Le forum a ouvert son wikia ! Cliquez ici pour y contribuer !
Annonce aux joueurs débutants : Vous êtes perdus ? Cliquez ici pour avoir plus d'informations !
Nouveau thème, nouveau contexte ! Important : Venez vous faire recenser ici !
Derniers sujets
» Rising World
Jeu 10 Aoû - 21:04 par EternalStay

» Pokémon d'Antan
Mer 5 Juil - 13:04 par Invité

» En route pour de nouvelles aventures !
Dim 2 Juil - 21:44 par Kyubi

» Tsuki's World
Sam 24 Juin - 12:35 par Invité

» Abandon du forum et ouverture d'un nouveau forum
Ven 23 Juin - 18:11 par Alice Taylor

» Scénario pour le Reboot ?
Mar 20 Juin - 18:02 par Alice Taylor

» Pokémon Donjon Mystère - Explorers of Abyss
Mar 20 Juin - 10:28 par Invité

» Final Fantasy Rebirth
Mar 6 Juin - 12:35 par Invité

» Suivre l'actu ?
Lun 5 Juin - 9:58 par Invité


Partagez | .

"Que fais-tu la ma mignonne ?"

Aria Cantore


avatar
Messages : 94
Réputation : 6
Date d'inscription : 23/10/2013
Autres Comptes : Laure Dexila = Archibald Park = Juan da Ponte = Sylvia Von Wittelsbach = Andea Capaldi

Informations du personnage
Âge: 20
Alignement: Défense internationale
Equipe Pokémon:

MessageSujet: "Que fais-tu la ma mignonne ?" Mer 16 Juil - 18:18

« 450... 475... 500. Voilà. »

Le compte était bon. Alors, oui, je sais, ça ressemble à rien, quand on compare avec le jeu, mais là, imaginez que le cours du Pokédollars est calqué sur celui de l'euro, au lieu du Yen. Oui, c'est quelque chose qu'on oublie souvent, mais le cours de la monnaie était quand même très important. Non, le cours de la monnaie. Pas les cours sur Monet. Cela n'a rien à voir. Après ce calembour plus que contestable, il était peut-être temps d'expliquer un petit peu ce qui se passait. Ainsi, assisse sur une chaise, à s'en décrocher la mâchoire, Aria baillait alors qu'elle recevait une paye amplement mérité. Surtout après le travail qu'elle avait fait. Elle attrapa alors la liasse de billet. Et oui, Free-Lance oblige, elle ne faisait pas cela automatiquement. Bien plus pratique, malgré son côté viellot... Bien plus pratique, car cela permettait de ne pas se faire arnaquer, sur des factures qui n'arrivaient jamais. Cela était déjà horriblement rageant et irritant que cela arrivait car tu faisais des sites internets, alors quand tu risquais ta vie sur le terrain, c'était encore pire. Alors qu'elle était entrain de partir, elle reçu de la part du Commissaire ses compliments :

« Tu fais un bon travail Cantore. Très bon. Bonne chance pour la suite...
-Merci. »

Et voilà ! Un nouveau job de fait. Il l'avait fait courir, celui-là. Les teams étaient vraiment beaucoup trop anormalement calme, cela énervait pas mal la chasseuse de Prime. Bien sur, elle avait eu le droit à son moment de gloire, avec le meurtre d'Irina de Locklsey, meurtre dont son statut et ses faux justificatifs l'avaient totalement blanchi, et aussi le fait que personne ne voulait pleurer la mort de cette femme, prouvant bien la cruauté de l'homme, mais en ce moment, peu de teams agissaient vraiment. Donc, elle était réduite à surtout aidée les policiers a arrêter des criminels de petit envergure, qui faisait des crimes de petites envergures aussi, mais dont on ne pouvait laisser passer. Enfin, petite envergures, pas forcément. Aria venait justement de terminer un travail pour démanteler des trafiquants de Pokémons, et des organisateurs de combats de Pokémons à mort, véritable fléau qui touchait énormément la zone de Volucité. D'où le fait qu'elle était venu chercher sa paye, dans le QG officiel des FPI.

