Le forum a ouvert son wikia ! Cliquez ici pour y contribuer !
Annonce aux joueurs débutants : Vous êtes perdus ? Cliquez ici pour avoir plus d'informations !
Nouveau thème, nouveau contexte ! Important : Venez vous faire recenser ici !
Derniers sujets
» Rising World
Dim 1 Oct - 10:34 par EternalStay

» The Lion King RPG
Jeu 7 Sep - 9:28 par Invité

» Final Fantasy Rebirth
Sam 2 Sep - 17:37 par Invité

» Pokémon d'Antan
Mer 5 Juil - 13:04 par Invité

» En route pour de nouvelles aventures !
Dim 2 Juil - 21:44 par Kyubi

» Tsuki's World
Sam 24 Juin - 12:35 par Invité

» Abandon du forum et ouverture d'un nouveau forum
Ven 23 Juin - 18:11 par Alice Taylor

» Scénario pour le Reboot ?
Mar 20 Juin - 18:02 par Alice Taylor

» Pokémon Donjon Mystère - Explorers of Abyss
Mar 20 Juin - 10:28 par Invité


Partagez | .

Vylheim Ragnborn [en cours]

Invité
Invité



MessageSujet: Vylheim Ragnborn [en cours] Dim 25 Oct - 19:56



Présentation de Wylheim Ragnborn
Nom : Ragnborn

Prénom: Wylheim

Âge: 43 ans

Sexe: Homme

Ville d'origine: Frigidia, un petit village dans les montagnes du nord de Sinnoh.

Nombre de badges: Huit badges à Sinnoh, à peu près deux fois plus d'un peu partout.

Arène: Maitre de la ligue de Sinnoh

Premier pokémon acquis: Arcanin

Equipe pokémon dans l'arène:

  • Métalosse
    Nature : Sérieux.
    Talent : Corps Sain
    Capacités : Psyko; Poing-Météor; Séisme; Vol Magnétik

  • Carchacrok
    Nature : Mauvais
    Talent : Peau dure
    Capacités : Giga-impact; Dracogriffe; Aéropique; Lance-flammes

  • Leviator
    Nature : Bizarre
    Talent : Intimidation
    Capacités : Mania; Danse Draco; Hydroqueue, Déflagration

  • Blizzaroi
    Nature : Relax
    Talent : Anti-bruit
    Capacités : Martobois; Blizzard; Mur lumière; Racines

  • Elekable
    Nature : Pressé
    Talent : Motorisé
    Capacités : Poing-éclair; Fatal-foudre; Balayage; Vive-attaque

  • Démolosse
    Nature : Malin
    Talent : Matinal
    Capacités :Feinte; Ball'Ombre; Crocs Feu; Flair



Equipe pokémon favorite:

  • Fenris (Arcanin)
    Nature : Brave
    Talent : Intimidation
    Capacités : Vitesse Extrême; Déflagration; Close Combat; Reflet

    Description physique et morale :
    Fenris est un bel Arcanin, un peu plus grand et massif que la normale, doté d'une fourrure et d'une crinière rendant hommage à sa noble espèce, il est également couvert de cicatrices et de balafres qui créent des zébrures plus claires au milieu de ses poils soyeux. Cela se remarque tout particulièrement au niveau de sa tête, son oreille droite déchiquetée attirant l'attention alors que les marques de ses combats entourent ses yeux rouges au regard profond, brillants d'intelligence.
    A l'image de son vieil ami, Fenris est d'une bravoure sans faille, aussi pétri d'honneur que son compagnon humain. L'Arcanin a quelque chose de troublant dans sa manière d'être. D'un calme exceptionnel en temps normal, semblant presque mesurer ses gestes derrière son éternel sourire canin, il guette l'occasion de bondir sur quelque chose.
    En l'absence d'ordres de la part de Wylheim, il assure la direction de l'équipe d'une patte de fer. Il n'accepte en revanche pas la défaite et se battra jusqu'à la victoire ou l'inconscience. Extrêmement fier, il ne s'acharne pas sur des adversaires qui n'ont plus la volonté de se battre.
    Il adore s'étaler sur des pierres au soleil.

  • Nidhögg (Nidoking)
    Nature : Rigide
    Talent : Point poison
    Capacités : Plaquage; Surf; Ténacité; Mégacorne

    Description physique et morale :
    Un bel exemple de Nidoking que voilà, trapu et caparaçonné à souhait, bardés de pics empoisonnés et prêt à casser des dents. Brutal et impulsif, il n'hésite pas à charger, enfoncer, encorner à tour de bras, mais il y a quelque chose à savoir sur le pokémon tout violet : Il est d'une loyauté exceptionnelle et d'un caractère inflexible. Il s'est mis en tête de n'avoir qu'un seul rôle, protéger Wylheim, et il le fera coûte que coûte. Collant dès que possible son maître, Nidhögg se tient prêt à foncer sur le premier danger qui s'approcherait du dresseur ou à intercepter des attaques pour lui.
    Même son maître a du mal à le retenir lorsqu'il a décidé de cogner quelque chose. Le temps a à peine commencé à adoucir les choses, mais les interactions sociales se révèlent parfois compliquée à cause de sa présence dissuasive.
    Bien qu'il déteste l'eau, il nage remarquablement bien pour que son dresseur ne risque jamais de se noyer.


  • Süldrya (Dracaufeu)
    Talent : Brasier
    Nature : Hardi
    Capacités : Vol; Boutefeu; Ultralaser; Dracocharge

    Description physique et morale :
    Une Dracaufeu en bonne et due forme, avec une peau un peu plus rouge que celle des autres et des cornes légèrement incurvées. Elle est la plus violente des pokémons de Wylheim, dotée d'un tempérament presque instable et très susceptible. Prompte à exploser, se calmant difficilement, Süldrya est la première à partir à l'assaut. Mais bien qu'agressive, elle obéit le plus souvent assez bien à son dresseur ou à Fenris.
    Loin d'être cruelle, le dracaufeu se contente généralement d'envoyer au tapis son adversaire avant de passer au suivant, aimant simplement se sentir puissante. Cependant elle peut être téméraire jusqu'à la stupidité, pouvant se déchaîner à essayer de tomber son opposant jusqu'à en oublier le reste.
    Elle est très bruyante.

  • Mungand (Steelix)
    Talent : Fermeté
    Nature : Solo
    Capacités : Ultralaser; Queue de fer; Séisme; Abri

    Description physique et morale :
    Lorsque le Maître de Sinnoh se déplace avec ses pokémons à l'air libre, tout le monde le sait. Même de très, très, très loin. La raison en incombe au gigantesque Steelix à la peau dorée qui l'accompagne. Son corps démesuré de métal aux formes agressives, sa tête massive aux angles menaçants et ses attaques si violentes qu'elles en font trembler la terre peuvent facilement tromper sur le véritable comportement du serpent de fer.
    Le Steelix voue un profond respect à son dresseur, et comme Nidhögg, il est prêt à tout pour lui sans la moindre hésitation, parcourant si nécessaire les champs de bataille pour transformer son corps de géant en barrage vivant, interceptant les coups en tout genre et coupant net la route des adversaires en usant de toute sa force et sa résistance sans jamais plier.
    Il apprécie également réellement Fenris, qui s'est attiré son affection comme l'a fait Wylheim, en revanche il a du mal à s'entendre avec les deux autres larrons de leur équipe, considérant que le Dracaufeu est un imbécile qui leur attirera des problèmes et ne pouvant pas vraiment souffrir la présence du Nidoking avec qui il se bat fréquemment.
    Cependant, toutes les épreuves qu'ils ont traversé ensemble, côte à côte, les ont quand même rapprochés et s'il le fallait, le Steelix volerait au secours de ses compagnons comme il le ferait pour son dresseur, s'avérant même ravi de la présence de son rival dans le feu de l'action de par son efficacité.
    Renfermé et assez solitaire, Wylheim lui dit souvent en plaisantant qu'il a l'air d'un vieux ronchon.

