Le forum a ouvert son wikia ! Cliquez ici pour y contribuer !
Annonce aux joueurs débutants : Vous êtes perdus ? Cliquez ici pour avoir plus d'informations !
Nouveau thème, nouveau contexte ! Important : Venez vous faire recenser ici !
Derniers sujets
» Here We Go
Jeu 16 Mar - 9:36 par Invité

» Pokémon d'Antan
Mar 14 Mar - 16:58 par Invité

» Pokemon Community
Sam 4 Mar - 10:25 par Invité

» Master Poké
Mar 28 Fév - 23:35 par Invité

» Tsuki's World
Mar 28 Fév - 12:27 par Invité

» Final Fantasy Rebirth
Sam 25 Fév - 8:04 par Invité

» Rencontre improbable entre deux étoiles (PV Eric)
Dim 19 Fév - 21:10 par Eric Lencher

» Absences de l'illusionniste
Dim 12 Fév - 10:57 par Zoroark

» Réinvente la Destinée
Mar 7 Fév - 14:10 par Invité


Partagez | .

Renaissance. [Peaufinage]


Votre opinion
Moisi
0%
 0% [ 0 ]
Ca va
0%
 0% [ 0 ]
Bon début
0%
 0% [ 0 ]
Sérieusement pourquoi t'être inscrit?
0%
 0% [ 0 ]
Nul
0%
 0% [ 0 ]
Potable
100%
 100% [ 3 ]
Pas mal
0%
 0% [ 0 ]
Bien
0%
 0% [ 0 ]
Total des votes : 3
 

Geralt de Charbourg


avatar
Messages : 12
Réputation : 0
Date d'inscription : 23/08/2015
Age : 16
Localisation : Sur toi '^'.

Informations du personnage
Âge: 45
Alignement: Voyageur
Equipe Pokémon:

MessageSujet: Renaissance. [Peaufinage] Dim 23 Aoû - 11:48


   
   Présentation de Geralt de Charbourg.
   



Spoiler:
 

Nom :

   Prénom: Geralt (De Charbourg)

   Age: 45

   Sexe: Masculin

   Groupe: Civil

   Ville d'origine: Charbourg

   Premier POKEMON acquis: Roucool

   Equipe POKEMON:

Spoiler:
 
   Autres POKEMON dans la boîte: Aucun, il ne perdrait pas son temps avec de pareilles sotises.

   Description physique et mentale:
Bien que Geralt, ait entré dans ce qu'on pourrait appeler, l'âge d'or, il a gardé toute sa vigueur d'autrefois.

Cet énergumène est ce que l'on pourrait qualifier de rancunier. Très Rancunier je dirais même. Celui-ci, est néanmoins doté d'un cœur d'argent, et il cherchera à protéger ceux qu'il apprécie et aime. Gare à ses excès de colère, puisque Geralt est impulsif au possible.


Mais, il est également quelqu'un à l'affût de tout. Le bonheur d'autrui fait son propre bonheur, et cherchera à remédier au malheur de ceux qu'il appelle "amis", à n'importe quel prix, y compris croiser le fer. Parfois, on peut le prendre pour insouciant, ce n'est qu'une apparence parmi tant d'autres.

Et vous ferez une grave erreur si vous y croyez. Geralt est marqué psychologiquement par la mort de son compagnon et de ses parents, c'est pourquoi, Geralt s'attache les cheveux avec le ruban de son défunt compagnon. Geralt est déchiré par des conflits intérieurs, et il passe le plus clair de son temps à l'écart de toute civilisation. Sauf pour chercher un contrat.




Ayant une addiction au tabagisme qui ruine sa santé, ses cheveux se sont très rapidement décolorés. Passant du noir, au gris et, enfin, au blanc, bien que ses sourcils aient bien heureusement réchappé au massacre, pourquoi?

Cela demeure un mystère.

Il présente plusieurs cicatrices, donc les plus visibles restent ceux ayant une placé dans son front, une sorte de croissant lunaire au régime à sa trempe gauche, et une cicatrice horizontale qui passe par son front, son oeil gauche (Attention: Son oeil est parfaitement fonctionnel.) jusqu'à donner fin à sa course sur un tiers de sa joue.

Ses yeux, parlons en, présentent la caractéristique la plus étrange, en effet, la chose qui leur ressemble le plus, ce seraient des yeux de chat.

Son corps, est sculpté par son entraînement quotidien visant à conserver, voir augmenter, la vigueur et la force que ce corps offre. Celui-ci, est marqué de cicatrices diverses et variées, donc la dernière est l'oeuvre de la morsure d'un Crocorible un peu trop pugnace, on peut remarquer au premier clin d'oeil que Geralt a une peau blanche et que celui-ci porte en permanence une barbe de trois jours.

