Le forum a ouvert son wikia ! Cliquez ici pour y contribuer !
Annonce aux joueurs débutants : Vous êtes perdus ? Cliquez ici pour avoir plus d'informations !
Nouveau thème, nouveau contexte ! Important : Venez vous faire recenser ici !
Derniers sujets
» Tsuki's World
Hier à 12:32 par Invité

» Here We Go
Jeu 16 Mar - 9:36 par Invité

» Pokémon d'Antan
Mar 14 Mar - 16:58 par Invité

» Pokemon Community
Sam 4 Mar - 10:25 par Invité

» Master Poké
Mar 28 Fév - 23:35 par Invité

» Final Fantasy Rebirth
Sam 25 Fév - 8:04 par Invité

» Rencontre improbable entre deux étoiles (PV Eric)
Dim 19 Fév - 21:10 par Eric Lencher

» Absences de l'illusionniste
Dim 12 Fév - 10:57 par Zoroark

» Réinvente la Destinée
Mar 7 Fév - 14:10 par Invité


Partagez | .

"L'Honneur, c'est quand on sait souffrir en silence !" [PV : Luga Stark]

Sylvia Von Wittelsbach


avatar
Messages : 134
Réputation : 10
Date d'inscription : 23/10/2013
Autres Comptes : Laure Dexila-Juan Da Ponte-Aria Cantore-Andea-Capaldi-Archibald Park

Informations du personnage
Âge: 15
Alignement: Neutre/Civil
Equipe Pokémon:

MessageSujet: "L'Honneur, c'est quand on sait souffrir en silence !" [PV : Luga Stark] Dim 7 Juin - 8:48

« Aieaieaieaieaiaieaieaieaie... »

Quel plainte… Visiblement, quelqu'un souffrait… Mais qui ! C'était une bonne question. Si vous regardez à votre gauche, vous verrez, mais tentons de devinez… La plainte venait comme ça d'une salle de repos de l'hôpital à Hoenn, à Atalanopolis. Atalanopolis… C'était une belle ville ! Dommage que peu de gens avaient décidé de s'y installer ! C'était pourtant un beau coin ! Et c'était la ville des Von Wittelsbach, avant tout. Mais bref, donc, cette plainte venait donc de cette endroit… Mmh… C'est bien beau, mais cela ne nous dis pas qui s'était… Donc continuons. La plainte n'était pas une plainte d'un adulte. C'était un gémissement dont on pouvait entendre les larmes qui l'accompagnaient… La personne devait souffrir pas mal… En écoutant bien, ce qui nous ferait presque passer pour un gros vicieux sadique, aimant écouter des gens souffrir, on sentait que c'était une plainte féminine. Donc, une plainte de jeune fille d'Atalanopolis… Et bien… On pouvait dire qu'en étudiant un simple gémissement, on pouvait apprendre plein de chose ! Et voilà mes amis, comment on décrit quelque chose. C'est pas si dur !

« J'ai mal... »

Bingo ! Si vous avez deviné que c'était Sylvia Von Wittelsbach, félicitation, vous gagnez un formidable cookie ! Enfin, si vous l'avez deviné avec le texte. Car si vous avez regardé à gauche de l'écran, c'est beaucoup trop simple ! Mais bref… Donc, notre jeune collectionneuse était bien celle qui était entrain de gémir de douleur dans une des salles de repos de l'hôpital d'Atalanopolis. Cette hôpital était un fleuron de la médecine moderne, aussi bien pour les Pokémons que pour les humains. Alors que son rez-de-chaussé, ou premier étage pour nos ami belges, était un « simple » centre Pokémon, les caves et les étages étaient des florilèges de machines et de prodiges médicales pour aider les jeunes dresseurs, et les Pokémons qui étaient victimes de blessures et maladies plus graves… Des centres de recherches, des chercheurs, des étudiants, des médecins… Tout le monde travaillait ici pour aider les Pokémons et les humains à préserver ou garder leur santé intacte ! Si ce n'était pas beau ? Fleuron de la médecine moderne, les Von Wittelsbach avaient beaucoup travaillés à aider et faire en sorte que ce joyau puisse ouvrir ses portes à Atalanopolis…

Mais qu'arrivait-il à la jeune collectionneuse, la fameuse « Red de la capture », comme elle aimait tant s'appeler ? Elle avait quelque chose de malheureusement courant, et très classique pour les gens qui avaient perdu l'usage de membre : Une douleur fantôme… Mais qu'est-ce que c'est ? Non, ce n'est pas quand un fantôme vous donne un grand coup de pieds dans le crane (même si cela serait extrêmement rigolo), mais quand notre cerveau se rendait compte qu'il y avait un problème : Touchant les amputés, et les personnes paraplégiques, notre cerveau s'interrogent, suite à un stress, une chute, ou n'importe quoi, sur la raison pourquoi les nerfs n'arrivent pas à trouver le membre manquant. Celui-ci, s'affole alors très vite, et envoie des tonnes de signaux pour mettre en garde le corps sur une anomalie. Et vous savez donc que des signaux du cerveau, quand il est affolé… Ca fait mal. Très mal. Et là, c'était ce qui était entrain d'arriver à la pauvre Sylvia Von Wittelsbach, son cerveau s'affolait sur l'absence de ses deux jambes…

Le médecin des Von Wittelsbach étant exceptionnellement absent, ils sont toujours absent quand on a besoin d'eux, avait pensé Sylvia, la jeune demoiselle avait été amené par l'une de ses serviteurs jusqu'à l'hopital d'Atalanopolis. Ce genre d'évènement, donc, pouvez ainsi arriver même des années après l'amputation, ou la perte de ses membres, montrant son côté extrêmement aléatoire… Et pour quelqu'un de douillette, en plus, comme Sylvia Von Wittelsbach… Et bien, ça faisait vraiment très mal pour elle. Elle souffrait pas mal, et tenait ses cuisses, le mieux qu'elle pouvait faire… Pourquoi ?! Pourquoi elle devait encore soufrir de ses maudites jambes ! Deux pauvres sacs de feuilles mortes, comme j'aimais les comparer. Non seulement elles n'étaient plus utiles, mais en plus, elle la faisait souffrir particulièrement. Parfois, elle se demandait si elle n'avait pas fait quelque chose, sans le savoir, à la déesse romaine de la chance, Fortuna (l'une des rares déesses que les Romains n'ont pas piqué à quelqu'un, d'ailleurs, elle est exclusivement latine), car là… Sa chance était sans doute négative.


« *snif* »

Pauvre Sylvia… Elle avait beau être une peste (d'ailleurs, elle avait demandé que personne ne la rejoigne dans la chambre), on ne pouvait que se sentir concerné, quand elle souffrait comme ça… Elle tenait désespérément l'une de ses jambes, tentant de calmer la douleur fantôme, mais malheureusement, le médecin l'avait bien expliqué : Cette douleur était psychologique. Elle devait se reposer, c'était tout. Mais comment se reposer quand une jambe nous faisait souffrir le martyr… La douleur reprit soudainement, et la paralysa, la faisait couïner de douleur… Outch. Quand soudainement, la porte s'ouvrit. Qui s'était ? Un médecin était entrain d'entrer, accompagnant une jeune demoiselle, un peu plus jeune que Sylvia, vers un lit. Sylvia regarda, étonnée. Elle avait demandé que personne d'autre entre ! Mais ! Le scientifique avait aussi des seringues, et ça, c'était sans doute pour elle… Mais quand même ! Pourquoi quelqu'un ! Ce n'était pas compliqué : L'hôpital avait d'autres personnes à soigner que Sylvia, et s'il fallait un lit pour cette autre demoiselle, les caprices de Sylvia n'apporterait rien !

.:-------------------------:.
"Quand je suis atterré, à genoux, sans force, je me rappelle que je suis une Von Wittelsbach, et que c'est dans l'honneur que ma famille survit."
Sylvia's Thème
Revenir en haut Aller en bas
Luga Stark


avatar
Messages : 140
Réputation : 1
Date d'inscription : 25/10/2013
Age : 28
Autres Comptes : Riku (resistant/dresseur) , Charizard (pokémon obscur) , Eric Lencher (Rocket)

Informations du personnage
Âge: 13 ans
Alignement: Neutre/Civil
Equipe Pokémon:

MessageSujet: Re: "L'Honneur, c'est quand on sait souffrir en silence !" [PV : Luga Stark] Dim 7 Juin - 10:09

Qui a t'il de pire qu'un orphelinat?L’école,le collège ou le lycée?Bon ok la liste risquerait d'être longue au bout d'un moment mais dans le cas présent c'était l’hôpital,cette endroit merveilleux ou vous venait vous faire soigner de quelque chose pour en ressortir avec une pathologie donc vous vous seriez bien passé.Bref outre ce vilain cliché,c'était donc la que Luga Stark c'était a nouveau retrouvé.En effet si la jeune fille avait accepté de se faire soigner même si au final il n'y avait strictement rien a faire vu qu'une guérison pour son coeur était impossible,les soins qu'elle avait accepté de prendre avait aussi dans le lot un passage régulier a l’hôpital d'Atalanopolis.La grande question était peut être de savoir comment une gamine comme elle pouvait avoir le droit d’accéder a la médecine moderne mais l'explication était simple car si elle ne pourrait plus jamais récupérer l'héritage familial que ces vautours des affaires c'étaient fait un plaisir de lui voler purement et simplement avec toutes les arnaques possibles du coté juridique,il y avait tout de même eu une exigence de mis en place qui avait comme effet que la jeune fille devait avoir un accès facile a tout ce donc elle aurait besoin pour rester en vie tant qu'elle ne serait pas majeur ou tant qu'elle n'aurait pas trouvé un tuteur légal en dehors de l'orphelinat,dans le cas contraire tout ces vautours des affaires se retrouveraient obligés de lui rendre tout les biens familiaux,autant dire que même si Luga allait finalement coûté cher a cette bande de voleurs,ces derniers préféraient encore devoir s'acquitter de cette exigence plutôt que de tout rendre même si l'idée d'être obligé de verser de l'argent a la fillette devait leur faire grincer les dents.

Bref malgré qu'elle avait horreur des milieux hospitaliers,Luga avait donc était escorté jusqu'a une chambre ou se trouvait déjà une personne qui était elle aussi handicapé et pour le coup on pouvait difficilement ne pas y faire attention car pour le coup c'était sans doute le genre de chose qui avait le don de sauter aux yeux de n'importe qui.
"Désolé mademoiselle Von Willelsbach,en raison du manque de place nous sommes obligés de réquisitionner un lit pour cette jeune fille,vous allez quand même avoir de la compagnie"
Vu ce que disait l’infirmière,il était clair pour Luga que cette Wittelsbach n'avait pas l'air d'être heureuse d'avoir de la compagnie et quand quelqu'un a mal,c'est sans doute encore plus "agréable"...ouais bah la jeune fille aux cheveux blancs non plus n'était pas ravie d'être dans cette endroit car des fois les hôpitaux,c'est parfois comme chez les dentistes : vous avez pas trop mal quand vous y entrez et vous en ressortez parfois avec un mal de chien,mal nécessaire peut être mais douloureux quand même et en plus elle n'avait même pas le droit de faire sortir au moins un de ses pokémons pour lui tenir compagnie.En effet Luga n'avait rien contre l'idée de prendre des médicaments mais le pire était surement les intraveineuses,si si le fait qu'on vous place une aiguille dans une veine du bras de façon si douloureuse que vous avez envie d'insulter l’infirmière de tout les noms sous le coup de la douleur.Laissant l’infirmière entrain d’ausculter son coeur,la fillette s'attendait déjà a des reproches et en effet ca ne tarda pas.
"Mademoiselle Stark,vous n'êtes vraiment pas sérieuse.Quand on vous dit d'éviter le stress et de voyager trop,ce n'est pas pour rien.Vous n'allez jamais guérir si cela continue"
Eh oui,c'était justement ca le problème et a moins qu'une nouvelle version du docteur Frankenstein ne colle un nouveau coeur dans la poitrine,elle ne guérirait jamais de son handicap et elle se doutait aussi qu'une opération de ce genre n'allait sans doute pas lui arriver déjà parcequ'il n'était pas dit qu'elle y survivrait et puis elle ne se faisait pas d'illusion,les "responsables" de la jeune fille n'accepterait jamais de payer pour une opération aussi coûteuse donc la réussite n'était pas garantie a 100%.Bref regardant l’infirmière s'en aller pour sans doute aller cherché encore une nouvelle "torture" a lui faire subir,Luga porta son attention sur sa voisine de chambre en soupirant un peu en pensant au parole de l’infirmière.
"Ces médecins....ils me font des reproches car j'aime voyager mais il serait temps qu'ils comprennent que ce que j'ai,ils peuvent pas m'en soigner"
Si encore c'était une maladie qu'elle avait,il y aurait peut être un espoir mais dans le cas présent,le coeur de Luga avait tout simplement eu des dégâts a cause de la lourde décharge électrique qui lui avait parcouru le coeur quand cette bande de limondes l'avaient attaqué et le résultat faisait qu'aucune guérison n'était possible,les soins médicaux ne pouvant que stabiliser le problème mais bon entre le choix de passer 20 ans clouée dans un lit avec une collection de machines pour la maintenir en vie et l’éventualité de passer une durée indéterminée a survivre dans la nature si on peut dire a pouvoir voyager et rencontrer des gens,le choix pour Luga était plus que rapide,d'autant plus que même si elle venait a accepter la première option,elle savait pertinemment que personne ne se déplacerait pour elle et c'était le genre de vie qu'elle ne voulait tout simplement pas.
Revenir en haut Aller en bas
Sylvia Von Wittelsbach


avatar
Messages : 134
Réputation : 10
Date d'inscription : 23/10/2013
Autres Comptes : Laure Dexila-Juan Da Ponte-Aria Cantore-Andea-Capaldi-Archibald Park

Informations du personnage
Âge: 15
Alignement: Neutre/Civil
Equipe Pokémon:

MessageSujet: Re: "L'Honneur, c'est quand on sait souffrir en silence !" [PV : Luga Stark] Dim 7 Juin - 12:07

Quelqu'un… Alors qu'elle était entrain d'avoir mal… Elle détestait ça. Elle avait l'air faible, elle avait l'air d'une pauvre enfant qui souffrait… Ce qu'elle était… Mais elle était une Von Wittelsbach ! Elle n'avait pas le droit de le montrer, comme ça ! Elle devait toujours faire bonne figure ! Et là… Dans cette situation… bah… C'était pas trop possible d'avoir la classe. Sylvia détestait avoir l'air faible. Elle devait être une Von Wittelsbach ! Elle devait être forte ! Tss… Stupides jambes ! Stupide douleur ! Stupide ! Stupide ! Stupide ! Elle en avait vraiment marre… Et maintenant, quelqu'un pouvait admirer sa situation. Tss… Elle devait rester noble. Elle devait rester noble. Pour les Von Wittelsbach ! Pour sa famille ! Devant n'importe qui d'autres que sa famille, elle devait toujours être la jeune demoiselle, forte et raffinée, qui représentait sa famille. Même quand cette douleur lanscinante, dévasatant ses membres non relié par les nerfs à son cerveau, la faisait souffrir le martyr, en grande partie car notre demoiselle était très douillette ! M'enfin bon… Finalement, l'infirmière qui était entrée avec la jeune demoiselle un peu plus jeune qu'elle, déclara à l'héritière des Von Wittelsbach :

"Désolé mademoiselle Von Willelsbach,en raison du manque de place nous sommes obligés de réquisitionner un lit pour cette jeune fille,vous allez quand même avoir de la compagnie"

Elle se contenta de grimacer. En temps normal, elle aurait piquer tout un scandale… Mais là… Bah… Elle était trop endolorie par tout ça… Mais bon, cela ne voulait pas dire qu'elle était spécialement contente que quelqu'un s'installe à coté elle dans la chambre ! Absolument pas ! Mais bon, elle devait quand même reconnaître qu'elles n'étaient pas dans un hôtel, toutes les deux, donc, elles n'avaient pas à choisir comme ça, si elles seraient toutes seules ou pas. Avec les maladies infectueuses, et les choses du genre… Bah… On avait pas trop le choix niveau de la place. Quelqu'un qui avait la gâle ne pouvait pas cohabiter avec quelqu'un ayant une jambe cassé. Non seulement, cela rendrait la vie insupportable au pauvres infirmières, qui devaient déjà courir partout, mais alors, si les différents malades sont même pas regroupés… Mais en plus, le fameux mec à la jambe cassé, avec une maladie aussi contagieuse qu'était la gâle, il aurait très vite besoin d'un nouveau traitement, tout d'un coup… Celui pour la gâle ! Donc, ouais, si tu vas à l'hopital pour avoir de nouvelles maladies… Ca vaux pas trop le coup si tu veux mon avis. Ca deviendrait très vite juste totalement ingérable… Donc, de toute façon, Sylvia n'avait pas d'autres choix, elle était bien obligé de se plier.

