Le forum a ouvert son wikia ! Cliquez ici pour y contribuer !
Annonce aux joueurs débutants : Vous êtes perdus ? Cliquez ici pour avoir plus d'informations !
Nouveau thème, nouveau contexte ! Important : Venez vous faire recenser ici !
Derniers sujets

Partagez | .

"La famille !... Impossible de vivre avec, et impossible de naître sans." [PV : Ludwig et Pearl Von Wittelsbach]

Sylvia Von Wittelsbach


avatar
Messages : 134
Réputation : 10
Date d'inscription : 23/10/2013
Autres Comptes : Laure Dexila-Juan Da Ponte-Aria Cantore-Andea-Capaldi-Archibald Park

Informations du personnage
Âge: 15
Alignement: Neutre/Civil
Equipe Pokémon:

MessageSujet: "La famille !... Impossible de vivre avec, et impossible de naître sans." [PV : Ludwig et Pearl Von Wittelsbach] Lun 6 Juil - 18:05

[HRP : Ce RP suit le OS : http://pokemon-legends.pokemonrpg.org/t659-la-mort-sans-importance-la-vie-sans-importance-ce-qu-il-faut-c-est-vaincre-os et ce RP : http://pokemon-legends.pokemonrpg.org/t663-seuls-les-faits-signifient-quelque-chose-liz-riku-chikara-sylvia]

« Bon, je veux tout le monde dans le Hall. Tout le monde. Maman, Papa, Pearl, Helmud… Tout le monde
-Tu as compris Claude ! Va cherchez Lud et Pearl ! »


Hiverne jetta son manteau à la tête de Christian qui était entrain de bouquiner, écoutant de la musique sur la commode, à l'entrée. Il fut surpris. Hiverne était rarement aussi direct… Sylvia suivait pas loin derrière… Les deux rentraient de leur réunion avec Héléna Greysham, la nouvelle chef des résistants. Cette réunion avait été très intéressante, mais surtout, ce qui importait l'importante famille des Von Wittelsbach, c'était bel et bien la decision qu'elle avait prit. Décision qu'elle avait prit au nom de toute la famille, et dont elle savait qu'elle aurait sans doute des retours négatifs de certains d'entre eux… Mais que faire autrement ? Elle avait choisit pour toute sa famille… Donc difficile de ne pas leur dire. C'est pour cela qu'elle voulait être le plus clair et le plus directe envers sa famille : Quand Alexandre allait mourir, ou prendre sa retraite, elle savait qu'elle serait la nouvelle chef des Von Wittelsbach… Elle devait donc s'habituer. Mais bref, ainsi, elle partait alors vers le bureau de son père : Sans aucun doute, celui-ci devait y être entrain de travailler…

Sylvia attendait, alors, Claude, le jeune serviteur aux cheveux verts étaient partit vers les chambres des deux pour les prévenir. Christian, soupirant devant le travail qui venait d'arriver, était partit prévenir les deux plus vieux frères, qui « travaillaient », sûrement pour Georges, et très peu sure pour le fameux Helmud, à l'étage. Seul le vieux Walter était encore là, s'occupant de dépoussiérer une statue qui était entrain de prendre la poussière dans le Hall. Sylvia était toute contente : Les Von Wittelsbach allaient, en plus d'être la famille la plus puissante de la région de Hoenn, être une famille qui en plus, allait agir pour le bien de tous, et recevoir alors les récompenses, et la réputation qu'elle méritait ! Car bien entendu, la réputation des Von Wittelsbach n'était pas toujours bonne : Elle était même parfois qualifiés comme une famille qui contrôlaient tout, et qui empêchaient la liberté… Ce n'était pas totalement faux, mais qu'importe. Les différents invités commencèrent alors à arriver dans le Hall. Hiverne était contente : Tout le monde était dans le manoir : Tout le monde allait être mit au courant de ce qui se passait… Maintenant, elle devait trouver comment le dire, car ça, cela n'allait pas forcément être une partie de plaisir… Mais bref, quand faut-y aller… Faut y aller !