Notre invité contrairement à la grande majorité de la gente masculine présente des cheveux longs jusque son cou. Certains de ceux-ci sont attachés par un ruban rouge, souvenir d'un défunt.

Ses vêtements? Le plus souvent il porte un pourpoint de cuir râpé, lacé à l’encolure et sur les manches renforcées respectivement avec une cotte de maille, la sécurité avant le style. Mais, méfiez-vous...vous ne le reconnaîtrez pas en voyant ses habits, mais en voyant son pendentif à l'image d'une tête de loup, ainsi que son visage. Il possède une voix rauque, désagréable et grave.


   Histoire: Il était une fois...un amour impossible, entre un hommeet une femme, voué à mourir. Pourtant, il subsistait, malgré tout ce qu'il peut subir.

Il survit, tel un phénix qui renaît de ses cendres plus fort qu'auparavant. Nos deux protagonistes ont voulu avoir un enfant. Un petit être qui serait le fruit d'une liaison peu commune, un être, qui n'aurait dû voir le jour.


Les principes de la secte auquelle adhérait l'homme imposaient la chasteté à l'homme sous peine d'expulsion permanente et la honte vis à vis de la loge, la femme, elle, était d'une famille donc le principe était de n'avoir qu'une branche dans leur arbre généalogique. Les femmes doivent impérativement être vierges, "pures" selons certains, et les cadets de n'avoir d'enfants,seul l'aîné pouvait faire perdurer le nom prestigieux de leur famille.

Ceux-ci n'ont eu d'autre choix que de procéder à l'insémination artificielle. (Par soucis des gens sensibles, on avancera de 9 mois dans le temps.)

L'enfant né, la femme fut expulsée quasi-immédiatement de son lieu d'habitation et de naissance, mais pourtant, elle s'occupa de lui. Malgré sa maigre pitance, elle ne pouvait se résigner à abandonner cet être, souvenir d'une liaison douloureuse, mais...inoubliable, notre nouveau protagoniste passa des jours heureux à côté de sa mère, bien qu'on lui dixit que son géniteur fut parti du pays, celui-ci, ignorant la vérité, le vit plusieurs fois aux côtés de sa mère, celle-ci, disait que c'était son oncle.

Un "beau" jour, un séisme survint en plein chez eux. La mère du jeune homme fut morte sous des gravas, ainsi que beaucoup d'autres. Lui? Il fut miraculeusement l'unique survivant, ayant été dans une poche d'air qui lui permit de survivre jusqu'à l'arrivée des secours. À leur arrivée, il cria, encore encore et encore jusqu'à ce qu'ils l'entende. À bout de forces, il cria avec l'énergie du désespoir, ils l'entendirent, et il s'évanouit.



Quelques heures plus tard, il se réveilla, branché à des machines et couché sur un lit d'hôpital, à sa droite, se trouvait un énergumène qui se trouvait être l'oncle du jeune homme. Il le prit sous son aile et veilla sur lui.



Les années passèrent, malgré le souvenir douleur du jour qui a causé la mort de sa mère, il était heureux. Heureux avec cet homme qui remplaçait son père inexistant de sa vie, mais ce fut de courte durée. L'homme tomba malade, d'une maladie fort mystérieuse, et mourut au bout de mois éprouvants. Geralt avait 15 ans lorsque c'est arrivé, néanmoins, l'homme lui légua son bien le plus précieux en héritage: Un roucool portant une écharpe noire et un ruban rouge à sa patte. Les 2 compagnons de voyage tombèrent rapidement à cours d'argent. Geralt décida de travailler pour la mine désormais célèbre de Chaubourg. Ça dura une petite dizaine d'années, le travail était épuisant, éprouvant et fastidieux, néanmoins, ça leur permettait de vivre, et ça, c'était l'essentiel.



(Soyons clairs, Roucool était son seul et meilleur ami. Il le chérissait plus que tout au monde, et il le lui rendait bien. Il était le seul, car, Geralt n'est pas spécialement aimable avec les autres, on peut l'appeler asocial je pense.)

Un jour, il vu une lettre au pied de la porte  de sa "maison" (si on peut appeler ça comme ça), chose rare, ce n'est pas une facture ou une fichue publicité, mais bel et bien une lettre, sans l'adresse et le nom de l'envoyeur, mais peu importe, ça devait être important.

Et il l'ouvrit.

...Cette lettre changea sa vie à tout jamais, mais ça, il ne le sut que trop tard.