"Mademoiselle Stark,vous n'êtes vraiment pas sérieuse.Quand on vous dit d'éviter le stress et de voyager trop,ce n'est pas pour rien.Vous n'allez jamais guérir si cela continue"

L'infirmière s'occupa alors de la mademoiselle Stark… Notre Sylvia nationale pensa tout de suite que comme elle, c'était malheureux de se trouver ici à leur âge. Depuis que Laure avait mit la mode des malades gamines en même temps… NON PAS TAPER ! HUMOUR ! POSE CE FLINGUE ! POSE CE FLINGUE J'AI DIS ! Elle s'occupa pendant un moment donc de la jeune Luga, bien que Sylvia ne connaissait pour le moment que son nom de famille, ce qui titillait la curiosité de Sylvia. Malheureusement, le corps de la jeune Luga était bien caché par l'imposante infirmière, et Sylvia, ayant ses deux jambes aussi paralysée qu'un sac de pomme de terre jeté dans l'espace, ne put pas voir grand-chose de la situation. Bon, après, la jeune demoiselle aux cheveux roses étaient curieuse, mais cela ne voulait pas dire qu'elle était assoifée de savoir ce qui se passait pour la pauvre Luega. Elle savait qu'elle aussi, souffrait de nombreux problèmes médicaux… Donc… C'était relativement facile de savoir.

L'infirmière, tout d'un coup, arrêta de s'occuper de la Mademoiselle Stark, et se tourna vers Sylvia. Comprenant ce qui lui arrivait, elle s'approcha de la jeune demoiselle, et appuyant légèrement sur la poitrine de celle-ci, lui conseilla de se réallonger sur le lit, au lieu de rester assisse, dos au dossier de la chaise. Elle remarqua alors que les souffrances fantômes de la pauvre jeune fille ne semblait guère s'arrêter. Elle lui injescta alors un peu de solution aqueuse, et partit, en expliquant à Sylvia que c'était pour la soigner. Bien entendu, c'était un placébo, cela ne ferait rien… Mais comme ce genre de douleur était des douleurs psychologiques, peut-être que justement, un placébo pourrait l'aider… L'infirmière en avait malheureusement aucune idée, et souvent, il fallait juste attendre, voir la restraindre si la douleur devenait trop importante.

"Ces médecins....ils me font des reproches car j'aime voyager mais il serait temps qu'ils comprennent que ce que j'ai,ils peuvent pas m'en soigner"

« Tss... »


Sylvia poussa un fort soupir, juste après… Donc, elle était cardiaque ? Cela semblait être ça. Pour reprendre ce que je disais plus haut, cela surprenait la collectionneuse de Pokémon. Pourquoi faire cohabiter une cardiaque et une paraplégique en proie à des crises de douleurs fantômes ? Et bien, elle compris quand elle vit un défibrilateur, placé sur le mur. Ah d'accord… C'était sans doute pour ça. Si elle nous faisait un arrêt cardiaque, elle pourrait être éventuellement réani… Attendez ! Pourquoi elle pensait cela ? Non ! Faut pas penser à ça ! Ca porte malheur !! Mais en tout cas, elle déclara d'une voix se voulant noble, classe, à la jeune Luga, pour lui faire comprendre, voir pour l'éduquer un minimum :

« Ca ne sert à rien de se plaindre. Ils font leur métier. »

Totalement. Après tout, Sylvia avait du respect pour les médecins et ceux qui soignaient. S'ils n'étaient pas là, elle serait morte, gisant dans une marre de sang, dans un coin de l'île Pokérassique. Donc… Elle grimaça. Malgré le sédatif, la douleur fantôme refusait de partir, et la faisait souffrir le martyr. Ah… Pauvre d'elle… Mais elle tentait de rester noble. Moins de gémissement, et surtout, elle s'allongea bien sur le lit, laissant ses mains loins de ses deux jambes qui elle, n'avaient point bouger d'un pouce, logique, vu que le cerveau n'avait plus aucune emprise, plus aucun contrôle sur cette partie du corps de la jeune demoiselle. En tout cas, elle avait mal. Elle espérait que Luga ne le remarquait pas, où qu'elle ne souffrait pas… Bien que la mademoiselle Stark était sans doute une fillette bas dans l'échelle sociale, le fait qu'elle avait des problèmes de santé comme elle, faisait que ntore collectionneuse ne pouvait pas s'empêcher de ressentir au moins un peu d'affection pour elle… C'était inévitable. Maintenant, fallait voir ce qu'allait faire la jeune Luga Stark… allait-elle avoir de l'affection aussi pour cette petite collectionneuse pimbèche ?

.:-------------------------:.
"Quand je suis atterré, à genoux, sans force, je me rappelle que je suis une Von Wittelsbach, et que c'est dans l'honneur que ma famille survit."
Sylvia's Thème
Revenir en haut Aller en bas
Luga Stark


avatar
Messages : 140
Réputation : 1
Date d'inscription : 25/10/2013
Age : 28
Autres Comptes : Riku (resistant/dresseur) , Charizard (pokémon obscur) , Eric Lencher (Rocket)

Informations du personnage
Âge: 13 ans
Alignement: Neutre/Civil
Equipe Pokémon:

MessageSujet: Re: "L'Honneur, c'est quand on sait souffrir en silence !" [PV : Luga Stark] Dim 7 Juin - 12:50

En voyant l’infirmière faire une injection a la Wittelsbach,Luga ne put s’empêcher d'avoir de la compassion pour elle car elle même avait une sainte horreur des aiguilles mais d'un autre coté vous en connaissez beaucoup des enfants qui aiment ca?....eh bah pas moi en tout cas.Bref la fillette essayait de se rappeler ou elle avait put entendre le nom de sa voisine de chambre dans le passé et au bout d'un moment elle fini par se souvenir qu'il s'agissait d'une famille très riche,sans doute la plus riche de Hoenn tout comme la famille Stark l'avait était a son age d'or mais si a l'heure actuel celle des Wittelsbach n'avait pas chuté,celle des Stark avait était éparpillés et sans doute dilapidé avec le temps depuis que les parents de Luga avaient disparu en mer si bien que si le nom des Stark avait était connu a travers Hoenn dans le passé,a présent il devait a peine être visible sur une éventuel pierre commémorative pour ce souvenir de ceux qui avaient perdu la vie pendant la dernière colère des titans.Bref maintenant que l’infirmière était partie,la miss Wittelsbach se mit a lui adresser la parole comme si elle voulait lui faire comprendre que ca ne sert a rien de se plaindre,disant que les médecin faisaient juste leurs boulots mais dans le cas de Luga et Sylvia,que pouvaient ils faire de plus?Avaient ils le pouvoir de redonner a Sylvia l'usage de ses jambes?Pouvaient ils faire en sorte que le coeur de Luga soit a nouveau comme avant l'accident?Non rien de tout cela et c'était quelque chose auquel Luga c'était depuis fait a l'idée que tout le cinéma des médecins ne servait tout compte fait pas a grand chose.On pouvait dans un sens comparer cela a une personne atteint du syndrome d'Asperger a qui on lui demande bêtement si elle prend des médicaments pour se soigner alors qu'il n'y a rien a soigner du tout étant donner qu'il ne s'agit pas d'une maladie.
"Je ne me plaint pas,je sais très bien ce que j'ai et je l'accepte.J'ai juste dut mal a comprendre pourquoi ils disent encore qu'ils vont me soigner alors qu'ils savent très bien que c'est faux"
C'était sans doute dégueulasse dit de cette façon mais Luga savait très bien qu'elle était foutue dans un sens avec ses problèmes cardiaques mais si les médecins pensaient lui faire du bien,dans ce cas ils se trompaient car moralement ils ne lui faisaient aucun bien,ses pokémons en revanche lui faisait du bien et elle savait que sans eux,elle aurait sans doute finie par arrêter de se battre pour rester en vie,par ailleurs elle imaginait bien que sa mort fairait des heureux parmi ceux qui étaient obligés juridiquement de lui verser de l'argent régulièrement même si ca ne serait jamais comparable a ce qu'on lui avait pris en comparaison.Continuant de regarder Sylvia,elle se rendait compte que les deux filles avaient tout de mêmes plusieurs points communs car toutes les deux avaient un handicap qui devaient leur pourrir par moment la vie et qui les faisaient souffrir quand une crise avait le don de se faire connaitre,la seul différence étant que Sylvia souffrait le martyr et que pour Luga elle pouvait tout simplement y rester si elle ne recevait pas une décharge dans la poitrine pour stimuler son coeur.
"Au fait....ca vous ai arrivé comment?Es que c'est aussi a cause d'un pokémon?"
Revenir en haut Aller en bas
Sylvia Von Wittelsbach


avatar
Messages : 134
Réputation : 10
Date d'inscription : 23/10/2013
Autres Comptes : Laure Dexila-Juan Da Ponte-Aria Cantore-Andea-Capaldi-Archibald Park

Informations du personnage
Âge: 15
Alignement: Neutre/Civil
Equipe Pokémon:

MessageSujet: Re: "L'Honneur, c'est quand on sait souffrir en silence !" [PV : Luga Stark] Dim 7 Juin - 18:34

Les voilà maintenant seules… Sylvia savait que maintenant, il était peu probable qu'elles échappent à la discussion. La douleur était encore trop présente dans ses jambes pour qu'elle puisse faire croire qu'elle dorme. La douleur de toute façon, ferait que c'est pas crédible qu'elle dorme : On ne gémissait pas en dormant. Désolé ! Donc, il ne restait que plusieurs solutions à faire. Soit, rester à rien faire, rien dire, et regarder le plafond, soit alors, tenter d'engager la discussion… Donc bon… Comme de toute façon, elle l'avait lancé… Bah… Elle pouvait plus y échapper… Tss… Elle aurait peut-être dut se taire. Elle n'avait pas envie d'écouter une gamine pleurnicharde. Elle était persuadé qu'elle n'avait presque rien enfaîte… Sacré Sylvia ! C'était plutôt l'inverse, elle, elle n'avait presque rien du tout, tandis qu'en comparaison, la fameuse Luga avait quannd même quelque chose de beaucoup plus grave… Mais pour le moment, Sylvia ne connaissait en rien ce qu'avait la fameuse demoiselle aux cheveux blanc, installée sur le lit à ses côté !

"Je ne me plaint pas,je sais très bien ce que j'ai et je l'accepte.J'ai juste dut mal a comprendre pourquoi ils disent encore qu'ils vont me soigner alors qu'ils savent très bien que c'est faux"

« Je... »

Elle fut bloqué a un moment… Premièrement, un pique de douleur la toucha, la faisant gémir, et attrapé sa jambe, mais secondement… Elle se rendait compte à quel point la pauvre Luga, bien qu'elle ne connaissait toujours pas son prénom, souffrait. Quel horreur. Se savoir condamné, à mort… Même si toute vie, finalement, n'avait aucune finalité, à part la Mort, rappelez vous du comte des Trois Frères dans Harry Potter et les Reliques de la Mort, et bien… En être conscient aussi jeune, et avoir l'épée de Damoclès de la maladie constamment au dessus de soi… Quel horreur. Elle arrivait pas à croire qu'on pouvait véritablement vivre comme cela… C'était vraiment atroce ! La pauvre ! Elle avait presque envie de la prendre dans ses bras, et lui dire que tout allait bien se passer… Mais comment dire cela ? Surtout quand c'était faux. Elle allait mourir. Oui, mourir jeune, et les hopitaux, les docteurs, tentaient de l'empêcher de vivre le peu de vie qui lui restait. Ca me rappelle Persona Q mais je peux pas en parler, car ça ferait un beaucoup trop gros spoil. Alors, pour éviter ça, Sylvia déclara :

« Je pense qu'il faut pas baisser les bras. »

Sylvia soupira alors. Elle n'avait pas envie de baisser les bras. Elle espérait constamment qu'un jours, ses parents, les recherches médicales, etc. trouveraient bien un moyens de lui redonner l'usage de ses deux jambes… Donc, elle ne voulait pas abandonner l'espoir. Et elle pense que Luga devait faire de même. Elle ne devait accepter la fatalité ! Comme dirait le mec le plus badass de l'Histoire du Jeu Vidéo, Dunban de Xenoblade Chronicles, le destin était notre choix ! De notre volonté ! Et donc, elle ne devait pas se laisser aller à la fatalité ! Non ! Jamais ! Elle devait espérer. Il y avait toujours de l'espoir disait un autre mec Badass de l'histoire du cinéma et de la littérature, cette fois, Aragorn de la ligné d'Isildur… Mais bref. Tout ça pour dire que notre collectionneuse de pokémon était toujours très optimiste sur son handicap. Elle savait que ce n'était que temporaire, et qu'un jour, elle retrouverait l'usage de ses jambes. Elle ne devait juste pas perdre espoir… Et pour Luga… Et bien c'était la même chose !

"Au fait....ca vous ai arrivé comment?Es que c'est aussi a cause d'un pokémon?"

Sur le coup, Sylvia fut stoppé, et hésita. Elle avait touché juste. Effectivement, c'était un Pokémon qui lui avait causé cela. Elle n'oublierai jamais… La lame qui s'enfonçait dans son dos. La souffrance qui touchait son corps, telle qu'elle n'avait même pas pu hurler. Non. La douleur avait été telle qu'elle avait été blanche. Souvent, quand on imagine des couleurs, pour la douleur, on imagine le rouge, ou le noir… Là, pour Sylvia, ça avait été blanc. Une douleur intense. Une douleur qui l'avait fait perdre tout d'un seul coup… Et enfin, une douleur qui l'aurait tuée, si elle n'avait pas été sauvé par Anariève… Incroyable… Elle devait avouer qu'elle ne savait pas trop quoi dire. Elle ne pouvait même plus décrire la douleur, l'évènement… Tout était flou dans sa tête… Et puis… Elle n'avait pas forcément envie de s'en souvenir. Si au contraire, elle pouvait tout oublier, oublier cette événement qui l'avait non seulement laissé pour toujours handicapée, mais en plus… Elle en était entièrement responsable. Donc… Que dire… ? Elle déclara, finalement à Luga, tranquillement et calmement.