Tout le monde était alors dans le Hall, devant le grand escalier monumental. Sylvia s'était installé à côté de Pearl, non loin néanmoins de ses jeunes frères et sœurs, Ludwig et Eleonara. La jeune collectionneuse était plus proche d'eux, que de leur autres grands frères et grandes sœur. Si Hiverne était au centre du cercle qui l'entourait, on pouvait voir, en haut de l'escalier monumental, Alexandre Von Wittelsbach et sa femme, Hélène Von Wittelsbach, regardant leur enfants au pieds. Les deux parents étaient en hauteur par rapport aux enfants, les dominant. Georges et Helmud s'étaient placés contre le mur de gauche, et attendaient les déclarations d'Hiverne, tandis que Sylvia était plus sur la droite, à bord du tapis, ayant bloqué les roues de son fauteuil roulant, pour que celui-ci reste fixe, et ne s'amuse pas à bouger, vis à vis du plancher qui n'était pas toujours sûre. Même les serviteurs principaux de la famille était là. Claude, assit sur une chaise, les yeux grand ouvert, Christian adossé à une statue en écoutant de la musique sur son MP3, Walter tenant une bougie éteinte, et Ursula, l'horrible perceptrice des plus jeunes enfants (Sylvia, Ludwig et Eléonora) à ses côtés, ouvrant légèrement la bouche.


« Bon… Je vais faire court. Nous voilà des résistants. Tous. Contre les Teams, qui reprennent de la puissance.
-Quoi ? »


Helmud fut le premier à réagir. Toujours aussi excentrique dans sa tenue (c'était selon la mère de Sylvia, lui qui avait germé les graines de l'excentricité à Ludwig dans sa passion de la musique, et Sylvia dans la tenue), il tenait sa flutte insupportable, mais dont il était persuadé que les sons étaient des caresses d'anges pour les tympans. Considérant l'Art comme une « muse éternel et raffiné », il se tenait très loin des affaires de sa famille, et était peu content. Résistant ? C'était disgracieux et indigne d'un esthète comme lui ! Le plus étrange des Von Wittelsbach ainsi, regardait sa grande sœur… Son avis avait de l'importance, car il était le deuxième héritier des Von Wittelsbach, alors qu'Hiverne était elle plus vielle. Il estimait, et Alexandre lui en donnait le droit, d'avoir autant d'importance qu'elle dans les décisions. Maintenant, il voulait plus d'explication, et surtout, savoir si lui-même allait avoir de l'importance, ou sinon, au contraire, il pourrait continuer de vivre avec sa muse, et de jouer merveilleusement bien -même si personnes n'était d'accord avec lui-, de la flutte… Il déclara alors à sa sœur :

« Tu aurais put nous prévenir Hiverne…
-Je confirme.
-Nous devons nous alliez avec des gueux ! »


Ce fut Hélène Von Wittelsbach, la mère de tout les enfants, qui déclara cela le plus énervé possible. Elle avait toujours été élitiste, sévère, et n'aimant guère ses enfants les plus jeunes : Beaucoup trop peu ambitieux et noble à son goûts. Surtout Pearl, qui n'était qu'une enfant adoptés… Bref, rien du tout à ses yeux ! Celui qui avait confirmé Helmud, néanmoins, était Georges. Troisième fils, le frère ainé de Sylvia, il était apprenti professeur Pokémon, et était sans doute le plus sérieux des enfants après Hiverne. Portant sa blouse et une cravate, il regardait sa sœur avec des yeux presques analytiques : Que voulait dire tout se tintouin ? Est-ce que lui, « Professeur Von Wittelsbach », comme il aimait se faire appeler, allait devoir intervenir dans toute cette histoire ? Tss… Il s'intéressait surtout à la science, guère aux gamineries qu'étaient la politiques et l'économies, domaines qu'il laissait bien volontiers à ses frères, sœurs, et parents. Seules la science était valable ! Namého.