 

Pokémon préféré: Braségali

Autres pokémons dans la boite: Aucun


Présentation physique et mentale:

Il existe bien des apparences et des façons de penser à travers le monde. De l'artiste délicat affinant son art pour le seul plaisir d'élever ses talents et son esprit à la brute épaisse qui n'aime que l'alcool et la musculation, en passant par les poètes maudits, les collectionneurs maniaques, les vieillards aux élans paternels et les insouciants survoltés...
Mais bien peu seront aussi remarques que Wylheim Ragnborn. Du haut de son mètre quatre-vingt-quatre, son âge et sa position pourraient éventuellement laisser supposer qu'il est un homme vieillissant, au caractère bien trempé mais regardant la jeunesse défiler en attendant son heure. Il n'en est rien.

Sa peau burinée par les voyages et l'effort, ses traits durcis par l'expérience et la discipline et la puissance parfaitement mesurée de ses quatre-vingt-six kilos de pur muscle, acquise par une longue vie d'entraînement et de rigueur ne surprend pas ceux qui croisent son regard. Ses yeux noirs, profondément enfoncés dans un visage de fermeté et de concentration, sont à la fois perçants comme des lames et vifs comme des serpents. Aussi alerte qu'un prédateur, aussi inflexible qu'une barre d'acier, on reconnait la force de Wylheim simplement en le regardant. Ses cheveux bruns, courts et hirsutes, tout juste grisonnants surplombant un visage de fer qui n'exprime jamais sa douleur. Un léger sourire étire parfois ses lèvres sèches, pour gratifier un comportement qui lui plait ou pour se rire en silence de l'issue inévitable d'un affrontement contre une attitude regrettable.
Ses sourcils épais surmontent ses yeux, renforçant leur côté enfoncés, inaccessibles, mais aussi la profondeur de leur regard pénétrant, tandis qu'un nez épais se plante au milieu de ses traits. Son menton carré lui donne un air inébranlable, comme une statue de marbre qu'on ne pourrait ne serait-ce que pousser alors que des cicatrices parsèment sa peau, témoignant d'une vie menée par les armes et l'honneur plutôt que par la douceur d'une paix relative. La plus marquante d'entre elles étant la large balafre sur sa tempe gauche, blessure qui avait bien failli le tuer. Mais au lieu de briser sa volonté, elle n'a fait que lui laisser un souvenir de pourquoi il recherchait la puissance.

Car oui, Wylheim est puissant. Très puissant, et pas parce qu'il a passé dix ans en salle de musculation non. Il est un guerrier, un vrai, probablement l'un des derniers qui comprennent encore réellement ce que ça signifie. Son corps et son esprit se sont forgés dans le feu du combat, sa peau et sa volonté se sont endurci au contact du danger et de la souffrance, et sa force comme sa volonté sont devenues implacables par le sang et l'acier.
Parce que dans un monde où la technologie se développe, où des navettes sont envoyés vers des mondes inconnus, où des univers virtuels voient le jour, Wylheim lui a choisi de suivre les plus vieilles traditions. Là où n'importe quel être normal, censé, ou banal prendrait un short, des tongues et un téléphone dernier cri, le vieux guerrier lui brandit une énorme hache à double tranchant, munie d'une pique au sommet de la hampe pour compléter son potentiel offensif, et couple son arme dévastatrice à une tenue...pour le moins archaïque. Une tunique de cuir quasiment noire, un pantalon de lin écru, des gantelets de cuir kakis remontant jusqu'aux coudes pour assurer une protection sans gêner ses mouvements, de grandes bottes surplombées par des jambières d'un acier bleu, une longue épaulière couvrant une grande partie partie de son bras gauche et pour compléter sa panoplie du parfait combattant, une cape. Une grande cape d'un orange plus fatiguée par les années que lui.
Alors il a peut-être quarante-trois ans, mais ce "vieillard" est peut-être la personne la plus puissante qu'aient vue bon nombre d'aventuriers. Il a forgé, affiné ses techniques au cœur même de la mêlée, goûtant au sang de ses adversaires comme au sien durant de très longues années, sans connaître ni la peur, ni le doute.

Car s'il peut-être impressionnant, voire terrifiant, par son apparence aussi atypique que martiale, la force de Wylheim ne serait rien sans sa volonté.
Comme dit précédemment, il est un guerrier qui ne craint aucun adversaire, aucun défi, aucune douleur, formé depuis son plus jeune âge à comprendre la violence, la survie, l'honneur. Cela en a fait un homme d'une puissance physique exceptionnelle, doublé d'une force mentale tout aussi unique. Sa jeunesse, son expérience, sa vie toute entière lui a permis de devenir quelqu'un qui ne souffre d'aucun préjugé d'origine, de couleur ou de manière. Car, pour le vétéran, il n'y a que la valeur du cœur qui compte. "Soit brave, soit valeureux, soit noble, et tu mériteras le nom d'Homme."
Car oui, Wylheim est un homme vieillissant, profondément attaché à ses habitudes et à sa morale. Il respecte avant tout l'honneur et le courage, méprisant en retour les lâches et les traîtres. Son visage se tord de désapprobation, voire de colère contre ceux qui s'attirent ses foudres, mais il offre ses rares sourires, ou un hochement de tête encourageant, aux "élèves" prometteurs. Le guerrier est brutal à première vue, son attitude et sa pensée en faisant un être sorti tout droit d'une autre époque...pourtant il est subtil, à sa manière. Il ne laisse jamais un autre faire son travail à sa place, se dévouera sans hésiter pour protéger une victime et sera l'ami le plus fiable qu'on puisse imaginer, pour peu qu'on gagne son respect.

Autrefois impétueux, impatient, précipité même, Wylheim est devenu plus patient et mesuré, méthodique, avec l'âge, acceptant le passage du temps avec humilité.
Tout comme il sait qu'un jour, il sera très certainement battu. Par un jeune dresseur plein de talent, par un vieux baroudeur plus astucieux que lui. Cela ne le dérange pas car ainsi est faite la vie, pourvu que ce combat soit glorieux, et fraternel. Rien de tel qu'un combat entre frères, pour le seul et unique plaisir de se mesurer l'un à l'autre. Ceux qui tiennent une arme, ou qui serrent les poings, pour protéger ceux qui leur sont chers, ceux-là auront ses faveurs.
Vieil homme certes, et peut-être est-ce qui le pousse tant à essayer d'amener les jeunes générations à se surpasser, à suivre les pas d'un vieux guerrier...mais il saura se montrer aussi patient qu'intransigeant. Il sera le père, le Maître des jeunes fougueux, remettant à leur place les impétueux qui brûlent les étapes, corrigeant adroitement les talentueux qui cherchent la sagesse. Car tel est son caractère.

Toutefois, derrière ses grandes manières, son allure fière et déterminée, sa volonté de fer et ses muscles d'acier, Wylheim reste un traditionnaliste obstiné qui a du mal à se faire au nouveau monde comme à changer ses habitudes. Les nouvelles technologies, les modes, et la modernité le dépassent complètement. Mais rien ne l'empêchera pourtant de rester ce qu'il est, un aventurier, curieux, qui protégera ses pokémons, ses amis, ses frères autant qu'il défendra ses valeurs.
Son âge et ses habitudes l'isolent en revanche des "bonnes manières". Il est direct, aussi fracassant qu'un coup de hache dans des zones honteuses. Seuls les actes comptent à ses yeux, aucun titre, ascendance ou trésor ne peut acheter la valeur d'un être. Et il ne manque pas de le faire rapidement comprendre à ceux qui le rencontrent...
En bref, respectez vos proches, respectez les autres, respectez vous vous-même, et Vylheim vous respectera.




Histoire:

On dit qu'on ne choisit pas sa famille. Et de ce fait, certains naissent dans une famille pauvre, ou à moitié folle ou encore composée de maniaques détraqués, ou Arceus - selon certaines légendes- seul sait quoi.
Quelque part à Sinnoh, une famille profondément ancrée dans d'ancestrales traditions mettait au monde un héritier, dans un village qui ne se souciait guère des Pokémons. Pour eux, ces créatures étaient...des animaux. Tout simplement. Certains pouvaient être utilisés pour leur faciliter la vie, d'autres pouvaient être chassés pour leur peau, leur viande ou tout autre atout pouvant être exploité. Et bien loin de se soucier de leur sociabilité, les habitants du petit village de Frigidia se complaisaient au contraire dans ce respect strict de leurs antiques coutumes, sans se préoccuper des nouvelles technologies, des dernières modes ou des dresseurs populaires. Pour eux, la vie se résumait généralement à chasser, manger, dormir, ou mourir. Car dans leur culture, la force et l'honneur étaient les seuls véritables critères de la survie.
C'est dans ce contexte que naquit Wylheim.