"
Spoiler:
 



Après la lecture de cette lettre, il trouva l'équivalent de 3 fois son salaire actuel, ilfaillit s'évanouir à la vue de tout cet argent, et pensa au dîner de roi que lui et Roucool pourraient avoir ce soir, de la viande, quel Luxe!

Il ne savait qui était ce Emiel, il n'avait entendu ce nom de sa vie, mais, c'était son bienfaiteur, et bien que son offre lui parut louche, il se pressa le lendemain l'accepter.


Le lendemain, comme je l'ai si bien annoncé, il se rendit effectivement dans les locaux de ce...Emiel quelque chose, et dès qu'il ouvrit la porte, il se rendit compte que c'était en fait un immeuble d'appartements transformés en des bureaux pour certains, habités par d'autres, il se rendit devant la porte indiquée par la lettre, le numère 108, avec l'aide du concierge. Il pénètra le seuil de la porte, tout de suite, il sentit que l'ambiance était oppressante et l'air peu respirable à cause des rejets de co2 du tabac que fumait le patron des lieux.


-Je vous attendais fit le maître des lieux.

-Hmpf fit Geralt en étant intimidé par cet homme aux cheveux couleurs grisâtres, même si sa voix se voulait douce, voir étrangement millénaire, et fatiguée.

-Venons au fait mon cher ami, prenez un siège et une cigarette, vous fumez? Je vous en prie, vous êtes mon invité, vous vous devez d'être à l'aise fit l'homme de plus en plus aimable.

-Pourquoi moi et pas un autre? Geralt prit une cigarette. Et ce fut ainsi que débuta son vice.

-Simplement parce je connaissais votre oncle mon cher...Geralt? C'est ça? Et simplement parce votre oncle, ou devrais-je dire, père, nous empruntait de l'argent afin de subvenir à tes besoins. Pourquoi avoir attendu si longtemps? Les intêrets vous connaissez? D'autant, que, c'est écrit noir sur blanc de sa main que l'un d'entre vous devrait me rembourser en travaillant pour moi. Tôt ou tard. Ne vous en faites pas, vous serez quand même payé, mes activitées sont plus lucratives que ces piecettes bonnes à jeter dit l'homme avec le plus grand des calmes un sourire fesant froid dans le dos apparaissant lentement.

-Et si je refuse? Je n'ai rien signé. Et vous mentez. Mon oncle n'est pas mon père. Fit Geralt de plus en plus mal à l'aise.

-Rien. Mais vous ne repartirez pas en possession de votre roucool bien aimé. Et vous vivez dans la misère la plus noire, aussi bien physiquement que moralement, avec la perte de votre compagnon. Je vous prie de remarquer que vous n'avez plus sa pokeball en votre possession et ce, sans même vous en rendre compte, on vous l'a substilisé très cher. Je ne mens jamais. Je vous renstituerais votre ami si vous acceptez et votre "Oncle" comme vous dites, ne vous a-t-il pas semblé étrange qu'il se soucie de vous et que votre mère le voie très souvent? Et ces sorties nocturnes qu'avait votre mère de votre vivant, c'était pour quoi? Ou plutôt pour Qui à ton avis si je puis me permettre?

Grrr...vous gagnez, j'accepte. Et comment vous savez tout ça? Geralt écrasa la cigarette qu'il avait en bouche et en reprit une autre l'alluma et fit un donut de fumée.

Votre mère était ma soeur. Votre gigolo de père a fait que nos parents ont renié ma soeur pour faute aux principes familiaux. Vous commencerez demain, vous avez des boîtes à livrer toutes les informations se trouvent dessus. Sur ce, au revoir. George, veuillez raccompagner monsieur.

Geralt ne put laisser exprimer ce qu'il brûlait de dire en entendant les dires de cet inconnu, le garde du corps de son présumé oncle le fichant à la porte de l'immeuble, mais, au moins, il récupèra la pokéball de roucool et lui même chez lui dans une boîte sur un coussin en velours violet.

Il le serra dans ses bras et lui interdit de le quitter à nouveau, étant le dernier souvenir de son père (à en croire Emiel) défunt. Ils dinèrent et après une longue soirée se couchèrent sous la même couette.

Ahalalala. La fin était belle pour mon Ami. Bien qu'on lui ait menacé avec ce qu'il chérissait le plus, il n'en demeurait pas moins heureux. Pourquoi? Il ne m'avait pas encore connu à cette époque, (Il essaie de me convaincre avec ça.) mais, personellement, je pencherais plus par son roucool était encore là. Ou...du moins, encore pour un petit moment.

Le lendemain, disais-je, après un déjeuner copieux contrairement à leurs habitudes par nos deux protagonistes, ils retrouvèrent effectivement des boîtes à l'entrée de leur maison. Avec pour simple instruction de les livrer dans les plus brefs délais aux adresses indiquées. Geralt se dit que c'était facile, et ça l'était effectivement.