« C'est un honneur Maman ! Les Von Wittelsbach seront nommés comme des défenseurs de la libertés partout dans le monde ! C'est génial !
-Mmh... »


Sylvia, elle tentait de convaincre sa mère, depuis le bas des escaliers. Elle avait participé à la réunion, elle… Et puis, elle connaissait bien sa mère, et avait prit beaucoup d'elle, d'où le fait qu'elle était parfois snobe et hautaine comme elle… Mais en bien moins pire, si vous voulez mon avis ! Mais bref, ainsi, elle tentait de défendre le choix d'Hiverne aux yeux de sa mère, qui voulait, elle, nullement s'en méler : Les Von Wittelsbach étaient supérieur en tout point à la plèbe, qu'elle trouvait exécrable. Donc… Le fait que sa fille ainée… Sa propre fille ainée, est décidée de son plein grés de leur venir en aide… C'était détestable ! Elle devait rester avec des gens de son niveau, nullement, je dis bien, nullement cotoyé des gens de la plèbe… Et Sylvia l'encourageait ? Tss… Elle croyait avoir mieux éduquer cette gamine que ça… Mais elle savait que depuis qu'elle avait vu à l'hopital Luga, Sylvia était contaminé… Il ne restait plus qu'Eleonora et… Rah, elle détestait cela, mais Pearl, pour faire deux demoiselles convenables… C'était atroce.

Alexandre, le patriarche, le chef de toute la famille, semblait plus sérieux, plus concentré sur les conséquences… Après tout, il était le chef. C'était lui qui aurait la décision final. Mais du haut de ses cinquantes ans, il savait quelque chose : Un jour, il laisserai la branche à ses sept enfants. Donc, ils devaient apprendre à être grand. Beaucoup plus ouvert et libre que sa femme, Alexandre considérait chacun des enfants assez grands pour en discuter avec Hiverne… Même les plus jeunes comme Ludwig et Eleonora. Les enfants étaient grands maintenant… Hiverne devait apprendre à les contrôler, discuter avec eux, réussir à faire des compromis. Si elle n'arrivait pas cela, elle serait jamais une bonne chef, pour les membres de la famille des Von Wittelsbach. Mais il avait de l'espoir. Il tenait à que sa fille ainée à réussir. Maintenant, il fit un signe de tête à Hiverne : Elle devait dire quelque chose, maintenant : C'était important. Hiverne prit alors une grande respiration, et regarda tout le monde tour à tour, elle déclara d'une voix assurée, et qui se voulait sûre :


« Vous avez des questions ? N'hésitez pas. »

Hiverne savait qu'elle risquait d'avoir des avis négatifs. Elle regardait Pearl et Ludwig, et Sylvia. Les trois n'avaient pas pipés mots pour le moments, mais ils étaient les plus jeunes : C'était les plus sensibles, sans doutes, aux danger potentiels. Après, elle n'avait pas encore dit beaucoup de tout ce qui s'était passé. Elle comptait bien tenir secret les petites erreurs de Sylvia, ses énervements, et l'épisode de la bouteille de champagne ! Mais bref, maintenant, elle s'attendait à une avalanche de question… Même des questions de Sylvia, sans doute alors qu'elle avait été présente ! Mais bon, elle ne changeraient pas ses frères et sœurs, elle savait bien qu'ils étaient tous caractériels, et qu'ils avaient tous leur petits côtés agaçant, et leur petits côtés sympathiques. Tout ce qu'il fallait, maintenant, c'était attendre, et espérer que la réunion allait rester calme : Le principal, c'était toujours ça dans la famille, c'était que tout le monde reste uni : Les Von Wittelsbach étaient une famille uni, certes parfois en proie à des disputes, mais qu'importe ! Il fallait toujours rester fort et uni dans la tempête, auxquel, consciente en temps que capitaine, elle avait volontairement amené ses frères, sœurs, et parents.

[HRP : Voilà ^^ Alors, c'est un peu complexe, avec tout les PNJ, donc, n'hésitez pas à me demander des renseignements ! Vous pouvez jouer les PNJ, n'hésitez pas ! S'il y a un problème, dîtes-le moi, surtout. Vous êtes tout autant des Von Wittelsbach que moi !]

