famille, estimant qu'elle était au dessus par son sang bleu, les Von Wittelsbach n'étaient pas qu'une simple famille. Il était un groupe soudé, et uni. Jamais l'un n'ira contre les autres… Car ils se souciaient d'eux. Le groupe, l'association, c'était ça la plus grande force des Von Wittelsbach, et ensemble, ils sentaient que tout devenait possible pour eux. Ensemble, ils pouvaient surmonter les plus grandes tragédies. Et cela, cela ne serait que possible ensemble. Et par le mariage, Sylvia savait que cela serait la technique pour permettre enfin, l'intégration d'autres dans cette immense famille. Et cela plaisait particulièrement à Sylvia. Mais est-ce que Charles serait convaincu par les arguments de la fameuse collectionneuse de Pokémon ? Et bien, cela, rien n'était moins sûre. Plus qu'à attendre ce qu'il allait déclarer…

.:-------------------------:.
"Quand je suis atterré, à genoux, sans force, je me rappelle que je suis une Von Wittelsbach, et que c'est dans l'honneur que ma famille survit."
Sylvia's Thème
Revenir en haut Aller en bas
Charles de Beaumarchais


avatar
Messages : 27
Réputation : 0
Date d'inscription : 29/05/2016

Informations du personnage
Âge: 15 ans
Alignement: Voyageur
Equipe Pokémon:

MessageSujet: Re: "Le mariage est un saut périlleux dans l'avenir." [PV : Charles] Dim 5 Juin - 17:59

Comme Charles s'y attendait, la mine de sa promise se décomposa. Quoi de plus normal, c'était un sujet épineux. Autant pour lui que pour elle. Du côté du Beaumarchais, un mariage arrangé non accepté entraînera irrémédiablement une mauvaise opinion de ses parents et de sa famille en général. Il sera sûrement déshérité et la famille perdrait sa crédibilité mais Charles lui ne craindrais pas grand chose au final. Au vu de la relation qu'il entretient avec ses parents et sa famille en général... Au pire on lui coupera l'accession au compte en banque et après ? De toute façon il ne compte pas revenir chez ses parents donc il ne perdrait pas grand chose. Sa famille perdrait bien plus. Sylvia perdrait bien plus...

« Que pourrais-je y faire ? Ma famille l'a décidé, alors, je m'y conviens. Si je suis là où je suis, c'est grâce à ma famille. Mon talent est indéniable, mais qui m'a donné les fonds ? Le ranch ? Et plus important encore… La vie ? »


Et voilà peut être leur plus grande différence. L'un souhaite se détacher de sa famille et s'élever par lui même tandis que l'autre ne pense qu'à grandir sa famille. L'une ne peut vivre sans quand l'autre cherche à s'en débarrasser. Enfin... ce n'est pas tout à fait exact. Dire que Charles Auguste renie son nom est faux. Disons plutôt qu'il souhaite ses preuves en tant que Charles, en tant que lui même. Pas grâce à un nom et un héritage. Il est Prince, noble et héritier d'une grande fortune, c'est un fait. Sa vie ne sera peut être pas aussi libre qu'il ne l'avait imaginé mais c'est à lui de gérer cela et d'en faire une force et non une faiblesse.

« On m'a bien expliqué. Je devrais me marier. Mon père a eu la gentillesse de choisir un garçon de mon âge, mais il aurait bien put me marier à un homme de trente ans mon ainé ! »

Elle n'a pas tord. Combien d'enfants de nobles furent mariés à des personnes de vingt ans leur aîné ou même de quinze leur cadet ? Elle marquait un point. Personne n'a rien expliqué au Beaumarchais. Ou plutôt il n'a jamais voulu l'entendre. Oui, ça se rapproche de la vérité déjà. En fait son père a voulu lui en parler trois ou quatre fois mais son fils est toujours partit en courant en hurlant qu'il ne voulait pas savoir et qu'il était libre. Aujourd'hui il découvre celle qui lui était promise et celle dont il n'a jamais souhaité connaître le nom. Un jour il lui expliquera. Un jour il lui dira tout.

« Je veux rendre fier ma famille. Je suis la « Red de la Capture », et jamais je ne les trahirai. »

Et c'est tout à son honneur, oui, oui. L'un est libre et l'autre non. Voici comment il voyait les choses. Mais la position de Sylvia était assumée et revendiquée. C'est une bonne chose, il doit l'admettre. En fait, Charles se surprit à la comprendre, et cela l'étonna en vu de ses revendications. Le blondinet leva les yeux vers le ciel étoilé, pensif. Pouvait-il considérer l'union de deux personnes comme l'union de deux familles ? Pouvait-il accepter de parler au nom des Beaumarchais en ces lieux et pouvait-il accepter un mariage préparé par ceux-ci ? Par les siens ? Lui qui a passé son existence seul dans un manoir représente désormais sa famille en ce pays, en cette demeure. Le Beaumarchais se racla la gorge et répondit.

« Je comprend ta position Sylvia. Et je la respecte. Tu sais... je n'ai jamais été proche de ma famille. La plupart des miens sont dans d'autres régions et mes parents n'étaient pas très présents, mon père ne m'apprécie pas vraiment et je n'ai pas ais grand chose pour que la situation change. Je ne vais pas te mentir, je pourrais très bien refuser ce mariage et m'en aller quelque part sans que cela me porte préjudice. Au pire l'image de ma famille serait un peu ternie mais je ne veux surtout pas te faire du tort.
Je ne te connais pas beaucoup mais je suis certain qu'avec le temps nous nous rapprocherons inexorablement. D'un côté je ne veux pas que les miens soient désabusés par mon geste, et le plus important, je ne veux pas qu'il t'arrive quelque chose de regrettable. Alors... Je me plierai à ce mariage, tout comme toi. Mais ce n'est pas dans le but de faire plaisir aux Beaumarchais, c'est pour toi. Et toi seule. »


Ayant fini sa belle tirade, Charles s'agenouilla devant sa fiancée et lui embrassa la joue avec une tendresse qui lui était étrangère. Puis il la regarda dans les yeux avec un sourire innocent et amical, presque amoureux. Sylvia l'avait touché, aussi étonnant que cela puisse paraître il s'est plié à l'autorité parentale pour une fille... Eh bien Charles, où est passé ton côté indépendant et fier ? Envolé au profit d'un sentiment envers une jeune inconnue. Inconnue ? Nan, plus maintenant. Désormais ils sont liés l'un à l'autre et ce jusqu'à la fin des temps. Et dire que rien ne présageait leur rencontre...

.:-------------------------:.
Je parle en #cc9900
Revenir en haut Aller en bas
Sylvia Von Wittelsbach


avatar
Messages : 134
Réputation : 10
Date d'inscription : 23/10/2013
Autres Comptes : Laure Dexila-Juan Da Ponte-Aria Cantore-Andea-Capaldi-Archibald Park

Informations du personnage
Âge: 15
Alignement: Neutre/Civil
Equipe Pokémon:

MessageSujet: Re: "Le mariage est un saut périlleux dans l'avenir." [PV : Charles] Dim 5 Juin - 19:48

Sylvia stressait. Cela se voyait un peu, quand on savait reconnaître ça sur les personnes. Elle respirait plus vite, bien plus vite, elle tremblait légèrement… Et elle ne savait pas quoi faire de ses mains, signe qui est souvent attaché à un stress… Et ouais, voilà la preuve que les longues descriptions si barbantes que vous voyez dans les textes de français, sont importante. Dans une ère au l'audiovisuel était devenu si important… Et bien, il faut dire que nous avions perdu l'habitude d'écrire des descriptions. Le besoin d'avatar était quand même très significatif. Nous sommes devenu incapable d'imaginer, et nous sommes devenue dépendant de la vue… Et nous avons perdu l'habitude de décrire. Voilà pourquoi nous sommes aussi réticant à lire les grands classiques. Steindhal, Balzac, Zola… Il faut bien comprendre qu'à cette époque, les auteurs étaient obligés de faire des grandes descriptions, car des choses, qui nous semblent aujourd'hui connu de tous, et visible partout, ne l'était pas à l'époque. Bref tout ça pour montrer que la description n'était pas un mal.

« Je comprend ta position Sylvia. Et je la respecte. Tu sais... je n'ai jamais été proche de ma famille. La plupart des miens sont dans d'autres régions et mes parents n'étaient pas très présents, mon père ne m'apprécie pas vraiment et je n'ai pas ais grand chose pour que la situation change. Je ne vais pas te mentir, je pourrais très bien refuser ce mariage et m'en aller quelque part sans que cela me porte préjudice. Au pire l'image de ma famille serait un peu ternie mais je ne veux surtout pas te faire du tort. 
Je ne te connais pas beaucoup mais je suis certain qu'avec le temps nous nous rapprocherons inexorablement. D'un côté je ne veux pas que les miens soient désabusés par mon geste, et le plus important, je ne veux pas qu'il t'arrive quelque chose de regrettable. Alors... Je me plierai à ce mariage, tout comme toi. Mais ce n'est pas dans le but de faire plaisir aux Beaumarchais, c'est pour toi. Et toi seule. »


« Je comprends. Et je dois avouer que je t'en voudrais si tu me mettais dans l'embarras. Il faut bien dire… Ma mère a déjà dis que c'était un miracle qu'handicapé, je puisse rester à ses yeux sa fille. Reniée, ça serait la fin. »

Sylvia était une fille paranoïque. Même si ce qu'elle disait, n'était pas complètement faux. Il était vrai qu'elle avait eu des problèmes avec sa famille, enfin, sa mère, après avoir perdu ses jambes… Ouais, je sais, le temps passe, et visiblement, rien ne s'arrangeait pour la mère de Sylvia. Mais parfois, il faut bien comprendre qu'il n'y avait rien à arranger. La mère de Sylvia était une affreuse mégère, et il n'y avait rien de plus à dire sur elle. Elle était comme ça, et c'était tout… Mais très vite, elle changea de point de vue, et déclara :

« Tu es un vrai gentleman, Charles… Si tu te débrouilles a peu près aussi bien avec tes pokémons, qu'avec les filles, tu auras un grand succès. »