« Je… Vous d'abord, si ça ne vous gène pas. »

Là, comme ça, elle choisirait si elle disait ce qui lui était arrivé ou pas… Comme la fameuse Luga semblait avoir subit la même chose qu'elle, enfin, une histoire similaire, la jeune demoiselle aux cheveux roses accepterait plus aisément de se confier, sans la peur d'être jugé sur l'échec. Après tout… Elle était la Red de la Capture. Celle qui avait été capable de capturer des tonnes, des tas de Pokémons… Et là, elle avait subit le pire échec de sa carrière. Et cette échec n'était pas un échec de télé réalité, donc échec qui n'avait strictement aucune importance. Non. L'échec avait finalement coûté à la jeune demoiselle toute sa mobilité. Elle en avait perdu énormément, juste à cause d'un simple echec… Depuis, elle avait appris, qu'elle devrait toujours maintenir ses arrières. Après tout, elle n'aurait pas été plus prudente, elle serait morte à l'heure qu'il est… Donc, elle n'avait qu'une seule et unique chose à faire : Elle devait maintenant écouter ce que Luga allait dire. Pourquoi un Pokémon aurait put causer des problèmes cardiaques ? C’était une très bonne question, que la collectionneuse allait sans doute bientôt connaître. Mais comme toujours… Chut ! C'est une autre histoire… !

.:-------------------------:.
"Quand je suis atterré, à genoux, sans force, je me rappelle que je suis une Von Wittelsbach, et que c'est dans l'honneur que ma famille survit."
Sylvia's Thème
Revenir en haut Aller en bas
Luga Stark


avatar
Messages : 140
Réputation : 1
Date d'inscription : 25/10/2013
Age : 28
Autres Comptes : Riku (resistant/dresseur) , Charizard (pokémon obscur) , Eric Lencher (Rocket)

Informations du personnage
Âge: 13 ans
Alignement: Neutre/Civil
Equipe Pokémon:

MessageSujet: Re: "L'Honneur, c'est quand on sait souffrir en silence !" [PV : Luga Stark] Dim 7 Juin - 20:12

Ne pas baisser les bras,oui on lui disait souvent cela et la plupart c'était surtout ses pokémons par le biai d'Absol et Yuna qui lui disaient le plus souvent car ceux de l'orphelinat et ces vautours des affaires,elle savait très bien que ceux la seraient ravis le jour ou ils apprendraient son décès,qui sait ceux qui lui avait voler tout bonnement tout les biens familiaux seraient même capable de danser le tango ou la macarena sur sa tombe....eh bien ils allaient devoir tous patienter car la jeune fille n'avait pas la moindre intention de se laisser dépérir en attendant que la mort veuille bien venir la chercher bien que dans un sens,Luga l'aura vu de très prés déjà dans le passé. Après il était facile pour Sylvia de dire de ne pas laisser tombé car cette dernière avait encore sa famille pour la soutenir en plus de ses pokémons mais Luga en revanche n'avait que ses pokémons justement,de la famille elle n'en avait plus du tout.
"C'est facile pour vous de dire ca,vous avez votre famille qui doit vous soutenir j'imagine,mes parents de la ou ils sont peut être a l'heure actuel....ils ne peuvent plus me soutenir même si ils en avaient envie. Malgré tout je doit dire que mes pokémons sont a l'heure actuel ceux qui me donnent envie de me battre et puis j'ai promis a ma Kirlia que je ne finirait pas comme son ancienne dresseuse"
Une promesse qui d'ailleurs serait peut être dur a tenir mais bon la jeune fille se disait que tant qu'elle aurait Lanturn a ses cotés pour stimuler son coeur a coup de décharge comme le fairait un défibrillateur,elle pouvait très bien tenir encore très longtemps.Consciente que Sylvia ne lui raconterait pas son histoire tant que Luga n'aurait pas raconté la sienne,la fillette consentit a tout lui raconter et puis de toute façon elle n'en éprouvait aucune honte particulière même si ce faire électrocuter par un pokémon aussi moche que limonde,c'était un peu honteux tout de même.
"Bien...pendant une sortie a la mer avec mes parents,un banc de limondes m'on attaqué avec plusieurs attaque tonnerre alors que j'était entrain de nager.A ce que j'ai appris plus tard,j'ai disparu en mer pendant trois jours avant qu'on me retrouve sur la plage avec ma Lanturn actuel a mes cotés.Quand j'ai était emmené a l’hôpital,les médecins on dit que la décharge qui m'a traversé le coeur aurait put me tué sur le coup et que j'avait de la chance d'être en vie.Malgré ca je reste fragile du coeur et encore plus quand j'ai des gros moments de stress mais quand une crise commence,Lanturn m’envoie une décharge dans la poitrine et mon coeur se stabilise a nouveau.Elle m'aura sauvé la vie pendant les trois jours ou j'ai était inconsciente en mer et elle me sauve la vie encore assez régulièrement"
Revenir en haut Aller en bas
Sylvia Von Wittelsbach


avatar
Messages : 134
Réputation : 10
Date d'inscription : 23/10/2013
Autres Comptes : Laure Dexila-Juan Da Ponte-Aria Cantore-Andea-Capaldi-Archibald Park

Informations du personnage
Âge: 15
Alignement: Neutre/Civil
Equipe Pokémon:

MessageSujet: Re: "L'Honneur, c'est quand on sait souffrir en silence !" [PV : Luga Stark] Ven 12 Juin - 19:30


Sylvia était une Von Wittelsbach. Elle était fière d'être une Von Wittelsbach… Mais elle devait reconnaître que Luga n'avait pas totalement tord… Même si elle était en fauteuil roulant… la jeune collectionneuse avait quand même eu l'énorme avantage, non négligeable, d'avoir sa famille. Non seulement ses derniers l'avaient aider, l'avaient supporter, l'avaient encouragé à continuer d'aller de l'avant… Mais en plus, la jeune collectionneuse avait eu ainsi un ascenseur pour accéder à sa chambre, avait des domestiques pour l'aider à s'habiller le matin… Non. On ne pouvait nier que notre Luga avait totalement raison : Sylvia était parfaitement placé pour dire qu'il ne fallait pas perdre espoir : Tout était desespèrement simple, pour elle, surtout en comparaison avec Luga, qui aviat du tellement brimé pour survivre, qu'on croirait littéralement un remake des malheurs de Sophie, ou un torrent de pessimisme… Ou un torrent des Malheur de Sophie, qui est du Pessimiste à l'état pur.

Donc, c'était le temps de l'histoire… La musique aidant, ce moment me rappelle beaucoup la discussion entre Riki, et Dunban, sur le bras gisant, dans Xenoblade Chronicles. Une petite merveille, ce jeu, d'ailleurs, si vous voulez mon avis. Mais bref… Sylvia écoutait l'histoire de la pauvre Luga, avait presque de l'horreur en tête… Mon dieu… Mais… Mais… Mais c'était horrible ! La pauvre Sylvia en avait presque mal au coeur. Quand elle pensait qu'elle voyait les Pokémons que comme des biblots de collection… Quoi ? Peut-être que notre Sylvia allait avoir une meilleur vision des Pokémons ? Et bien pas du tout. Car l'horreur de ce qu'elle venait d'entendre, faisait que notre jeune demoiselle aux cheveux roses, voyaient encore plus mal les Pokémons… Ils étaient dangereux, pour eux, les humains. Les Humains étaient quand même, aux yeux de Sylvia, l'espèce la plus importante du monde… Penser que des Pokémons étaient aussi puissant, et pouvaient réduir leur espérence de vie, comme ça, en un seul geste, en une seule attaque… On comprenait mieux l'inquiétude du prof Chen, quand on va dans les hautes herbes…

Sylvia, ainsi, en apprenant le passé de Luga, avait qu'une seule envie : Être une sorte de grande sœur pour cette pauvre Luga. Après tout, elle avait toujours été une petite sœur : Même si Ludwig était plus jeune qu'elle, elle avait remarqué que le brave jeune musicien de la famille des Von Wittelsbach restait, avant tout, plus mature qu'elle… Donc, elle avait toujours eu ce manque, sur le fait qu'elle était la petite sœur. Là, elle avait l'occassion d'avoir quelqu'un à protégé, à aider. C'était enfin quelqu'un qui pouvait la comprendre. Après tout… Au final… N'avait-elle pas eu presque la même histoire que la demoiselle aux cheveux roses, teinté artificiellement ? Si ! Totalement, notre jeune demoiselle aux cheveux blancs, et notre jeune demoiselle aux cheveux roses étaient très proche l'une de l'autre, bien que sur l'échéquier social, l'une était à l'inverse de l'autre… Cependant, la fauche de la maladie était, elle, intransigeante, et presque marxiste ! Elle s'en fichait des différences sociales, et frapper. Mais bref, assez de blabla, je pense que j'ai assez parlé comme ça. Il était temps à la Collectionneuse de prendre la parole :


« Je… Pense que ce n'est pas une question de famille. »

Quoi ?! Oh mon dieu ! Sylvia Von Wittelsbach devenait une rebelle ! Une vraie rebelle ! C'est… C'est… C'est incroyable ! Ca y est, notre chère demoiselle aux cheveux roses allait devenir une vraie anarchiste, elle allait fumer des joints, renier sa famille, devenir Punk… Quoi ? Ah, je m'emporte visiblement un peu trop ! Non. Ne vous inquiétez pas. Notre Sylvia Von Wittelsbach nationale n'allait pas devenir une vraie punk. Au contraire, même, cela était presque impossible pour elle qu'elle commence à écouter des Béruriers Noirs, et commencent à dire « F*CK THE SYSTEM, NO FUTURE ». Non, c'était quelque chose d'autre… Visiblement, notre Sylvia nationale avait envie de dire quelque chose… Quelque chose qui était enfoui en elle, depuis bien longtemps… Eh. Qui sait… Peut-être qu'en voulant aider notre chère Luga, Sylvia allait réussir à faire quelque chose qu'elle voulait depuis bien longtemps… S'aider elle-même. Ne disait-on pas : « Aide-toi, et le Ciel t'aidera ? » Peut-être qu'enfaîte, pour Sylvia, c'était « aide les autres, et enfin, tu t'aideras ». L'égoïsme de la jeune fille étaient-ils, enfin, entrain de s'ébrécher… ? Peut-être devait-on rester un peu pessimiste…

« J'ai toujours été une Von Wittelsbach. J'ai toujours été fière de ce que j'étais. Mais je pense que la force de vivre, la force de continuer a avancer… C'est dans nos désirs qu'on la puise. Quand je suis atterré, à genoux, sans force, je me rappelle que je suis un Von Wittelsbach, et c'est dans l'honneur que ma famille survit. Je veux les rendre fier. »

Tient, vous reconnaissez la phrase de la signature de Sylvia. Depuis le temps que je voulais la mettre en RP ! Mais bref… Les désirs… Sylvia ne les a sans doute pas lu, mais sa théorie vient des Rêveries d'un promeneur solitaire. Vous ne connaissez pas ce Roman ? Ce Roman, ou plutôt, cette autobiographie, a été écrite par le philosophe Jean-Jacques Rousseau, à ne pas confondre avec Jean-Jacques Goldman, qui portent le même nom, mais qui est plus jeune de Rousseau d'environ 300 ans, montre les pensées philosophique de l'auteur, et sa croisade contre « la Froide raison ». Pour lui, et Sylvia en était visiblement consciente et d'accord, ce n'était pas avec sa raison, son froid cerveau qu'on se laissait guider, mais avec son coeur… Si ce n'est pas beau ? En tout cas, c'est peut-être vrai… Il est pas faux de penser qu'en effet, bien souvent, les personnes sont guidés par leurs désirs, et ce sont ceux-ci qui permettent aux gens r'avancer, vers la suite… Dans le cas présent, Sylvia en était guidé, ce qui explique la suite de son discours :

« Tu veux continuer à vivre, Luga, c'est ça ? Pour tes Pokémons. Et pour toi. C'est pour ça que je ne perds pas espoir. Je serais une grande Collectionneuse de Pokémon. Je serais vraiment la Red de la Capture. Et là, on me verra comme je suis. C'est pour ça que je vais de l'avant, même sans mes jambes. »

C'était beau… Et tellement inattendu de la part de Sylvia ! Tout le monde connaissait la Sylvia insupportable, méchante, condescendante… Et là, elle était gentille, donnait des conseils, et voulait vraiment aider Luga… Alors que si ça se trouve, Luga était une moins que rien… D'ailleurs, elle l'était sans doute ! Enfin, d'un point de vue social, hein ! Pas une moins que rien tout court ! Elle était admirable, mais un peu trop pour être réaliste, elle ressemblait à toutes ses gamines qu'on trouve dans les romans pour enfants, qui sont capable de tout accepter, presque avec le sourire, alors que tout leur tombe dessus. Ca me rappelle un peu les Désastreuses Aventures des Orphelins Baudelaire. Déjà, quand ta famille se nomme comme le terrible Poète Baudelaire, connu pour ses spleens, et l'usage de sa poésie très sombre -il fut le traducteur d'Edgar Allan Poe, quand même-, tu sais que t'es pas dans la *erde. Mais bref, ils leur arrivaient toujours des ennuis, à ses pauvres gamins… C'est quand même incroyable, ça en devenait presque drôle. Mais bref, je cause, je cause, c'est tout ce que je sais faire… Laissons maintenant la parole à la brave Luga… Elle avait sans doute des trucs à répondre au long discours de notre collectionneuse aux cheveux roses…

.:-------------------------:.
"Quand je suis atterré, à genoux, sans force, je me rappelle que je suis une Von Wittelsbach, et que c'est dans l'honneur que ma famille survit."
Sylvia's Thème
Revenir en haut Aller en bas
Luga Stark


avatar
Messages : 140
Réputation : 1
Date d'inscription : 25/10/2013
Age : 28
Autres Comptes : Riku (resistant/dresseur) , Charizard (pokémon obscur) , Eric Lencher (Rocket)

Informations du personnage
Âge: 13 ans
Alignement: Neutre/Civil
Equipe Pokémon:

MessageSujet: Re: "L'Honneur, c'est quand on sait souffrir en silence !" [PV : Luga Stark] Sam 13 Juin - 8:18