La vie perdura ainsi pendant un mois, Geralt gagnant des revenues ahurissants pour la simple livraison d'une dizaine de packets par jour, et on peut même dire qu'il baignait dans le luxe. Mais un jour. Il tomba. Et une caisse s'ouvrit.


Elle contenait des matrices servant à la fabrication de poké-dollars. Et une instruction.


"Imprime le plus que tu puisses faire puis brûle les matrices. Les flics sont sur ta trace, installe-toi au *****."


Après la lecture de cette note, se sentit obligé de les dénoncer froidement à la préfecture locale, il leur donna le contenu de la boîte, et après vérification du contenu, l'enfermèrent dans un cachot sale et puant et lui confisquèrent ses biens, les questions n'arrêtaient pas de défiler, pourquoi l'arrêter lui alors qu'il s'était rangé du côté de la justice? Est ce que son compagnon à l'écharpe noire va bien? Qui que comment et surtout pourquoi? Quelques heures passèrent et son odorat réussi à s'adapter tant bien que mal à l'odeur de ratata en pleine décomposition. Et il entendit une marche lente, qui claque, et forte. Puis il distingua une ombre qui se rapprochait de plus en plus, jusqu'à finir au seuil des barreaux qui le gardent enfermé. Il regarda d'abord les chaussures qui brillaient et qui contrastaient avec le sol sale, puis son regard se posa progressivement dans un costume grisâtre avec une cravate noir possédant une agrafe en Fluosilicate d'Aluminium*1 puis, il posa son regard sur ses mains, ornées respectivement de bagues composées avec du Oxyde d'Aluminium ayant une pincée de Titane pour certaines, du chrome pour d'autres*2,  il remarqua brièvement du Dioxyde de Silicium*3. Et pour finir, des boutons de manche en Silicate de Bérylium et d'Aluminium de couleur verte intense*4, cet homme ne lui était pas inconnu, c'était son prétendu oncle, Emiel Régis Rohellec Terzieff-Godefroy, en personne.



-Alors, mon cher neveu, comme ça tu penses pouvoir me dénoncer pour mes activités, ce que je ne t'ai dit, est que je te fais continuellement surveiller et que la préfecture est à ma solde fit Emiel un sourire glacé figé sur son visage.

-Alors...quels sont les flics auxquels tu mentionnais? Geralt remarqua que le viel homme s'appuyait sur une sorte de canne avec un bout de plastique au bout, rendant impossible à la canne de faire le moindre bruit si l'homme venait à la frapper brusquement sur le sol.

-Ce ne sont pas tes affaires, mais comme tu pourriras ici, je vais te le dire: La police secrète pardi. Personne sur cette ville ne peut me toucher, il faut bien un être externe pour me gêner. Oui, tu m'as bien entendu, tu n'es pas mon problème, plutôt un bâtard orphelin qui se croit plus fort que ceux qui tirent les ficelles (en l'occurence moi.), je t'ai donné une chance d'avoir une bonne vie, vu que ta mère était ma sœur, et crois-moi, je te favorise encore en te laissant moisir dans cette prison le temps qu'il te reste. Ah, et une dernière chose, il me semble que tu tenais à ce que contenait ceci? Emiel montra la pokéball à son possesseur et sortit l'être ayant élu domicile à l'intérieur.

-Ne lui fais pas de mal! Le supplia Geralt, il joint ses deux mains et se mit à genoux.

-Fallait y penser avant, ça te servira de leçon mon bonhomme.

Geralt, ne m'a jamais vraiment raconté ce qui se passa suite aux dires d'Emiel, simplement qu'il était dans un état second en entendant son compagnon qui se débattait tant bien que mal pour sa survie, et qu'il a entendu quelque chose ou quelqu'un casser net. Il ne m'a pas caché que après leur méfait ils jetèrent le cadavre dans la cellule, mais...à ce moment là, il ne dit plus un mot. Son visage ruisselant de larmes le fessant à  sa place.

Les malfrats quittèrent l'endroit, visiblement satisfaits, laissant Geralt seul à son sort. Celui-ci n'entendait plus le bruit ambiant des gouttes qui tombaient régulièrement, des ratatas qui parfois passaient, ils ne se souvient plus de combien de temps il a passé, le cadavre de son ami dans ses bras, mais il remarqua qu'il commençait à avoir une barbe de 3 jours, qui, depuis, ne l'a plus quitté.