Ah ! Le retour de la bonne humeur ! Il fallait bien, pensait la collectionneuse. Si les deux étaient destinés à être marié, hors de question de passer pour une vielle mégère dépressive. Puis, elle devait faire bonne figure ! Comme toujours, Sylvia ne changeait pas. Et elle était très contente d'être avec Charles… Cela se voyait, cependant, pour le moment, c'était en ami. Il faut dire… Des amis, Sylvia en avait presque pas. Son caractère, et son renfermement, faisait qu'elle avait plutôt tendance à se faire des ennemis, ou des gens qui étaient au mieux des camarades. En tout cas, voilà… Puis, elle n'avait pas tord, après tout… Le fameux Charles était vraiment un romantique, et qui savait parler aux demoiselles ! Et ça… Et bien, c'était littéralement ce qui marchait sur Sylvia. La jeune demoiselle aux cheveux roses, et bien… Faut bien dire qu'elle était naïve, et se faisait facilement avoir par les filets de l'amour. Cela était logique. Des hommes, autres que sa famille, elle n'en n'avait pas croisés tant que ça. Déjà, car pendant longtemps, elle avait été dans son cocon doré, dans son manoir…

« La nuit tombe. Viens dormir quand même ici ! »

En effet, le soleil terminait de se coucher, et les rayons du crépuscules commençaient à véritablement mourir. La collectionneuse ne pouvait pas laisser le fameux Charles, dormir comme ça à l'extérieur. Il devait au moins dormir chez les Von Wittelsbach ! Cela était plutôt logique. Après tout, il pourrait repartir, c'est vrai, mais els Von Wittelsbach manqueraient à leur honneur de bon hôte, s'il laissait partir Charles. Et cela, et bien… Cela ne serait que guère sympathique. Bon, je vous arrête de suite… Le fameux Charles n'allait pas partager le lit de Sylvia. Je sais que vous pensez à ça, bande de gros père verts ! Non, il allait avoir l'une des très nombreuses chambres d'invités qui pullulaient dans le manoir. Chambres qui étaient d'ailleurs bien plus nombreuses, beaucoup plus nombreuses que le nombre d'invités qui arrivaient annuellement dans le manoir. D'ailleurs, cela permettait aux serviteurs les plus proches d'avoir une chambre bien plus confortable que ce qu'on pourrait croire ! Mais bref, en tout cas, le jeune homme était presque trainé par la fameuse Sylvia, de nouveau vers le manoir…

« Je pense qu'il faudra qu'on voit pour réussir à se mettre ensemble niveau du Ranch. Si tes pokémons pouvaient profiter de ce lieu de repos… Avec la technologie des PC, on peux sans… Kya ! »

Les deux fiancés étaient tranquillement entrain de parler, et la fameuse Sylvia Von Wittelsbach voulait bien, surtout montrer qu'elle était là, bel et bien là, pour apporter un soutien à son futur époux. Ouais, pour Sylvia, il faut bien comprendre que bah… C'était trop tard, et elle devait apprendre à le considérer comme telle. C'était comme ça que ça marchait, pour la collectionneuse de Pokémon. Donc, autant s'habituer ! Et comme, dans la vision très arriérée de la femme qu'avait Sylvia, la femme était avant tout un support… Mais visiblement, la fameuse collectionneuse n'avait pas eu le temps de finir sa phrase ! En effet, un poing d'ombre frappa un peu devant le fauteuil. D'ailleurs, quand même bien devant… Le poing d'ombre était quand même un gros nul… S'il faut bien le dire… Bref, en tout cas, la collectioneuse vit le pokémon commencer à apparaître, sortant des ombres… De suite, elle déclara :

« Un Teraclope ! Pas de problème, je vais le captu... »

Alors, vite vite… Teraclope. Pokémon de type spectre. Il n'aime pas la lumière, surtout quand elle est vive. En l'aveuglant, il sera facile alors de le faire tomber dans un filet. Dommage qu'elle n'ait pas eu le temps de mettre un jeu de corde sur le sol, cela aurait permit qu'il s'emmêle dedans. Bon. Elle n'avait qu'à sortir une grenade aveuglante, ou une lampe torche, et ses balles-métalliques filet. Ce n'était pas trop dur, et de toute façon, elle avait son taser pour lui lancer une bonne décharge si ce dernier tentait de l'attaquer… Elle passa alors la main sous sa poitrine… Et rien ne se passa. La main passa sur la robe blanche aux broderies roses, et c'est tout. Quoi me diriez-vous ? Et bien, je vous explique. Quand Sylvia est dans sa tenue de mage, il n'y a pas de problème, elle a toujours tout sur elle… Ou sur son fauteuil. Sauf que là, elle était dans une magnifique robe blanche et rose… Mais qui ne servait strictement à rien, dans cette situation… Youpi… Cela allait être chouette elle sent…

« On oublie la capture… Va falloir le combattre j'ai peur... »

En théorie, cela allait bien se passer. Le Pokémon était seul, et le fameux Charles étaient dresseurs. Après, la meilleur technique, il faut bien l'avouer, serait la fuite. Plutôt que combattre, surtout quand le Pokémon, pour une raison inconnu, semblait en avoir contre les deux jeunes gens, et non spécialement en volonté de faire un combat Pokémon. La preuve, il les avait attaqué sournoisement, c'est quand même assez significatif des volontés du Pokémons… Maintenant, qu'est-ce que cela voulait dire ? Et bien, là, nous avions affaire à une autre question, très intéressante aussi, mais différente ! Pourquoi le fameux Pokémon était entrain d'attaquer les deux ? D'habitude, les Pokémons spectres du jardin des Von Wittelsbach avaient tendance à être plutôt… Calme… Et à éviter les ennuis. Déjà, car ils s'étaient très souvent fait casser la gueule par Cindy, qui n'était pas du genre à accepter que des Pokémons Spectres foutent le bordel dans SON jardin… Mais bref, toutes les réponses à ses questions allaient devoir attendre un peu, car c'était au tour de Charles, de parler ! Donc, à vous les studios !

.:-------------------------:.
"Quand je suis atterré, à genoux, sans force, je me rappelle que je suis une Von Wittelsbach, et que c'est dans l'honneur que ma famille survit."
Sylvia's Thème
Revenir en haut Aller en bas
Charles de Beaumarchais


avatar
Messages : 27
Réputation : 0
Date d'inscription : 29/05/2016

Informations du personnage
Âge: 15 ans
Alignement: Voyageur
Equipe Pokémon:

MessageSujet: Re: "Le mariage est un saut périlleux dans l'avenir." [PV : Charles] Mer 8 Juin - 15:03

« Je comprends. Et je dois avouer que je t'en voudrais si tu me mettais dans l'embarras. Il faut bien dire… Ma mère a déjà dis que c'était un miracle qu'handicapé, je puisse rester à ses yeux sa fille. Reniée, ça serait la fin. »

Il avait vu juste et ce n'était peut être pas une très bonne chose. Charles ne comprenait pas trop de telles réactions, de toute façon les gens nobles perdent souvent la tête c'est bien connu. Il n'y a qu'à voir ses cousins qui -la dernière fois qu'ils se sont vu- étaient égocentriques au possible. Narcissiques et se considérant comme les maîtres du monde. Pouah. Dans le cas de Sylvia c'était bien pire, comment pouvait-on renier un enfant juste parce qu'il a eu un accident. Quelle horreur. Le Beaumarchais avait bien prit la bonne décision en ne s'opposant pas au mariage, il pourra ainsi protéger sa fiancée de ces pratiques de barbares de nobles.

« Tu es un vrai gentleman, Charles… Si tu te débrouilles a peu près aussi bien avec tes pokémons, qu'avec les filles, tu auras un grand succès. »

Evidemment que c'est un gentleman, il a été élevé ainsi. Ses actions sont guidées par son apprentissage, sa socialisation primaire qui... oups excusez moi je m'égare quelque peu. Son éducation suivait les valeurs de bienséance et de ce fait le comportement du jeune garçon se devait irréprochable et toujours charmeur dans le but de « conquérir les foules » comme se plaît à le dire son père. Il a beau le nier, son comportement garde une trace non négligeable de cette socialisation de haute naissance.

« La nuit tombe. Viens dormir quand même ici ! »


Alors je vous le dis tout net. Non, Charles n'a pas eu de pensées saugrenues à ces mots. Il est pur le petit Charles, si, si. Il répondit tout simplement par un sourire et un « Comme il vous plaira » sans plus de cérémonies. Bon, dans les faits, dormir ici ne lui plaisait pas vraiment en fait. Vous vous souvenez, précédemment j'ai bien dis que la maison ne le rassurait pas vraiment. Trop sombre, trop étrangère, puis en plus dans une autre région avec des étrangers. Ouais... Dormir une nuit, oui, pourquoi pas. Si cela peut faire plaisir à sa promise il serait capable de le faire ce ne serait pas impossible. Mais pas plus, ensuite il repart !

« Je pense qu'il faudra qu'on voit pour réussir à se mettre ensemble niveau du Ranch. Si tes pokémons pouvaient profiter de ce lieu de repos… Avec la technologie des PC, on peux sans… Kya ! »

Le blondinet marchait paisiblement en écoutant sa camarade de promenade religieusement... QUAND SOUDAIN... ! Apparut un poing, une ombre, un truc, une silhouette, un spectre un... Tout se passa trop vite. Dans sa surprise, Charles avait sursauté, fait un bond  mémorable en lâchant un léger cri de surprise. Aoutch qu'est ce que c'est que ce truc ? Un pokémon ? Si Charles avait un pokédex il l'aurait sortit mais non il n'en avait pas. Sa fiancée remplaçait très bien ce dernier. Le jeune homme n'en avait jamais vu et il faut bien reconnaître qu'en plus d'être surpris il est resté paralysé quelques secondes par la surprise de voir un Pokémon débarquer en attaquant le couple.

« Un Teraclope ! Pas de problème, je vais le captu... On oublie la capture… Va falloir le combattre j'ai peur... »

Euuuh... Oui... le capturer ? Ah ben non en fait. Bon... Le blondinet n'avait pas quitté la créature des yeux et il lui fallu quelques secondes pour s'en remettre. Son cœur battait vite, trop vite. Finalement Charles s'accrocha et un léger sourire apparut sur ses lèvres. Celui-ci était surtout originaire de la surprise du garçon et d'une réaction peu réfléchie. Saisissant deux pokéballs il les jeta en l'air ; un flash de lumière laissa apparaître Tarpaud et Goupix. L'un fut surpris de tomber nez à nez avec un autre Pokémon tandis que le second lui était déjà en train de grogner.

« Non de... Tarpaud, Goupix, j'ai besoin de vous ! Tarpaud, reste près de Sylvia et protège là, Goupix, utilise Danseflamme sur Teraclope ! »

Le Pokémon crapaud sautilla jusqu'à être aux côtés de la jeune fille et surveillait autour du fauteuil pour contrer d'éventuels spectres mal intentionnés. Les deux belligérants semblaient être rompus aux combats au vu de leurs mouvements calibrés.