Oulah il allait pleuvoir du chocolat et des magicarpes dorés....oui c'était une façon de parler pour faire comprendre que notre râleuse professionnel semblait devenir sage d'un coup mais passons ce hors sujet.Bref Luga écoutait toujours Sylvia qui disait que ne pas baisser les bras n'était pas une question de famille et c'était a la fois vrai et faux car si Luga n'avait plus ses parents,ses pokémons étaient vite devenu comme une nouvelle famille d'autant qu'avec Yuna et Absol,ces deux la pouvaient converser avec la fillette de façon télépathique ce qui était déjà pas mal mais bon comparé a ses défunts parents,ils ne pouvaient pas lui proposer un toit même si ca serait une nécessité comme lui avait dit Camilla quand Luga avait rencontrer la plasma au lac colère d'Acajou.
"Non mais ca peut aider parfois"
Pour le reste,Luga compris rapidement que Sylvia était très attachée son nom et ce qu'il symbolisait dans tout Hoenn,autrement dit une famille riche et surtout très puissante dans Hoenn.Bref la tétraplégique avait clairement le désirs de faire en sorte que sa famille soit fier d'elle et si Luga ne connaissait pas la facette chieuse de Sylvia,Luga pourrait clamer haut et fort qu'en ce moment la famille Wittelsbach avait de quoi être plus que fier de leur fille.
"Je sais que je te connait mal et je connait encore moins bien ta famille mais ce que je sais c'est qu'ils doivent déjà être fier de toi et si ce n'est pas encore le cas....bah ils le devraient"
Sincérité et peut aussi innocence,voila comment on pourrait détailler Luga car la fillette ne disait jamais ce genre de choses sans le penser vraiment mais quoi qu'il en soit elle allait garder les paroles de Sylvia en tête déjà parceque la tétraplégique avait le don de dire les choses de façon magnifique mais aussi parcequ'elle y voyait des conseils que la fillette aurait sans doute besoin de mettre en application pour elle même dans les plus brefs délais.Ainsi donc Sylvia était une dresseuse ou plus clairement une collectionneuse comme cette dernière le spécifia.A vrai dire Luga n'avait jamais trop compris l’intérêt de capturer des pokémons juste pour en faire la collection même si d'un autre coté les dresseurs avaient tendance a faire plus ou moins la même chose.Sylvia c'était fixé un objectif,difficile peut être pour être la Red de la capture comme elle se faisait appeler mais Luga,quel but avait elle dans la vie?La fillette se souvenait bien des paroles de l'agent de police qui lui avait fait la remarque qu'elle fairait une bonne éleveuse mais pouvait elle le devenir dans cette orphelinat d'Atalanopolis ou même la gérante en avait marre d'avoir une gamine a charge que personne ne voulait jamais?Non il y avait très peu de chance qu'une tel carrière puisse démarrer dans cette endroit.
"Je comprend ce que tu veux dire,j'affronte tout les jours le regard des autres y compris ceux qui font mine de ne pas faire attention a moi comme j'imagine que c'est sans doute le cas quand ils te voient dans ton fauteuil mais comme toi j'aimerait être vu pour ce que je suis vraiment et pas juste l'handicap.On m'a dit un jour que je fairait une bonne éleveuse mais bon la ou je suis forcer de vivre,c'est sans doute pas la bas que j'aurait un avenir"
D'ailleurs Grelod disait souvent aux gamins que tout ceux qui étaient dans l'orphelinat jusqu'au jour ou ils se retrouveraient enfin dans le vaste monde ou en tout cas ailleurs qu'auprés d'elle et si les paroles de la vieille gérante étaient dur a entendre,Luga était assez d'accord sur ce fait car devoir supporter une vielle folle donc le bonheur ultime serait d'avoir le pouvoir de mettre tout les gamins que personne ne veut en les jetant a la porte,il était clair qu'aucun avenir brillant n'était possible au coté d'une personne comme ca.Pour le reste,la fillette n'avait pas osée demander a nouveau ce qui était arrivé a Sylvia car elle se disait que sa voisine de chambre n'avait peut être pas envie d'en parler ou que tout simplement le souvenir était encore trop douloureux a se rememorer,qu'importe elle lui dirait quand elle sera prête a en parler.
Revenir en haut Aller en bas
Sylvia Von Wittelsbach


avatar
Messages : 134
Réputation : 10
Date d'inscription : 23/10/2013
Autres Comptes : Laure Dexila-Juan Da Ponte-Aria Cantore-Andea-Capaldi-Archibald Park

Informations du personnage
Âge: 15
Alignement: Neutre/Civil
Equipe Pokémon:

MessageSujet: Re: "L'Honneur, c'est quand on sait souffrir en silence !" [PV : Luga Stark] Sam 13 Juin - 20:00

Sylvia avait toujours été fière de sa famille… Mais d'un autre côté… Pour l'estime, enfaîte, ce n'était pas vraiment génial d'être dans sa famille. Elle se sentait désespèrement inférieur par rapport à ses frères et sœurs, Et elle n'avait pas tord… Après tout, c'était peut-être enfaîte pour ça qu'elle disait tant qu'elle était la « Red de la Capture ». Ainsi, elle se rassurait elle-même. Elle était persuadé qu'elle était importante ! Elle le voulait ! Après tout… En vrai… Qu'était-elle pour sa famille ? Pas grand-chose. Elle n'était que la quatrième héritière de sa famille. Ce n'était rien, ça, si vous voulez mon avis. Maintenant, à la question difficile de : « Est-ce qu'ils étaient fière d'elle… ? » Si vous voulez la vraie réponse, je peux vous la donner. Mais d'abord, il faut comprendre que pour Sylvia, la réponse était non. Non, ils n'étaient pas fière d'elle. Mais en vrai, si. Alexandre Von Wittelsbach, son père, était fière d'elle. Sa mère, néanmoins, une duchesse que personne dans la famille Von Wittelsbach n'aimait comme mère, et qu'Alexandre aimait encore moins comme femme, n'aimait pas Sylvia. Elle en avait même peur, elle la considérait comme maudite, attirant le mauvais sort...

Mais Sylvia n'était pas une jeune fille maudite, et encore moins atitrant le malheur sur elle… Enfin quoique. Elle n'était même pas une grande fille. Ses faux pas la colle… Elle n'était pas une adute, comme elle voulait tenter de faire croire. Son assurance était fausse, elle faisait la grande, pour qu'on la respecte, mais elle n'avait pas le droit à l'erreur. Elle avait peur du regard des autres, et son caractère était donc grandement lié à ses problèmes d'estimes. Elle se disait grande, car elle devait l'être, en temps que quatrième héritière des Von Wittelsbach, mais en vrai… Elle était juste une petite fille, rien de plus. Mais là, elle continuait de vouloir être grande. D'être un exemple ! Après tout, c'était quand même mieux ! Et quoi de mieux, pour ça, que d'avoir quelqu'un à aider ! Aide toi, et le ciel t'aidera… N'oubliez pas cette maxime, et surtout la version transformé que j'ai fais, pour Sylvia Von Wittelsbach. Ainsi, notre demoiselle aux cheveux roses déclara :



« Vis ta vie Luga ! Soit fière de toi, et soit fière de ce que tu fais ! Ne laisse personne se mettre sur ton chemin ! »

Voilà la Sylvia qu'on connaissait. Une Sylvia fière comme un pou. Et qui essayait de faire de sa petite sœur, enfin, petite sœur adoptive, une demoiselle comme elle ! Après tout, c'était vrai que Luga souffrait du même problème que Sylvia, elle semblait elle aussi craindre le regard de l'autre… Ou plutôt, elle semblait ne pas aimer le regard de l'autre. Autant Sylvia était dans la démarche du masque, celui de faire croire quelque chose qu'elle n'était pas, autant Luga, était dans la démarche de la rébélion. Comme toujours, on avait l'impression que l'un était dans la mauvaise techniques, tandis que l'autre avait la bonne technique… Dans les faits, c'était quand même bien plus complexe que ça. Enfaîte, il n'y avait ni de bonnes techniques, ni de mauvaises techniques. Mais, me diriez-vous, il faut toujours être soi-même ! Ne jamais jouer de rôle, accepter comme on est… Oui mais non. Parfois, il fallait lutter contre ce qu'on était, pour être quelqu'un de meilleur, que cela soit pour soi-même ou pour les autres. Rien de plus insupportable que quelqu'un qui se complaisait dans ses défauts… Et Sylvia était totalement de ce type…

« Soit grande et soit... »

En effet ! Luga, continue d'aller de l'avant ! C'était ce que voulait dire Sylvia. Si Luga avait son avenir devant elle, elle devait être la meilleure. Ecraser ses adversaires, se montrer plus forte, plus rusée, et plus efficace que tout ses concurrents, tout ses adversaires ! Après tout, c'était comme ça qu'on devenait la meilleur. Et son handicap ne devait pas lui faire peur ! Au contraire, ça devait la rendre plus forte ! Bref, Sylvia était ainsi quelqu'un d'optimiste. La perte de ses jambes ne lui faisait pas peur pour l'avenir, même si elle savait que le regard était lourd, sur le fait qu'elle était maintenant qu'une pauvre handicapée… Mais bon, vous vous demandez sans doute pourquoi la phrase de la jeune collectionneuse aux cheveux rose se coupaiaient au beau milieu ! En effet, en théorie, une phrase ne doit pas finir comme ça, cela ne se fait pas, l'Académie Franaçsie n'approuverait pas une telle phrase… Au contraire, même ! Elle désapprouveraient totalement cette phrase qui est immonde et incorrect… Et bien… Ne vous inquiétez pas, vous n'avez plus beaucoup à attendre, avant d'avoir la réponse à cette question… Car en effet, la jeune demoiselle vous la donne, écoutez…

« Aieaieaieaieaie… J'ai mal... »

Et voilà… Enfaîte, si Sylvia n'avait pas fini sa phrase, c'est que d'un seul coup, ses douleurs fantômes s'étaient réveillés… Et oui ! Je vous rappelle que c'était pour cela qu'au final, notre jeune demoiselle aux cheveux roses avaient été mits dans cette hôpital. Pauvre Sylvia. Là, elle tentait plus de se cacher : La douleur était trop importante et la faisait couïner comme une pauvre souris que tu as coincé dans un four à micro-onde. Je vous rassure, si beaucoup de mes phrases sont des anecdotes qui se sont vraiment passé, celle-là, est totalement, mais bien totalement inventé ! Mais je vous laisse imaginer les couïnement de douleur… Oui, les douleurs fantômes étaient des douleurs redoutables, qui pouvaient totalement te paralysé. Maintenant, il fallait voir comment Luga allait réagir… manquerait plus qu'elle fasse elle aussi une crise, et là, on serait dans la catastrophe totale ! Enfin, comme d'hab, Sylvia serait vu par tout le monde comme une pigneuse pour rien, tandis qu'à côté elle, il y aurait une vraie victime… Quoi ? Comment ça, moi moqueur ? C'est pas du tout mon genre ! J'ne suis pas du tout du genre à rabasser la pauvre Sylvia...

.:-------------------------:.
"Quand je suis atterré, à genoux, sans force, je me rappelle que je suis une Von Wittelsbach, et que c'est dans l'honneur que ma famille survit."
Sylvia's Thème
Revenir en haut Aller en bas
Luga Stark


avatar
Messages : 140
Réputation : 1
Date d'inscription : 25/10/2013
Age : 28
Autres Comptes : Riku (resistant/dresseur) , Charizard (pokémon obscur) , Eric Lencher (Rocket)

Informations du personnage
Âge: 13 ans
Alignement: Neutre/Civil
Equipe Pokémon:

MessageSujet: Re: "L'Honneur, c'est quand on sait souffrir en silence !" [PV : Luga Stark] Sam 13 Juin - 20:40

Si Luga avait put être au courant que Sylvia était connue pour être du genre chiante par profession si toutefois il exister une profession pour cela,la fillette aurait tout de suite crier que des Lewsors l'auraient enlevés pour la remplacer par un clone plus gentil que l'original.Oui c'était peut être abusé de dire les choses ainsi mais bon le principal était que Luga aimait bien sa voisine de chambre qu'elle aurait bien voulu avoir comme grande soeur,pas pour la fortune que la famille Wittelsbach possédait d'autant plus que Luga n'avait jamais était intéressée par la richesse,non la raison était que déjà elle n'avait jamais eu de soeur ou de frère et puis surtout elle avait la sensation que Sylvia aurait peut être bien besoin d'un peu de soutien au quotidien de la part de quelqu'un qui pouvait vraiment la comprendre et surtout qui ne la jugerait jamais.
"Peut être que forcer toujours le passage sans prendre en compte les obstacles,ce n'est pas toujours la bonne solution mais je comprend un peu ce que tu veux m'expliquer"
Si un obstacle ou disons une limite existait pour Luga et surtout qui pouvait foutre en l'air toute sa vie,c'était bien ses problèmes cardiaques car autant l'orphelinat elle pouvait en partir ou dut moins faire une fugue mais ses problèmes cardiaques était une limite qu'elle ne pouvait pas se permettre d'ignorer au risque de faire un aller simple dans la tombe,pour le reste c'est vrai qu'elle pouvait faire ce qu'elle voulait de sa vie mais elle c'était toujours promis d'agir en accord avec ses sentiments et jamais juste pour faire plaisir a quelqu'un,évitant du coup les personnes qui pourraient lui vouloir du tord comme ceux donc Camilla lui avait un peu parlé.Cependant Sylvia ne put terminer la phrase qu'elle avait entamé en se mettant d'un coup a gémir de douleur a nouveau,son handicap devait vraiment être un enfer en dehors du fait qu'elle était condamné a être coller dans une chaise roulante.Si Luga était toujours hésitante a aller vers les autres,la gamine eu comme réaction de venir s'installer juste a coté de Sylvia et lui pris doucement la main.
"Sylvia,je sais que je peux pas faire grand chose pour toi mais aujourd'hui sache que tu m'a fait plus de bien que ce que tout ces médecins peuvent faire pour essayer de me soulager.....j'aimerait pouvoir t'aider moi aussi"
Revenir en haut Aller en bas
Sylvia Von Wittelsbach


avatar
Messages : 134
Réputation : 10
Date d'inscription : 23/10/2013
Autres Comptes : Laure Dexila-Juan Da Ponte-Aria Cantore-Andea-Capaldi-Archibald Park

Informations du personnage
Âge: 15
Alignement: Neutre/Civil
Equipe Pokémon:

MessageSujet: Re: "L'Honneur, c'est quand on sait souffrir en silence !" [PV : Luga Stark] Dim 14 Juin - 11:57

Les douleurs fantômes… Vous vous rappelez quand j'ai été méchant avec la pauvre Sylvia, sur le fait qu'elle se ferait moquer d'elle par les médecins ? Et bien, évidemment, j'exagérai… Mais complêtement. Car les médecins, en voyant cela, ne pouvait rien faire : Les douleurs fantômes étaient psychologique, nullement physique, vu qu'elle arrivait sur des membres habituellement absent. Bon, là, pour Sylvia c'était un peu plus complexe, vu qu'elle avait encore ses deux jambes, mais nuance, vu qu'elle ne marchait pas. Donc, ses douleurs étaient très complexe à soigner, et la plupart du temps, il fallait juste… Attendre. Ou doper la victime à la morphine, ce qui n'était pas du tout une bonne idée… Après, il fallait l'avouer : Il y avait beaucoup de chické, chez Sylvia. Elle avait très mal, mais bon, c'était aussi car la jeune demoiselle était douillette. Elle avait vite très mal, et elle exagérait pas mal… Donc, d'un côté, elle avait raison d'avoir mal, enfin, de se plaindre… Mais de l'autre côté, il était vrai que d'autres souffraient beaucoup plus, et en silence… Donc, difficile dire.