À un moment donné, il remarqua un changement imperceptible sans entraînement dans l'air, en effet l'atmosphère de l'endroit avait un peu perdu de son humidité, et avait étrangement gagné en chaleur, il n'eut le temps de se demander pourquoi, qu'il eut la réponse: Un magmar ainsi qu'un individu qu'il ne connaissait vinrent à sa rencontre.

-Magmar touche les barreaux qui le retiennent et fonds-les. Vous, suivez-moi, j'essaie de vous faire évader et ce serait gagnant-gagnant si vous nous laissez faire sans vous mettre dans nos pattes. dixit l'inconnu.

-Qui...? Fit Geralt de sa voix brisée

[color:d465=222200]-Aucune importance, tout ce que vous pouvez savoir est que je suis du côté de ceux qui veulent la chute de ceux qui vous ont fait ça. Il désigne le roucool du bout du temps, essaya de se rendre aimable, mais se rendit compte trop tard que toute allusion à l'être à la nuque brisée ne ferait que blesser celui qui le tient dans ses bras.

Geralt demeura un instant silencieux puis, il prononça ces paroles: "Allons-y" puis il grommela : "il me le paiera cher pour avoir fait ça."

-Je n'en doute pas camarade. Dit l'inconnu.

-À qui dois-je mon secours? Entonna Geralt.

-Ma foi, c'est confidentiel cher ami, néanmoins, vous pouvez m'appeler Cahir Mawr Dryffryn aep Ceallach, ou Cahir pour les intimes et pour faire court.

Bien que cela paraisse surprenant, le magmar n'avait d'yeux que pour l'inconnu qu'ils avaient délivré, l'inconnu qui, contrairement à tant d'autres restait collé à un cadavre en putréfaction avancée, le cadavre de son pokemon.
Et pour cela, il était admiratif de ce "dresseur" qui n'abandonne pas ses camarades tombés, la flammèche au bout de sa queue s'embrassa et éclaira la pièce.

-On dirait que Magmar t'apprécie, fit Cahir.

-Je suis ravi d'avoir ton amitié Magmar, j'emporte Roucool avec moi, il faut lui donner une sépulture digne de ce nom fit Geralt, il porta son regard à l'inconnu, donc la silhouette sombre s'éclaira brusquement grâce à la flamme de magmar, celui-ci porte une armure noire de la tête un pied, un heaume décoré de plumes de roucarnage  coincé entre son bras gauche et ses côtes, son visage étant étrangement beau et imberbe. Celui-ci se coiffait avec soin.

-Magmar! Mag! Fit Magmar visiblement ravi

-Bon. Assez perdu de temps, dépêchons-nous de quitter la ville. Fit Cahir agacé.


-Je vous suit dit Geralt en se levant et nettoyant brièvement sa tunique de la poussière, il s'accrocha à son défunt ami.

Ils partirent de là, tranquillement, en effet, les policiers étaient tous endormis, il voulu prendre une tasse de café, mais Magmar lui jetta un regard noir et une exclamation stricte lui interdisant d'y toucher. Il renifla l'odeur du café, ça sentait le somnifère. Ça expliquait tout. Enfin. Presque. Pourquoi Lui? Pourquoi avoir pris la peine de le délivrer de cette prison Lui? Cette question, il comptait la lui demander en mains propres à la sortie de la ville.


Pendant leur déplacement, ou plutôt fuite vers la frontière de la ville, des regards se posèrent sur Cahir et des murmures s'élèvèrent, murmures sensées, quand on remarque l'excentricitée des deux hommes, l'un vêtu d'une lourde tenue en acier noir, l'autre, notre protagoniste,  je n'oserais donner le nom de tenue pour ce qu'il portait.


À la sortie de la ville, Geralt s'écorcha avec un bout de bois et déchira sa tunique partiellement. Ils ne s'arrêtèrent qu'au coucher du soleil, magmar allumant un feu, Geralt en profita pour questionner son sauveur humain.

Pourquoi m'avoir sauvé moi? Pourquoi avoir pris aussi longtemps? Et surtout, pourquoi me venir en aide?

J'étais chargé de te surveiller de la part de ton ancien employeur. Cependant, j'étais un espion double dormant, ce n'est qu'à l'avénement de ton arrestation que mes supérieurs décidèrent de faire bouger les choses, néanmoins, leurs sens des prioritées n'étaient pas les mêmes que les miennes, j'ai pris trois jours à essayer de te venir en aide et y arriver. Et je dois t'avouer que ça me répugne de ne rien faire pour un innoncent condamné à pourrir dans une geôle.


"-Et bien...merci, je suppose Cahir dit Geralt, sincèrement, et lui tapota l'épaule."