« Goupix, feu-follet puis lance poursuite ! »

Le petit renard rouge sauta pour lancer la première attaque puis courut vers le Pokémon spectre pour lancer Poursuite. Charles quant à lui semblait -et était- concentré, surveillant les gestes de son adversaire avec rigueur. N'importe quel mouvement devait être analysé et retranscrit en ordre à son Goupix pour lui permettre de réagir. Tout était calibré, tout devait l'être. Pourquoi ce Pokémon les attaquaient ainsi ? Ils n'avaient pourtant rien fait de mal...

« Pourquoi nous attaques-tu ?! »


Charles n'attendait pas vraiment une réponse mais il était énervé ! Oui le petit blond de bonne naissance venait de s'énerver. Bon je vous l'accorde ça fait pas très peur entre le Goupix et la bouille toute meugnonne du garçon. Pourtant l'intention et le cœur y sont. Crains la colère des Beaumarchais Ô petit Teraclope ! Ceci dit, on a beau dire ce que l'on veut, le spectre venait d'entrer dans les objectifs de capture de l'adolescent. Oh oui, vois cette petite balle rouge et blanche... Ce sera bientôt ta maison pitite créature spectrale casseuse d'ambiance...

.:-------------------------:.
Je parle en #cc9900
Revenir en haut Aller en bas
Sylvia Von Wittelsbach


avatar
Messages : 134
Réputation : 10
Date d'inscription : 23/10/2013
Autres Comptes : Laure Dexila-Juan Da Ponte-Aria Cantore-Andea-Capaldi-Archibald Park

Informations du personnage
Âge: 15
Alignement: Neutre/Civil
Equipe Pokémon:

MessageSujet: Re: "Le mariage est un saut périlleux dans l'avenir." [PV : Charles] Jeu 9 Juin - 8:58

Damn it ! Tout cela aurait du être un simple petit rendez-vous, discussion dans le crépuscule de la nuit… Nullement se retrouver à combattre un Pokémon… Mais bon, franchement… Si vous voulez mon avis, ce n'était pas comme si se plaindre allait servir à grand-chose. Pour tout dire, même, cela servirait autant à quelques choses, que lire un journal alors que vous êtes attaqués par une bande de loup-garous zombies ninja venant de l'espace. Si un jour cela vous arrive… Putain vous avez trop de la chance. Et des chances de survies qui approchent zéro % car, il faut bien dire… C'est putain de trop épique !!! Mais bon, je commence à déraper méchamment du sujet. Ainsi, en effet, cela n'avait pas été du tout prévu dans ce que pensait la jeune demoiselle aux cheveux roses… Pourquoi un pokémon, spectre de surcroît, les attaqueraient comme ça, dans une avenue ouverte ? Cela n'avait aucun sens… Et pourtant, la fameuse collectionneuse s'y connaissait en comportement des pokémons, même si cela pouvait être parfois bien plus complexe qu'elle croyait. Quoiqu'il en soit, le fameux Charles déclara :


« Non de... Tarpaud, Goupix, j'ai besoin de vous ! Tarpaud, reste près de Sylvia et protège là, Goupix, utilise Danseflamme sur Teraclope ! »

« Merci ! »


C'était cela qui l'inquiétait le plus la collectionneuse. Encore une fois… Sa robe était très belle, et elle était parfaitement raffinée dedans… Mais cependant, il fallait quand même bien dire qu'elle n'était pas très pratique. La jeune collectionneuse savait bien qu'elle était très faible, et bien souvent, sans défense… Mais cela n'était pas une raison pour jouer avec le feu, et l'être encore plus, en n'ayant même pas son équipement sur elle ! Mais bon… Comme dit précédemment, tout cela n'avait été absolument pas prévu par la collectionneuse ni par sa famille. Donc, elle n'avait strictement rien pour se défendre. Elle était juste une pauvre petite demoiselle sans défense, sur un fauteuil roulant. Presque l'incarnation de la fragilité, une personnification de cette état, ce qui ressemblerait beaucoup à un poème surréaliste, si vous voulez mon avis. Et je m'y connais en surréalisme. Car je suis Breton. Et qui est le plus grand poère surréaliste ? Aragon. Mais André Breton est pas loin derrière. André Breton qui n'a rien de Breton, d'ailleurs, c'était un pur et dur parisien, qui y a vécu presque tout sa vie.

« Goupix, feu-follet puis lance représaille ! »

Et voilà ! Là, le combat littéralement avait commencé ! C'était la première fois, et oui, la première fois que la collectionneuse voyait un combat de si prêt. Auparavant, elle s'était toujours contenté de rester à distance, sur des gradins, ou bien cachés… Là, non, ce n'était pas le cas ! Elle était spectatrice directe… Et potentiellement, victime de dommage collatéral. Donc, elle ferait mieux de faire gaffe. Mais bon, d'un côté, enthousiaste, et comme bien souvent remplie d'adrénaline, la jeune demoiselle en fauteuil roulant voulait voir ce qui allait se passer, et elle savait que de toute façon… Le fameux Charles ne pouvait que gagner. Dans la pensée de la collectionneuse, il était impossible qu'un dresseur de Pokémon perde contre un Pokémon sauvage. Après tout, les dresseurs de Pokémons étaient des professionnels dans le combat contre les Pokémons ! Et elle, dans la capture de ses derniers… Sauf que comme une collectionneuse pouvait échouer à capturer un pokémon, l'inverse était possible !

« Pourquoi nous attaques-tu ?! »

« Euh… Charles… Je pense pas qu'il va répondre... »


Sylvia déclara cela timidement, oubliant que le fameux jeune homme disait très certainement pas cela, dans le but d'avoir une réponse, mais sans aucun doute, tout simplement, par énervement. De plus, cela pouvait être utile, si d'autres Pokémons étaient dans le coin… Des Pokémons un tout petit peu belliqueux pour décider de rejoindre la bataille… Mais les cris pourraient, au contraire, les dissuader, étant donné que les Pokémons sauvages n'aimaient pas spécialement l'agitation, et préférait attaquer quand on les agressait. Et ouais, quand vous marchez dans les hautes herbes, vous agressez des pauvres rattatas qui n'ont rien demandés. Bon, d'accord, quand l'herbe nous arrive au genoux, et on tombe sur un PUTAIN DE GRAVALANCH, vous allez me dire « Et tu l'expliques comment cela ? » Et bien… Je ne dirais qu'une chose… JE HAIS SES GRAVALANCHS QUI EXPLOSENT, tuant un de tes précieux Pokémons que tu as passé tant de temps à entrainé, pendant un nuzlocke…

« Ce Pokémon me dit quelque chose… Charles ! Les Teraclopes sont des Pokémons de type spectre, mais ça tu devais l'avoir deviné. Ils ne sont pas très puissants, mais très résistants ! »

Sylvia avait souvent vu des pokémons… Et elle était entrain de penser… Et si c'était un Teraclope qu'elle avait échoué à capturer, qui venait se venger ? En effet, dans ses premiers temps de collectionneuse, la jeune Sylvia s'était surtout entrainée à capturer des Pokémons dans son jardin… Et elle 'navait pas toujours réussi. Loin de là ! Et ouais, même s'il fallait bien l'avouer, ses talents de collectionneuse relevaient du dons (et du bon support financier, quand même, il faut pas être totalement dupe), elle avait quand même connu des échecs. Et il n'était pas impossible, pensait-elle, qu'elle se trouve face à un Skelenox, qui n'avaient pas réussi à entrer dans ses pièges, enfin, plutôt qui y avaient échappés, et que là, ils revenaient beaucoup plus fort, pour se venger. Après, ce n'était qu'une théorie, mais la fameuse collectionneuse pensait bien que c'était la bonne théorie. Après, si elle avait raison… Si elle avait tord… Et bien, cela seul l'avenir pourra nous le dire.

Mais ce n'était pas car Sylvia commençait à s'étonner que cela, que le fameux Teraclope, lui, ne faisait rien. N'ayant pas du tout aimé l'attaque ténèbres qu'il s'était prit en plein dos, et étant maintenant brulé, il fallait bien dire que sa situation était devenu tout d'un coup beaucoup plus complexe… Il prépara une grosse attaque ball-ombre, alors, qu'il projeta sur le fameux Goupix. Pour le Teraclope, sa situation était embêtant, mais pas catastrophique. En effet, les Teraclopes étaient des véritables Tanks, avec 130 de défenses, de base, aussi bien en défense qu'en défense spécial… Mais en contrepartie, ils ne faisaient pas très mal. Et oui, on avait pas le beurre, l'argent du beurre, et le sourire de la crémière… Et cette expression est tellement vielle, que je devrais retrousser ma moustache, mettre un chapeau melon, une canne, et me promener telle un homme du XIXè siècle. Mais allez, maintenant, il fallait voir qu'elle allait être le plan du fameux Charles… Cela aussi, seul l'avenir pourra nous le dire !

.:-------------------------:.
"Quand je suis atterré, à genoux, sans force, je me rappelle que je suis une Von Wittelsbach, et que c'est dans l'honneur que ma famille survit."
Sylvia's Thème
Revenir en haut Aller en bas
Charles de Beaumarchais


avatar
Messages : 27
Réputation : 0
Date d'inscription : 29/05/2016

Informations du personnage
Âge: 15 ans
Alignement: Voyageur
Equipe Pokémon:

MessageSujet: Re: "Le mariage est un saut périlleux dans l'avenir." [PV : Charles] Ven 10 Juin - 8:51

« Ce Pokémon me dit quelque chose… Charles ! Les Teraclopes sont des Pokémons de type spectre, mais ça tu devais l'avoir deviné. Ils ne sont pas très puissants, mais très résistants ! »

Le dresseur hocha la tête. Il ne connaissait pas ce genre de Pokémons et n'avait de ce fait que trop peu d'informations dessus pour connaître ses statistiques. Décidément ils forment bel et bien une bonne équipe ces deux là ! Et puis les Pokémon spectres lui font tout de même un peu peur et provoquent également et paradoxalement une certaine fascination chez le dresseur. Ils sont si mystérieux... Peut être qu'il lira davantage de livres à leur sujet en rentrant. Le Téraclope lança une attaque Ball'Ombre sur Goupix et ce dernier se la prit de plein fouet. Mais si vous pensiez que cela suffirai pour le mettre K.O, détrompez vous ! La mine énervée du jeune homme était passée et le voici désormais souriant. Un sourire sadique et un regard déterminé d'ailleurs. Le Pokémon spectre souffrait de sa brûlure et l'attaque Danseflammes faisait encore effet. Ces deux éléments étaient déterminants surtout que les brûlures provoquent la diminution des dégâts causés par deux ! Eh oui, le Téraclope est décidément dans la mouise jusqu'au cou.