Il était très intéressant néanmoins de voir comment tout de suite, dans les narrations, Sylvia était vu comme une petite peste, une chieuse de première… Sylvia l'était, je le fais tout le temps en RP, vous l'aurez repéré… Mais, surtout, elle tentait de se donner un air. En se montrant, comme ça, tout le monde se souvenait d'elle ! Et ainsi, elle n'était pas obligé ! Mais bref… Sylvia était incorrigible, c'en était presque désespéramment de la part de la jeune demoiselle aux cheveux couleur rose. Elle irait jusqu'au bout de ses convictions, qu'importe l'état où elle serait à la fin. Et si on lui demandait pourquoi, le pire, c'est qu'elle n'avait pas de réponse personnelle. C'était car elle était une Von Wittelsbach… Sacré jeune fille… Dans une famille normale, elle aurait été sans doute une jeune demoiselle adorable, et aurait bien mieux réussi ses talents de collectionneuses. Là, sa famille la bridait mentalement, elle n'arrivait pas à utiliser tout son potentiel… Et vous saurez bientôt pourquoi exactement…


"Sylvia,je sais que je peux pas faire grand chose pour toi mais aujourd'hui sache que tu m'a fait plus de bien que ce que tout ces médecins peuvent faire pour essayer de me soulager.....j'aimerait pouvoir t'aider moi aussi"

« C'est… C'est normal. »


Sylvia aurait presque put dire après qu'elle était contente… Et surtout, elle aurait presque dit que c'était normal « Pour une grande sœur. ».. Si c'est pas trop mignon ! Voir comme ça, la jeune demoiselle, avoir envie d'une petite sœur, c'était adorable ! Bon, c'était très gamin par contre. Sérieusement, Sylvia, t'as vraiment quinze ans ? Car parfois, sérieusement, on a des doutes. A la fois, elle pouvait faire très adulte, et d'autres fois, tu te demandes vraiment quel âge mental elle a… Mais bon, elle devait avouer que ce que disait la fameuse Luga, lui faiait chaud au coeur… Bon, c'était sans doute totalement faux, étant donné que les médecins, les pauvres quand même, avait été ceux qui l'avaient maintenu en vie, merci quand même de reconnaître l'action des pauvres médecins… Car ceux là, sérieusement, c'étaient nos têtes de turcs depuis le début de ce RP. Mais bref, la jeune collectionneuses déclara :

« De toute façon, je suis… Une… Une grande ! Je suis Sylvia Von Wittelsbach ! Je suis la « Red de la Capture », tout le monde a besoin de moi… ! »

Oui, oui, Sylvia, on sait. Je vais encore devoir faire un paragraphe sur le fait que Sylvia jouait à la grande ? Et bien, possiblement. Après tout, ça y est, auparavant, j'avais toujours dis ça en narration, mais on avait pas vraiement vu cela en action. Là, Sylvia le disait directement à Luga. Bien sur, elle avait toujours mal, la douleur refusait de partir comme ça. Bientôt, elle serait la plus grande collectionneuses, et tout le monde reconnaîtra son talent ! C'était beau quand même d'avoir des rêves, mais parfois, les rêves sont plus problématique qu'autre chose… Donc, il n'y avait qu'à attendre, qu'à espérer que tout allait bien se passer pour Sylvia… Cependant, alors que Sylvia déclarait cela, tout d'un coup, la porte sembla bouger. MON DIEU UN MONSTRE. Vous n'avez pas totalement tord, en pensant cela… Comment cela me diriez-vous ? Et bien, quelqu'un approchait, en effet… Un médecin ? Pas du tout :

« SYLVIA ! Tu étais donc là ! »

Une dame âgée entra alors… Je vous introduis Hélène Von Wittelsbach ! Ou de son prénom de jeune fille, Hélène de la Limouzinière, mère de Sylvia. La dame, en tout cas, fut tout de suite repérable… Au nez. Bordel, elle puait le parfum ! C'était immonde, ça me donnait presque envie de vomir. On croirait presque qu'elle s'était baigné dans le parfum. Et qu'elle s'était tartiné la tronche de maquillage. Bref… Vous imaginez le résultat ! Même les Von Wittelsbach n'appréciait peu leur mère ou femme. Elle était désagréable, méchante… Mais elle avait apporté du sang noble dans la famille, et était extrêmement riche, par héritage, en comparaison avec Alexandre Von Witteslbach… Mais elle n'était pas si méchante, non ? Elle était quand même venu voir sa pauvre fille qui était à l'hopital ! C'est sans doute l'instinct maternel… C'est beau… Même si elle était désagréable, elle tenait quand même à sa fille… Ahahah… C'est ce que vous croyez n'est-ce pas… Et bien, ainsi, Hélène de la Limouzinière s'approcha alors de sa fille… Et lui donna une immense claque. Oui. Une immense claque… Ouille…

.:-------------------------:.
"Quand je suis atterré, à genoux, sans force, je me rappelle que je suis une Von Wittelsbach, et que c'est dans l'honneur que ma famille survit."
Sylvia's Thème
Revenir en haut Aller en bas
Luga Stark


avatar
Messages : 140
Réputation : 1
Date d'inscription : 25/10/2013
Age : 28
Autres Comptes : Riku (resistant/dresseur) , Charizard (pokémon obscur) , Eric Lencher (Rocket)

Informations du personnage
Âge: 13 ans
Alignement: Neutre/Civil
Equipe Pokémon:

MessageSujet: Re: "L'Honneur, c'est quand on sait souffrir en silence !" [PV : Luga Stark] Dim 14 Juin - 12:56

Pardon?Sylvia qui trouve que c'est normal d'être gentil avec la petite cardiaque?J'ai dut mal entendre.Non sérieux,c'est vrai qu'il était difficile d'être insensible face a la fillette vêtu aux couleurs de Lugia mais c'était tellement inhabituel de voir Sylvia aussi gentille.Si elle aurait put s'attendre a ce que Sylvia puisse éventuellement repousser la main de la fillette,Luga ne put s’empêcher de sourire quand Sylvia avait déclarer qu'elle était juste une grande et que le monde avait besoin de la Red de la capture car la fillette se disait surtout que Sylvia ne devrait pas avoir besoin d'ne faire des tonnes pour avoir l'impression d'être apprécier,Luga s'en fichait un peu qu'elle soit une grande collectionneuse même si ca devait être carrière intéressante,non elle était plus intéressée par ce que Sylvia était derrière la carapace qu'elle avait eu l'air de se forger comme beaucoup de gens avaient tendance par le faire également,a croire que les gens aiment bien se compliquer la vie pour pas grand chose au final.
"J'avait pas besoin de la Red de la capture,juste de la Sylvia qui se cache derrière.C'est suffisant pour moi"
Bref elle avait a peine fini sa phrase que la porte s'ouvrit d'un coup si fort que Luga aurait frôlé la crise cardiaque....bah en vérité c'était vraiment le cas mais bon pour l'heure la jeune fille allait bien mais bon elle avait une sainte horreur de ce genre de surprise.
"Vous êtes folle....j'ai eu une de ces peurs"
Ce n'était même pas un médecin ou alors un médecin a la retraite qui avait fuguer d'un de ces orphelinats pour personnes âgées abandonnées...oh le vilain cliché que je vient de faire sur les maisons de retraites.Non en fait vu les paroles de la vieille femme prouvaient qu'elle était tout sauf un médecin,un médecin aurait sut de suite que Sylvia était ici a moins bien sur que les médecins ne sachent plus parfois a quel endroit ils rangent leurs patients.En tout cas l'odeur de parfum qu'elle dégageait était horrible même en comparaison de l'odeur déjà peu agréable des hôpitaux en règle général mais le plus choquant fut sans doute la claque mémorable qu'elle colla a Sylvia.Si Luga l'avait traité de folle sans vraiment y réfléchir,cette fois elle le pensait vraiment.
"Madame,Sylvia n'a rien fait de mal,pourquoi vous avez fait ca?"
Sous une colère difficile a émerger a la surface de façon bien sur imagé pour la fillette,Luga avait commencé a devenir un peu pâle ou dut moins plus que d'habitude mais ce n'était pas a cause d'une peur quelconque peur,non une crise était juste entrain de pointer le bout de son nez.Tremblant un peu,elle fouilla dans une de ses poches pour récupérer la pokeball de Lanturn.
"Pas...maintenant..."
Revenir en haut Aller en bas
Sylvia Von Wittelsbach


avatar
Messages : 134
Réputation : 10
Date d'inscription : 23/10/2013
Autres Comptes : Laure Dexila-Juan Da Ponte-Aria Cantore-Andea-Capaldi-Archibald Park

Informations du personnage
Âge: 15
Alignement: Neutre/Civil
Equipe Pokémon:

MessageSujet: Re: "L'Honneur, c'est quand on sait souffrir en silence !" [PV : Luga Stark] Dim 14 Juin - 13:35

C'est vrai que la mère de Sylvia n'avait pas été de main forte. Elle s'était dépéché, car elle ne voulait pas que sa fille reste ici ! Déjà qu'elle avait imposés des instructeurs spéciaux, qui venaient directement au manoir, pour que ses enfants ne rencontrent pas le « bas peuple », alors… Dans l'hôpital… Elle allait ramener des germes ! Des maladies ! Tss. Dès qu'elle rentrait, elle lavait Sylvia de la tête au pieds. Hors de questions qu'elle ramène je ne sais quel maladie dans la maison, et qu'elle contamine tout le monde… Quand même ! Sylvia était si irresponsable ! Mais bon, maintenant, soupira-t-elle, c'était trop tard. Maintenant, elle n'avait plus qu'à la récupéré. Bon… Où était son fauteuil roulant ? Elle allait déjà devoir la porter dans la salle de bain pour la laver à l'eau chaude, alors… Quand soudainement, alors qu'elle cherchait à l'aide de ses yeux le fameux fauteuil roulant, elle tomba finalement sur quelque chose dont elle s'attendait absolument pas ! Mais alors absolument pas, quelqu'un en effet, qui lui déclara, visiblement, essouflée, surprise par ce qu'elle avait fait :

"Vous êtes folle....j'ai eu une de ces peurs"

« Vous êtes ? »


La réponse ne se fit pas attendre. Mais pas du tout. C'était qui cette fille qui partageait la chambre avec Sylvia ? D'ailleurs, pour tout dire, même, elle ne s'attendait pas du tout que Sylvia partage une chambre avec quelqu'un… Comment cela, on avait osé faire partagé la chambre de sa fille avec une fille du peuple ?! C'était… Enfin quand même ! Voyons ! Là, c'était sûr, en tout cas, elle était contaminé. Si ça se trouve, même, elle l'avait touché ! Alors là, ça serait la meilleure. Heureusement, elle avait bien éduqué Sylvia, donc, elle était persuadé que cette dernière avait dut empêcher la fameuse Luga de la toucher… Mais bon, la seule présence de cette jeune fille faisait qu'il était trop tard, Sylvia allait devoir avoir un traitement de fond… Soudainement, elle entendit l'air indigné de la fameuse Luga, sur le fait qu'elle avait giflé sa fille… Mais que pour qui se prenait-elle ? Elle n'avait rien à dire, elle ne la connaissait en rien, et ne connaissait pas sa fille ! Elle avait déjà de la chance qu'elle ne dise rien sur sa précense...

« Ah. Cette petite peste prévient personne, et va à l'hôpital, comme ça ? J'ai corrigé sa servante aussi. Elle aurait dut ME prévenir. »

De plus, heureusement qu'elle ne savait pas pourquoi Sylvia était là : Hélène ne croyait pas du tout en les douleurs fantômes. En tout cas, pour la pauvre Claude, la domestique qui s'occupait de Sylvia, on imaginait que la correction a dut être encore plus dur : Après tout, Claude, aux yeux d'Hélène était moins que rien… Mais bref, après tout, elle était sa mère. Luga n'avait rien à dire, elle avait le droit de donner une claque à sa fille quand elle faisait des choses qu'elle estimait inacceptable ! C'était comme ça, c'est tout. Mais… Cette femme est ignoble ! Totalement, on comprenait mieux certains points du caractère de Sylvia, avec tout cela… Mais bref, cette femme ressemblait à tout ses clichés de belle mère, qu'on trouvait dans les romans de jeunesse, comme Harry Potter, ou le beau-père, cette fois, dans Percy Jackson… Ca fait limite peur. Oui, j'ai le droit de temps en temps de m'amuser, et de faire des personnages clichés ! C'est marrant ! Et puis, ça explique beaucoup sur Sylvia… Et le pire, c'est que ce genre de femme existent. C'est ça le pire sans doute.

Quand soudainement, alors que personne ne s'y attendait, Luga semblait aller mal. Enfin, Sylvia, le remarqua. Pour la fameuse Hélène Von Wittelsbach, elle ne regardait absolument pas la fameuse Luga… Mais que se passait-il ? Et bien, tout simplement, il se passait quelque chose qui pointait du bout du nez depuis le début du RP : Luga était entrain de faire une crise ! Mon dieu. Le fil qui tenait l'épée de Damoclès, qui était entrain de vaciler… C'était horrible, n'empêche quand on y réfléchissait… Sulvia le reamrqua de suite, et le montra à sa mère, pour qu'elle puisse faire quelque chsoe ! Mon dieu ! Mon dieu ! Hélène Von Wittelsbach de la Limouzinière -j'adore ce nom, rien qu'en le disant, t'as l'impression de pêter dans la soie, comme on dit dans Matrix 2-, déclara, en soupirant, tentant même pas de rendre son soupir ne serait-ce qu'un poil moins remarqué et plus discret :


« Tss.. Médecin ! Votre truc est entrain de faire une crise cardiaque, je n'ai pas envie d'assister à ça. »

Sylvia, elle, se taisait. Elle ne voulait pas dire des choses devant sa mère… Elle n'avait pas le droit en meme temps… Donc que pourrait-elle dire ? Elle n'avait pas le droit de dire quoique ce soit, même si elle estimait que là, la fameuse Hélène Von Wittelsbach de la Limouzinière, était véritablement détestable… Mais c'était sa mère. Elle avait pas le droit de contredire sa mère. Puis, la douleur fantôme de sa jambe, dont elle se mordait l'intérieur des jambes pour moins la sentir, se combinait maintenant avec la douleur de la claque qu'elle s'était prit… En tout cas, un médecin arriva très vite, lança un regard indigné envers la mère de Sylvia, et libéra de suite le Lanturn, comprenant ce que la jeune demoiselle voulait faire. Au cas où, il ouvrit la porte de l'armoire, et sortit le défibrilateur. Au cas où Le Lanturn n'arriverai pas, il fallait qu'il se dépèche. En tout cas, il arrivait pas à croire qu'une dame comme la mère de Sylvia existait. Sylvia, elle, regardait Luga inquiète. Mon dieu. Pourvu que tout se passe bien ! Elle n'avait pas envie de voir une vraie crise cardiaque, mais pas pour les même raison que sa mère… Elle ne voulait pas voir quelqu'un mourir elle !