"-C'est naturel voyons...on va vous laisser seuls Magmar et moi, tu as une chose à faire prononça difficilement aep Caellech."

Et ils partirent effectivement, pour combien de temps? Il l'ignore, mais une chose est sûre, il prit du temps pour déplacer la terre et creuser un tombeau, il le posa délicatement jusqu'à ce qu'il touche le sol, lui prit son écharpe et son ruban, et jeta un 1er tas de terre à l'intérieur, lentement...jusqu'à recouvrir le tombeau. Puis, il le marqua d'un cercle en pierre, déchira partiellement l'écharpe et l'accrocha sur une branche qu'il planta au milieu du lieu de repos du pokémon. Pendant toute la durée de son action, la terre était nourrie par les larmes ruisselant de son visage.  

Il resta un moment, debout, face à la tombe, silencieux, aucune expression s'affichant sur son visage. Derrière lui, à une dizaine de pas, Magmar et Cahir y assistaient, tout aussi silencieux, mais d'une expression de marbre. L'homme à l'heaume ailé avança doucement en sa direction, il mit sa main gauche sur l'épaule de Geralt et murmura : "Il est temps de nous coucher tu ne penses pas mon ami?"

"Allons-y." Au moment précis où il prononça ses paroles, quelque chose est mort en lui. Je ne saurais pas trop dire quel est cette chose, sa compassion? Sa pitié? Ou son ancien lui? À vous de juger, moi, je ne suis que le narrateur pardi.

Il se coucha sur l'herbe, ayant aimablement rejeter de dormir dans le sac de couchage de Cahir, celui-ci, se coucha sur un sol en pente donc un arbre y a élu domicile. Il remarqua aisément que le vent se levait et refroidissait, en effet, les branches s'agitaient tantôt dans un sens tantôt dans un autre.

Et son nez lui indiquait que la température chutait.

Le lendemain, ayant dormi d'un sommeil de plomb, son premier réflexe fut de se vider la vessie contre l'arbre. Après que le jet de liquide couleur doré ait fini de couler, il ferma sa braguette et entreprit de faire sa toilette au lac près du campement (1/2 lieues).

C'était sympathique ce lac, l'eau était tiède et le lac était alimenté par une petite cascade qui se jetait avec fracas sur des cousins proches des racailloux. Un petit paradis en somme, d'autant que, l'eau arrivait jusqu'au torse de notre cher et tendre Geralt.

Il entreprit de nettoyer ses plaies, celles qu'il eut en sortant de Charbourg, sa ville natale, puis, remit sa "tenue", et partit en direction du campement. Il était vide.

Cahir était parti, laissant derrière lui, une lettre de la nourriture et une pokéball.

"Mon cher compagnon, bien que nos chemins se soient croisés grâce au destin, je me vois contraint de te laisser à ton sort, le devoir m'appelant. On se recroisera sans nul d'un doute un jour. Et ce jour là, j'aimerais revoir Magmar. Il a voulu rester avec toi, je me suis vu contraint de céder à sa requête, d'autant que, en voyant la lueur de ses yeux en te regardant, j'ai immédiatement aperçu que ce serait perdu d'avance en m'opposant à cette décision. Je te le confie, prends en soin, il en a pas deux comme lui. Il y a une ville il y a 5km de distance environ vers le nord, tu trouveras de quoi te loger. Je t'ai laissé une partie de mes réserves de nourriture, histoire que vous ne soyez à jeun, sur ce, à la prochaine!

Cahir."


Geralt regarda la pokéball avec un regard étrange, puis contempla le bouton usé de cette boule. Il fit sortir l'être ayant élu domicile dedans, et décida qu'il allait être à ses côtés, en personne et non en une forme stockable et compacte.

-Magmar, on ne retournera plus à la civilisation avant un moment. Ce ne sera que toi et moi, on va essayer de trouver une grotte et on s'y installera, de préférence avec une source de nourriture à portée, mais, on se débrouillera. Dit l'homme avec un sourire aimable

-Mag! Magmar approuva ce projet.

Ils cherchèrent et ils cherchèrent encore et encore, mais ils finirent par en trouver une. Qu'ils ont pu nommer maison, pendant quelques années. L'endroit était idéal, des buissons et arbres à baie, et une source au fond de la grotte. Il y avait bien des pokémons qui y habitaient, mais Geralt sympathisa rapidement avec eux, ainsi que Magmar, son nouveau compagnon.

Geralt avait 30 ans à ce moment là.

Et il décida de suivre un entraînement strict, à base de musculation d'agilitée et de vigueur, son fidèle pokémon, le suivit dans son effort, et ce, dans un but: Vengeance.