« Et maintenant très chère amie, le final ! Goupix, utilise Représailles ! »

Charles écarta les bras de façon théâtrale pour ensuite abaisser le bras droit en direction de Téraclope. Le Pokémon courut vers son adversaire et avant que ce dernier puisse agir, le toucha de plein fouet provoquant une petite explosion. L'attaque était beaucoup plus puissante après que le Pokémon se soit prit des dégâts. Et elle était de type Ténèbres, si c'est pas beau tout ça ! Mais étrangement ce fichu spectre était encore debout et lança un Poing Ombre qui toucha Goupix. Le Beaumarchais sourit en coin et termina calmement.

« Rebondifeu. »


Le Téraclope étant juste devant Goupix, celui-ci n'eut qu'à sauter pour percuter l'étranger. Des braises volèrent autour et instinctivement le Tarpaud cracha de l'eau en l'air pour éteindre celles-ci, ce qui fonctionna heureusement. Ce spectacle était digne d'un concours, une explosion lumineuse, des braises virevoltantes et au final une pluie formant un petit arc-en-ciel entouré par la fumée que dégageaient les braises arrosées. Digne des plus grands, évidemment. Le Pokémon spectre tomba à la renverse et le blondinet jeta une PokéBall sur celui-ci ! Et voilà ! FALLAIT PAS VENIR ! Mais il se passa une chose à laquelle il ne s'attendait pas... La PokéBall lui revînt dessus et le pauvre blondinet se la prit en pleine tête. Il va avoir une bosse, c'est certain. Que s'est il passé ?

« Mais... »

Charles regarda autour de lui puis ses yeux émeraudes se posèrent sur Sylvia avec un air interrogateur comme si elle allait lui apporter une réponse. Ce Pokémon appartiendrait-il à quelqu'un ? Et si cette option est juste, qui oserait attaquer le jeune couple ? Serait-ce une épreuve du père Von Wittelsbach pour tester Charles ? Et si celui-ci avait perdu ? Des dizaines de « si » se battaient dans l'esprit du Beaumarchais qui n'allais pas tarder à obtenir une réponse à ses questions.

.:-------------------------:.
Je parle en #cc9900
Revenir en haut Aller en bas
Sylvia Von Wittelsbach


avatar
Messages : 134
Réputation : 10
Date d'inscription : 23/10/2013
Autres Comptes : Laure Dexila-Juan Da Ponte-Aria Cantore-Andea-Capaldi-Archibald Park

Informations du personnage
Âge: 15
Alignement: Neutre/Civil
Equipe Pokémon:

MessageSujet: Re: "Le mariage est un saut périlleux dans l'avenir." [PV : Charles] Sam 11 Juin - 12:05

Théorie ou pratique ? Dans ce cas, les deux mon général ! Et oui, en effet, l'association de Sylvia et de celle de Charles permettaient une très bonne équipe. La jeune collectionneuse était parfaitement à même de connaître la théorie sur énormément de pokémon, étant donné qu'elle avait énormément potassé son sujet… Mais elle était incapable de faire toute la partie pratique. Pour la très simple raison qu'elle avait rien pour le faire… A moins qu'elle saute elle-même sur le Pokémon, mais cela serait difficile étant donné qu'elle avait même plus ses jambes pour combattre… Donc, bon… Bref, en tout cas, en collaborant, Charles et Sylvia avaient tout deux l'impression que rien ne pourrait les arrêter ! Et c'était peut-être le cas, qui sait… Peut-être qu'à deux, ils arriveraient à aller très loin… Mais bon, tout cela, c'était le futur. Donc, il fallait bien rester dans le présent, et voir ce qui était entrain de se passer, au lieu de se téléporter dans la futur… Enfin, si vous voulez mon avis, c'était ce qu'il fallait faire.

« Et maintenant très chère amie, le final ! Goupix, utilise Représailles ! »

« Ouah ! »


Rien à dire, le fameux Charles étaient vraiment un très bon séducteur, en tout cas, pour Sylvia. Il savait utilisée les bons termes, pour mettre la jeune collectionneuse, qui n'avait jamais connu l'amour, ni ne serait-ce que de vraies amitiés avec des hommes, dans un état, où elle pourrait vraiment questionner si elle n'était pas entrain de tomber amoureuse. Et ouais, c'était assez étrange de penser qu'une tsundere comme Sylvia, pouvait aussi facilement se faire charmer. Disons que c'était comme affrotner un Général dans Fire Emblem. Difficile de vaincre sa très grande armure… Mais quand on arrivait à trouver la bonne arme, l'arme super efficace sur son blindage… Et bien, c'était parfait pour l'avoir. Et ouais. J'en suis au point de faire des références à Fire Emblem pendant mes RP. Heureusement que le nouveau Kirby est sorti, car sinon, je serais toujours entrain de faire du Fire Emblem à fond… Mais bref, ainsi, le combat continuait, pendant que je digressais pendant un salaud...

« Rebondifeu. »

« Impressionnant ! »


En effet, encore une fois, pour Sylvia, tout cela était impressionnant. Les combats, c'étaient vraiment cool ! Bon, à regarder, étant donné qu'à faire, elle ne connaissait pas… Et elle doutait qu'elle apprécierait. Surtout car elle ne serait pas aussi bonne qu'elle voudrait être… Donc, de suite, cela l'incitait à ne pas l'être. Mais cela restait impressionnant. En tout cas, maintenant qu'il était vaincu… Le fameux Terraclope ne serait pas difficile à capturer, non ? Et bien, quelques choses d'inattendu arriva. Alors que le fameux Charles lança sa Pokéball, d'un lancer tout à fait acceptable, mais perfectible aux yeux de la collectionneuse, et bien… Celle-ci rebondissa ridiculement, et vint retrouver son propriétaire, en lui frappant juste au niveau du front. Ouah ! Cela n'était pas prévu ! Mais mais mais… Qu'est-ce qui venait de se passer ? Là, la fameuse collectionneuse n'en n'avait aucune idée… D'ailleurs...

« Mais... »

« Charles ! Tu vas bien… ?
-Skelenox… Hypnose. »


La voix sortit d'un arbre, et un petit Skelenox, ainsi, se plaça juste devant la collectionneuse. Celle-ci n'eut pas le temps de dire « Anticonstitutionnellement », qu'elle tomba dans les bras de morphée. Peu après que la demoiselle soit devenue la belle au bois dormant, un jeune garçon tomba de l'arbre. Habillé en majordome, il mit bien ses gants, avant de sortir deux Pokéballs, pour faire d'abord rentrer le fameux Terraclope, toujours K.O., et enfin, secondement, le fameux Skelenox qui avait endormie la Sylvia. Il mit bien sa cravate, avant de remettre bien son smoking. Evidemment, il se débarassa des quelques feuilles qui couvraient encore son costume, qui étaient logiquement là, étant donné qu'il avait surveillé tout cela depuis l'arbre. Qu'est-ce que ce bordel ? Le fameux Christian avait été là pour surveillé que rien n'arrive ! Pas agresser la famesue collectionneuse ! Ou alors… Etait-ce un traitre ? Avait-il fait tout ça par trahison ? Cela était incroyable ! Et bien… Pas du tout, étant donné qu'il donna ses raisons, tout simplement, juste après, en regardant le fameux Charles, et en commençant à applaudir.

« Bravo Monsieur de Beaumarchais ! J'avais peur que vous soyez qu'un petit coureur de jupon, ayant charmé Madame, mais non ! »

Le jeune Christian applaudissait tranquillement le Beaumarchais, et parlait à voix normal, étant donné que Sylvia était plongée dans un profond sommeil. Voilà le coupable de tout cette agitation… Et il avait immédiatement donner son explication. Remettant bien ses cheveux noirs, pourtant en bataille à un point catastrophique, le fameux majordome fit une pause amusé, et regarda le fameux Charles, qui devait sans doute être surpris par son comportement… En tout cas, c'était souvent le cas. Ce n'était pas car il était un majordome qu'il devait se permettre de faire ce qu'il faisait non ? Justement même ! En temps que majordome, il devrait être sage ! Et bien, ce n'était pas du tout le cas, visiblement. En tout cas, il s'excusa quand même un peu...

« Veuillez excusez de cette petite mise en scène. Christian. L'un des deux serviteurs et confidents de Sylvia. »

Souriant, d'un sourire malicieux, il tendit la main à Charles. Bien entendue, et c'était facile à deviner… Le fameux serviteur avait agit de sa propre main, et à sa propre initiative, vu qu'il avait endormie Sylvia, avant de faire les révélations. Pas qu'il craignait tant la réaction de la collectionneuse, il l'avait déjà énervé pour moins que ça… Mais disons qu'il n'avait pas envie de suite de se faire engueuler. Plus, Cindy était peut-être encore dans le coin, à s'occuper des rosiers, et il n'avait pas envie que les deux filles joignent leur force, pour l'engueuler. Franchement, il aimerait garder ses tympans. En tout cas, il souriait à Charles, et lui tendait la main. Les deux serviteurs de Sylvia lui étaient extrêmement précieux, et sans doute que c'était eux qui connaissaient le mieux la collectionneuse… Même si parfois, leur caractères, et comportements pouvaient trancher avec ce qu'on attendrait de serviteurs… Mais qui sait. Peut-être était-cela qu'appréciait particulièrement la fameuse collectionneuse ? Cela… Bref, en tout cas, maintenant, plus qu'à attendre la réaction du fameux Charles.

.:-------------------------:.
"Quand je suis atterré, à genoux, sans force, je me rappelle que je suis une Von Wittelsbach, et que c'est dans l'honneur que ma famille survit."
Sylvia's Thème
Revenir en haut Aller en bas
Charles de Beaumarchais


avatar
Messages : 27
Réputation : 0
Date d'inscription : 29/05/2016

Informations du personnage
Âge: 15 ans
Alignement: Voyageur
Equipe Pokémon:

MessageSujet: Re: "Le mariage est un saut périlleux dans l'avenir." [PV : Charles] Dim 19 Juin - 17:45

« Charles ! Tu vas bien… ? »

Arf non, il va pas bien Charles... Parce qu'au delà de la douleur occasionnée c'est la honte qui en découle qui termina de mettre au tapis le petit nobliau. Il venait de louper une capture sous les yeux de sa promise. Là maintenant tout de suite il avait envie de mourir, de disparaître et se mettre en position latérale de sécurité pour fuir le regard inquisiteur de Sylvia. D'ailleurs il était tellement occupé à se lamenter qu'il ne remarqua l'étrange individu que trop tard.