.:-------------------------:.
"Quand je suis atterré, à genoux, sans force, je me rappelle que je suis une Von Wittelsbach, et que c'est dans l'honneur que ma famille survit."
Sylvia's Thème
Revenir en haut Aller en bas
Luga Stark


avatar
Messages : 140
Réputation : 1
Date d'inscription : 25/10/2013
Age : 28
Autres Comptes : Riku (resistant/dresseur) , Charizard (pokémon obscur) , Eric Lencher (Rocket)

Informations du personnage
Âge: 13 ans
Alignement: Neutre/Civil
Equipe Pokémon:

MessageSujet: Re: "L'Honneur, c'est quand on sait souffrir en silence !" [PV : Luga Stark] Dim 14 Juin - 15:12

Si Luga déplorait le fait de ne pas avoir de famille,celle de Sylvia était un cauchemars a vivre dut moins pour le cas de la mère.Quand la fillette regardait cette femme ignoble,Luga pensait aussitôt a cette foutu Grelod "la douce" a l'orphelinat même si la gérante ne collait pas du tout avec ce surnom qu'elle c'était donner,le deux femmes seraient sans doute les meilleures amies sur monde si elles se retrouvaient au même endroit a moins qu'une tel rencontre devine une partie de catch féminin,ca serait super a regarder....quoi?ok j’arrête.Pour le reste la mère de Sylvia avait tord d'en vouloir a cette dernière d'avoir dut aller a l’hôpital sans prévenir surtout qu'une douleur aussi forte que les douleurs fantômes ne laissent pas vraiment a sa victime le temps de dire a la famille "hey je vais a l’hôpital,j'ai mes douleurs qui reviennent",non ne général on est déjà a genoux quand ca se produit....enfin façon de parler dans le cas de Sylvia bien sur.
"Vous avez jamais dut être malade de votre vie.Les douleurs ne préviennent jamais a l'avance"
Après tout qu'es que pouvait risquer Luga au point ou elle en était a répondre de cette façon?Hélène avait elle l'intention de porter plainte devant les parents de la fillette?Bah elle pouvait essayer mais elle allait devoir engager les services d'un vrai medium pour faire ca et vu le nombre de charlatans,la fortune des Wittelsbach serait vite dilapidé.Faisant a peine attention a ce que pouvait dire cette vieille harpie,Luga aurait put lui dire de le crier encore plus tant qu'elle y était que la fillette était entrain de faire une crise,ca aurait valu presque le coup d'être inconscient pour ne plus avoir a entendre ce genre de chose mais non Luga était toujours consciente même si elle eu un petit moment de recul en voyant le médecin arriver avec le défibrillateur.Elle savait très bien qu'il était la pour lui sauver la vie et bien qu'on disait que le défibrillateur peut sauver des vies,Luga aurait tendance que l'exploit était surtout d'y survivre vu le choc que ca faisait surtout quand le voltage n'était pas bien dosé.Au moins le médecin avait libéré la lanturn avant toute chose si bien que le dauphin électrique envoya une décharge dans la poitrine de sa maîtresse donc la crise se stoppa tandis que le coeur se stabilisait a nouveau.Il y avait eu dans un sens plus de peur que de mal mais Luga était sorti d'affaire même si elle était restait a genoux sur le sol le temps que ses forces reviennent un peu,serrant son pokémon contre elle.
"Ca va mieux....merci"
Du coté du médecin,il était en effet indigné du comportement de la mère de Sylvia hors malgré le rang social des Wittelsbach,ici c'était le médecin qui avait le dernier mot.
"Je connait votre avis aux sujet des hôpitaux mais aussi riche que votre famille puisse l'être,ici c'est moi et mes collègues qui ont le dernier mot.Je vous prie de laisser ces jeunes femmes se reposés,ce n'est pas négociable"
Vu le ton du médecin,même Luga n'oserait rien dire mais elle était contente qu'une personne responsable soit enfin intervenu,c'était une façon comme une autre de retirer tout les clichés dégueulasses qui avaient était dit plus haut même si pour la mère de Sylvia,c'était peut être le fusil et les cartouches tranquillisantes qu'il faudrait utiliser.
Revenir en haut Aller en bas
Sylvia Von Wittelsbach


avatar
Messages : 134
Réputation : 10
Date d'inscription : 23/10/2013
Autres Comptes : Laure Dexila-Juan Da Ponte-Aria Cantore-Andea-Capaldi-Archibald Park

Informations du personnage
Âge: 15
Alignement: Neutre/Civil
Equipe Pokémon:

MessageSujet: Re: "L'Honneur, c'est quand on sait souffrir en silence !" [PV : Luga Stark] Dim 14 Juin - 20:14

Le médecin chargé des deux jeunes demoiselles, regardait, avec une certaines inquiétudes. Visiblement, le Pokémon Eau/Electrique savait ce qu'il donnait, mais bon, ce n'était pas de la médecine classique… Donc, il avait quand même quelques problèmes à l'accepter directement… Mais le plus important, c'était que la jeune demoiselle soit sauver, donc, il s'en fichait, au final… Tant que la jeune demoiselle allait mieux… Même si ça serait dur pour elle, le médecin ne voulait absolument pas qu'elle parte, en théorie, de l'hôpital ! Elle avait besoin d'un suivi médicalisé, on ne pouvait pas la laisser, comme ça, dans la nature… Mais visiblement, elle avait fait son choix. Il pensait ouvertement que c'était un mauvais choix… Mais comment, en même temps, enfermer une gamine, même malade du coeur… ? Il n'en n'avait aucune idée, et il avoue, il avait pas trop envie de répondre à tout cela. Heureusement, en tout cas, le Lanturn arriva à remettre sur pied Luga, avec une grande efficacité. Rassuré, le Médecin pouvait maintenant se tourner vers le principales problèmes de ses deux jeunes filles :

"Je connait votre avis aux sujet des hôpitaux mais aussi riche que votre famille puisse l'être,ici c'est moi et mes collègues qui ont le dernier mot.Je vous prie de laisser ces jeunes femmes se reposés,ce n'est pas négociable"

« Faux. »


La mère de Sylvia déclara cela, de suite. S'il y avait une chose que cette femme n'aimait pas, mais alors, n'aimait pas du tout, c'était bel et bien les refus, ou quand on lui donnait des ordres. Elle avait toujours été habitué à que ça soit elle, qui donne les ordres… Donc, quand on donnait des ordres à sa place, on pouvait lui dire que ça lui donner de l'urticaire… Non. C'était elle qui donnait les ordres. Dans le Manoir, surtout. Les domestiques étaient vu comme pire que des objets, ses enfants devaient lui obéir aux doigts, et à l'oeil… Tandis que même le fameux Alexnadre Von Wittelsbach devait se tenir à carreau devant sa femme. Elle dirigeait le manoir au doigt et à l'oeil, seul Helmud Von Wittelsbach, son deuxième fils, était désobéissant, mais lui… Personne n'arrivait à le faire obéir. Mais bref, en tout cas, la fameuse Hélène Von Wittelsbach de la Limouzinière, outré qu'on est put tenté de la convaincre qu'elle n'avait pas le dernier mot, expliqua de suite au docteur, de manière très direct et enervé :

« C'est ma fille, et son médecin tuteur n'est pas VOUS. Mais le Docteur Lanfranco, de la clinique privé. Donc, j'ai tout à fais le droit de…
-Pour l'instant, vous opportunez tout le monde. Discutons dehors, merci. »


Le médecin attrapa le bras de la dame, qui fut outrée, et les deux sortirent alors de la salle… Le médecin avait bien fait, car sérieusement, pour les deux demoiselles ce n'était pas du tout plaisant. Après, le pire, c'est que la mère de Sylvia avait raison, Sylvia ne dépendait pas de l'hôpital, mais d'une clinique privée : Elle dépendait ainsi du Docteur Lanfranco, une espèce, pour Sylvia, de vampire, qui faisait mal, mais qui était extrêmement efficace. Il était aussi efficace pour soigner les douleurs de la jeune fille, qu'il était brutale. Très bon médecin, mais Sylvia le détestait. Mais bref, donc, ainsi, la fameuse Hélève Von Wittelsbach de la Limouzinière était dans le juste. Mais heureusement, le médecin la mettait quand même, pour un moment, hors de la chambre, laissant un moment, peut-être bref, peut-être plus long, aux deux jeunes demoiselles pour se remettre de leur émotions. Ainsi, la fameuse Collectionneuse aux cheveux roses regarda Luga, et finalement, au bout d'un moment, déclara :

« Hum… Eheh... »

Sylvia était gênée… EN même temps, il y avait de quoi. Sa mère avait quand même crier, sans aucune gène, que la pauvre Luga était entrain de faire une crise cardiaque, elle n'avait aucune gène… Bref, c'était déjà très gênant pour la pauvre Sylvia. Même face à quelqu'un qu'elle n'avait pas adoptée comme sa petite sœur, elle serait gênée ! C'est pour dire ! Notre Collectionneuse, faisait moins la maligne. On avait presque l'impression que c'était pas la même personne. Mais c'était logique. Elle était dans une position de faiblesse, et là, c'était la vrai jeune fille qui se montrait. La jeune fille montrait qui elle était. Mais Sylvia n'était pas la seule. Bien souvent, une personne révélait son véritable caractère, uniquement quand elle était en position de faiblesse. Sylvia n'en n'était qu'un exemple parmi tant d'autres.

« Ca, ça va mieux… ? C'était… C'était ma mère. Elle est pas si méchante, d'habitude hein ! »

C'était faux. Mais Sylvia ne pouvait pas dire non plus des méchanceté sur sa mère… Enfin, cela ne se faisait pas ! Elle devait respecter sa mère… Et là. Même si sa mère n'avait pas été très gentille, elle devait quand même être gentille. Sylvia était une demoiselle qui respectait extrêmement sa famille. Et même si sa mère n'était pas ême si elle avait eu une véritable clasque de la part de sa mère… Et bien… Elle devait l'accepter ! De toute façon, c'était sa mère. Elle avait forcément raison. Et puis, faut le dire : Si sa mère l'avait fait, elle avait de bonnes raisons pour sa mère ! Et ça… Vous pouvez tenter, si vous voulez, de convaincre Sylvia… Mais sur la famille, la jeune fille était têtue comme une mule. Il n'y avait rien pour elle, de plus sacré que la famille, et rien ne pouvait la convaincre, de l'inverse. Pour elle, respecter la famille était un devoir sacré, et on ne pouvait pas la convaincre de l'inverse… Et oui. C'était un peu, parfois, carrément fermer les yeux sur un véritable problème, mais la jeune demoiselle ne voulait pas ouvrir les yeux : Les Von Wittelsbach était la perfection : Cela ne pouvait pas être taché par un comportement, même inacceptable.

.:-------------------------:.
"Quand je suis atterré, à genoux, sans force, je me rappelle que je suis une Von Wittelsbach, et que c'est dans l'honneur que ma famille survit."
Sylvia's Thème
Revenir en haut Aller en bas
Luga Stark


avatar
Messages : 140
Réputation : 1
Date d'inscription : 25/10/2013
Age : 28
Autres Comptes : Riku (resistant/dresseur) , Charizard (pokémon obscur) , Eric Lencher (Rocket)

Informations du personnage
Âge: 13 ans
Alignement: Neutre/Civil
Equipe Pokémon:

MessageSujet: Re: "L'Honneur, c'est quand on sait souffrir en silence !" [PV : Luga Stark] Lun 15 Juin - 9:06

Vu l'intervention du médecin,Luga se serait engagée volontiers a ne plus critiquer les médecins a partir de maintenant ce qui allait être difficile d'un autre coté mais si Luga n'avait pas était...bah Luga justement,elle aurait sans doute sorti au médecin un truc du genre : allez va y,cogne lui la tête,arrache lui les yeux....ouais bon ok j’arrête.Bref si Luga n'était pas du genre a détester des gens en particulier,elle n'aimait vraiment pas la mère de Sylvia et ce n'était pas juste parceque la vieille l'avait limite traité comme une merde qu'on aurait oublier de retirer a coté de Sylvia,sur ce point elle n'était pas la seul a vouloir traiter Luga ainsi.Non elle n'avait tout simplement pas aimer du tout la façon donc elle traiter sa propre fille,bah oui c'était comme ca,on ne frappe pas la grande soeur adoptive qu'elle voyait en Sylvia et cela même si le geste venait d'un inconnu ou de la propre mère de Sylvia.

Bref elle souffla un peu de soulagement quand le médecin fit sortir la harpie par la force,l'Absol de Luga aurait était beaucoup plus expéditif si il avait put sortir de sa pokeball et pour tout dire il y avait peu de chance que Luga aurait essayer de le retenir.Bref quand elle fut sur que la vielle ne reviendrait pas avant un moment,elle revint juste a coté de Sylvia devant cette dernière qui devait être plus que gênée après ce qui venait de se passer mais qu'importe,cette incident ne changerait pas les sentiments que Luga avait pour sa voisine de chambre,il n'y aurait qu'envers cette vieille peau qu'elle ne pardonnait pas le comportement.
"Oui ca va mieux....c'est l'histoire de ma vie si on peut dire mais Lanturn arrive toujours a régler le problème,il suffit que je puisse la faire sortir a temps"
Jusque la elle y était toujours mais que ce passerait il si un jour elle n'y parvenait pas?Bah elle ne voulait même pas y penser,il n'y avait aucune raison pour que le pire arrive et si toutefois cela devait un jour arrivé...bah c'est que le destin l'aurait voulu ainsi et puis bon elle ne faisait pas des crises en permanence,elle pouvait très bien passer des fois une semaine voir un mois sans rien avoir de grave.Bref Sylvia lui expliqua que d'habitude sa mère n'était pas si méchante,cela Luga avait dut mal a le croire a vrai dire.
"Elle est pire d'habitude?"
En temps normal elle ne se serait jamais permis de poser une tel question d'autant que la ca ne se faisait pas mais ce coup ci ses paroles avaient dépassés sa pensée.
"Pardon,je voulait pas dire ca....ca se fait pas de dire des choses comme ca"
Bon en vérité elle l'avait vraiment penser au plus profond de son coeur mais bon si il y a des choses qu'on a le droit de penser,il y a aussi des choses qu'on ne devrait pas avoir le droit de dire mais d'un autre coté Hélène avait était encore plus ignoble dans ses paroles.
"Et toi...tu n'a pas trop mal?"
Si les douleurs fantômes étaient horrible a supporter,Luga imaginait bien qu'avoir sa mère entrain de la frapper devait être une douleur encore plus atroce car la ce n'était plus juste une douleur physique mais moral également.
Revenir en haut Aller en bas
Sylvia Von Wittelsbach


avatar
Messages : 134
Réputation : 10
Date d'inscription : 23/10/2013
Autres Comptes : Laure Dexila-Juan Da Ponte-Aria Cantore-Andea-Capaldi-Archibald Park

Informations du personnage
Âge: 15
Alignement: Neutre/Civil
Equipe Pokémon:

MessageSujet: Re: "L'Honneur, c'est quand on sait souffrir en silence !" [PV : Luga Stark] Dim 21 Juin - 7:48

Pour Sylvia… Voir sa mère se faire dégager ainsi, c'était un peu beaucoup très énormément à la folie génant. Très gênant, vous auriez compris je pense… En effet, c'était quand même sa mère qui venait de se comporter ainsi, et dont on avait obligé à faire sortir. Quand même. Sa mère était quand même Une Von Wittelsbach… Plus, c'était sa mère… Elle avait le droit de venir la voir, et de faire ce qu'elle voulait avec elle. Après tout, une mère avait tout les droits sur son enfant, aux yeux de la fameuse Sylvia Von Wittelsbach ! Elle était la raison pourquoi elle était en vie. Cette femme l'avait porté, là, dans son ventre, pendant neuf mois. Elle lui devait la vie. Donc, une mère, aux yeux de Sylvia, avait tout les droits sur son enfants. Après tout, c'était elle qui avait décidé de lui donner la vie… La moindre des choses étaient de la respecter. Néanmoins, il y avait respect, et respect. Sylvia respectait sa mère, a un telle point, qu'elle en était presque une esclave ! C'était assez incroyable quand on connaissait la jeune demoiselle. L'imaginez si soumise… C'était presque impossible mais pourtant vrai !