Au début, Geralt et Magmar eurent quelques peines...forcément, suivre un entraînement rigoureux en n'étant pas en condition physique digne de ce nom, alors, ils furent réduits à faire des courses, dans le but d'augmenter l'endurance, le matin, ils cueillent ensuite ce qu'ils mangent, ayant grand besoin de sucre dans leur système sanguin. Pour finir sur des exercices sensés augmenter la musculature en sa totalité. (Les muscles lisses ne comptent pas.), et achevant cette journée de dur labeur en mangeant ce qui reste de la cueillette du petit matin. Et cela dura des années, cette vie solitaire, d'ermite si je puis me permettre, 5 pour être précis, 5 hivers auxquels Geralt n'aurait survécu sans la chaleur dégagée par son compagnon, leur relation s'est améliorée, jusqu'à devenir ce qu'on pourrait qualifier de meilleur amitiée qu'on puisse avoir selon le dresseur.

Il semblait n'être plus en deuil à propos de l'ami qu'il a perdu, mais, ce n'était qu'une apparence.


Il se redirigea vers Charbourg, une fois ces 5 ans fessant partie du passé. Le vent commençait à s'agiter, certes, faible, mais capable d'agiter sa longue chevelure. Il se mit en marche. Lentement, mais d'un pas assuré. Magmar avait également beaucoup changé. En effet, cet entraînement a permis d'augmenter sa carrure, mais, ses attaques physiques se retrouvèrent également plus puissantes. Il ne voulait évoluer, Geralt respectait cette décision, car, évoluer signifiait peut être une montée en puissance, mais, on peut avoir la force d'une brute, et ne savoir s'en servir également. Le soleil se couchait qu'ils commençaient à entrevoir la ville, les pokémons sauvages, rentraient dans leur territoire afin de passer la nuit en sûreté. Geralt et Magmar, eux aussi rentraient dans leur terrier.

Minuit: Magmar fit fondre la serrure de la portée d'entrée, du lieu qui changea la vie de nos protagonistes. Lentement, mais sûrement, ils avançaient vers la porte d'Emiel. La chaleur de Magmar était telle, que ses pattes laissaient leur marque dans le sol carbonisé. Lentement, le regard de Geralt se fit plus sévère, et il sortit de sa poche une pierre. Destinée à envoyer Régis rêvasser.  Ils furent après un petit moment devant la porte qui renfermait celui qui avait détruit une vie. Ils entrèrent...tout doucement, et cherchèrent le lit de l'antagoniste. C'était bien plus grand qu'ils ne pensaient, à côté du bureau qui avait fait d'office de mur entre les 2 personnages, ils trouvèrent une porte, à droite, qui conduisait à des appartements privés, luxueux, dignes du patron des lieux. Ils procédèrent par tâtonnement, afin de se localiser dans cet endroit. La lumière n'aurait été admise, cela avertirait Rohellec.


Et ils trouvèrent les draps, et essayèrent de repérer la tête du bonhomme. Geralt toucha partiellement du cuir chevelu, c'est assez pour lui, il le frappe du caillou de sorte à ne pas le tuer, juste à le rendre inconscient.

-Magmar, passons à la phase 2 de notre plan. Quittons l'endroit, mais, fais flamber sa chaise de bureau. Elle est en cuir, le feu devrait se propager jusque cette ordure.

Il posa sa patte sur le bras du fauteuil, cela suffit à le faire s'enflammer net. Mais, la propagation était suffisamment lente pour qu'ils puissent quitter l'endroit en marchant. Quelques secondes après avoir sorti du bâtiment, le vent souffla dans le sens contraire auxquels ils marchaient. Résultat, la combustion s'est accélérée, et elle toucha bientôt les générateurs de secours à essence. Et les bidons d'essence de la réserve. Et une explosion survint.  

http://m.youtube.com/watch?v=Sqz5dbs5zmo
(À écouter sur le moment.)


Ils décidèrent de revoir l'ancienne "demeure" de Geralt. Elle était toujours là. Mais...abandonnée. L'ancien propriétaire força la porte d'un coup de pied, elle cassa net. Geralt décida de se changer et abandonner sa tunique usée par ses 5 années. Au profit d'une autre. Il remarqua du coin de l'oeil une vielle photo, de lui et Roucool. Il se tourna lentement vers elle, la souleva et la posa sur la table. Avant de poser l'écharpe noire devant.

"Allons-nous en. Ce n'est plus notre ville. Trouvons du travail à Vestigeon."

Geralt prit sa cape de cuir et l'attacha à ses épaules. Et ils partirent, laissant des souvenirs d'une époque révolue derrière eux.