-Skelenox… Hypnose. »

Ooooh qu'est ce qui se passe là ?! Charles était dos à Sylvia en train de se tenir le front et de regarder le Pokémon sur le sol quand SOUDAIN on l'attaque par derrière ! Goupix se mit à grogner et Tarpaud à paniquer. Ni une ni deux le Beaumarchais se retourna en un bond pour découvrir un jeune homme assez grand et couvert de feuilles. C'est qui celui-là encore ? Tout se bouscule dans sa tête, il n'arrive pas à comprendre, prend peur et recule de quelques pas comme si cet énergumène allait s'en prendre à lui. D'ailleurs ce dit énergumène lui adressa la parole comme jamais un homme bien habillé ne l'aurait fait.

« Bravo Monsieur de Beaumarchais ! J'avais peur que vous soyez qu'un petit coureur de jupon, ayant charmé Madame, mais non ! »

Mais comment lui parle t-il ? Mais, mais, mais... Mais il le reconnaît. Le visage de l'homme lui semblait familier. Heureusement il rappela ses Pokémon tandis que ceux de Charles étaient toujours là, prêts à lui sauter dessus pour protéger leur maître et au passage leur nouvelle maîtresse. D'ailleurs Tarpaud sauta sur les genoux de la collectionneuse et se gonfla d'air pour paraître plus imposant qu'il ne l'est en réalité. Le Pokémon feu quant à lui était toujours devant son maître à grogner après l'homme.

« Un coureur de jupons ? »

Il n'en revenait pas. On le marie de force et ensuite on vient le traiter de coureur de jupons, mais qui était cette famille au final ?! Arf il regretterai presque d'avoir fait cette escapade pour avoir des surprise de ce niveau. La méfiance n'étant pas retombée et les yeux du noble parlaient très bien tout seuls, l'étranger pas si étranger se présenta au Beaumarchais en lui tendant la main. Je vous le dis de suite, là, à cet instant, saisir la main de cet individu est la dernière chose que ferait Charles. Il lui faisait encore plus peur que la mère de Sylvia et l'antre de cette maison. Aaah mais ou s'était t-il fourré ?

« Veuillez excusez de cette petite mise en scène. Christian. L'un des deux serviteurs et confidents de Sylvia. »

Excuser ? EXCUSER ? On l'a dérangé dans sa vie privée là ! On ne dérange pas Charles dans sa vie privée ! Donc du coup il n'est pas seulement terrorisé par cet équilibriste arboricole, le noble est en plus gêné qu'il ai suivit sa discussion. Et depuis quand les serviteurs lancent ils leurs Pokémons à l'assaut de leur maître ? C'est à ne plus rien y comprendre... Serait-ce une révolution ? Bah non vu qu’apparemment il surveillait que le jeune Charles ne fasse pas de galipettes dans le jardin avec sa maîtresse. Cette phrase va trop loin...

« Mais enfin que se passe t-il ? On me marie sans me prévenir et ensuite Monsieur von Wittelsbach vous envoies pour me surveiller ? Mais... mais... Je n'ai rien demandé moi ! Je suis un garçon normal qui a été embarqué dans une affaire abracadabrante et qui s'est retrouvé à devoir combattre un Téraclope dans un jardin lugubre une fois la nuit tombée. »

Il porta son regard sur Sylvia. D'un côté il était tout de même satisfait d'avoir rencontré la collectionneuse. Une amitié était née ce soir et l'avenir nous dira comment elle évoluera. En tout cas s'en était déjà trop pour le jeune garçon qui fit rentrer ses compagnons dans leur PokéBall avec un air agacé très facilement identifiable. Il en fallait beaucoup pour le faire sortir de ses gonds mais apprendre dans la même après midi que ses parents se sont joués de lui, qu'il est marié à quinze ans et qu'un serviteur s'amuse à l'espionner c'était trop ! Il lâcha donc sans une once de réflexion...

« Si jamais je dois encore être la victime d'une de vos machination je m'en retourne de ce pas à Sinnoh ! »

En fait il un peu trop ? Eh bien sa réaction est plus ou moins normale étant donné qu'on pouvait dire que sa journée était exécrable. Aussi loin qu'il s'en souvienne, aucune ne pouvait égaler celle-ci en terme de mal-chance. Le seul point positif était qu'une amitié était née entre deux jeunes gens, ça fait une bien maigre récompense... Il ne fait aucun doute que si Christian n'avait pas usé de surprise, leur rencontre se serait bien mieux passée. Mais non, Charles réagit à chaud et sous pression et comme on dit il vaut mieux éviter de faire cela. Ignorant royalement la main tendue de l'homme à l'odeur de chêne, le Beaumarchais se mit derrière le fauteuil de sa récente amie et se mit en quête de revenir au manoir. Que va faire l'homme en noir ? Le suivra t-il en cherchant à s'expliquer ? Partira t-il lui aussi de son côté ? Un Noarfang viendra t-il encore davantage pourrir la journée du dresseur ? A suivre...

.:-------------------------:.
Je parle en #cc9900
Revenir en haut Aller en bas
Sylvia Von Wittelsbach


avatar
Messages : 134
Réputation : 10
Date d'inscription : 23/10/2013
Autres Comptes : Laure Dexila-Juan Da Ponte-Aria Cantore-Andea-Capaldi-Archibald Park

Informations du personnage
Âge: 15
Alignement: Neutre/Civil
Equipe Pokémon:

MessageSujet: Re: "Le mariage est un saut périlleux dans l'avenir." [PV : Charles] Dim 19 Juin - 21:53

Christian était TOUT sauf un serviteur conventionnel. Comme presque tout les serviteurs des Von Wittelsbach, d'ailleurs, qui avaient tous des passés complexes, et des histoires souvent assez passionnantes d'ailleurs ! Mais cela, on va en savoir plus, dans ce RP, justement, alors, prenez votre mal en patience, si vous êtes intéressé, et attendez que vous ayez plus de renseignements, renseignements qui devraient bientôt arriver... Donc, pas d'inquiétude. Et si vous n'êtes pas intéressé... Et bien... Euh... Tant pis ? Je suppose en tout cas... Bref, donc, en tout cas, Christian n'était pas dupe... Et remarqua que son petit tour n'avait pas plu DU TOUT au fameux Charles de Beaumarchais. Mais quand je dis pas du tout, c'est genre pas du tout, du tout. Mais bref... Que pouvait-il faire ? Cela était trop tard... En tout cas, il déclara, d'une voix en colère, en tout cas, mais pas assez forte pour libéré la collectionneuse des bras de Morphée :

« Mais enfin que se passe t-il ? On me marie sans me prévenir et ensuite Monsieur von Wittelsbach vous envoies pour me surveiller ? Mais... mais... Je n'ai rien demandé moi ! Je suis un garçon normal qui a été embarqué dans une affaire abracadabrante et qui s'est retrouvé à devoir combattre un Téraclope dans un jardin lugubre une fois la nuit tombée. »

Bien... Laissons le exploser. Avec un peu de chance, après, il sera plus calme, et on pourra parler entre homme, et non plus un petit garçon qui est très malheureux que tout se passe pas bien, et qui se retrouve comme un pion... Pauvre petit chou. Christian se demandait si ce garçon avait vu un jour le vrai monde, au lieu de son cocon doré, qu'il voulait tant fuir... Enfin, si ce qu'il avait entendu était juste, bien entendu. Bref, en tout cas, il commençait à comprendre à quel point aussi bien le fameux Charles, que la fameuse Sylvia était proche... Castor. Comme quoi, le chef de la famille Von Wittelsbach n'avait pas tord, quand il disait qu'il savait parfaitement comment trouver des personnes qui allaient bien ensemble. Aux yeux de Christian, qui avait vu, comme Claude, des choses assez horrible avant d'être récupéré par les Von Wittelsbach, Sylvia et Charles étaient des petits nobliaux, qui voulaient tout deux une liberté, dont ils n'imaginaient même pas les conséquences... Mais bref, Charles n'avait pas fini, la politesse qu'il avait en temps que serviteur, faisait qu'il devait au moins écouter jusqu'à la fin.

« Si jamais je dois encore être la victime d'une de vos machination je m'en retourne de ce pas à Sinnoh ! »

Ouuuuh... Mécontent le jeunot... Enfin, le jeunot. Sans aucun doute, les deux garçons avaient le même age. Cela était logique : les deux serviteurs de Sylvia avait tout deux quinze ans, et donc... Et bien, comme Charles avait quinze ans... Attention, je vous laisse faire le calcul... Enfin, la comparaison... Et oui, vous avez raison ! Les deux ont donc le même âge ! Bravo !!! Enfin, plus précisément, le fameux Christian étant du 29 Décembre, il était extrêmement probable que le serviteur soit enfaîte même plus jeune que Charles... Mais bref ! Tout ce blabla pour les âges, ce n'était pas non plus le but de ce RP ! Déjà que je fais beaucoup trop de blabla, dans ces RP... On croirait véritablement qu'il y a littéralement ,plus de blabla que d'action dans mes RP... Et c'était probablement vrai. D'ailleurs, il est probable que vous ne lisiez pas tout les paragraphes, et que vous les survoliez juste. Pas de bol. Vous manquerez le « Castor », caché dans le paragraphe précédent. Eheh.

« Oh. Oh. On se calme. Déjà, merci de ne pas me mettre dans le même panier que les big boss VW. Je suis d'un autre format moi. »

Bien. Allez, il allait se permettre de parler, car là, il était temps de remettre les pendules à l'heure. Franchement, il ne savait pas d'où venait ce Beaumar... Ah oui. Il était con. Des Beaumarchais. D'ailleurs, saviez-vous que Beaumarchais est l'un des écrivains français, des auteurs de théâtre les plus important du XVIII siècle ? Tandis que les Von Wittelsbach sont une famille qui a régné dans le Saint Empire Romain Germanique au cours du Moyen-Âge. On voit ici des références, volontaire ou involontaire très intéressante. Mais bref, en tout cas, le fameux Christian dédounait ses chefs des responsabilités. Certes, en effet, il avait eu l'ordre de « surveiller » si tout se passait bien... Mais jaamis celui de faire cette petite mise en scène. Il l'avait fait de son plein gré... Et ne le regrettait pas le moins du monde. En même temps, même s'il provoquerait une catastrophe... Christian n'était pas du genre à regretter ses actions, quand il estimait qu'il devait le faire.