Bien sûr, il grandit protégé, surveillé et éduqué par ses parents, par ses pairs, dans cet environnement hostile et glacial des montagnes du Nord de Sinnoh. On lui parla évidemment des Pokémons, mais non pas comme des créatures à adopter, collectionner, ou à élever. Non, on lui en parla comme ce que c'était. Des monstres qu'il fallait ignorer, éviter, ou tuer. Comme n'importe quel animal.
On lui apprit les bases de la survie : Des techniques de combat, de camouflage, de fuite, de chasse...car c'était là la seule réelle raison d'exister : Survivre. Survivre car la vie devait être préservée, et devait être prête à le faire. Ce qui dissuadait les habitants de Frigidia à quitter leur village psychorigide et les étrangers d'y entrer.
Et comme cela devait bien sûr arriver, lorsqu'il atteignit ses dix-sept ans - L'âge pour devenir adulte selon leurs traditions - Wylheim dut passer l'épreuve pour mériter d'être l'un des leurs et il partit plus au nord encore. Marchant, et marchant à travers le froid et la solitude en quête des terres les plus désertes et glaciales qu'il puisse trouver, armé d'un seul couteau rudimentaire et d'un matériel basique de survie, composé d'un aiguille de fer pour coudre, pour peu qu'il parvienne à faire un fil, d'un briquet à amadou s'il pouvait rassembler un bois assez sec pour être allumé, de quelques produits médicinaux et d'une gourde en peau qu'il devrait rapidement remplacer. Pas vraiment les meilleures conditions pour rester en vie.
Mais il était prêt et déterminé à réussir, à survivre et à revenir triomphant.

Le jeune homme s'en alla au-delà encore de Frimapic, jusqu'à se perdre dans des étendues glacées au beau milieu d'un hiver glacial. Là, il sut qu'il gagnerait le respect des siens et qu'il pourrait mettre à l'épreuve ses aptitudes. Grelottant, il sut toutefois qu'il ne tiendrait pas longtemps s'il ne terrassait pas rapidement une créature de bonne taille, alors Wylheim chercha, chassa, traqua les pistes et les bêtes, jusqu'à abattre une bête de la taille d'un ours, non sans risquer de justesse d'y laisser sa propre peau.
Après cette victoire dans le sang, il dépeça la bête, récupéra sa viande et sa fourrure pour s'en faire un manteau grossier qui l'isolerait de l'hostile climat. Le jeune homme nettoya ensuite les tendons, s'en improvisant après un traitement rudimentaire mais pas inefficace des fils dont il se servit pour recoudre ses plaies. Le froid ralentissait les hémorragies, empêchait les bactéries de proliférer, anesthésiait ses chairs jusqu'à étrangler la douleur, lui permettant de refermer grossièrement ses blessures pour ses débuts dans la vie sauvage en serrant les dents.
Dans cette peau fraîchement arrachée, il passa ses premières nuits, à résister à la solitude, aux prédateurs et à la température. Puis il atteignit une petite grotte qui lui servit de repère une fois qu'il en eut éliminé les occupants originels.

Une semaine passa. Puis deux. Et Wylheim persistait à résister à la faucheuse par tous les moyens. Lorsque son couteau se brisa, il le remplaça par le plus long et dur croc de sa proie, lorsque son manteau improvisé ne fut plus suffisant il se fabriqua des couvertures supplémentaires avec le cuir de ses victimes. Ce n'était pas si...difficile que ça au final, de survivre, lorsqu'on était bien installé. Sa grotte était de petite taille, mais elle permettait de se protéger du vent, du blizzard, des intempéries...c'était déjà beaucoup. Et il excellait à la chasse, parfaitement conscient de la plus ancestrales de toutes les règles : Tuer, ou être tué. Quelque part, ce mode de vie purement...sauvage, lui plaisait. Cette simplicité absolue, cette indépendance parfaite, cette bestialité primale...c'était tout simplement ce que vénérait presque son village.

Un jour, un manque de vigilance l'amena à être surpris par une soudaine tempête de glace. Pas vraiment le genre qu'on pouvait encaisser toute une nuit, alors prévoyant de puiser sur les réserves qu'il avait prudemment préparé, Wylheim commença à retourner vers son abri, se protégeant comme il pouvait de la fureur des éléments quand il entendit un hurlement. Pas le cri qu'une bête que l'ouragan glacial mettait au tapis, ni celui d'une créature fragile que le froid brisait. Non, c'était le rugissement d'un animal fier, d'une bête puissante qui luttait contre la tempête, dont la voix retentissante malgré le hurlement des vents trahissait la volonté de défier la mort.
Intrigué, le trappeur allongea le pas jusqu'à l'origine de cet appel sauvage, le blizzard réduisant presque à néant ses sens, ses repères, jusqu'à ce qu'il atteigne une forme massive, écroulée dans la neige qui s'accumulait, son cri puissant devenu une sinistre lamentation étouffée par le rugissement du vent glacial. Wylheim découvrit là, dans le froid, un animal gigantesque aux couleurs éclatantes, brûlantes d'une chaleur tranchant violemment avec la blancheur du climat. Le jeune trappeur s'était senti fasciné par cette créature mystérieuse, intense même dans son agonie, par sa beauté et sa majestuosité jusqu'à dans la mort.

Bien qu'il n'en sache pas le nom, Wylheim avait sous ses yeux un tout jeune Arcanin, qu'un triste coup du sort avait fait évolué bien trop tôt. Le petit Caninos, alors jeune et fougueux, insouciant, était devenu un bel animal, si grand, si puissant qu'il ne s'était plus senti et avait couru, découvrant ses nouveaux pouvoirs, sa nouvelle vitesse avec un enthousiasme sans limite, parcourant en long et en large durant plusieurs jours toute la région, jusqu'à se perdre dans le nord, loin dans les terres glaciales. Sa force faiblissant à mesure que la température devait intenable, il essaya de quitter cet endroit pâle et hostile, mais ne fit que s'y égarer de plus belle, perdu dans le blizzard, avant de finir par s'écrouler d'épuisement, gelé jusqu'aux os, bien trop jeune pour supporter un telle tempête...
Il rouvrit les yeux lorsqu'il entendit des cris, et quelque chose de...quelque chose de chaud le secouer. Alors il vit cet être étrange, bien plus petit que lui désormais, s'échiner à le pousser, à lui tirer la patte. Sa voix ne parvenait pas à couvrir le blizzard. Le jeune Arcanin reconnut là un...une de ces créatures qu'il avait vu parfois, étant Caninos, ou durant ses voyages-éclairs. Que faisait-il si seul, si loin dans le froid ? Pourquoi se tenait-il si près de lui..? Tout cela n'avait plus vraiment d'importance, sa paupière commençait à se refermer, il était fatigué, il avait tellement sommeil...

Voyant le bel animal succomber lentement au froid, Wylheim ne perdit pas de temps pour prendre sa décision. Pour survivre, il fallait parfois - souvent - prendre aux autres. Pour préserver sa vie, il fallait abréger celles des autres, sauver sa peau en revêtant celle de sa victime. Telle était la loi de la nature, la loi du Chasseur.
Mais cette loi n'impliquait pas d'abandonner les malheureux à leur sort.
Bien loin de faire dans la finesse, Wylheim colla une droite fantastique à l'Arcanin anonyme, lequel rouvrit les yeux sous le choc, une lueur hébétée au fond des yeux. Parfait, il était réveillé. Le trappeur l'attrapa par sa magnifique crinière dans laquelle se formaient des cristaux de glace et le tira, jusqu'à ce qu'il daigne se lever et le suivre. Par l'Enfer, que la créature était lourde ! Mais au moins, elle marchait dans ses pas, lentement, mais sûrement, jusqu'à rejoindre enfin la petite grotte dans laquelle il avait élu domicile.