Pourtant… Pourtant… Elle ne put s'empêcher de sourire, quand elle entendit la fameuse Luga sortir ce qu'elle pensait du fond du coeur. Fallait avouer quand même que c'était cocasse, et surtout, extrêmement bien placé. Elle l'avait dit de manière magnifique. Le petit « elle est pire d'habitude »… Quand même ! En temps normal, si notre collectionneuse de Pokémon n'avait pas décide d'adopter Luga comme officiellement sa petite sœur, elle aurait sans aucun doute gueulé, et n'aurait pas du tout accepter ce comportement qui était inacceptable pour une demoiselle de sa noblesse… Mais là… Vous savez, parfois, vous accepter de vous moquer de vos parents, gentiment, avec vos frères et sœurs. Surtout qu'il y avait de quoi, avec la mère de Sylvia. Mais cela ne voulait pas dire que vous l'accepter avec tout le monde. Et bien, pour Sylvia, c'était exactement ça. Quoiqu'il en soit, très vite, la discussion revint sur des thèmes plus sérieux, et en effet, la fameuse pauvre petite cardiaque déclara :


"Et toi...tu n'a pas trop mal?"

« Non… Non ! »


La réponse fut assez direct, bien qu'un peu hésitante. En effet, la douleur fantôme avait disparu, ou presque, elle sentait rien pour le moment. Enfaîte, la claque avait bien joué, pour une fois : En effet, la douleur psychologique avait un « avantage ». Elle pouvait complêtement disparaître, enfin, dans le cas de Sylvia, « s'endormir », le temps que notre collectionneuse se retrouve confronté à une crise, pour des raisons, comme dit précédemment, « psychologique ». Ainsi, sans le savoir, la Mère de Sylvia avait bien aidé, en giflant sa fille. Sur le coup, notre collectionneuse de Pokémon avait été tellement choquée, qu'elle en avait oublié ses douleurs fantômes ! Et bien… De là, à remercier la fameuse Hélène Von Wittelsbach de la Limouzinière… J'adore ce nom. Dès que je le met, je gagne énormémemnt de ligne ! Mais bref, je ne pense pas qu'il fallait remercier la fameuse mère de Sylvia, d'avoir gifler pour rien sa fille. Surtout qu'elle n'avait absolument pas penser que cela allait faire ça…

« Je suis Sylvia Von Wittelsbach ! Je n'ai pas mal ! »

Et voilà. La confiance était de retour chez la jeune demoiselle, et de suite, elle devait remettre le masque. Sauf qu'évidemment, cela ne marchait plus. Cela ne marchait plus devant Luga. Imaginez quelqu'un qui met un masque pour faire croire qu'il est extrêmement beau, alors qu'il est hideux en vérité… Et bien, devant une personne qui connaît son visage, tout masque qu'il portera sera toujours un masque. Vous avez compris la comparaison ? L'expliquer, je pense, serait une insulte à votre intelligence, mais je vais quand même le faire. Ainsi, maintenant, Luga connaissait la vraie Sylvia. Et elle pouvait voir qu'elle tentait de faire la grande, mais qu'en vrai, elle n'était pas comme ça… Maintenant, cela allait être à Luga de voir ce qu'elle devait faire. Elle pouvait jouer le jeu, pour faire plaisir à la petite collectionneuse, ou alors préféré la vraie Sylvia, celle qui était un peu faible, mais plus attachante.

« Ma mère m'a appris à être forte. A nier la souffrance, pour être au dessus des autres. »

Voilà en grande partie d'où venait le caractère de Sylvia. Sa mère avait toujours fait en sorte qu'elle soit « forte », niant les faiblesses de Sylvia. Sylvia n'avait pas du combattre ses faiblesses, luttre contre, pour s'améliorer. Non. Cela serait trop beau. La mère de Sylvia avait appris quelque chose de beaucoup plus simple a sa fille : Les Nier. Faire comme si elle n'existait pas, pour ainsi, apparaître comme plus pur, plus important que les autres… Et ouais, vous avez bien compris : Hélène Von Wittelsbach de la Limouzinière pouvait dire ce qu'elle voulait, mais c'était que de la lacheté qu'elle avait apprit à sa pauvre fille. Elle le niait, disant que sa fille était maintenant aussi de tout le monde, mais c'était faux. Celui qui était fort n'était pas celui qui n'avait pas de faiblesse, car il n'existait pas, cette homme. Celui qui était fort, c'était celui qui arrivait, tout seul, à surpasser ses faiblesses, voir en faire des forces… Pour la pauvre Sylvia, c'était encore mal barré… Il ne restait plus qu'à espéré qu'elle réussisse à dépasser les apprentissages mauvais de sa mère. Mais ça, encore une fois, c'était compliquée…

.:-------------------------:.
"Quand je suis atterré, à genoux, sans force, je me rappelle que je suis une Von Wittelsbach, et que c'est dans l'honneur que ma famille survit."
Sylvia's Thème
Revenir en haut Aller en bas
Luga Stark


avatar
Messages : 140
Réputation : 1
Date d'inscription : 25/10/2013
Age : 28
Autres Comptes : Riku (resistant/dresseur) , Charizard (pokémon obscur) , Eric Lencher (Rocket)

Informations du personnage
Âge: 13 ans
Alignement: Neutre/Civil
Equipe Pokémon:

MessageSujet: Re: "L'Honneur, c'est quand on sait souffrir en silence !" [PV : Luga Stark] Dim 21 Juin - 10:48

Si Sylvia avait répondu qu'elle n'avait pas mal,Luga eu vite confirmation qu'elle avait hésité sur la réponse a donner même si la fillette n'avait pas forcement penser a la douleur fantôme en particulier.En revanche l'excuse comme quoi une Wittelsbach n'a pas mal,Luga avait limite encore dut mal a comprendre a quoi ca pouvait bien servir a Sylvia de faire ce genre de cinéma alors que ca ne marchait plus avec la fillette qui avait sans doute eu le privilège de connaitre la vrai Sylvia et pas sa "doublure" que tout le monde supporte le reste du temps. Écoutant la suite,il fallait croire que le jeu des rôles inversés était bien parti pour commencer a se déroulé dans la modeste chambre d’hôpital.
"Et nier la souffrance,es que ca marche au moins?"
Comme a son habitude,ce n'était même pas un sarcasme car ce n'était pas dans la nature de Luga,Absol faisait ce genre de chose a sa place mais pour le coup ce n'était pas vraiment une vraie question car savoir si on peut ignorer la souffrance,Sylvia avait déjà prouvé que non avec ses douleurs fantômes car si il y a des souffrances qu'on peut supporter ou tenter d'ignorer,certaines sont trop fortes pour qu'on puisse faire genre qu'elles n'existent pas,ca serait comme demander a Luga en pleine crise cardiaque de faire comme si cette dernière n'existait pas et dans son cas si elle ne pouvait bien sur pas ignorer la douleur,elle ne pouvait pas se permettre d'en ignorer les étapes qui se suivent avant que la crise soit bien visible.
"La Sylvia Von Wittelsbach,moi je la connait pas mais je connait la Sylvia qui ne se cache pas derrière ce qu'elle n'est pas et je veux la revoir...."
Comparer a d'autres personnes,Luga n'avait pas l'habitude de porter des masque devant les autres déjà parceque ca ne lui servirait pas a grand chose et aussi que le jour ou on ne porte plus le masque,cela devient une occasion d'aider la personne mais peut aussi bien servir a un ennemi de frapper la ou ca fait mal et cela qu'importe le masque soit spirituellement aussi solide que du titane ou pas ou même encore a se pourrir soit même la vie en voyant les autres entrain de la juger pour le caractère qu'elle aura afficher toute sa vie hors certains masques on tendance a nous coller a la peau quand on se décide a vouloir les enlever.
"Ta maman est pas la pour l'instant,personne pour juger et moi j'ai besoin de la Sylvia a qui je peut tout dire et elle aussi"
Luga avait beau dire qu'elle avait besoin de la vraie Sylvia mais dans les faits ce n'était peut être pas Luga qui avait besoin d'aide.Pensant parfois a la proposition que Camilla lui avait fait de l'inviter a vivre chez elle,Luga devait bien avouer que maintenant elle aurait adorer vivre avec Sylvia,ne serait même que pour aider celle qu'elle considérait déjà comme une grande sœur et si une grande sœur se doit d'être la pour la petite sœur,l'inverse est tout aussi valable mais bon elle imaginait que Miss Monde de la Limouziere n'accepterait jamais que Luga ne franchisse ne serait que l'entrée du manoir des Wittelsbach et si elle l'acceptait quand même,elle ne serait sans doute rien de plus que considérée comme l'animal domestique de Sylvia même si ca serait toujours un rang supérieur a ceux considéraient comme des objets.Non l’idéal serait que Sylvia puisse se retrouver pendant un temps hors de porté de la tyrannie de sa mère même ne serait que pendant quelques jours ou même un mois....oui on peut toujours rêver et puis ce n'était pas dit que Sylvia serait d'accord sur cette idée.
"Je pense bien a quelque chose mais je suis persuadée que c'est pas possible..."
Revenir en haut Aller en bas
Sylvia Von Wittelsbach


avatar
Messages : 134
Réputation : 10
Date d'inscription : 23/10/2013
Autres Comptes : Laure Dexila-Juan Da Ponte-Aria Cantore-Andea-Capaldi-Archibald Park

Informations du personnage
Âge: 15
Alignement: Neutre/Civil
Equipe Pokémon:

MessageSujet: Re: "L'Honneur, c'est quand on sait souffrir en silence !" [PV : Luga Stark] Dim 21 Juin - 18:22

Notre chère Sylvia faisait toujours attention à ce qu'elle disait, faisait… Cela la rendait véritablement insupportable, cela je vous l'assure. Surtout couplé au caractère hérité de sa mère, qui quand elle était en position de force, elle se ventait assurément. Comme pour s'assurer qu'elle était forte. Cependant, faire cela quand on parlait, quand on tentait de répondre au tac au tac à une personne… C'était beaucoup plus compliqué ! Ainsi, des petites hésitations permettaient à faire tomber aisément le rideau sur scène, dans un fracas assez important. Luga, maintenant qu'elle connaissait Sylvia, voulait voir la Sylvia qu'elle connaissait : La vraie, pas celle qu'elle tentait de faire montrer… Sauf que… Est-ce que Sylvia avait l'air d'avoir à rassembler à cela ? Et bien, tout simplement, rappelez-vous qu'elle avait été élevé à être la meilleure. La plus grande, la plus importante… Donc… Elle avait l'habitude de porter ce masque.

Luga, elle, a côté ne portait pas de masque. Faux. Elle portait un masque. Elle tentait de se montrer forte, elle aussi, elle luttait contre la maladie… Tout le monde portait des masques, car tout le monde avait des choses à cacher. Bien sur, parfois, et même bien souvent, on ne voulait pas le reconnaître. C'était logique. Mais nous étions tous entrain de porter des masques. C'est ce qu'on appelait l'intimité, il était très rare qu'on apprécie de montrer son vrai caractères devant les personnes. Et quand on portait ce fameux masques, on ne le remarquait même pas ! Mais bon, peut-être faisons-nous trop de Psychologique ? C'est possible ! Donc, concentrons nous un peu sur la fameuse Sylvia. Celle-ci avait bien écouté tout ce qu'avait dit Luga… Et donc, elle savait pas quoi répondre. Tout était confus, car elle n'avait pas l'habitude de jouer ce genre de rôle, c'est à dire, dire ce qu'elle pensait véritablement ! Finalement, après un assez long blanc, la fameuse collectionneuse de Pokémon déclara :

« Je… je... »

Elle bégaya. Nier… Nier la souffrance ? Elle ne niait rien du tout voyons ! Elle… Elle était forte ! Elle refusait de se voir comme une lache… Car sérieusement, pour Sylvia, entendre comme cela, qu'elle niait la souffrance, c'était un peu synonyme qu'elle était une lâche, qu'elle refusait de reconnaître cela, qu'elle fuyait… Non. Elle était tout sauf ça ! Tout ! Elle était quand même la grande Sylvia Von Wittelsbach, la Red de la Capture ! Elle ne fuyait pas la souffrance ! Elle l'avait accepté, et puis, vu ce qui lui était arrivé sur l'île Pokérassique… ! Je vous assure qu'elle avait sut ce que c'était… Néanmoins, comme vous pouvez le voir, notre fameuse Sylvia ne comprenait pas forcément, ce qu'avait voulu dire Luga. Jamais celle-ci n'avait voulu être insultante pour Sylvia. Mais malheureusement, sans plus d'explication, Sylvia ne comprenait pas forcément tout bien. En tout cas, elle continue de balbutier, cherchant desespéremment ses mots, et hésitant sur quel pied elle devait danser :

« C'est que… Je dois être… C'est... »

Elle perdait ses mots. Dur d'écrire deux paragraphes similaires sans se répéter. Pourquoi tant de problèmes à parler ? Et bien, tout simplement… Car ça y est… C'était la première, et peut-être la seule fois, que quelqu'un lui disait qu'elle avait besoin d'elle. En général, la pauvre demoiselle se forçait à se rendre utile, indispensable, voir forcait les gens à qu'on la garde… Rappelez-vous des Rps avec le fameux Zach Steel, avant qu'il parte à la casse (vous comprenez la blague ? C'est un champion de type acier!), et quelques autres troublions ! Non. Là, la fameuse Luga disait qu'elle avait besoin de Sylvia. Mais pas forcément la Sylvia que tout le monde connaissait, et n'appréciait guère. Non, elle avait besoin de la vraie Sylvia… Comment était-ce possible, pensa la jeune demoiselle handicapée ? La vraie Sylvia, était une fille sans cesse en proie aux doutes, aux inquiétudes, aux hésitations… Non, une personne, quand elle avait besoin de quelqu'un, c'était qu'elle avait besoin de fort… Pas une faible comme elle… En tout cas, la jeune demoiselle déclara alors :

« Je pense que…
-AH ENFIN ! »

DAMN ELLE EST DE RETOUR ! Et pour jouer un mauvais tour à Sylvia et Luga, visiblement. Mais de qui parle-je donc me diriez-vous impatient telles deux lombrics qui s'affrontent en bermuda sur la plage ! Et bien, vous avez compris… Hélène Von Wittelsbach blabla de la Limouzinière. La mère de Sylvia venait de revenir en force. Il était évident qu'elle allait revenir, pour deux raisons. Déjà, car on arrêtait pas une harpie comme elle, elle était impossible à retenir, surtout qu'elle estimait avoir toujours raisons, mais surtout, la deuxième raison… C'est qu'elle avait raison : Elle était la mère de Sylvia, qui était encore mineure, je le rappelle, pouvait récupéré quand elle voulait sa fille, pour l'amener chez son vrai médecin, enfin, le médecin qui s'occupait en général d'elle. Donc… Même si tout les médecins de cette hôpitals tentaient de la retenir, elle allait récupéré sa fille. Hors de question qu'elle reste dans la plèbe ! Déjà qu'elle allait devoir la laver, elle était sans doute contaminé par tout ses germes…

« T'es toujours là toi… ? Bref, Sylvia, on rentre. »