Ils ne dormirent pas, voulant se hâter de trouver du travail, et ils arrivèrent au petit matin. Ils vinrent à l'encontre du responsable des lieux, qui lui chargea de dégager le passage vers la forêt d'un rapasdepic un peu trop violent. C'était sa première mission de chasseur de nuisibles. Et sa 1ere cicatrice, c'est ainsi qu'il se fit la blessure ayant élu domicile sur son front. Il faillit perdre son oeil, mais par miracle, il était intact. La suite de l'histoire? Vous la connaîtrez une prochaine fois. Oh. Je vous voir venir, vous vous demandez pourquoi il a voulu avoir le métier qu'il exerce? Et bien, tout simplement qu'après la destruction de l'oeuvre et le meurtre présumé de Régis Rohellec, il voulut étendre son champ d'action aux nuisibles du même genre que l'homme mentionné plus tôt. Pokémons ou hommes, personne n'échappera son courroux si il est mérité.

Quelques jours plus tard, Geralt eut le loisir de lire un journal. Son méfait était en première page. Il y lut que Rohellec survécut, néanmoins, il ne s'acharna plus sur lui, présumant qu'il avait eu ce qu'il semait.

Ceci n'est pas une fin, mais le début de longues et laborieuses aventures de nos deux protagonistes.



Notes de lecture:

*1 : On appelle ça plus souvent du Topaze.
*2 : Là, ça diffère, avec du titane dans la composition, on appelle ça un saphir, si c'est du chrome, (avec une pichenette de fer) du rubis.
*3 On appelle ça également de l'améthyste
*4 Là par contre, il y a plusieurs choix,  puisque la famille du Béryl, comme le Corindon (famille du Saphir/Rubis), se décline en plusieurs noms suivant la couleur du caillou.

incolore, on l'appelle goshénite
 jaune citron/jaune d'or, c'est béryl jaune,
 jaune d'or /jaune-vert on le nomme  héliodore,
 vert-jaune/vert-bleu c'est béryl vert
 bleu-vert clair à l'appellation  aigue-marine,
 bleu soutenu nommé béryl maxixe
 vert vif intense ou émeraude pour les intimes
 rose pâle/rose bleuté c'est morganite,  
Rouge revient à dire bixbite (Pitié Soul, pas de blagues sur le nom '^')
 Et finalement du rose-rouge magenta c'est du pezzottaïte.


   Objectif: Allèger ce monde de sa vermine.

   POKEMON préféré:Roucarnage

   Devise:  "Rien ne m'arrêtera. Pas même ton cadavre."

   Personnage de dessin animé/manga utilisé pour l'avatar:  Geralt de Riv de la série "Sorceleur". (C'est-à-dire, les jeux, la série diffusée, et les livres ayant contribué au succès de la saga de façon globale.), pour la description morale je me suis inspiré de moi même et de mon tulpa, l'histoire est également façonnée selon certaines choses, Angels and Demons de Dan Brown, une scène particulière de The Wolf Among Us pour la discussion entre l'antagoniste et notre protagoniste, bon, je ne vous le cache pas, mais je me suis un peu inspiré de l'entraînement de Cirilla dans le je ne sais plus combientieme livre du Sorceleur. Quand je dis peu, c'est Très peu. Et enfin, je pense que personne n'a besoin de connaître la référence du "Cool guys don't look at explosions" :).

   Autre: Certains d'entre vous m'ont connu sous un Mew psychotique et légèrement détraqué, d'autres, un Boreas à forme de piaf, ou encore sous un protagoniste d'une série donc elle vous est sans doute connue (Vu que "Soul Kanuda" sort tout droit de là bas), j'ai le plaisir de nommer: Soul eater. J'ai un blanc, mais il me semble avoir eu sous mon emprise Green? Ma mémoire me fait défaut.

Simple précision: Non, je ne viens pas jouer un mauvais tour, mais bel et bien pour me réconcilier avec ce bon vieux forum.
   

   

   
Revenir en haut Aller en bas
Ludwig/Eleonora V. W.
In love with an Echo
In love with an Echo

avatar
Messages : 409
Réputation : 2
Date d'inscription : 22/10/2013
Age : 16
Localisation : Menant une grande bataille pour son âme soeur
Autres Comptes : Chara Levareeds, Marth Lowell

Informations du personnage
Âge: 14
Alignement: Resistance
Equipe Pokémon:

MessageSujet: Re: Renaissance. [Peaufinage] Mer 26 Aoû - 17:48

Validé ~ Bon jeu :3

.:-------------------------:.

Revenir en haut Aller en bas
 

Renaissance. [Peaufinage]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pokemon Legends : Rebirth - Forum rpg :: Général et démarrage :: Présentations et prés-crées :: Présentations validées-