Frigorifié, mais à l'abri, Wylheim entreprit de rallumer le feu central pour les réchauffer et lutter contre l'hypothermie, mais le tremblement de ses bras, l'insensibilité de ses doigts, et l'humidité de son briquet rendirent l'opération compliquée, et même impossible. Le chasseur eut beau râler, prier, insulter son matériel en insistant jusqu'à en faire tomber l'appareil, rien n'y fit, à peine quelques malheureuses étincelles.
Il jura en jetant l'outil au loin, avant de se saisir des couvertures qu'il avait fabriqué, en étalant une sur le dos du grand animal écroulé dans sa caverne, et s'enroula dans la seconde pour se blottir contre son compagnon d'infortune, persuadé qu'ils allaient mourir cette nuit-là. La grotte les protégeait de la fureur des éléments, c'est vrai...mais ils avaient déjà passé trop de temps dehors, avaient déjà perdu trop de forces à lutter contre le froid et la tempête. Au moins, se disait-il, il mourrait auprès de...de quelqu'un, quelque chose, peu lui importait. Il ne serait pas seul dans ses derniers instants. Et quelle compagnie pour l'au-delà !

Mais l'Arcanin n'était pas de cet avis. Lui aussi désirait survivre au froid, à la malchance, et n'avait pas manqué de suivre les agissements de l'humain de ses yeux affaiblis par l'hypothermie. Il avait senti une peau étrangère mais aussi rassurante qu'agréable se poser sur son dos,  il l'avait vu essayer d'allumer un feu en vain...en cela, il pouvait l'aider, les aider. Jeune, mais pas incompétent, le Pokémon puisa dans ses ressources les plus profondes, grondant brièvement alors qu'il sentait la plus délicieuse des sensations dans ce blizzard remonter au fond de sa gorge, puis cracha une courte vague de flammes sur le tas de bois au centre de la pièce. L'Humain sursauta tout d'abord, puis il émit un son étrange, déstabilisant mais en même temps rassurant, avant de passer sa main, encore gantée dans un cuir grossièrement taillé, dans son épaisse crinière en lui adressant quelques mots.
Bien sûr, il ne comprenait pas ce qu'il lui disait, mais son ton, cette main qui le cajolait étaient...agréables, en quelque sorte. Alors tous deux se rapprochèrent du feu, se blottissant l'un contre l'autre dans le froid et la solitude.

Le lendemain, vivants, Wylheim se ressourça, glacé, en grignotant les viandes qu'il était parvenu à cuire et à sécher tant bien que mal les jours précédents, offrant à son compagnon d'infortune encore frigorifié de partager ses réserves. Bien que d'espèces différentes, incapables de se parler, ils parvenaient à se comprendre. Ils étaient tous deux des êtres fiers, qui comprenait l'honneur et la gratitude, et chacun avait une dette envers l'autre.
Alors ils affrontèrent l'hiver ensemble. Là où les jeunes adultes de son village réalisaient leur périple en moyenne en l'espace d'un mois au maximum, Wylheim y passa toute la saison froide, en compagnie de cette créature dont la présence fut le plus merveilleux des cadeaux de la nature. Sa fourrure le réchauffait la nuit, ses flammes lui assuraient d'avoir toujours un bon feu le soir et il s'avérait un chasseur exceptionnel, aussi vif que le vent et plus alerte qu'un chat aux aguets. En retour, il partageait sa cachette, ses provisions et ses couvertures avec le noble animal.

Ils restèrent à vivre ainsi, coopérant sans relâche l'un avec l'autre, usant de leurs sens combinés, de la vitesse de l'Arcanin et de la ruse de l'Humain pour survivre, jour après jour, nuit après nuit, jusqu'au retour du printemps. Bien que dans une telle région, la différence soit minime, elle signifiait beaucoup pour eux.
Considérant qu'il avait passé son épreuve avec succès et décida de rentrer. Mais devenu si profondément attaché à cette créature qui était devenue son amie, celle-ci qu'il avait nommé Fenris, en hommage aux croyances de sa culture isolée, il l'invita à le suivre jusqu'à des domaines plus cléments.
S'ils ne parlaient pas la même langue, n'avaient pas les même visage et ne partageaient guère plus qu'une expérience commune, les deux chasseurs se comprenaient parfaitement. Chacun ayant appris à lire dans le visage de l'autre, jusqu'à parvenir à se parler sans même ouvrir la bouche, comme deux frères intimement liés.
Lorsqu'il rentra à son village, Wylheim fut doublement acclamé. Tout d'abord pour son retour triomphal qui valut d'être considéré comme un véritable adulte désormais, mais aussi pour avoir réussi à dompter un Pokémon. On organisa un grand festin pour fêter son retour, et le jeune chasseur tout comme Fenris y participèrent. On parla beaucoup d'aventures ce jour et cette nuit là, de terres merveilleuses à explorer, de créatures fantastiques à combattre...
C'est ainsi que, lorsqu'ils furent parfaitement remis, tant de leur survie solitaire que de la fête en elle-même, Wylheim et son frère quadrupède se mirent en route dans leur indéfectible complicité pour découvrir le monde.

Vêtu d'une tunique de cuir, d'une cape, et portant une hache à deux mains sur l'épaule, Wylheim commença à explorer le pays, accompagné de son fidèle ami. La vie leur semblant à tous deux si facile désormais que la chaleur revenait, que les proies sortaient de leurs trous imprudemment, qu'elles batifolaient même parfois à quelques mètres à peine d'eux. C'en devenait presque ennuyeux...
Heureusement, pour commencer à compléter ses expériences, le guerrier fréquenta aussi quelques villes. Intimidé par le nombre de gens qui y vivaient, et par toutes les infrastructures qui le dépassaient complètement, tant par leur taille que leur architecture. Il y rencontra, accompagné de son Arcanin en liberté qui attirait les regards de la foule, pour leur plus grande fierté, des dresseurs et des éleveurs, recevant des conseils de tous les genres. "Comment élever un Pokémon, Comment dresser un Pokémon, Comment attraper un Pokémon" et tant d'autres. Finalement intrigué, il acheta une poignée de Pokéballs, une ou deux potions et antidotes et retourna barouder dans la nature, définitivement plus à l'aise dans la vie sauvage qu'au beau milieu de la ville.

En aucun cas il n'avait besoin de provisions, ni même de véritables soins au final, même s'il découvrit avec plaisir l'existence des centres Pokémons qui mettaient un point d'honneur particulièrement rigoureux à guérir son cher Fenris quoiqu'il arrive. A cette époque, Wylheim ne se souciait pas le moins du monde des histoires de capture, de Maître pokémon, des champions et tout ça. A vrai dire, ça lui passait même totalement au-dessus de la tête, pourquoi diable se serait-il battu pour trois bouts de ferraille et un titre qu'il ne comprenait pas vraiment ? Bien sûr, lorsqu'un jeune fou venait le défier, dont il pouvait lire la jalousie dans son regard face au magnifique Pokémon qui l'accompagnait, il se battait. Et il se battait lui-même, contre les brigands qui tombèrent bouche-bée face à la double-hache qu'il brandissait férocement sous leur nez ou contre les fauves qui firent le mauvais choix en les agressant.
Et ainsi, le jeune homme commença à sillonner Sinnoh, sans se soucier de quoi que ce soit. Libre, fier et accompagné du plus fiable ami dont il puisse rêver, son cher Fenris - dont il apprit au passage que son espèce s'appelait Arcanin -  qui ne se montrait pas moins curieux ou bagarreur que lui.

Ce fut l'année suivante que tout changea. L'hiver ayant cette fois été encaissé sans aucun problème, leurs forces respectives et leur complicité ayant encore grandi au cours de leurs voyages, Wylheim et Fenris continuaient à découvrir leur pays ensemble, jour après jour, mois après mois. Leur quotidien de chasseur et d'exploration ne se troublant qu'un jour où ils entendirent le bruit familier d'une bataille. Pas celle entre deux dresseurs qui se livrent à un duel en bonne et due forme, non. Celle qui leur était si naturelle, où l'on jouait sa vie sur le fil du rasoir.
Intrigués, ils se rendirent jusqu'au lieu du combat, découvrant un énorme oiseau - un étouraptor mais Wylheim l'apprendra plus tard - en train d'agresser un pokémon terrestre, doté d'une peau violette et d'une longue corne sur le front. La lutte devait déjà durer depuis un moment car les deux protagonistes semblaient en piètre état : L'oiseau possédait une mobilité et des opportunités bien plus avantageuses mais accusait le coup du poison et de l'ardeur de son adversaire qui défendait chèrement sa vie...hélas pour ce dernier, les innombrables coups de becs et de serres indiquaient que son sort était scellé.