« Je ne veux que le bien de mademoiselle. Je la taquine parfois, mais moi, je la connais, et je sais sa fragilité. »

Bam. Lui, connaissait Sylvia, et franchement... Il préférait largement la voir pleurer une semaine, car elle avait été rejeté par ce mec, plutôt qu'elle se retrouve avec ce mec, et qu'il soit possible qu'il la rende malheureuse toute sa vie. Pourquoi cela ? Et bien... Il allait l'expliquer un peu plus loin, mais là, je vais vous expliquer ce qu'il ne va pas dire : Il ne voulait pas que Sylvia devienne une paria. Romantique et naïve comme elle était, ce garçon pourrait très bien la convaincre à elle aussi, suivre la vie de bohème que Charles envisageait... C'était drôle, mais Christian se demandait comment Charles compterait vivre, s'il n'arrivait pas avec ses pokémons à devenir riche ? Ouais, là, de suite, cela devenait moins drôle. Après, on est sur un forum RP, donc, logiquement, tout nos personnages sont brillants... Mais il fallait se rappeler que le taux d'échec des dresseurs étaient juste immense. Et très peu de gens pouvaient vivre de la vie de dresseur. Si Charles allait trop loin, et se faisait deshérité... Il aurait du mal... Si Sylvia décidait de le suivre, aveuglée par l'amour... Elle serait éternellement malheureuse. Bref, le fameux Christian acceptait le rôle de Diable, si le Diable avait des bonnes intention. N'était-ce pas ce qu'on disait ? L'enfer est pavé de bonne attention ? Bref, en tout cas, Christian déclara, de manière moins non-chalante qu'il avait l'habitude...

« Franchement, si vous craquez aussi facilement, vous n'irez pas bien loin, monsieur le dresseur. Vous serez bouffer par tout le monde, surtout les champions... Boah. Vous n'aurez que vos yeux pour pleurer, et si vous ne voulez pas de mademoiselle, au moins, ça la protégera... »

Christian ne machait pas ses mots. Et franchement, il avait l'habitude. Qu'un noble ou un roturier se présente devant lui, il dira le fond de sa pensée, comme ça. Et cela se voyait sur son visage. Il regardait Charles avait des yeux froid, celui d'un homme qui avait manié un couteau. Celui d'un garçon qui protégeait sa petite soeur, avait décidé de faire le pire des crimes. Celui qui avait décidé de faire un pacte avec la richesse, et avait ainsi permit à sa soeur de reprendre une nouvelle vie... En l'oubliant. En regardant Charles, c'est presque son histoire qui pouvait se lire dans ses yeux, qui fut remplis d'une haine, puis d'une colère... Puis d'une profonde mélancolie. Mais il n'avait pas le temps de faire tout cela. De suite, il reprit sa position habituel, son air un peu moqueur, et regardait le fameux jeune Charles. Après tout, il avait pas tord, encore une fois à ses yeux, faut bien le comprendre... Mais cependant, tout en suivant Charles, et le fauteuil de la collectionneuse qui partait toujours vers le manoir...

« Je vous aime bien pourtant, vous avez pas l'air méchant, et vous avez tout de suite pensé à sa protection... Vous êtes juste un peu... Niais ? Jeunot ? Aucune idée... Je vous raccompagne. Après tout, c'est moi qui vais m'occuper d'elle, quand elle sera dans sa chambre ! »

Il n'avait pas tord;.. Et puis, il tentait ouvertement de ne pas trop trop s'antagonisé devant Charles. Il avait, c'était sa faute, laisser entrevoir de profondes faiblesses lui appartenant, donc, autant le faire oublier avec un peu de miel... Non ? Non, cela ne marche pas sur les forums RP... Surtout quand l'auteur, qui est visiblement particulièrement stupide, le dit ouvertement dans un paragraphe de narration... Attendez... Mais je parle de moi là ? Bordel de bon dieu ! Faudra que je m'achète un cerveau un de ses quatre. En tout cas, ainsi, il avait vraiment envie de parler avec le fameux Charles... Après tout, peut-être que ce côté niais... Ce côté jeunot... Deux caractéristique qu'il connaissait chez sa jeune maîtresse, et de manière très importante, se refletait chez ce jeune homme. Les deux étaient proches. Maintenant, est-ce que leur proximité n'était pas en péril, par leur éloignement a propos de la liberté ? Cela, c'était une question complexe, dont il faudra sans doute du temps pour y répondre...

.:-------------------------:.
"Quand je suis atterré, à genoux, sans force, je me rappelle que je suis une Von Wittelsbach, et que c'est dans l'honneur que ma famille survit."
Sylvia's Thème
Revenir en haut Aller en bas
Charles de Beaumarchais


avatar
Messages : 27
Réputation : 0
Date d'inscription : 29/05/2016

Informations du personnage
Âge: 15 ans
Alignement: Voyageur
Equipe Pokémon:

MessageSujet: Re: "Le mariage est un saut périlleux dans l'avenir." [PV : Charles] Ven 24 Juin - 20:18

On pouvait dire ce que l'on voulait, Charles est une personne plutôt émotive et assez rêveuse qui pense bien plus à s'amuser et vivre la vie comme elle vient plutôt que chercher à construire des projets. En même temps, osez demander à un gamin de quinze ans de préparer son avenir sentimental et professionnel à quinze ans. Le Beaumarchais d'habitude bon vivant a succombé à la colère et à la tristesse et ce à cause d'un sujet sensible : la famille. Chez beaucoup de personnes c'est une idée chère, la famille est sacrée et protégée. Chez les Beaumarchais comme toutes grandes familles, ce sentiment est exacerbé mais le jeune dresseur est l'exception qui confirme la règle. Ah oui, oui il aime sa famille et en particulier ses cousins ; mais leur comportement peut l'irriter au même niveau qu'un choix familiale se portant sur SA vie et SON existence. L'exemple du mariage est bon mais imaginons aussi les études et tout ce qui s'en rapporte. Le père de Charles voulait que ce dernier soit un généticien et qu'il fasse de longues études, pas qu'il parte sur les routes avec des Pokémon en quête d'une aventure souvent fatale aux enfants. Ah dès le premier hiver on a une vague de décès, on dirait pas mais c'est violent.

« Oh. Oh. On se calme. Déjà, merci de ne pas me mettre dans le même panier que les big boss VW. Je suis d'un autre format moi. »

Faisant mine d'ignorer son interlocuteur, le jeune dresseur poursuivait sa route. En réalité il écoutait chacun des mots du serviteur attentivement mais son ego le poussait à faire la tête. Et vous savez que l'ego chez les Beaumarchais c'est particulier, c'est un peu la marque de fabrique. Même si Charles souhaite rompre avec cette snobitude qui s'est emparée de sa famille, il n'en reste pas moins un pur produit de ce nom.

« Je ne veux que le bien de mademoiselle. Je la taquine parfois, mais moi, je la connais, et je sais sa fragilité. »

Ça veut dire quoi ça ? Bien sûr qu'il la connaît, comment voulez vous qu'un nouveau venu cerne une inconnue en quelques heures ? Le dresseur ne revendiquait pas la totale et entière connaissance, nan, nan. Pas encore. Toujours dans son enfermement râleur, Charles Auguste de Beaumarchais ne disait rien et gardait la tête haute en avançant jusqu'à ce que le dresseur s'en prenne suffisemment dans le coin de la figure pour se défendre.

« Franchement, si vous craquez aussi facilement, vous n'irez pas bien loin, monsieur le dresseur. Vous serez bouffer par tout le monde, surtout les champions... Boah. Vous n'aurez que vos yeux pour pleurer, et si vous ne voulez pas de mademoiselle, au moins, ça la protégera... »

Là il s'arrêta net, oui net. Posa un regard dur sur le serviteur et sans mouvement théâtrale, lui répondit avec un léger tremblement dans sa voix.
« J'ai passé une mauvaise journée ! Ça arrive à tout le monde non ? Vous aimeriez être marié à une personne que vous ne connaissez pas ? Apprendre que vos proches se jouent de vous et comprendre que vous n'êtes qu'un vulgaire pion avec des organes et une tignasse ? »

Ah là là, pauvre Charles, il va lui falloir bien plus qu'une soirée pour ingurgiter ce morceau. C'est un peu comme les mémoires de la Seconde Guerre mondiale en France. Tout d'abord rejetée, puis intégrées et enfin assimilées. Là c'est pareil mais avec un tableau moins noir tout de même. Reprenant sa marche, les deux jeunes gens étaient presque arrivés au manoir. Celui-ci se dressait fièrement au milieu du parc arboré, les lampadaires éclairaient quant à eux les alentours de l'imposante bâtisse, faisant danser les ombres sur les murs et sur le sol. Rendant de ce fait l'environnement encore plus sinistre qu'il ne l'était déjà. De toute façon la nuit était toujours synonyme de danger pour le jeune dresseur. Il ne comptait plus le nombre d'attaques de types spectres et ténèbres durant ses nuits à la belle étoile.

« Je vous aime bien pourtant, vous avez pas l'air méchant, et vous avez tout de suite pensé à sa protection... Vous êtes juste un peu... Niais ? Jeunot ? Aucune idée... Je vous raccompagne. Après tout, c'est moi qui vais m'occuper d'elle, quand elle sera dans sa chambre ! 
-Si vous pensiez que j'allais tenter le moindre petit truc mal placé vous vous mettez le doigt dans l'oeil. L'Etiquette est à respecter en toutes situation. Maintenant si vous voulez bien me laisser un moment pour assimiler tout ce que j'ai appris aujourd'hui, ce serait fort aimable... »


Le blondinet s'arrêta à quelques mètres de l'entrée pour rendre les commandes du fauteuil à Christian. Contre toute attente il tenta un sourire forcé, pas ce genre de sourire ironiques vous savez mais tout au contraire un sourire se voulant courtois malgré la confusion et la gêne ressentie par le dresseur. Il est temps de se mettre à la recherche d'une chambre histoire de pouvoir faire éclater tous ses ressentiments qu'il tente de cacher depuis ces révélations. Et encore... ce n'est que le commencement.