.:-------------------------:.
"Quand je suis atterré, à genoux, sans force, je me rappelle que je suis une Von Wittelsbach, et que c'est dans l'honneur que ma famille survit."
Sylvia's Thème
Revenir en haut Aller en bas
Ludwig/Eleonora V. W.
In love with an Echo
In love with an Echo

avatar
Messages : 409
Réputation : 2
Date d'inscription : 22/10/2013
Age : 17
Localisation : Menant une grande bataille pour son âme soeur
Autres Comptes : Chara Levareeds, Marth Lowell

Informations du personnage
Âge: 14
Alignement: Resistance
Equipe Pokémon:

MessageSujet: Re: "La famille !... Impossible de vivre avec, et impossible de naître sans." [PV : Ludwig et Pearl Von Wittelsbach] Mar 7 Juil - 21:05

L'occasion semblait importante... Tout le monde était réuni dans le hall, ce qui était assez exceptionnel en ce moment. Avec Sylvia en voyage pour parachever sa collection de pokémons, Ludwig et Pearl coordinateurs, tandis que Eleonora avait des envies d'acquérir le titre de Champion,  Hiverne trop occupée à endosser le rôle de l'aîné de la famille, et les deux grands frères occupés à... de vagues travaux dont le jeune garçon n'avait pas la connaissance ni la curiosité de demander, mais il était sûr que cela devait être très important. Il se sentait concerné par la discussion qui allait suivre, cependant il trouvait cela étonnant qu'on voulut consulter toute la famille pour une prise de décision importante puisque, les « petits » de la fratrie n'étaient pas très apte à juger. Assis à côté de sa jumelle et de ses deux plus chères sœurs, il se demandait avec impatience ce qui allait suivre en ouvrant grand ses oreilles tout en étant stupéfait...

Depuis que Eleonora eut été introduite à la famille grâce à son jumeau, tout se passa très vite. Lui, heureux d'avoir une famille encore plus grande et une nouvelle amie, l'accueillit chaleureusement. N'ayant pas grandit auprès d'elle depuis sa plus jeune enfance comme il l'aurait voulu, il ne la voyait pas plus comme une sœur qu'une amie proche. Cependant, il notait quelques ressemblances dans leurs goût et caractères... Bien qu'elle ait une force de caractère plus proche de celle d'Hiverne, sûrement du au fait qu'elle était fille unique d'une riche famille, celle-ci semblait aussi cultiver l'art de la musique et des pokémons. D'ailleurs il aurait sûrement à discuter avec ses parents de la décision qu'ils ont prise il y a 14 ans, non qu'il contestait, mais qu'il ne comprenait simplement pas...  

A présent elle était la plus jeune de la famille avec son frère, elle qui avait toujours rêvée d'être dans une grande famille. Elle n'était pas déçue, mais les réunions d'apparence très strictes et conventionnelles de ce foyer ne semblaient pas correspondre aux idées de ce qu'elle se faisait de la convivialité et de la chaleur d'une famille. Elle devait être arrivée trop tard. Elle voyait les plus grands de la famille dans la salle. Elle leur avait parlé, ils étaient tous très gentils et agissaient envers elle comme de vrais frères depuis son arrivée dans la maison, et elle les aimait ! Mais comment laisser de côté 14 ans de perdus ? Elle se sentait un peu comme la nouvelle dans une classe en fin de cycle, alors que tous ses autres camarades se connaissent depuis leur arrivée et on déjà tellement vécu ensemble... Elle ne pourrait jamais les connaître aussi intimement que lui. La jeune fille baissa la tête, regardant le sol avec des yeux tristes à cette pensée .

Ludwig croisa son regard avec le sien en lui souriant innocemment.


« Hey ! Ca va aller, panique pas. »  


Elle lui sourit en retour, touchée par le geste mais pas consolée. Il ne peut pas comprendre de toute façon.

Tous les acteurs principaux de la pièce faisaient tour à tour leur entrée sur la scène. Hiverne se tenait au centre tandis que tous les autres attendaient sa déclaration.