Pris d'un élan de compassion pour le pokémon agonisant, et estimant aussi qu'il semblait moins comestible que son opposant, Wylheim lâcha son frère quadrupède sur l'étouraptor, qui les surprit en esquivant l'assaut véloce malgré son état de fatigue, mais il n'échappa pas à la grande hache du chasseur.
Pensant tout d'abord embarquer sa proie fraîchement abattue, Wylheim se ravisa toutefois rapidement en se rendant compte de l'état du pauvre pokémon qu'il venait de sauver. Il s'était effondré, ayant perdu connaissance peu après l'intervention du trappeur alors que Fenris tentait de le réveiller.
N'y parvenant pas, il se tourna vers son ami, son regard et ses traits canins se révélant très expressifs pour Wylheim qui le rejoignit près de ce qui était un Nidorino désormais à l'agonie...mais dans cet état, il lui était impossible de le soigner, ni de le transporter. Alors il eut une idée, et fouilla dans son sac pour en tirer une Pokéball.

On lui avait expliqué le B.A-BA du dresseur. Comment fonctionnaient les Balls, la capture, et le transport des Pokemons domestiqués... Bien évidemment, il avait trouvé le concept absolument effarant, puisque "son" seul Pokémon était son cher Fenris qui restait avec lui par sa seule volonté, car ils étaient liés par quelque chose de puissant et non pas de forcé ou contraint. Oui, son Arcanin était toujours sauvage, mais fidèle par l'amitié.
Ôter cette liberté à une créature répugnait le jeune chasseur, mais d'un autre côté...ce n'était pas irréversible, et la pauvre bête allait très certainement mourir s'il n'agissait pas. Alors il serra les dents, et jeta la pokéball sur le Nidorino impuissant. Elle bougea une fois, deux fois, trois fois, avant de s'immobiliser en émettant un petit son. Le coeur du trappeur cognait dans sa poitrine alors qu'il ramassait la ball. Avait-il fait le bon choix ? Et si le pokémon succombait à l'intérieur, qu'allait-il advenir de son corps, de son esprit ?
Heureusement, Fenris le ramena à la réalité en lui tirant la manche et le surpris en s'allongeant au sol. Voulait-il qu'il le monte ? Il n'avait jamais osé le faire, car il était son ami, son frère, pas sa monture ou son esclave...mais la situation était critiqu alors il grimpa sur son dos, rangeant la ball contenant le pauvre Nidorino dans sa tunique, avant de s'agripper de toutes ses forces à la fourrure de l'Arcanin qui ne cessait de grandir et ne ressentait à cet instant aucune fierté refoulée, ni gêne, ni rien. Ils étaient simplement ensemble pour sauver une vie.

Et il n'eut pas à lui donner d'ordre que le canidé fila comme le vent, manquant à plusieurs reprise de désarçonner son cavalier par sa vitesse fulgurante et ses bonds soudains, vers la ville la plus proche, sautant et sprintant comme un ouragan jusqu'au centre Pokémon, qu'il reconnut grâce à son toit rouge et ses odeurs de médicaments.
Bien plus malade de ce voyage aussi inattendu que délirant, Wylheim mis pied à terre, légèrement vert, et se précipita à l'intérieur du centre en réclamant, suppliant presque qu'ils sauvent le pauvre Pokémon qu'il venait d'attraper.
Une fois de plus, il n'eut pas à se plaindre de l'efficacité remarquable des hôpitaux, car en plus d'échapper à un trépas certain le Nidorino était redevenu un pokémon en parfaite santé. Les soins effectués, il remercia les  infirmiers et retourna, sur le dos de son Arcanin à nouveau, à la fois pour son plus grand plaisir et malaise, jusqu'à revenir là où il avait rencontré cette créature cornue.

Ayant un peu de mal à l'origine dans la manipulation de la pokéball, Wylheim finit toutefois par réussir à l'ouvrir à nouveau et laisser le Nidorino retrouver l'air libre. A vrai dire, il ne savait pas trop comment être sûr qu'il avait bel et bien relâché le Pokémon, et que celui-ci ne souffrirait pas de son bref séjour dans la ball...mais au lieu de s'enfuir, de se montrer menaçant ou soumis, l'animal paraissait au contraire...reconnaissant. Si bien que lorsque Fenris s'approcha de lui, ils frottèrent leurs têtes l'une contre l'autre, et le chasseur comprit que la créature l'accompagnerait elle-aussi. Cette reconnaissance de dette enjouait le trappeur, heureux de rencontrer d'autres êtres qui partageaient ses valeurs, aussi différentes soient-elles.
Et ainsi commencèrent leur voyage à trois. Le plus souvent, le Nidorino - qui fut par ailleurs nommé Nidhögg en raison de sa venimosité - était à l'extérieur, comme le serait toujours Fenris puisqu'il demeurait sauvage techniquement parlant, mais parfois, à contrecœur, Wylheim le rappelait avant de monter sur le dos de son cher Arcanin et que leur voyage s'accélère brutalement de quelques dizaines, centaines de kilomètres. La compagnie de ses créatures avait une saveur unique, qui était particulièrement agréable, même à long terme...
.
Bien sûr, il multiplia les affrontements, contre les bêtes sauvages ou les dresseurs pas forcément plus futés que ça, et voyagea, loin, bien au-delà même des frontières de Sinnoh.
Plus de deux ans s'écoulèrent alors, jusqu'à ce qu'il ne capture son troisième Pokémon dans la belle région de Kanto, une Salamèche au caractère bien trempé. Tout d'abord particulièrement réticent à se tenir tranquille, il se calma rapidement et devint vivable lorsque Fenris la prit sous son aile - ou plutôt sa patte - et qu'il fut alors possible de communiquer avec la salamandre.
Petit à petit, une envie commença à naître chez Wylheim, qui ne cessait pas de jouer de sa hache et de ses muscles à mesures que ses Pokémons se renforçaient. Et s'il devenait un dresseur, lui aussi ? Après tout...Nidhögg n'avait jamais semblé se plaindre de sa captivité, bien au contraire, et quand il voyait les autres dresseurs jouer et rire avec leurs compagnons, cela lui faisait envie. Alors pourquoi pas lui ? Il y avait moyen de se faire un nom après tout, de voir du pays, de la gloire, des Pokémons rares et puissants...à première vue, le caractère bouillonnant de ses camarades semblait le soutenir dans sa pensée.
Joueur, et intrépide, Wylheim commença ainsi sa carrière de Dresseur Pokémon, avec un Arcanin sauvage, un Nidorino dévoué et une Salamèche agressive.

Ce fut quelques temps après qu'il assista pour la première fois vraiment à une évolution, lorsqu'il découvrit par hasard au fin fond d'un long dédale de grottes une Pierre Lune. A vrai dire, il n'y avait pas vraiment prêté attention, encore peu familier de toutes ces histoires et aurait volontiers jeté la pierre sans y accorder un regard de plus si Nidhögg n'avait pas semblé si...fasciné par ce caillou.
Intrigué par son comportement, le dresseur lui tendit la pierre, et assista au miracle de la nature pokémon. C'est ainsi que son Nidorino se changea en un robuste Nidoking, une créature massive et puissante mais qui ne perdit rien de sa loyauté, au contraire.
Quelques jours plus tard, ce fut au tour de Süldrya, son Salamèche qui apparemment vexé que Nidhögg récolte tous les honneurs, évolua à son tour, mais sans l'aide d'aucune pierre.

Déboussolé face à ces changements, Wylheim commença alors à se renseigner, et à étudier très sérieusement les pokémons, toutes leurs règles, leurs possibilités, les subtilités, découvrant chaque jour quelque chose de nouveau. Il commença aussi à amasser quelques pokémons en route, mais continua à conserver son trio fétiche, qui ne s'agrandit réellement que lorsqu'il entendit parler d'une rumeur, d'un pokémon gigantesque, exceptionnel, peut-être même unique. Qu'il soit encore en liberté et dont il n'entendait parler presque que comme une légende attisa sa curiosité et son intérêt.
Rapidement, il apprit où vivait la créature, et estima que ses compagnons les plus anciens, et les plus forts, seraient à la hauteur. Ils l'avaient toujours été jusqu'alors, et balançant sa hache sur son épaule il se mit en route, en quête du pokémon à la peau d'or.