Marchant dans les couloirs du QG des FPI, elle était tranquille. Les travaux étaient enfin fini. L'Organisation Plasma, à la très grande surprise d'Aria, qui avait presque failli déchirer son contrat avec les FPI quand elle avait découvert l'Alliance, avait fait un très bon travail, et s'était montré comme des alliés totalement sur et travaillant d'arrache pieds pour le bien des Pokémons, mais aussi des Humains. D'ailleurs, dans l'équipe qui était intervenue pour arrêter les combats illégaux, et lutter contre les Trafiquants de Pokémons, deux jeunes plasmas avaient fait partie de l'opération, dont un, dans son courage presque téméraire, avait été légèrement blessé pendant la courte lutte qui avait précédé. Elle devait avouer qu'elle avait très mal jugée les Plasmas sur le coup, d'où le fait qu'elle n'usait plus du tout du terme « Team Plasma ». Cela était pour elle logique : La « Team » Plasma n'en n'était pas une. D'où le fait qu'elle usait maintenait du terme d'Organisation Plasma. Elle avait bien tourné. Comme quoi, un bon leader, pouvait faire de bonne chose. Mais attention, cela restait, aux yeux d'Aria, un cas d'exception, d'où son immense méfiance envers la Team Venom, qu'elle voyait comme criminel, bien qu'elle n'avait rien pour le prouvé...

« Pfiou, harassante la journée, j'ai besoin de calme... »

En effet, Aria était fourbue, littéralement, elle avait besoin d'un peu de calme, de se poser à un moment... Et de caféine. Telles une étudiante se préparant pour ses partiels, elle avait besoin d'une bonne dose de caféine. En même temps, bien souvent, quand on réfléchissait un petit peu, bien souvent, le café était la seule et l'unique chose qui nous maintenait en vie après une bonne suite de révision. Et cela, je vous l'assure, c'est on ne peux plus vrai. C'est même la phrase la plus vraie de l'Histoire de la vérité. Ainsi, Aria s'approcha du Saint Graal de l'étudiant, du mangeur de fric le plus efficace des Facultés, du Dieu des nyctalopes et autres somnambules, non, ce n'est pas une insulte, merci Naheulbeuk d'avoir crée cette maudite blague que tout le monde s'amuse à faire maintenant, le Jesus Christ des travailleurs, le Bouddha des révisions... J'ai nommé... La Machine à Café ! Elle s'en commenda un, alors, maudissant le fait qu'on n'avait jamais de monnaie dans ce genre de cas, et que la machine nous offrait que des pièces d'une valeur ridicule qu'on allait perdre, et attrapa son café amplement mérité. Parlant à voix haute, elle déclara à elle-même.

« Installons-nous ici. »

Aria s'installa alors sur un canapé, qui permettait aux gens du QG, et non les visiteurs... Mais soudainement, elle fut surprise. Elle regardait rien du tout, dans l'horizon, quand elle apperçu une petite fille, littéralement, sortir du bloc médical. Le Bloc médical ! Une jeune demoiselle, sortant du bloc médical...? Ouh là... Cela sonnait mal, et elle fit une grimace. La seule théorie qui lui venait en tête, c'était que cette demoiselle venait de perdre quelqu'un de proche, qui était en ce moment en autopsie dans le Bloc Médical... Et dont elle avait été apporté pour vérifier l'identité du cadavre... Dur. Dur pour cette jeune fille. Elle était un peu trop loin pour voir son visage, mais elle voyait que c'était une rouquine. Dur aussi. NON J'DECONNE ! ME TAPER PAS. POSEZ CE FLINGUE ! Bref, elle s'installa au fond du canapé. Elle n'imaginait pas pendant ne serait-ce qu'une nano-seconde qu'elle avait en face d'elle, littéralement, une membre des FPI. Elle risquait d'avoir une surprise. Ainsi, en pensait de manière presque dépressive à ce qui aurait put se passer, accusant presque les teams de ce crime imaginaire... On ne la change pas, la fameuse Aria...

