Le forum a ouvert son wikia ! Cliquez ici pour y contribuer !
Annonce aux joueurs débutants : Vous êtes perdus ? Cliquez ici pour avoir plus d'informations !
Nouveau thème, nouveau contexte ! Important : Venez vous faire recenser ici !
Derniers sujets
» Rising World
Dim 1 Oct - 10:34 par EternalStay

» The Lion King RPG
Jeu 7 Sep - 9:28 par Invité

» Final Fantasy Rebirth
Sam 2 Sep - 17:37 par Invité

» Pokémon d'Antan
Mer 5 Juil - 13:04 par Invité

» En route pour de nouvelles aventures !
Dim 2 Juil - 21:44 par Kyubi

» Tsuki's World
Sam 24 Juin - 12:35 par Invité

» Abandon du forum et ouverture d'un nouveau forum
Ven 23 Juin - 18:11 par Alice Taylor

» Scénario pour le Reboot ?
Mar 20 Juin - 18:02 par Alice Taylor

» Pokémon Donjon Mystère - Explorers of Abyss
Mar 20 Juin - 10:28 par Invité


Partagez | .

"Emporté par tout les courants, je suis rentrée..." PV : Elain

Andea Capaldi


avatar
Messages : 138
Réputation : 6
Date d'inscription : 05/03/2014
Localisation : Là où l'héroïsme est demandé !
Autres Comptes : Laure Dexila - Archibald Park - Aria Cantore - Sylvia Von Wittelsbach - Juan da Ponte

Informations du personnage
Âge: 17 ans
Alignement: Rocket
Equipe Pokémon:

MessageSujet: "Emporté par tout les courants, je suis rentrée..." PV : Elain Sam 18 Juil - 15:51

« Je… Je suis rentrée... »

Il pleuvait à verse… La pluie transperçait alors le toit qui semblait être cassé depuis bien longtemps, innondant alors le sol… la pluie n'était pas du tout clémente… Au contraire, même. Elle était violente, comme une pluie d'orage… Ce qu'elle était très certainement, une très grosse pluie d'orage, auxquel on ne pouvait pas échapper… Même le toit de cette maison, toit précaire, semblait avoir lacher… Bref, la pluie n'échappait donc à personne, et continuait de frapper toute la ville de Safrania… Un temps qui poussaient alors tout le monde à rester à l'abri. Personne ne sortait dans la rue, personne… Ou presque. On voyait quand même quelques personnes qui sortaient, de temps en temps, mais souvent… Ils n'étaient que des ombres. Des ombres très rapide, dont il était dans les faits presque impossible, en vérité, de voir exactement à quoi elle ressemblait… Personne, après tout, ne resterait de son plein gré, debout, comme ça, sans rien faire… Personne ? Véritablement personne ? Et bien, pas tout à fait.

Safrania… Quand je vous dis : « Safrania », vous pensez une belle grande ville ? Même si elle avait été fortement abimé quand les membres de la Team Rocket l'avait envahi, elle était aujourd'hui intégralement reconstruite, et en bien meilleur état… Elle était même une grande ville, fière de sa puissance… Et cachant, alors, ses aspects les plus sombres… La maison alors présenté juste quelque peu au dessus, était l'un de ses aspects les plus sombres… Même dans les très grandes villes, les capitales, tu avais alors ses territoires moins riches, moins glorieux… Voir carrément pauvre, malheureux. Des quartiers pauvres, où les maisons, voir juste les abris de mauvaises qualités s'accumulaient. Là où on était, en était un exemple. La porte avait été défoncé, et plus aucune fenêtre n'était encore présent. Les meubles étaient par terre, et tout ce qui avait la moindre valeur, et qui n'avait pas été un minimum caché avait été pris par des voleurs et autre intrus… Intrus qui continuaient d'entrer dans cette maison sans sécurité depuis bien des années, et dont on pouvait voir un exemple aujourd'hui.

Andea Capaldi attrapa alors un dessin, qui trainait, heureusement abrité de la pluie… La sbire de la Team Rocket, avait longtemps hésité avant de retourner dans cette maison… Cette maison où elle avait vécu les huit premières années de sa vie, mais dont elle se souvenait parfaitement. La maison où elle avait vécu heureuse, avec un père, certes pas toujours là, mais encore bel et bien vivant, et une mère qui s'absentait aussi souvent, mais qui était bien vivante, et encore heureuse… Elle regarda le dessin… Et de l'eau commença à abimer le vieux papiers… Il pleuvait également de l'eau salé à l'intérieur de la maison… C'est ainsi qu'un magnifique dessin, dont il était difficile de voir ce qu'il représentait, tant l'amateurisme du dessinateur était criant, qui commençait à s'abimer à cause de la pluie salé qui tombait à l'intérieur de la maison… Qu'est-ce que c'était… ? Un Poney à l'envers ? Un chat ? Voilà ce qu'on pouvait penser… mais la dessinatrice, elle, savait bien. C'était un homme. Un homme avec des magnifiques cheveux bleus océan… Elle déclara, alors, la voix nouée, savant qu'elle n'aurait pas du revenir :