Il s'engouffra dans les entrailles de la terre, insensible à la peur, au doute et entouré de ses plus chers amis, durant des heures, des jours. Le temps s'éternisa, s'étira lentement, longuement sans qu'il ne rencontre la créature fabuleuse. L'ennui commença à le gagner. N'était-ce qu'une légende ? Ou quelqu'un l'avait devancé ? peut-être ferait-il mieux d'attraper un Pokémon standard en souvenir et de revenir sur ses pas...

Puis le sol s'ouvrit brusquement et un serpent de pierre gigantesque en sortit, plus agressif encore que Süldrya et les chargea sans aucune hésitation. Véloces, Fenris et Wylheim bondirent pour esquiver son assaut lourd, sa Reptincel roulant dans l'autre sens pour s'écarter de la trajectoire. Nidhögg lui n'envisagea même pas d'éviter le bélier de roc, l'attendant au contraire pour l'accueillir d'un féroce coup de queue. L'attaque fit son effet, mais le brutal Onyx au corps d'or ne vacilla pas pour si peu et fonça à nouveau sur le Nidoking, l'écrasant contre une paroi avec violence avant d'être bombardé de boules de feu.
Ce qui le surprit probablement le plus, c'est de voir un humain l'agresser par ses propres moyens. Sa hache, comme les crocs et les griffes de ses compagnons, ne lui causaient guère de dommages à son derme de pierre, mais ils le déstabilisèrent, l'énervèrent suffisamment pour qu'il en oublie le Nidoking qui lui retourna toute sa colère.

A quatre contre lui seul, l'Onyx ne fit pas le poids et finit, malgré un beau combat, par être mis à terre et capturé par Wylheim. Mais bien loin d'être traité comme une arme ou un monstre de foire, c'est au contraire une famille qu'il avait retrouvé. Il avait perdu la sienne bien des années plus tôt, l'un d'eux emporté par un adversaire terrestre plus violent encore que lui, deux autres avaient disparus sous les pokéballs de dresseurs riants alors qu'il n'était encore qu'un petit Onyx qui s'échappa de justesse en creusant dans la roche.
Mais avec le Dresseur du nord, c'était...différent. Il lui fallut du temps pour accepter sa nouvelle situation, et leur compagnie, mais petit à petit, semaine après semaine, il se prit à apprécier, et même respecter cet Humain qui les traitait en égaux, et qui partait même au combat avec eux, brandissant ses griffes artificielles lorsque eux-mêmes déployaient crocs et pics. Il n'était leur dresseur que par la nécessité de les réunir...sinon il était leur pair, leur ami.
Fenris s'avérait un Leader d'équipe et un compagnon véritablement exceptionnel, Süldrya était fougueuse, impétueuse jusqu'à l'imprudence mais son coté "tête brûlée" avait quelque chose d'amusant qui faisait sourire même les autres membres de l'équipe. En fait, il ne subsistait un problème qu'avec Nidhögg, le Nidoking avec qui il avait recommencé à se battre d'innombrables fois, ne pouvant pas se résoudre à se supporter l'un l'autre. Il n'exista qu'une seule raison, pendant bien longtemps, pour qu'ils cessent de se battre entre eux, c'était pour protéger leur maître et ami de leurs corps blindés. Onyx n'hésitait pas à s'enrouler autour de son dresseur ou à faire barrière avec les pokémons adverses pendant que le Nidoking interceptait les attaques directes ou accompagnait son maître jusqu'aux dresseurs adversaires, éclatant plus ou moins littéralement tous ceux qui se dresseraient sur sa route jusqu'à ce que la lourde hache du chasseur se trouve sous la gorge de leur adversaire.

Avec les années, Wylheim captura bien d'autres Pokémons, les traitant toujours bien même s'il devait se résoudre pour la plupart à les envoyer dans le PC...mais aucun ne semblait en souffrir, bien au contraire cela semblait même plutôt agréable. Alors il devint un bon dresseur - même si au final hein, c'est quoi un bon dresseur - puis défia les champions, récoltant des informations au fur et à mesure qu'il gagnait des badges. Mais aucune combinaison ne dépassa ni l'efficacité, ni le plaisir qu'il ressentait à la fréquenter, que celle composée de son cher et indéfectible Fenris, toujours aussi libre, Nidhögg qui devenait toujours plus implacable, toujours prêt à suivre son dresseur comme son ombre, sa loyauté encore plus solide que sa peau renforcée, de Süldrya qui avait fini par devenir une splendide Dracaufeu...ce qui n'arrangea rien à son caractère, bien au contraire elle ne fut jamais aussi bouillonnante que depuis qu'elle a des ailes. Et pour finir,  Mungand, l'Onyx doré, qui ne pouvait toujours pas tenir en place en compagnie du Nidoking mais qui n'hésitait jamais à plaquer ou enfoncer n'importe quelle cible au moindre signe de son dresseur.
Mungand reçut une noble récompense pour ses fidèles services après l'obtention du huitième badge de Sinnoh, alors que le dresseur atteignait la trentaine. Dépensant une belle somme pour obtenir le renseignement, puis l'objet en question, Wylheim parvint à acquérir une Peau Métal qu'il offrit à son cher Onyx qui vit son corps muter, enfler, s'endurcir plus encore qu'il n'aurait jamais pensé que cela puisse être possible pour devenir un Steelix étincelant, dont le nouveau corps ne l'encouragea que de plus belle à s'acquitter de son devoir avec zèle.

Au cours de l'année qui suivit, le dresseur aussi talentueux que barbare enchaîna les chasses, les recherches d'objets et de pokémons rares. Il aimait toujours aussi peu l'idée de les enfermer quelque part, mais jusqu'alors aucun n'avait jamais semblé s'en plaindre, aussi pouvait-il se permettre d'assouvir ses instincts de conquérant et de chercher, trouver et capturer les uns après les autres les créatures les plus féroces ou mystérieuses. Il envisageait de plus en plus sérieusement d'un jour aller se frotter aux légendaires et à la ligue, d'amasser une gloire éternelle à la force de ses bras et de ceux de ses amis - même ceux qui n'en avaient pas - en continuant sa vie au jour le jour, tissant des liens inégalables avec ses premiers pokémons, ne s'en séparant désormais même plus.
Wylheim suspendit sa chasse lorsqu'il parvint à capturer un Terhal. Cette aventure lui avait pris bien plus de temps et d'effort qu'il n'y aurait tout d'abord pensé, même après qu'il ait été déçu de voir la miniature qu'était la pré-évolution car en dépit de sa petite taille et de sa faible force, surtout en comparaison de son équipe, le Pokémon s'était avéré être une forte tête. Cela avait plût au dresseur qui commença à l'entraîner, intrigué de voir ce que pourrait devenir ce petit bout de ferraille.

Et de fil en aiguille, le Terhal devint Métang. Mais les voyages et les combats eurent beau se multiplier, les entraînement s'intensifier, le pokémon refusait d'évoluer. Wylheim se consola avec l'acquisition d'une évoli, qui ressemblait plus à une petite peluche qu'à un potentiel combattant, mais sa présence délicate et subtile apportait un peu de fraîcheur dans sa bande de bourrins.
Voyant que la boule de poils s'entendait particulièrement bien avec son vieux Fenris, le dresseur la fit évoluer en Pyroli peu avant de se lancer enfin dans l'ultime défi : La ligue pokémon ! Et il ne fut pas déçu...au contraire, la force du Conseil des Quatre n'avait pas volé sa réputation, sans parler du Maître de l'époque.

Il fallut quasiment deux ans de plus pour qu'enfin, aidé par la soudaine évolution de son Métang au cours d'un combat, qu'il ne réalise l'un des rêves les plus populaires du monde et ne récupères le titre de meilleur dresseur pokémon de Sinnoh.
Wylheim était enfin devenu Maître.