.:-------------------------:.
Je parle en #cc9900
Revenir en haut Aller en bas
Sylvia Von Wittelsbach


avatar
Messages : 134
Réputation : 10
Date d'inscription : 23/10/2013
Autres Comptes : Laure Dexila-Juan Da Ponte-Aria Cantore-Andea-Capaldi-Archibald Park

Informations du personnage
Âge: 15
Alignement: Neutre/Civil
Equipe Pokémon:

MessageSujet: Re: "Le mariage est un saut périlleux dans l'avenir." [PV : Charles] Sam 25 Juin - 10:15

Sylvia dormait paisiblement. C'était dans ce genre de moment, encore plus que quand elle était face à des gens de sa classe sociale, qu'elle montrait toute sa faiblesse et sa fragilité. C'était pour cela que s'il y avait une chose qu'elle détestait par dessus tout, c'était qu'on la voit dormir. Elle ne voulait pas paraître comme cela, devant les gens. C'était… Inacceptable ! Totalement inacceptable ! Eheh… Je peux vous dire, là, si Sylvia était réveillé, elle serait extrêmement gênée, et balbutierait à en mourir… Bref, quelques chose de très drôle à voir… A croire même, si on allait jusqu'au bout du cliché habituel de Japanimation, elle pourrait même gifler le pauvre Charles, qui pourtant, n'aurait rien fait… Et Christian, alors ? Me demandez-vous ? Et bien, il était presque sur que le fameux serviteur recevrait une belle engueulade, si la collectionneuse apprenait ce qu'il avait fait. Il était presque sûre en effet qu'elle ne serait pas contente, mais pas contente du tout, la fameuse Sylvia Von Wittelsbach… Mais dans un sens, elle avait quand même un peu l'habitude de ce genre de coup par son serviteur… Donc, n'allez pas croire qu'il serait mit à la porte pour si peu… Non, loin de là. Mais retournons au RP, vous le voulez bien ?

« J'ai passé une mauvaise journée ! Ça arrive à tout le monde non ? Vous aimeriez être marié à une personne que vous ne connaissez pas ? Apprendre que vos proches se jouent de vous et comprendre que vous n'êtes qu'un vulgaire pion avec des organes et une tignasse ? »

Quel Drama Queen… C'était ce que pensait Christian… Dans une totale et entière hypocritie. Ouais, car il faut bien dire que je n'approuve pas en temps que narrateur tout ce que font mes personnages. Un peu de la même manière qu'au début des films vous voyez écrit : « Ceci est une œuvre de fiction. Les déclarations et actions des personnages ne reflètent pas la mentalité blablabla. » Enfin, le blablabla vient pas de la citation. Bref, en tout cas, Christian se moquait beaucoup trop de Charles, et tout ce qu'il faisait était tout à fait compréhensible. Après tout… L'une des plus grandes aspirations de l'homme était la liberté. Savoir qu'on était un pion, était bien souvent une terrible vérité qui était difficile à avaler… Mais bon. C'était comme ça que marchait la vie. La vie, notre vie, c'était une constante utilisation de soi, par les autres… C'était comme ça que marchait la société… Et après tout, être dresseur, n'était-ce pas une revanche de Charles sur sa propre vie… ? Ouh… On entre dans la Philosophie, là, si vous voulez mon avis… Mais bref, assez blablater.

-Si vous pensiez que j'allais tenter le moindre petit truc mal placé vous vous mettez le doigt dans l'oeil. L'Etiquette est à respecter en toutes situation. Maintenant si vous voulez bien me laisser un moment pour assimiler tout ce que j'ai appris aujourd'hui, ce serait fort aimable... »

« Bien, bien, monseigneur ! »


Légèrement moqueur, Christian se demandait franchement si Sylvia avait trouvé un bon époux, en la personne de Charles. Car franchement… Il semblait surtout être un garçon qui avait plus besoin de soutien, qu'il ne pouvait apporter du soutien. Mais bon… De toute façon, il fallait bien le laisser tranquille. N'était-ce pas son souhait ? Eheh, il allait le faire, et lui offrir une bonne leçon, « Christian Style », comme il avait l'habitude… Quel horrible peste. Franchement, c'était à se demander comment il arrivait à rester chez les Von Wittelsbach sans se faire chasser. Sans doute car au fond, il n'était pas méchant… Mais quand même, cela ne justifiait pas tout, et on pouvait quand même dire qu'il restait une horrible petite peste. Mais bon, concentrons nous un peu sur les déclarations du fameux serviteur :

« Je vais vous souhaiter une agréable nuit… N'hésitez pas à me faire appeler si vous avez quoique ce soit… Christian… Out. »

Et l'étiquette ? Franchement… Ce fameux Christian était tout sauf un serviteur conventionnel. Il n'avait même, si vous voulez mon avis, rien du tout du serviteur conventionnel, et là, il venait de cracher allègrement sur l'étiquette. Christian de toute façon, avait fait son travail. Il avait « accompagné », le fameux Charles jusqu'à la chambre de la collectionneuse, il n'aurait plus qu'à ouvrir la porte. En effet, sur la fameuse porte, se trouvait écrit, dans une encre rouge assez belle « Sylvia », sur la porte, montrant que visiblement, c'était sa chambre. Parfait ! Bon, visiblement, le fameux Christian avait décidé que vu le fameux Charles voulaient qu'il lui laisse un moment… Et bien, tant mieux ! Il était partie, et laissant ses devoirs à Charles, comme ça, au moins, il pouvait aller se coucher plus tôt… Outch… On sentait que ses deux là, ils n'allaient pas être des amis, mais genre, pas du tout, si vous voulez mon avis… Mais bref, assez tragiversé, une fois la porte ouvrir, on entendit le sommeil d'un personnage… Mais pas celui qu'on pourrait penser tout de suite… Etrange…

« … Zz…. Zzz... »

Dans la chambre de Sylvia, une petite sérénade au piano sortait d'une chaine hi-fi assez ancienne. Un violon était posé sur un piano à queue, et plusieurs tenues montraient encore un côté dérangé à la chambre. Sinon, la chambre était soignée, propre, et on pouvait voir une chambre avec de nombreux livres, outils de captures, etc. Mais évidemment, ce qu'on remarquait le mieux, c'était une jeune demoiselle, en tenue de servante, endormie sur une chaise. Claude, la servante de Sylvia, l'avait visiblement attendue, mais Morphée, de la même manière qu'il avait frappé Sylvia par l'intermédiaire d'un Pokémon spectre, avait frappée la jeune servante du même sort, l'endormant sur sa chaise. Ses cheveux verts encadraient son visage adolescent, mais le bruit de la porte qui s'ouvre l'éveilla peu à peu… Sortant des bras de morphée, elle regarda tranquillement le fameux Charles… Enfin, la tranquillité dura très approximativement quelques dizaines de secondes, avant qu'elle se rende compte de la situation… Elle déclara, alors, à Charles, d'une voix légèrement paniquée, comme si elle avait peur de se faire punir :

« Oh… Messire ! Excusez-moi. Vous cherchez une chambre ? Je m'occupe de Sylvia !! »

En effet, cela pourrait être mieux. Car là où était les trois fameux personnages, à l'étage, il n'y avait aucune autre chambre. Les chambres étaient toute au premier étage, chose logique dans l'architecture intérieur d'un manoir, celui depuis le XVII siècle. Donc, sur une architecture qu'on pourrait daté a peu près du XIX Siècle, dans son style, enfin, d'un XIX Siècle équivalant, bien sur, vu qu'on n'était pas à la même période, cela était logique que les autres chambres soient à l'étage. Confuse, en tout cas, Claude se leva, et manqua de prendre sa robe dans le pied surélevé du lit, et de méchamment se rétamer sur le sol. Elle manqua cela, uniquement grâce au piano, qui n'était pas loin d'elle, et auxquels elle avait put s'accrocher. Gênée, elle fit un sourire maladroit à Charles… Et bien, heureusement que Sylvia ne la voyait pas… Elle n'avait pas envie de se couvrir de honte devant sa dame, et… Oh… Attendez… Mais oui, Charles, c'est le futur époux !! Damn, elle avait quand même réussi à se couvrir de ridicule… Finalement…

.:-------------------------:.
"Quand je suis atterré, à genoux, sans force, je me rappelle que je suis une Von Wittelsbach, et que c'est dans l'honneur que ma famille survit."
Sylvia's Thème
Revenir en haut Aller en bas
Charles de Beaumarchais


avatar
Messages : 27
Réputation : 0
Date d'inscription : 29/05/2016

Informations du personnage
Âge: 15 ans
Alignement: Voyageur
Equipe Pokémon:

MessageSujet: Re: "Le mariage est un saut périlleux dans l'avenir." [PV : Charles] Mar 28 Juin - 11:58

C'était la première fois que le jeune Beaumarchais voyait un tel serviteur. Lui était habitué à de vieux majordomes rabougris qui ne bougent pas d'un centimètre pendant qu'il mange et qui parlent doucement pour déranger le moins possible leur maître. Ou alors en opposition complète, n'étant pas vraiment un fada de l'ordre nobiliaire, il était également habitué à la présence et à la manière de parler de ses amis venant du bas peuple. D'ailleurs il s'entendait mieux avec ceux-ci c'est donc étrange qu'il n'ai pas trouvé en Christian ce comportement qu'il aimait partager. Mais que voulez vous, les circonstances ne sont pas adéquates, voilà tout.

« Je vais vous souhaiter une agréable nuit… N'hésitez pas à me faire appeler si vous avez quoique ce soit… Christian… Out. »

Etrangement, là ça ne dérangea pas du tout Charles. Une réaction à l'américaine, même à la façon présidentielle. Bon, bon. Le blondinet regarda Christian repartir et il entra dans la chambre avec Sylvia toujours endormie. La pièce était assez spacieuse et bien rangée, les yeux du garçon se baladaient dans la chambre avec une curiosité enfantine quand soudain ! Un bruit ! Un bruit que j'vous dis ! Ça ressemble de loin à des ronflements. Evidemment la première réaction du noble fut de regarder Sylvia mais rien... Il soupirait légèrement mais sans plus. Mais d'où venait donc ce bruit alors ? Ouvrant un peu plus la porte, Charles découvrit qui était la compositrice de ce son peu conventionnel.

« … Zz…. Zzz... »


Une jeune fille à peu près de son âge était endormie sur une chaise et commençait à ouvrir difficilement les yeux. Elle avait une attitude oisive comme si elle n'avait pas encore compris que le futur époux était en train d'attendre qu'elle vienne l'aider. Un peu surpris il lui fit signe comme pour vérifier qu'elle est bien en vie, on sait jamais. Ben ça alors, tout le monde dort dans cette maison ? Et quand est ce qu'on mange ? Il a faim lui ! C'est donc un peu gêné qu'il prit la parole assez doucement pour ne pas faire tomber la servante de sa chaise.