« Papa… Tu serais fier… ? »

Ses doutes sur la Team Rocket la détruisaient… Elle n'avait jamais été rien de plus que la fille de ses parents, après tout, et avait toujours voulu les rendre fier… Mais aujourd'hui… La Team Rocket était sa maison. Après tout, rappelons-le… Andea n'existait même pas. Personne ne la connaissait, officiellement. Un policier pourrait l'arrêter, mais alors, il serait impossible de savoir d'où elle venait. La Team Rocket… C'était sa seule identité. Sa seule appartenance… Et ses parents, Alessandro et Donatella, avaient, eux, l'identité de grand de la Team Rocket. Des anciens personnages de grandes importances, pour cette équipe de criminels. Andea avait toujours pensé qu'elle devait être fier de ses parents… Eux, ils avaient toujours expliqué à leur fille, qu'ils étaient tout deux dans le bon camp… Les Policiers, les Forces de l'Ordre, tout cela étaient des méchants. Des êtres corrompus d'orgueil et de richesses, qui opprimaient les plus faibles, et qui abusaient de tout ce qu'il avait comme puissance pour écraser ceux qui étaient dessous d'eux. Aux yeux d'Andea, la Team Rocket n'était pas comme ça, elle… Mais peu à peu, visiblement… Ses idées s'effondraient, lentement…

« Maman… Tu n'as jamais été la même depuis la mort de papa… Et c'était là que tu l'avais caché... »

Andea le déclara, d'une voix brisée… C'est vrai. Dans les faits, la jeune fille avait perdu ses deux parents le même jour. Celui où son père n'était jamais rentré. A la place, un homme, qui avait annoncé le décès du pauvre Rocket, tué par une embuscade d'être jaloux de son propres camps… Ce jour là, sa mère aussi était morte. Elle avait « survécu », pendant encore quelques années, 4 ans pour être exacte… Mais elle n'avait plus vécu. Elle s'était contenté d'obéir aux ordres, et de faire le minimum pour que sa fille survive… Mais Andea n'avait plus jamais vu sa mère comme avant. Déjà, elle s'était alors retiré l'anneau de son mariage, et l'avait abandonné… C'est pour cela que la jeune demoiselle était dans la chambre à coucher. Le lit avait été cassé, et le matelat éventré, comme si des anciens voleurs avaient espéré trouvés de l'argent dedans, sans succès, étant donné que la jeune demoiselle avait toujours vécu dans la pauvreté. Cherchant, Andea alors déplacé une planche, derrière le lit, planche dont elle était sûre, petite, d'avoir vu être déplacé. Fouillant, chassant un Mimigal qui dormait tranquillement, elle retrouva alors… Un anneau. Un simple anneau, même pas en matière précieuse. Juste un anneau. Mais quel anneau.

« Désolé Maman… Je vais le porter. »

Elle mit alors le doigt à son index droit. Un simple anneau, mais pour elle qui voulait dire beaucoup. C'était l'anneau que son père avait donné à sa mère. Elle s'en souvenait. Petite, au grand désespoir de sa mère, son père avait sans doute raconté plusieurs miliers de fois l'histoire de sa déclaration d'amour à sa mère… Donc… Elle reconnaissait maintenant l'anneau. En le regardant à sa main, elle reconnu alors les traces d'usures, s'étant agravé avec le temps… Ses doigts étaient légèrement trop fin… Porter une bague à son doigt droit était alors dans certaines cultures un signe de deuil. Andea le savait-elle ? Impossible de savoir… Mais tu es un narrateur omniscient pourtant ! Et bien, pour une fois… Je décide de ne pas enfraindre l'esprit d'Andea. Elle avait besoin de cette tranquillité… Malheureusement, entre la pluie qui faisait énormément de bruit, et quelque chose d'autre, cela était difficile… Quelque chose d'autre ? Et bien, tout simplement, Andea n'était pas seule. Habitué par des années à vivre dans la nature, elle repéra de suite que du bruit était audible, non loin d'elle. De suite, elle se positionna, prêt à tirer un Pokémon, et à se battre. Elle n'hésiterai pas.

.:-------------------------:.
Revenir en haut Aller en bas
 

"Emporté par tout les courants, je suis rentrée..." PV : Elain

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pokemon Legends : Rebirth - Forum rpg :: Le Pokémonde :: Kanto :: Safrania-