.:-------------------------:.
Revenir en haut Aller en bas
Yris Chevalier


avatar
Messages : 11
Réputation : 0
Date d'inscription : 26/01/2014
Autres Comptes : Calder
Mickaël Machina
Jyuu
Matthew Kamicat

Informations du personnage
Âge: 12 ans
Alignement: FPI
Equipe Pokémon:

MessageSujet: Re: "Que fais-tu la ma mignonne ?" Mer 16 Juil - 19:52

Yris prit le stylo de la main de l'homme qui était attaché à une sorte de chaise de dentiste, et observa un instant le bloc-note qu'elle tenait à travers les trous de son masque. Pendant ces quelques secondes de silence, l'homme la fixait d'un regard affolé, tout son corps crispé par la douleur et la peur que lui inspirait la petite fille dont il ne pouvait voir le visage. Il n'osait bouger, ni émettre le moindre son... Oh, non pas qu'il puisse faire quoi que ce soit, en fait. Yris n'y était pas allée de main morte avec lui. C'était à peine s'il avait réussit à articuler à nouveau qu'il allait tout avouer avant que le Boucher ne décide de lui tendre enfin le bloc-note libérateur. De plus, il était si solidement sanglé qu'il ne pouvait se lever de la chaise sur laquelle il était allongé. Mais les sangles ne servaient plus à rien, vu l'état dans lequel l'interrogatrice l'avait mis...

Un petit rire s'élevant de derrière le masque grotesque brisa enfin le silence, faisant frissonner de terreur l'homme qui laissa échapper un gémissement effrayé, sa mâchoire ne lui permettant pas de faire mieux à l'heure actuelle. Yris cliqua sur l'arrière du stylo pour faire rentrer la mine dans un « clic » qui résonna dans la pièce, avant de lever les yeux vers l'homme. Il n'eût pas besoin de voir le visage de la petite fille rousse pour savoir que ses lèvres formaient un sourire aussi grand que celui de son masque.


- Merci pour ces informations, je vais te laisser tranquille pour aujourd'hui, lui dit-elle. Je t'en suis trèèèèèèèès reconnaissante. Mais, n'abuse surtout pas de ma reconnaissance... Si j’apprends que tu as été un vilain garçon, je te retrouverais, et nous passerons encore du temps à jouer ensembles...

Elle laissa échapper un léger gloussement en se dirigeant vers la porte. Inutile d'en faire plus. C'était un schéma classique : sa « victime » aurait tellement peur d'elle, après son « interrogatoire », qu'il y avait peu de chances qu'il retombe dans le crime, et encore moins qu'il ose parler d'elle à qui que ce soit. Une sorte de trauma, si on veut. Parfois, certains frisent la folie, et leur esprit finit même par leur faire oublier de force l'existence de la fillette pour s'auto-protéger, mais une peur du crime subsistait. Oublier... A cette pensée, Yris laissa échapper un soupir mélancolique en refermant la porte derrière elle, ôtant son masque. Oublier était un luxe auquel elle n'avait pas le droit. Bien sûr, sa maladie se montrait bien pratique, et elle n'avait aucun regret. A onze ans, on est trop jeune pour avoir des regrets. Mais c'était parfois dur de vivre avec cette maladie.

Elle enleva son tablier taché de sang et le plia, avant de le ranger dans un sac. Elle y rangea également son masque, et y posa son serre-tête en zigzag dont elle se servait pour tenir ses cheveux en arrière. Elle ôta ses chaussures, et sortit d'un sac un gant de toilette et une bouteille d'eau, avant d'entreprendre de nettoyer le sang sur ses bras et le bas de ses jambes. Il fallait vraiment qu'elle demande à installer l'eau courante en bas... Une fois tout le sang enlevé, elle jeta le gant dans le sac contenant son tablier, et le referma à l'aide d'un cadenas à clef.

Un homme entra dans l'antichambre au moment où elle remettait ses baskets habituelles. Yris tourna la tête vers lui à son arrivée, puis ramassa le bloc-note qu'elle tendit au nouveau venu.