Et l'ennui commença. Sa soudaine nomination avait attiré tous les curieux et amateurs de défi, mais bien peu l'atteignirent et aucun ne le détrôna si tôt. Si bien que passée l'effervescence des premières semaines, la routine de la ligue s'installa, l'attente ennuyeuse devenant rapidement insupportable, Wylheim commença à reprendre régulièrement la route, renouant avec sa véritable passion : L'aventure. Evidemment, cela ne plaisait pas à tout le monde que le maître se promène comme ça au gré du vent, à un tel point que pour faire taire les murmures dans son dos, il entraîna une seconde équipe, spécialement destinée à occuper la dernière salle de la ligue. Quand cela se sut, il y eut des scandales, des plaintes, même des menaces pour "le mépris dont il faisait preuve envers les autres dresseurs".
Puis quand son premier rival depuis un moment se présenta, un jour d'absence, et que la moitié de son équipe se fit piétiner par le féroce Métalosse puis le reste mis en pièces par la violence de Carchacrok et Leviator, et qu'on fit état d'un dresseur mécontent qui avait frôlé la mort en voulant s'en prendre directement au maître - qui l'avait accueilli à coup de hache et avec toute son équipe fétiche - les plaintes baissèrent d'un ton.

Ne tenant pas à donner une mauvaise image, Wylheim commença à faire des actes pour le grand public. L'animation de tournois amateurs où chacun pouvait défier n'importe qui,y compris lui-même, aida à faire remonter sa côte de popularité alors qu'il laissait de jeunes enfants le défier. L'un des moments les plus marquants de ces rencontres fut la fois où il feignit une défaite contre un jeune garçon qui venait tout juste de capturer son deuxième pokémon devant une foule devenue hilare quand son magnifique Arcanin s'écroula théâtralement après avoir subi une charge aussi faiblarde que pleine de motivation de la part de son Tiplouf.
Il organisa aussi des rencontres, des genres de conférences qui - bien que cela le gonflait à souhait - lui permettaient de rencontrer la population, de répondre à ses questions. Et bien sûr, il intervenait en cas de litige ou de catastrophe quand il le pouvait.
De celle d'un parvenu antipathique et hautain, son image passa à celle d'un homme généralement apprécié du peuple. D'autant plus que, vivant simplement et habitué à subvenir lui-même à ses besoins et à ne jamais faire dans l'excès - sauf peut-être de zèle - Wylheim put soutenir de nombreux projets comme par exemple des recherches scientifiques, l'entretien et le développement des Centres pokémons ou d'espaces publics. Il était un guerrier vieillissant, qui ne se ferait jamais à l'idée de la simplicité et de la douceur...mais il n'aurait pas nié que voir ces p'tits mioches rire aux éclats en jouant avec des pokémons parfois si petits qu'ils en tiendraient dans la main lui arrachait un sourire.
Après tout, lui n'en avait pas besoin alors autant que tout cet argent serve à quelque chose...ce qui le motiva d'ailleurs à défendre d'autant plus farouchement son titre. D'un voyageur solitaire isolé, il était devenu un modèle sur qui les gens comptaient, et il n'avait pas l'intention de les abandonner. Même si les visites qu'il devait parfois faire jusqu'à dans les écoles n'étaient définitivement pas sa tasse de thé...ah la célébrité, plus moyen d'être tranquille après ça...

Les années passèrent sereinement à Sinnoh et Wylheim persista sur ce mode de vie. Bien sûr, il rentrait régulièrement à la ligue, pour s'assurer que ses pokémons aillent bien, faire quelques combats dans le plus total respect des traditions, ou défendre sa place contre un prétendant au titre un peu trop zélé.
Un jour, c'était arrivé. Un dresseur plein de talent, avec des pokémons gonflés à bloc, était parvenu à vaincre l'équipe laissée sur place, réclamant ainsi en toute logique le titre. L'arrivée des plus puissants compagnons du Maître eut tôt fait de remettre les pendules à l'heure et d'assurer pour un bon moment encore sa détention du titre.

Puis les choses se dégradèrent, les Teams commencèrent à faire parler un peu trop d'elles...et un peu trop fort. Incapable de laisser la criminalité augmenter sans réagir, il annonça une...absence, de son poste de Maître. Il reprit son Métalosse et partit sillonner le pays pour se battre aux côtés de la population.
Wylheim respectait avant tout l'honneur, la dignité. Et les actes de terrorisme, de vandalisme ou d'agression de civils ne marquaient pas vraiment de points dans ces catégories. Alors il se battit, hache à la main, entouré de ses plus chers et féroces amis jusqu'au cœur de la mêlée. Il aurait été difficile de déterminer ce qui était le plus terrifiant entre les attaques déchaînées de son Nidoking, Dracaufeu et Steelix, soutenus par la vitesse extraordinaire de l'Arcanin alors que le Métalosse avançait implacablement à leur suite et leur dresseur, qui fonçait au beau milieu de tourbillons de feu, de glace et de pouvoirs psychiques sans ciller un instant, prêt à fendre quelques crânes ou raccourcir quelques bandits.

Mais sa vie s'emplit de chagrin peu avant la fin des conflits. Sa pyroli, pourtant aguerrie maintenant après quelques années à ses cotés, n'avait pas pu suivre le point culminant des combats et rencontra un sort tragique au plus fort des affrontements.
Sa fin brutale déclencha une fureur aussi inattendue qu'extrême chez Fenris, dépassant même celle de son Leviator lors de ses plus mauvais jours, et ils durent redoubler d'ardeur pour essayer le suivre alors qu'il se lança à corps perdu dans la mêlée, totalement enragé.

Quand les batailles prirent définitivement fin, Wylheim ne célébra nulle victoire, car il n'en avait aucune à fêter. Freja, sa pyroli, les avait quitté pour toujours et Fenris, son si vieil ami, avait disparu, et il n'aurait su dire laquelle de ces deux tragédies le troublait le plus.
Depuis son épreuve pour devenir un véritable adulte, depuis leur rencontre dans cette tempête de glace, à affronter la mort en se serrant l'un contre l'autre en grelottant, ils n'avaient jamais été séparés. Lorsqu'ils voyageaient d'un pays à un autre, ils étaient ensembles, lorsqu'ils traversaient un même continent, l'Arcanin pouvait le rejoindre où qu'il soit avant la tombée de la nuit. Son ami, son frère avait occupé toute sa vie, toute son existence, son absence laissait un vide effroyable.
Son unique consolation, si maigre puisse t-elle être dans ce double deuil, était qu'il n'avait pas retrouvé la moindre trace du beau canidé. S'il n'y avait pas de corps, alors il était probablement encore en vie, quelque part. Son plus grand espoir était qu'il avait poursuivi, en dépit de sa nature fondamentalement juste, ses ennemis sans relâche, et qu'une fois épuisé il avait fini par s'enfuir et se cacher quelque part. Après tout, jamais il n'avait vu ni le besoin ni l'intérêt de capturer l'Arcanin, qui était donc parfaitement libre de ses mouvements et décisions.
Sa plus grande crainte était qu'il ait justement été capturé par les Teams en fuite...

Accompagné des rescapés de son équipe, il alla rendre un dernier hommage à Freja, cette petite peluche qui avait illuminé leur vie à tous, pendant hélas si peu de temps, en l'enterrant auprès d'un grand arbre, tout près d'un étang qu'elle avait tant aimé. Conformément aux vieilles traditions de sa famille, il resta auprès de sa tombe jusqu'à l'aube, à se remémorer qui elle avait été, ce qu'ils avaient fait ensemble, et à la recommander auprès de n'importe quelle entité qui accepterait de prendre soin d'elle désormais.
Puis au lever du jour, morose et furieux, Wylheim regagna la ligue, déposant son Métalosse pour que les traditions puissent continuer en son absence, rassemblant ses affaires pour commencer la plus importante et la plus étrange des traques qu'il aurait jamais à faire. Il devait pourchasser celui qu'il considérait comme son frère.