« Euhm... mademoiselle... Pourriez vous m'aider à m'occuper de Sylvia ? »

C'est alors qu'elle prit conscience de la situation... et de façon assez ratée hélas. Elle bondit littéralement de sa chaise, manque de trébucher, se rattrape comme une ninja et sourit de façon fort gênée. Le garçon lui rétorqua un sourire plein de joie pour montrer son amusement.

« Oh… Messire ! Excusez-moi. Vous cherchez une chambre ? Je m'occupe de Sylvia !! »


Une chambre ? Hum mais... mais... Il a faim ! Il a pas mangé encore ! Aaah l'aurait-on oublié ? En tout cas son ventre lui ne l'a pas oublié puisqu'un gros bruit bien digne du blondinet se fit entendre dans la pièce voire même aux alentours. Là, gros blanc. Et puis les joues du garçon commencent à rosir puis deviennent pourpres et il passe sa droite derrière sa tête, dans ses cheveux avec une gêne égale à celle de Claude à son réveil.

« En fait je cherche la salle à manger, je suppose que l'on va bientôt manger non ? Parce que je sens que je vais avoir du mal à tenir sinon. »

Il souriait de nouveau, l'atmosphère de la chambre était plus adéquate pour cela. D'ailleurs peut être que le gargouillis de son estomac réveillera sa fiancée qui sait... Si c'est le cas il mangera pas seul comme ça ! Ça l'arrange, le blondinet n'aime pas vraiment la solitude.

.:-------------------------:.
Je parle en #cc9900
Revenir en haut Aller en bas
Sylvia Von Wittelsbach


avatar
Messages : 134
Réputation : 10
Date d'inscription : 23/10/2013
Autres Comptes : Laure Dexila-Juan Da Ponte-Aria Cantore-Andea-Capaldi-Archibald Park

Informations du personnage
Âge: 15
Alignement: Neutre/Civil
Equipe Pokémon:

MessageSujet: Re: "Le mariage est un saut périlleux dans l'avenir." [PV : Charles] Mar 28 Juin - 14:32

La chambre de Sylvia était une chambre curieuse. Elle remplissait, bien entendue, entièrement les fonctions de chambres, mais elle était curieuse sur certains de ses points. Par exemple, elle n'était pas sexuée. Par exemple, le piano et le violon était un beau contraste… Comment cela me diriez-vous ? Et bien, tout simplement, dans les éducations nobliaires, ses instruments sont sexués. Quand on est un garçon, on apprend à jouer du piano, alors que les filles apprennent plutôt à jouer du Violon. Et bien, pour Sylvia, qui avait eu une éducation surtout « artistique et littéraire », très peu d'économie et de gestion (evidemment ! Elle ne devait pas faire de l'ombre, ou une contestation potentiel par rapport à sa sœur !) Cela se voyait sans problème, ainsi, dans la chamble de Sylvia… Ainsi, la fameuse Sylvia avait une éducation mixte, garçonne et fille à la fois… M'enfin, pour le remarquer, il fallait s'intéresser à un peu tout dans sa chambre, et c'était difficile quand tu te retrouvais avec deux filles endormies à tes côtés… Hein Charles ? Sacré petit coquin, elles dorment toutes prêt de toi !

« En fait je cherche la salle à manger, je suppose que l'on va bientôt manger non ? Parce que je sens que je vais avoir du mal à tenir sinon. »

« Oh ! Mille excuses monsieur !!! Je vais vous préparer quelque chose… Je suis excellente cuisinière, vous savez ? »

Elle tenait à rassurer le fameux Charles de ses talents en temps que domestique… Ouais, elle avait un peu peur, que se retrouver entrain de piquer un roupillon, au beau milieu de la chambre de sa chef, c'était pas terrible… Et encore heureux qu'elle ne savait pas ce qu'avait fait Christian, sinon, elle lui aurait tirer les oreilles… Franchement… Bref, en tout cas, elle offrit un sourire, et se mit bien sur ses jambes, époussetant un peu sa robe de servante, et s'apprêtant à quitter tranquillement la chambre. De plus, elle devait absolument le nourir ! Son ventre l'avait fait marquer ! Elle ne disait rien sur cela, d'ailleurs, car elle n'avait rien à dire ! Après tout, c'était tout à fait quelques chose qui pouvait arriver, ce genre de gargouilli. Evidemment, cela aurait été Christian qui l'aurait fait, elle lui aurait donné un coup dans le ventre, pour apprendre à se retenir… Mais là, elle n'était qu'une servante, et le fameux Charles, lui, un chef ! Donc, voilà ! Alors qu'elle s'apprêtait à quitter la chambre, elle se rappela soudainement que Charles n'était pas venu seule, et déclara, à propos de Sylvia...

« Mmh… Euh… Amenez Sylvia, cela la réveillera sans doute. »

En effet ! Claude n'osait pas trop réveillée de force la fameuse Sylvia Von Wittelsbach, car après tout, cela ne se faisait pas… Et elle avait pas envie de la gêner, et elle ne savait pas, c'était surtout ça qu'il fallait comprendre, les raisons pourquoi Sylvia dormait… Si elle s'était juste endormie naturellement… Et bien, elle n'avait rien à dire. Accompagnant Charles jusqu'à la cuisine, Charles put admirer la très grande cuisine, qui était vide pour le moment. Claude prit une chaise, et la posa contre un plan de travail… Puis, elle partit, ouvrir un frigo, et sortit plusieurs ingrédients, avant de les abandonner sur une table… Partant chercher des épices dans un coin de la salle… Tout semblait assez désorganisé, un peu comme si les idées venaient les unes après les autres, et dans un ordre pas forcément des plus logiques… Qui sait, c'était peut-être logique dans sa tête ? Après tout, la logique, tout cela, c'était bien souvent personnel, si vous voulez mon avis. Et évidemment, alors qu'elle faisiat

« Excusez-nous, Messire Von Wittelsbach pensait que vous ne voudriez pas manger, et que vous alliez sans doute partir, furieux, demander des explications à vos parents… Et qu'il comprenait largement… Et que ce n'était pas accepta… Rah, elle est lourde ! »

Claude avait un gros défaut. Elle était très bavarde, et adorait parler. C'était un peu comme une gouvernante, sauf qu'elle avait trente de moins, si vous voulez mon avis. Bref, elle avait donc discuté, de la même manière que Christian, mais sur d'autres sujets, avec le fameux Alexandre Von Wittelsbach… Ainsi, les Von Wittelsbach ne mangeaient pas toujours ensemble… Même pour tout dire, ils mangeaient même rarement ensemble, étant donné que chacuns avaient leur emploi du tmeps bien particulier… Donc difficile de concillier cela pour un repas. Ainsi, chacun ayant deux domestiques, c'était bien plus simple ainsi, étant donnés qu'ils pouvaient cuisiner… Et ouais, c'est bien pratique la domesticité ! Evidemment, ils étaient payés, et vivaient très bien, et ils étaient content d'être dans la famille Von Wittelsbach ! Cela leur permettait d'être plus tranquille, et de se débrouiller, sans problème, ayant un emploi stable… Voir parfois, même, un ami, en la personne de leur patron… C'était aussi l'avantage d'être a peu près du même age que celui qu'il servait. Mais bref, en tout cas, alors que Claude avait arrêté sa phrase, elle l'a repris, totalement confuse, en regardant Charles.

« La marmite. La marmite est lourde !!! Pas vous ! Bref, que ce n'était pas acceptable que vos parents ne vous ait rien dis. »

Ne t'inquiète pas Claude… Après tout, comment Charles auraient put croire qu'il était « elle » ? Il était « il », non ? C'était le destin de ceux qui naissaient de sexe masculin ! Vu qu'il gardait, et bien… Le sexe masculin ! Bref, en tout cas, parlons de choses plus sérieuses… Visiblement, le fameux chef de la famille Von Wittelsbach avait été assez mécontant de l'attitude des Beaumarchais sur ce point, et estimait que le fameux Charles aurait dut être prévenu… Bon, il fallait bien l'avouer, une grande partie de son énervement était plutôt lié au fait qu'il n'avait guère apprécié d'avoir à faire ce boulot. Et oui, il ne fallait pas non plus voir Alexandre Von Wittelsbach comme un saint, surtout que ce dernier avait fait exactement la même chose que les parents de Charles, à sa fille. Vu qu'il n'avait prévenu qu'au dernier moment Sylvia de qui était son futur époux. Mais bon, il avait quand même préparé sa fille, sur le fait qu'elle serait mariée… Exactement comme tout les Von Wittelsbach, d'ailleurs !

« Je vais faire des pâtes, avec du chorizo, des tomates, et des poivrons… Cela me semble bien… Puis pour reveiller mademoiselle, mieux vaut un truc épicé… Vous aimez les épices ? A Hoenn, c'est notre spécialité ! »

Ce plat, d'origine américaine, est excellent. N'ayez pas d'inquiétude ! Puis, la fameuse Claude n'avait pas mentie quand on lui avait dit qu'elle était une très bonne cuisinière. Après, il fallait voir si le fameux Charles était un amateur de plat épicé… Tout dépendait d'où il venait ! Enfin, cela n'était pas forcément vrai… Il est vrai qu'en temps que Breton, je mange exclusivement et que du beurre salé, et que je considère que manger du beurre doux est un crime a peu près aussi important que tuer quelqu'un… Mais je suis aussi un grand amateur de nourriture mexicaine, et que… Quoi ? On s'en fout ? C'est vrai. En tout cas, Sylvia restait toujours profondement endormie… C'était le désavantage, ou l'avantage, quand on était en combat, l'attaque Hypnose pouvait durer longtemps. C'est pour cela qu'ainsi, la fameuse Claude pensait que simuler d'autres sens, que tout simplement, son ouïe (vu que sa vue est tout à fait inutilisable dans cette situation)… Et bien, peut-être que cela aiderait ! Et bien, pour la réponse… Vous verrez bien !

.:-------------------------:.
"Quand je suis atterré, à genoux, sans force, je me rappelle que je suis une Von Wittelsbach, et que c'est dans l'honneur que ma famille survit."
Sylvia's Thème
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: "Le mariage est un saut périlleux dans l'avenir." [PV : Charles]

Revenir en haut Aller en bas
 

"Le mariage est un saut périlleux dans l'avenir." [PV : Charles]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pokemon Legends : Rebirth - Forum rpg :: Le Pokémonde :: Hoenn :: Atalanopolis-