- J'ai les noms des gros poissons de l'organisation, expliqua-t-elle en se recoiffant, reformant ses deux couettes. Il a aussi indiqué où se tiendra le prochain rendez-vous. Demandez aux gars de le soigner, et gardez-le enfermé au poste pour le moment.

L'homme hocha la tête et prit le bloc-note, ressortant de la pièce. Yris continua à se recoiffer du mieux qu'elle pouvait – bon dieu, il fallait aussi qu'elle demande à ce qu'on installe un satané miroir ici – avant de récupérer ses Pokéballs, puis sortit à son tour, croisant deux médecins des FPI qui entraient. Traversant les blocs du sous-sol, elle regarda autour d'elle. Edgar n'était pas là aujourd'hui. Dommage, elle voulait avoir son avis sur son « oeuvre », mais bon, tant pis.

Elle grimpa les escaliers qui menaient vers la surface et plissa les yeux lorsqu'elle revit la lumière du jour, le temps que ses pupilles s'habituent à la différence d'intensité entre le soleil et les néons du bloc médical. C'est alors qu'elle se rendit compte qu'elle avait horriblement soif, comme presque à chaque fois qu'elle « travaillait ». Elle se dirigea alors vers le distributeur automatique, et regarda parmi les produits au travers de la vitre. Aujourd'hui, elle allait prendre du Fonta ! Elle fouilla dans sa poche pour sortir son argent...

Quoi !? Elle recompta plusieurs fois pour être sûre de ne pas avoir fait d'erreur. Non, c'était catégorique : elle n'avait pas assez pour s'acheter une canette. Dépitée, elle rangea les quelques pièces qu'elle avait sorti, et regarda autour d'elle. C'est alors qu'elle remarqua une dame qui était assise là où les employés pouvaient se reposer. Tiens, elle ne l'avait encore jamais vue ici, et pourtant elle connaissait un paquet d'employés, surtout les femmes en fait. Intéressant...

Yris se dirigea vers la dame avec un air tristounet au visage, comme un enfant qui n'a pas pût avoir quelque chose qu'il voulait. Ses lèvres faisaient une moue des plus adorables, la même moue qui avait réussi à conquérir le cœur de la plupart des employées féminines et faisant ressortir tout le côté « kawaii » de la petite fille. Elle s'arrêta devant l'étrangère. La dame portait un kimono, ce qui était assez rare de nos jours, et avait des cheveux courts. Mais mis à part ça, elle n'avait rien de spécial. Juste une femme parmi tant d'autres, se dit Yris. Une dame ni belle, ni moche, qui n'attirait pas l'attention, et qui avait sûrement le don d'être très rapidement oubliée par le manque de traits distinctifs. Parfais. Ce genre de personnes était le plus facile à berner, lorsqu'on est une petite fille.


- Excusez-moi, madame, lui dit Yris d'une petite voix triste. Je... J'ai soif, mais je n'ai pas assez pour me payer une canette...

Elle sortit quelque pièces de sa poche, et commença à les compter, son expression triste toujours au visage.

- Il me manque un pokédollar pour avoir un Fonta...

Si on pouvait voir une projection de l'esprit d'Yris, on pourrait voir qu'elle souriait intérieurement d'un sourire vicieux. Inutile d'en dire d'avantage, celà pourait avoir l'effet inverse de celui escompté et faire baisser son taux de mignonitude. Elle commençait à savoir comment fonctionnait le cerveau des femmes adultes : cette vieille allait tomber sous son charme, et bondir lui acheter un Fonta. C'était comme si c'était déjà fait !
Revenir en haut Aller en bas
Aria Cantore


avatar
Messages : 94
Réputation : 6
Date d'inscription : 23/10/2013
Autres Comptes : Laure Dexila = Archibald Park = Juan da Ponte = Sylvia Von Wittelsbach = Andea Capaldi

Informations du personnage
Âge: 20
Alignement: Défense internationale
Equipe Pokémon:

MessageSujet: Re: "Que fais-tu la ma mignonne ?" Mer 16 Juil - 20:55

Ainsi, Aria était toujours entrain de se demander la même chose : QU'est-ce que faisait la jeune demoiselle ici. La voir sortir du Bloc médical, ce n'était pas forcément, comme dit précédement très rassurant. Après, une chose importante : Notre fameuse Aria ne connaissait pas du tout le Bloc médical. Elle n'y était jamais allé auparavant... En même temps, elle n'avait jamais eu à y aller; Souvent, les civils y allaient pour une seule raison bien sombre : Reconnaître des défunts. Sauf que quand c'était arrivé à Rivamar, les macchabées ne pouvaient être tous mis dans un Simple local scientifique. Trop nombreux. Ainsi, comme après un séisme, les morts avaient été installés dans des édifices encore debout, non habitué à recevoir ce genre de personne, enfin, en tout cas, dans cette état. Ainsi, c'était dans ce genre de lieu qu'Aria avait fait cette activité on-ne-peux-plus désagréable. Donc, deux choses. Premièrement, ainsi, elle ne connaissait rien de ce qui avait après les portes blanches littéralement ascéptisés. Et de deux... Elle espérait sincèrement que cette pauvre fillette ne soit pas là pour ça ! Quand soudainement, elle apperçu que cette fameuse demoiselle venait vers elle. Que se passait-il ? Elle n'en savait rien.

- Excusez-moi, madame. Je... J'ai soif, mais je n'ai pas assez pour me payer une canette...

SO... MUCH... CUTENESS ! Incroyable ! C'était une enfant adorable ! Et la pauvre, elle n'avait pas assez d'argent pour s'acheter une canette ! Il était temps ! Elle ne pouvait pas laisser une pauvre enfant comme ça, dans une telle situation en péril ! Il était temps qu'elle 'laide ! Elle ne pouvait pas accepter, oh non, une telle injustice ! Cela serait criminel ! Il était temps d'agir ! Quoi ? J'exagère ?A peine. Aria avait toujours eu un faible pour les enfants. Pas comme vous le pensez, bande de gros dégueulasse. Non, c'est qu'elle avait toujours eu le feeling avec les petits, elle adorait s'en occuper. Ses petits boulots, d'ailleurs, quand elle était étudiante en Lettre Modernes à Rivamar, était de s'occuper des enfants de beaucoup des amis de ses parents. Bien sur; elle appréciait les enfants comme beaucoup, sage et pas trop casse pied. Donnez lui la fille de ma marraine ne serait-ce qu'une seconde, et elle n'apprécierait plus du tout les enfants. Je vous l'assure. Mais bref, ainsi, elle écouta la fin de la déclaration de la jeune demoiselle, qu'elle avait en face d'elle, cette mignone petite interlocutrice :

- Il me manque un pokédollar pour avoir un Fonta...

« Viens ! On va en prendre un au destributeur, ma mignonne ! »

Elle attrapa alors la main de la fameuse Yris, sans attendre la moindre autorisation, ou la moindre déclaration de cette dernière, se dirigea vers le fameux distributeurs. Tient, parenthèse sociale hautement cocasse comme vous les aimez; Je sais que vous allez les skipper, donc, je le dis quand même : Vous remarquerez que dans votre esprit, cette scène est mignonne. C'est une demoiselle, difficile de parler de « dame » véritablement pour Aria, alors qu'elle n'était pas si vielle, elle restait relativmeent jeune quand même, qui aide une jeune demoiselle. Enfin, enfant... Mais bref, cette scène est mignonne. Maintenant, remplacer Aria par un homme, et tout de suite, beaucoup diront que cette scène est malsaine. Et oui, c'est là que vous voyez la beauté de la stupidité sexiste. Je suis quelqu'un de très engagé, vous l'avez vu dans mes différents RP. Et le sexisme bien que j'ai crée Juan, est bien dans mon top 3 de ce qui me fait plus rager. Coup de gueule contre les préjugés ainsi ? Non, juste un moyen de faire un paragraphe plus long. Et oui, parfois, l'engagement c'est pas toujours aussi noble qu'on le croit.