Mais avant de partir, il avait encore quelque chose à faire. Culpabilisant du sort de Freja, à cause de sa captivité alors qu'elle était pourtant si "libre", il eut une pensée pour tous les malheureux pokémons qu'il avait attrapé et enfermé, en se disant que "ils avaient l'air d'en être contents". Ce n'était pas à lui de décider de leur vie. Alors il les libéra. Tous. Prenant des semaines, des mois entiers pour relâcher chacun de ses "trophées vivants" dans un milieu qui leur serait familier. Si Fenris était encore en vie, et Wylheim n'en doutait pas, alors il avait tout le temps de le retrouver. Eux avaient déjà perdu suffisamment de leur vie comme ça.
Très peu refusèrent la liberté qui leur était offerte, le plus souvent il s'agissait de combattants expérimentés, de vieux vétérans qui avaient lutté farouchement à ses côtés. Quatre d'entre eux composaient d'ailleurs déjà à l'origine son équipe de Maître, Métalosse l'intégrant alors définitivement tandis qu'Elekable prenait la place de Luxray qui retrouva avec un plaisir certain la nature qui l'avait vu grandir.

Désormais, le Maître de Sinnoh ne possédait plus qu'une poignée de pokémons...mais ils étaient tous des amis fidèles et puissants, dévoués à sa cause et digne des plus grandes louanges. Encouragé par le soutien de ses compagnons, il commença la longue chasse, continuant à revenir à la ligue quand il en avait l'occasion pour faire acte de présence et rassurer le peuple qui avait besoin de le savoir avec eux, autant que pour revoir ses pokémons qui avaient choisis de rester à ses côtés.
Lui qui n'était qu'un homme parmi tant d'autres, avec des origines un peu vieillottes et des manières singulières, incapable de faire marcher un malheureux téléphone moderne - déjà que c'était compliqué avec le vieux modèle - avait désormais tant de choses à faire. Des gens comptaient sur lui, une génération entière, peut-être même deux s'il tenait longtemps sa place, allaient peut-être prendre exemple sur lui ou le choisir comme objectif suprême, et son frère quadrupède l'attendait, quelque part.
Il avait du boulot, et il ne comptait manquer à aucun de ses devoirs.

Devise: Les forts survivent...pour protéger les faibles, qui deviendront à leur tour forts.

Personnage de dessin animé/manga utilisé pour l'avatar: Commandant Greil, de Fire emblem : Path of Radiance

Autre: Il déteste qu'on écorche son nom ou qu'on le trouve étrange.





Dernière édition par Wylheim le Jeu 29 Oct - 23:47, édité 28 fois
Revenir en haut Aller en bas
Laure Dexila
Ex-assassine Magma
Ex-assassine Magma

avatar
Messages : 694
Réputation : 10
Date d'inscription : 24/03/2013
Age : 22
Localisation : Laure cherche.
Autres Comptes : Archibald Park = Aria Cantore = Sylvia Von Wittelsbach = Andea Capaldi = Juan da Ponte

Informations du personnage
Âge: 13 ans
Alignement: Neutre
Equipe Pokémon:

MessageSujet: Re: Vylheim Ragnborn [en cours] Dim 25 Oct - 20:00

Bienvenue sur le forum !
Les descriptions sont bonnes ^^ Cependant, pour les Pokémons, deux petits problèmes ^^
=> Il faudrait les attaques du Pokémon !
=> Il faudrait que tu changes au moins un Pokémon, en un Pokémon de Sinnoh, pour être maître de Sinnoh ^^

Mais sinon, c'est vraiment bien ! Hâte de lire la suite !


.:-------------------------:.


Revenir en haut Aller en bas
Chikara Fujisaki


avatar
Messages : 868
Réputation : 6
Date d'inscription : 01/06/2014
Age : 23
Localisation : Dans une forêt de bambous
Autres Comptes : Kiryû Arikawa-Camilla Spencer-Clyde Fitzgerald-Calix & Clarys

Informations du personnage
Âge: 18 ans
Alignement: Voyageur
Equipe Pokémon:

MessageSujet: Re: Vylheim Ragnborn [en cours] Dim 25 Oct - 20:05


Bienvenue sur le forum :)

J'aurais une petite question. En tant que maître, est-ce qu'il est normal que tu n'ais que 2 Pokémons pour ton équipe dans la ligue ? En général un maître Pokémon possède bien 6 Pokémons dans son équipe pour la ligue. Tu peux donc te faire plaisir et compléter ton équipe de Maître je pense o:

Bon courage pour la suite ^^

.:-------------------------:.



Couleur parole SeaGreen
Autres comptes : Kiryû Arikawa/Camilla Spencer/Clyde Fitzgerald/Calix & Clarys

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Vylheim Ragnborn [en cours] Ven 30 Oct - 0:24

Bon, hé bien je crois avoir fini, ayé. N'hésitez pas à me dire si y'a des trucs pas clair, pas cohérent, trop abusés ou autre.
Revenir en haut Aller en bas
Laure Dexila
Ex-assassine Magma
Ex-assassine Magma

avatar
Messages : 694
Réputation : 10
Date d'inscription : 24/03/2013
Age : 22
Localisation : Laure cherche.
Autres Comptes : Archibald Park = Aria Cantore = Sylvia Von Wittelsbach = Andea Capaldi = Juan da Ponte

Informations du personnage
Âge: 13 ans
Alignement: Neutre
Equipe Pokémon:

MessageSujet: Re: Vylheim Ragnborn [en cours] Ven 30 Oct - 11:21

Le travail fourni sur cette fiche est titanesque, il faut bien l'admettre. J'aime bien le personnage. L'Histoire est classique pour ce type de personnage, et les possibilités d'évolutions "semblent" faible, mais je suis sur que tu arriveras à t'en sortir sans problème.
Je t'envoies le RP test de suite.

*retourne à son exposée de Médiéval juste après =w=*

.:-------------------------:.


Revenir en haut Aller en bas
Laure Dexila
Ex-assassine Magma
Ex-assassine Magma

avatar
Messages : 694
Réputation : 10
Date d'inscription : 24/03/2013
Age : 22
Localisation : Laure cherche.
Autres Comptes : Archibald Park = Aria Cantore = Sylvia Von Wittelsbach = Andea Capaldi = Juan da Ponte

Informations du personnage
Âge: 13 ans
Alignement: Neutre
Equipe Pokémon:

MessageSujet: Re: Vylheim Ragnborn [en cours] Jeu 5 Nov - 8:17

Double Post pour dire que le RP test est concluant.
Si un admin ou le modérateur en charge des Conseil 4 passent, ils peuvent te valider Wylheim. Bon jeu parmi nous !

.:-------------------------:.


Revenir en haut Aller en bas
Soul Kanuda
Admine Diabolique
Admine Diabolique

avatar
Messages : 462
Réputation : 11
Date d'inscription : 12/04/2012
Age : 20
Localisation : Loin du reste.
Autres Comptes : Chad Sadler, Sifu Vaalah, Hisia, Luberias, Pearl

Informations du personnage
Âge: 17 ans
Alignement: Resistance
Equipe Pokémon:

MessageSujet: Re: Vylheim Ragnborn [en cours] Jeu 5 Nov - 15:39

Validé, bon jeu !

.:-------------------------:.




Battle theme :

" />
Revenir en haut Aller en bas
http://pokemon-legends.pokemonrpg.org
Calder


avatar
Messages : 184
Réputation : 2
Date d'inscription : 22/10/2013
Autres Comptes : Calder
Jyuu / Warlord
Mickaël Machina
Andreas Jr. Anderson

Informations du personnage
Âge: 24 ans
Alignement: Neutre
Equipe Pokémon:

MessageSujet: Re: Vylheim Ragnborn [en cours] Jeu 5 Nov - 16:06

Bienvenue sur le forum !

Diantre, un autre Maître de Ligue ! Va falloir que je me bouge de faire la fiche de mon petit Andreas, moi =w=

.:-------------------------:.
Ce personnage comprend le langage Pokémon

"Tout le monde est heureux au Joyeux Magicarpe !"

Calder "Cal" Arawak
Gestionnaire de la Pension du Joyeux Magicarpe
Rhys
Evoli au charme enfantin
Terrence "Terry"
Brasegali acariatre et impulsif
Delwyn
Swag Magicarp
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Vylheim Ragnborn [en cours] Jeu 5 Nov - 21:07

Oki d'acc, merci !
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Vylheim Ragnborn [en cours]

Revenir en haut Aller en bas
 

Vylheim Ragnborn [en cours]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pokemon Legends : Rebirth - Forum rpg :: Archives :: Corbeille :: Fiches de présentatdions abandonnées-