 « Bon… Je vais faire court. Nous voilà des résistants. Tous. Contre les Teams, qui reprennent de la puissance. »

Tous ? Ca veut dire... Même Sylvia et Pearl, même Ludwig, même... Négapi ? Immédiatement, le jeune blond se remémora les événements des batailles où il était présent. C'est vrai qu'il n'en avait pas beaucoup parlé à son retour, et il était déjà à sa manière, un peu déjà un résistant. Il avait vu son seul ami (humain, rassure toi Négapi ) mourir sous ses yeux et l’œuf qu'il avait reçu de lui était son seul souvenir. Il avait porté Laure à demi inconsciente jusqu'au bateau qui les ramènerait chez eux et a veillé sur elle jusqu'à ce qu'elle aille mieux. Et maintenant, elle est saine et sauve. Mais à quel prix ! Qui sont les vrais responsables au final ? Si Laure fut éventuellement blessée et Richard mort, c'est à cause de cette stupide bataille. Et qui est la cause de cette bataille ? Les teams et leurs folles lubies... Non seulement Ludwig leur faisait endosser la responsabilité de toutes ces vies détruites lors de la bataille, mais aussi ailleurs. Laure, sans leur existence, aurait sûrement mieux profité de la vie, comme une enfant innocente.

Ces pensées l'enrageaient à l'intérieur. Parce qu'ils avaient complètement gâché la vie des gens auxquels ils tenaient. Alors la déclaration d'Hiverne l'enchantait ! Si lui s'y mettait, pourquoi pas toute la famille, avec lui, pour l'aider dans sa quête ? Il tenta de se raisonner vite. Ludwig n'avait pas soif de vengeance, étant quelqu'un de pacifiste. Il ne savait pas comment Hiverne comptait s'y prendre pour résister. Lui était convaincu que le simple fait de les savoir hors état de nuire, dans une prison lui suffirait à savoir ses proches en sécurité. Pas besoin d'aller plus loin, ni de faire la chasse aux sorcières. Surtout qu'il se doutait bien que ces têtes devaient être recherchées par les autorités... D'où sa pleine confiance en son parti. Ils ne pouvaient que gagner. Après avoir entendu les contestations méprisantes à voix basse de quelques uns, il dit d'un ton déterminé et résigné, à sa grande surprise.


« Moi j'te suis, Hiverne ! Je comprends pas vos réactions vous autres, vous devriez tous être d'accord ! »


C'est vrai que Ludwig était plus proche du monde « extérieur » que ce que son rang pouvait laisser croire. Complètement immergé, il s'était donc bien rendu compte que le rang social n'est qu'une illusion, pas une réelle protection. C'est même plus une source d'ennuis... Que faire si, l'une des teams complètement affaiblies voulaient récupérer de l'argent et prenaient l'un deux en otage pour obtenir une rançon ? Est-ce que Mère finirait par comprendre éventuellement ?

Eleonora avait écouté sans ouvrir la bouche. N'importe quelle décision lui aurait convenu, de toute façon, elle n'était pas soucieuse des précédents évènements. Si la famille se disait résistante, elle pourrait au moins donner un semblant d'activité, mais sans se préoccuper vraiment des autres. La vie politique mondiale et de la famille ne l'empêcherait pas de disputer des combats ou de regarder la télévision quand elle le veut... Elle se sentait un peu en accord avec tout le monde, sans prise de position. Elle se contenta alors d'un haussement de sourcil en voyant que ce sujet pouvait mener à des querelles.


« Vous avez des questions ? N'hésitez pas. »

Ludwig remua la tête en signe de négation tandis que sa jumelle restait sans expression. Il pouvait suivre Hiverne aveuglément sans savoir où elle pourrait le mener. Rien que le fait de savoir qu'elle était de son côté lui suffisait à lui être pleinement obéissant.

.:-------------------------:.

Revenir en haut Aller en bas
 

"La famille !... Impossible de vivre avec, et impossible de naître sans." [PV : Ludwig et Pearl Von Wittelsbach]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pokemon Legends : Rebirth - Forum rpg :: Le Pokémonde :: Hoenn :: Atalanopolis-