« Alors, et voilà un Fonta pour la mademoiselle ! N'oublie pas que les boissons sucrés, faudra se laver les dents après ! »

Ri. Di. Cule. Sérieusement. Vous imaginez la chasseuse de prime sans pitié...? Celle qui avait participé à la terrible guerre de Kanto, aux batailles d'Ondes-Sur-Mer, de Safrania, de Cramois'île... Qui avait dirigé des hommes, même, du poigne, pour qu'ils soient obéissant et efficace. Celle qui avait tué des membres de teams. Sans la moindre pitié. Là, elle était entrain de donner des conseils dantaires à une fille qui les connaissait déjà, et qui était sans doute entrain de se dire : « Non mais c'est quoi cette meuf...? Sérieusement ? ». Ainsi, Aria venait de payer, entièrement et intégralement la canette à la fameuse Yris Chevalier, ainsi, pensa-t-elle, elle pourrait garder sa monnaie pour s'offrir quelque chose d'autres; Une sucrerie, ou une patisserie, ou n'importe quoi du genre ! Mais bref, elle venait de se faire totalement entubé. Mais logique en même temps ! Comment pouvait-elle penser que ce n'était pas un petit ange qui venait de lui parler, mias une vraie petite démone déguisée en ange ? Et oui, c'est bien là le problème ! Et ne vous moquez pas d'Aria, je suis sur que plus d'une fois, vous vous êtes fais avoir. Par un enfant, ou par un animal. Avec ses yeux, cette bouille... Comme résister ?

« Que fais-tu la ma choupinette ? C'est pas autorisé, en théorie, pour les non membres de la Police ? Tu es perdus ? Tu attends quelqu'un ? Si tu veux je peux t'aider ! Je connais bien l'endroit, et j'ai rien à faire ! Tu peux compter sur moi ! »

Aria avait milles questions, et milles choses à dire à cette pauvre enfant. Mais l'important, c'était de savoir pourquoi elle était là, et surtout, ce qu'elle pouvait faire pour l'aider. Maintenant quel lui avait payée sa canette, elle allait pouvoir faire ce dont elle avait besoin. Elle était sans doute perdue, et elle ne savait pas, comment se retrouver ! En même temps, une chose était vraie : Le QG était grand. Très grand. Trop grand même. Même Aria, les premières fois s'était perdue. En effet, une chose était logique, je le rappelle : Elle n'était que peu souvent ici : Elle était une chasseuse de Prime. Pas officiellement une FPI... Mais bon, dois-je vraiment le rappeller pour la je-ne-sais-plus-combientième fois ? Tient,; combientième est un mot qui existe vraiment selon mon correcteur orthographique. Je suis officiellement choqué. Après cette parenthèse qui n'avait rien à voir, il est temps de retourner au RP... Quoique, c'est la fin, étant donné qu'on arrivait à la fin de ce paragraphe... Donc à vous les studios !

.:-------------------------:.
Revenir en haut Aller en bas
Yris Chevalier


avatar
Messages : 11
Réputation : 0
Date d'inscription : 26/01/2014
Autres Comptes : Calder
Mickaël Machina
Jyuu
Matthew Kamicat

Informations du personnage
Âge: 12 ans
Alignement: FPI
Equipe Pokémon:

MessageSujet: Re: "Que fais-tu la ma mignonne ?" Mer 16 Juil - 22:18

La narratrice tient à préciser qu'elle-même est choquée de l'existence du mot « combientième ». Sûrement un néologisme qui, au fil du temps, a finit par être accepté par la langue Française et par l'Académie Française. Enfin bref.

- Viens ! On va en prendre un au destributeur, ma mignonne !

A peine eût-elle finit de parler que la dame prit la main d'Yris et la tira vers le distributeur. Parfait, parfait... Yris ricana mentalement. Son plan avait marché à la perfection, et même mieux en fait ! En effet, la gamine n'avait même pas eût besoin de sortir le moindre centime, la femme au kimono lui payant non pas une partie, mais l'intégralité de la canette ! Bien, bien, comme ça elle pourrait économiser son argent de poche.

- Alors, et voilà un Fonta pour la mademoiselle ! N'oublie pas que les boissons sucrés, faudra se laver les dents après !