Sylvia lanca un regard, immédiatement à Luga, un regard voulant dire « désolé ». Et ouais ! Désolé bande de Rpiste trop impatient ! Un personnage ne pouvait pas changer en un seul RP. C'est évident, mais pourtant, beaucoup espéraient. En tout cas, Sylvia s'excusait, mais elle savait très bien que c'était maintenant la fin, pour le moment, de leur rencontre, vu que sa mère allait la ramener, sans aucun doute, dans le manoir familiale. Bien sur, le regard, et le ton de la déclaration qu'elle lança à Luga, ne changeait guère de son habitude. Elle n'aimait pas Luga… Qu'avait-elle put bien dire à Sylvia, pendant qu'elle n'était pas là? La mère de la collectionneuse de Pokémon n'en n'avait pas la moindre idée, mais pour elle, c'était forcément des choses mauvaises. M'enfin bon, il était trop tard. Cherchant le fauteuil, Sylvia elle resta allongée, sans faire le moindre effort pour partir. Elle avait envie de rentrer chez elle, c'est vrai… Mais en même temps, est-ce qu'elle voulait vraiment… Damn… C'était compliqué tout ça…

.:-------------------------:.
"Quand je suis atterré, à genoux, sans force, je me rappelle que je suis une Von Wittelsbach, et que c'est dans l'honneur que ma famille survit."
Sylvia's Thème
Revenir en haut Aller en bas
Luga Stark


avatar
Messages : 140
Réputation : 1
Date d'inscription : 25/10/2013
Age : 28
Autres Comptes : Riku (resistant/dresseur) , Charizard (pokémon obscur) , Eric Lencher (Rocket)

Informations du personnage
Âge: 13 ans
Alignement: Neutre/Civil
Equipe Pokémon:

MessageSujet: Re: "L'Honneur, c'est quand on sait souffrir en silence !" [PV : Luga Stark] Mar 23 Juin - 13:11

Si Luga avait sans doute réussi l'exploit de voir la vrai Sylvia et pas la chieuse professionnel que tout le monde connait,il semblait que la fillette venait en plus de la faire hésiter si il était mieux d'user du masque qu'on utilise d'habitude ou si il faut être sois même,bref a part une Sylvia entrain d'essayer de trouver une réponse disons complète,il était probable que ca ne serait pas aujourd'hui que cela arriverait pour la simple raison que cette fichue Héléna était de retour,ouais le diable qui s'habille en prada est de retour pour gâcher le peu de moment tranquille que sa fille pouvait avoir comme en ce moment par exemple.A la remarque que fit Helena,Luga aurait était ravie de pouvoir lancer une réplique cinglante pour la remettre a sa place mais ce n'était pas son genre et puis  ca ne se fairait pas devant Sylvia,autant ne pas lui mettre encore plus la honte que ca devait déjà être le cas.Ce n'était en revanche pas le cas de l'absol de la jeune fille qui venait de sortir de sa ball de lui même en fixant Helena comme si il avait tout entendu de la ou il était et de toute évidence c'était le cas vu ce qu'il s’apprêta a déclarer mentalement juste pour cette diablesse que Sylvia appelle une mère.
*Soyons clair la vieille,parle encore a ma dresseuse de cette façon et je t'arrache un bout de fesse.Pose un doigt sur elle et c'est tout le bras que je t'arrache.Ai je était clair ou voulez vous que j'y aille dans les détails?*
Si il fallait qualifier Absol assez rapidement,disons juste qu'il était le contraire de Luga et n'hésitait pas a dire ce qu'il pensait vu que de toute façon ses paroles télépathiques ne pouvaient être entendu que par la personne visée,autrement dit ses paroles ne pouvaient pas mettre directement la honte a ceux qui sont autour mais dans le cas d'Helena,au moins il avait eu la patience de la prévenir de ce a quoi elle risque de s'exposer comme danger si elle continuait a agir ainsi envers Luga.Bref de son coté Luga fit de son mieux pour ignorer complètement la harpie et alla faire un calin a Sylvia pour essayer de lui remonté le moral mais aussi pour lui faire comprendre que si un jour sa grande soeur adoptive avait besoin d'elle ou juste envie de la voir,la fillette serait prête a arpenter les régions les une après les autres si nécessaire.
Revenir en haut Aller en bas
Sylvia Von Wittelsbach


avatar
Messages : 134
Réputation : 10
Date d'inscription : 23/10/2013
Autres Comptes : Laure Dexila-Juan Da Ponte-Aria Cantore-Andea-Capaldi-Archibald Park

Informations du personnage
Âge: 15
Alignement: Neutre/Civil
Equipe Pokémon:

MessageSujet: Re: "L'Honneur, c'est quand on sait souffrir en silence !" [PV : Luga Stark] Mer 24 Juin - 7:07

[Les Absols sont télépathes maintenant Oo ? Bon, je laisse, même si j'trouve cela chelou. Il est pas Psy, hein, il est seulement Ténèbres ^^']

Partir... Elle en avait grandement envie... Les hôpitaux la faisaient presque tomber malade. Tss... Faudrait les barricader, les malades pourraient contaminer les vivants. Et construire donc les hôpitaux loin des villes, comme au Moyen-Âge. Ca serait plus hygiénique ! Comme ça, les mourants serraient plus rapidement débarrassé, et tout le monde serait content. Ouais, même moi je me dégoute en écrivant cela ! Mais c'était bien la pensée de la mère de Sylvia, qui avait une vision totalement élitiste du monde, qui considérait que le monde devait se plier devant les puissants, et que les faibles n'étaient pas nécessaire : S'en occuper était donc une parte de temps, de moyens, et d'énergie. Les plus forts mangeaient les plus faibles, les Plus faibles étaient condamnés à devenir plus forts s'ils voulaient survivre : Il fallait donc laisser la Sélection naturel faire son travail, et laisser les faibles disparaître, pour permettre à l'être humain d'évoluer, de continuer, dans le bon sens.

*Soyons clair la vieille,parle encore a ma dresseuse de cette façon et je t'arrache un bout de fesse.Pose un doigt sur elle et c'est tout le bras que je t'arrache.Ai je était clair ou voulez vous que j'y aille dans les détails?*

On pourrait penser là, que notre chère Hélène Von Wittelsbach de la Limouzinière, prendrait peur par rapport à la menace qui avait la subtiltié d'un camion benne... Mais non, elle ne prit pas peur. S'il fallait reconnaître des qualités, chez la fameuse Hélène Von Wittelsbach, c'était bien le courage, doté de fierté, qu'avait-elle. Elle était fière et courageuse. A Poudlard, elle ne serait pas une Serpentard, mais une Griffondor, bien qu'elle soit méchante comme la peste. Elle avait nullement peur d'un Pokémon. Ce dernier pouvait tenter de l'intimidé, elle ne changerai pas, et au contraire, était prêt à agir contre un Pokémon qui tenteraient de l'attaquer. Bien sur, en combat, elle ne pouvait pas gagner contre un Pokémon, mais l'être humain avait bien plus que le simple combat pour se débarrasser d'un Pokémon. Ainsi, elle pensa :

*Intéressant, Pokémon. A mon souvenir, ceux qui attaquent des humains ne sont pas abbatus pour leur violence...?*

Hélène Von Wittelsbach pensa cela, montrant bien ce qu'elle pensait de l'Absol. Il ne fallait pas croire. Elle serait capable de transformer la vie de cette Luga, comme de cette Absol, en un enfer, si elle le voulait : Elle n'était pas n'importe qui, et surtout, elle n'avait pas tord, encore une fois, elle faisait bien attention à ce qu'elle disait. En effet, les autorités étaient très sévères avec les Pokémons qui attaquaient les humains. Ils suffisaient que les humains agressés préviennent la police... Et là, entre la voix de Luga, et celle d'Hélène Von Wittelsbach de la Limouzinière, femme d'Alexandre Von Wittelsbach, plus grand industriel, financier, et économiste de Hoenn... Ouais, va pour piquer l'Absol ! Donc, à son tour, espérant qu'il était, en temps que télépathe, capable de lire les penser, Hélène envoya sa menace, direct, et sans froufrou. Voilà. Ca, c'était fait. Maintenant, elle devait s'intéressé de nouveau à Syl... Sylvia... Sylvia, qui était entrain de recevoir un calin, que même si elle n'avait pas voulu, elle serait obligé d'avoir. Choquée, elle déclara :

« Syl... Sylvia ! »

On sentait l'air choquée dans le ton de la voix. Ouille ! Alors là, c'était le pire crime que pouvait avoir fait la fameuse Luga... Choquée ! Choquée ! Comment avait-elle osée cette maudite gamine ?! Sylvia n'était pas une peluche ! Elle ne pouvait certes guère bougé, quand elle était allongée, étant donné que ses jambes étaient complêtement paralysé... Mais cela ne voulait pas dire qu'on avait le droit de la prendre dans ses bras comme cela... Mais il y avait bien pire... C'était que notre fameuse Luga n'était, aux yeux de la fameuse Sylvia, une horrible prolétaire contagieuse ! Alors, oui, bien sur, je me demande de quoi elle pourrait être « contagieuse », mais il ne fallait pas chercher, je pense... Elle était détestable, et considérait que tout ce qui n'était pas riche et noble était bon pour la casse, sans doute... En tout cas, la pauvre Sylvia allait avoir le droit à un plongeon dans l'eau chaude, dès qu'elle rentrerait ! Il faut absolument empêcher la pauvre collectionneuse d'être contaminée par ce calin ! D'ailleurs, elle l'expliqua, immédiatement, ignorant l'ancienne menace de l'Absol :

« Bon sang de bonsoir, on rentre immédiatement ! Il va falloir te désinfecté, là, c'est terrible... Ne t'avise plus jamais à faire ça...
-Au revoir Luga... »

Sylvia déclara cela, alors que sa mère l'aidait à retourner sur son fauteuil roulant, qu'elle avait finalement trouvé, abandonné dans un coin de la chambre. Elle récupéra sur le porte manteau le chapeau de mage de la jeune demoiselle aux cheveux rose, et l'enfonça sur la tête de Sylvia, avant d'attraper les poignées. Sylvia était horriblement gênée par la situation, un peu à cause du fait que sa mère était trop collante, et par le fait que sa mère était une horrible garce... Elle ne se rendait même pas compte qu'elle était parfois pareils, quand elle tentait de faire la grande, la forte... Mais oui ! Vous comprenez, c'est le célèbres : Balaye devant ta porte, avant de balayer devant celle des autres ! Mais bon... En tout cas, après cette sortie douloureuse dans le monde réelle, la jeune demoiselle aux cheveux roses retournaient lentement dans son cocon dorée... Est-ce que toutes ses discussions, tous ses changements, allaient-ils influencer la fameuse collectionneuse de Pokémon ? C'était une bonne question, mais n'allons pas trop vite en besogne, comme on dit.

.:-------------------------:.
"Quand je suis atterré, à genoux, sans force, je me rappelle que je suis une Von Wittelsbach, et que c'est dans l'honneur que ma famille survit."
Sylvia's Thème
Revenir en haut Aller en bas
Luga Stark


avatar
Messages : 140
Réputation : 1
Date d'inscription : 25/10/2013
Age : 28
Autres Comptes : Riku (resistant/dresseur) , Charizard (pokémon obscur) , Eric Lencher (Rocket)

Informations du personnage
Âge: 13 ans
Alignement: Neutre/Civil
Equipe Pokémon:

MessageSujet: Re: "L'Honneur, c'est quand on sait souffrir en silence !" [PV : Luga Stark] Mer 24 Juin - 8:13

[je croit que dans le film avec jirachi ou en tout cas un des films pokémons,y a un absol qui y arrive]

Oh mais c'est qu'elle avait du répondant la vieille,une chose qu'Absol avait tendance a apprécier chez les gens mais dans le ce cas précis.Il savait pertinemment que les humains on tendance a abattre les pokémons dangereux pour eux mais pourtant il y avait une chose qu'ils avaient tous tendance a oublier que si plusieurs pokémons s’unissent en usant tous leurs pouvoirs...eh bien les humains n'on plus qu'a fuir ou a s'enfermer chez eux donc autant dire que menacer un pokémon d'une peine de mort,ce n'est vraiment pas malin.
*Je sais pas,faut demander ca aux titans.....ah mais ce jour la vous avez tous tremblés dans vos maisons c'est vrai.Dites vous que si votre espèce existent encore,c'est parceque les notres le veulent bien et cela que vous soyez riche ou pas*
Si dans la société humaine l'argent peut toujours dissuader un groupe d'humains d'en tuer un autre,il fallait pourtant bien comprendre que si un groupe de pokémons venaient au contraire a décider de tuer des humains,tout l'argent du monde ne les fairaient sans doute pas reculer et ca c'était une chose qu'Helene von Wittelsbach devrait méditer un peu.
*De toute façon,tenter de me faire dut mal,je vous emporte avec moi dans la tombe*
Si Luga pouvait entendre en ce moment ce que disait son pokémon,elle serait sans doute fier de lui bien qu'elle essayerait quand même de le calmer.En revanche elle dut le maintenir par le cou quand elle vit la corne du pokémon désastre entrain de briller comme si il s’apprêtait a attaquer la harpie quand Helene avait encore mal parler a sa dresseuse.
*Lache moi Luga,cette fois je vais lui faire la peau*
"Laisse tomber Absol....Elle vaut pas la peine qu'on lui prête de l'attention.Elle n'en mérite aucune"
Si les paroles de la fillette étaient avant tout prononcé pour tenter de calmé le pokemon des ténèbres,c'était aussi une façon détourné de dire a la mère de Sylvia que aussi puissante et riche qu'elle peut l'être,elle ne méritait pas que les gens fasse attention a elle hors être un symbole de puissance dans le monde ou pas et au final se faire complètement ignorer comme si on n'était personne,il n'y avait rien de plus désagréable pour n'importe qui.Dans un sens Luga venait de dire la pire chose qu'elle peut souhaiter a une personne en dehors de la mort elle même car après tout dans certains cas tuer quelqu'un parcequ'on ne l'aime pas,cela revient a lui donner de l'importance.Sachant qu'il était donc temps aussi pour elle de s'en aller,elle vit revenir Lanturn dans sa pokeball en gardant quand même Absol a ses cotés avant de s'avancer vers Sylvia pour lui dire au revoir tandis que l'absol était entrain de communiquer mentalement le numéro de vokit de Luga,une méthode comme une autre pour éviter qu'Helene puisse deviner quoi que ce soit. 
"Au revoir Sylvia..."
Laissant les Wittelsbach s'en aller,la fillette commença a aller voir les médecins pour leur faire comprendre qu'elle désirait s'en aller pendant qu'ils n'étaient pas décidés a changer d'avis et a l'enfermer a l’hôpital pour des soins sans fin,par ailleurs elle devrait sortir de l’hôpital pour demander a Camilla de venir la chercher pour partir dans la région de Sinnoh,une décision qui allait peut être mettre un peu de distance entre Luga et Sylvia mais c'était peut être préférable d'autant plus qu'avec le numéro que Luga lui avait transmis par le biais du pokémon désastre,les deux "sœurs" allaient pouvoir garder le contact et peut être tant qu'a faire se revoir dans le futur.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: "L'Honneur, c'est quand on sait souffrir en silence !" [PV : Luga Stark]

Revenir en haut Aller en bas
 

"L'Honneur, c'est quand on sait souffrir en silence !" [PV : Luga Stark]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pokemon Legends : Rebirth - Forum rpg :: Le Pokémonde :: Hoenn :: Atalanopolis-