- Merci Madame ! Promis !


Yris se contenta d'afficher son plus beau sourire angélique à l'attention de la dame. Se laver les dents ? Elle le savait, elle n'était pas idiote ! En tant que star de l'élevage canin, elle devait soigner son image, et elle savait bien que les gens faisaient attention au moindre petit détail. Pas question d'apparaître avec des dents jaunes ou des caries ! Mais enfin... Ca arrivait souvent qu'on la prenne pour une idiote à cause de son jeune âge et de son faux air niais. Et en fait, c'était limite si elle appréciait. Oui, bien sûr, son ego prenait un coup à chaque fois : elle qui se considérait comme plus intelligente que la plupart de ses collègues, c'était toujours assez frustrant qu'on la prenne pour une débile. Mais ce genre de fausse première impression pouvait se montrer d'une grande aide lorsqu'elle jouait les petites filles modèles. Ainsi, la victime de ses machinations baissait sa garde et ne pouvait pas penser une seule seconde qu'elle était en train de se faire rouler dans la farine par cette petite peste. Un véritable génie du mal !

- Que fais-tu la ma choupinette ? demanda alors la dame. C'est pas autorisé, en théorie, pour les non membres de la Police ? Tu es perdue ? Tu attends quelqu'un ? Si tu veux je peux t'aider ! Je connais bien l'endroit, et j'ai rien à faire ! Tu peux compter sur moi !

« Choupinette » ? Sérieusement, Aria ? Heureusement qu'Yris était habituée à ce qu'on lui donne des surnoms aussi atroces, sinon tu aurais pût vivre le même calvaire qu'un certain criminel qui était en train de se faire soigner dans une pièce insonorisée au sous-sol...

Yris regarda un instant celle qui lui avait acheté sa canette avec de grands yeux, semblant ne pas comprendre. Evidemment, elle avait déjà compris ce que sous-entendait la dame. C'était très rare, voir quasiment impossible qu'une fille de son âge soit policière. Elwin et elle étaient deux OVNIs, et, même si Elwin pouvait se faire passer pour un majeur, ce n'était pas le cas pour Yris. Mais bon, même en ayant compris, la fillette resta quelques secondes à regarder la dame avec ses grands yeux verts, jouant la carte de la niaiserie.


- Ah ! fit-elle, faisant semblant de comprendre d'un coup. Non non, Madame ! J'étais venue voir un ami à moi qui travaille au bloc médical !

Ce n'était pas la vérité, mais en même temps ce n'était pas un mensonge. Il fallait bien qu'elle explique sa présence, et elle se doutait que la dame n'allait pas apprécier si elle disait « ouais, en fait je viens de torturer un type pendant plusieurs heures pour qu'il nous balance ses potes. » Et elle avait bien eût l'intention de voir Edgar, sûrement la seule personne qui connaissait vraiment bien la vraie Yris, et qui travaillait bel et bien en tant que médecin légiste des FPI.

- Et je suis policière moi aussi ! continua-t-elle en bombant le torse, montrant avec fierté à la dame le badge de police qui pendait au bout d'une chaîne autour de son cou. Enquêtrice Yris Chevalier, pour vous servir, Madame ! Vous croyiez que j'étais là pour quoi ?

Sur ces mots, elle gloussa de la manière la plus adorable qu'elle puisse et ouvrit la canette de Fonta dans un « pscht ! » avant d'en boire quelques gorgées. Juste quelques seconde de répit pour laisser au cerveau de cette grande idiote le temps d'analyser et d'assimiler l'information. Elle s'assit alors sur le fauteuil et fit signe à sa victime de s'asseoir à côté d'elle avec un grand sourire, buvant à nouveau à sa canette.

C'est alors qu'elle prit une de ses Pokéball et qu'elle en sortit Queunotte, son Medhyena. Le petit loup n'était pas très courageux, et il regarda Aria avec appréhension au début, mais Yris le posa sur ses genoux et lui tendit sa canette. Chic, du Fonta ! Queunotte adorait ça, et Yris n'oubliait jamais de le faire sortir pour lui en donner un petit peu. Sortant la langue et remuant à toute vitesse la queue, il plongea son museau contre la canette et commença à laper la boisson du mieux qu'il pouvait, la fillette penchant la canette pour l'aider, en lui caressant le dos de sa main libre. La présence d'un petit Pokémon mignon lui permettrait de s'attirer encore plus les faveurs d'Aria, si vous vous posiez la question de pourquoi elle avait fait sortir le Medhyena. Bon, bien sûr, elle l'aurait quand même fait sortir pour lui donner un peu de sa boisson. Mais là, elle y mettait carrément une mise en scène ! Elle faisait tout pour briller d'une aura de mignonitude, de naïveté et de pureté. Qui penserait que sous ce masque social se cachait une dangereuse psychopathe... ?


- Et vous, vous faites quoi ici, Madame ? Je vous ais jamais vu avant. Enfin, faut dire, le QG a été reconstruit qu'il y a peu de temps, j'ai peut-être pas eût le temps de croiser tout le monde...

Ca, elle en doutait fort. Mais passons. Lancer une conversation et dire tout haut ce qu'elle faisait semblant de penser lui permettrait de mieux s'attacher cette idiote, et ainsi de mieux la manipuler à l'avenir. Elle ne savait pas encore ce que l'étrangère pourrait lui apporter ; si ça se trouvait, elle ne lui serait d'aucune utilité. Mais Yris mettait un point d'or à s'attirer les faveurs d'un maximum de personnes, au cas où. Et la pauvre Aria ne serait pas une exception à cette règle !
Revenir en haut Aller en bas
Aria Cantore


avatar
Messages : 94
Réputation : 6
Date d'inscription : 23/10/2013
Autres Comptes : Laure Dexila = Archibald Park = Juan da Ponte = Sylvia Von Wittelsbach = Andea Capaldi

Informations du personnage
Âge: 20
Alignement: Défense internationale
Equipe Pokémon:

MessageSujet: Re: "Que fais-tu la ma mignonne ?" Jeu 17 Juil - 8:10

Aria était très naïve, il fallait bien le croire. Elle était quelqu'un qui ne savait que mal se méfier des gens, et surtout des apparences des gens. Elle voyait quelqu'un à une apparence plutôt méchante, elle le considérait comme méchant. Elle voyait une bouille d'ange... c'était un ange pour elle. Et ouais ! Bon, pour le premier cas, la rencontre avec Jyuu avait pas mal aidé à trancher à la tronçonneuse dans les clichés. Il fallait l'avouer... Mais cela ne changeait pas le fait qu'elle restait très impacté par la notion d'apparence, qui était pourtant fausse. On se faisait bien plus souvent avoir par des mecs en costards cravates, totalement clean et propre en apparence, que par des Punks, si vous voulez mon avis. Bien sur, ce n'est que mon avis, mais regardez autour de vous, et osez confirmer l'inverse. Mais bref, ainsi, la fameuse Aria était totalement dans le piège d'Yris, et se laissait totalement bernée. Et le pire, c'est qu'elle n'était pas prêt de le découvrir, le comprendre, ou même s'en sortir, car c'était le genre de cas, où elle considérait que cette adorable fillette avait sans doute besoin d'aide ! Ainsi, elle écouta alors la réponse à sa fameuse question.

- Ah !   Non non, Madame ! J'étais venue voir un ami à moi qui travaille au bloc médical !

Un ami...? Un ami à cette âge dans le Bloc Médical ? Sans doute un stagiaire ou un débutant. C'est vrai qu'ils pouvaient n'avoir, après tout, qu'une quinzaine d'année, quand on était dans le cas de son premier stage. Même si c'était une jeune personne brillante qui avait sauté une classe, elle ne pouvait avoir que quatorze ans seulement... Ce qui rendait cela totalement crédible ! Mais bref, donc, elle pouvait souffler. Rien de glauque, triste, ou horrible n'avait été derrière la présence de la jeune demoiselle dans le Bloc Médical. Même si bon, elle pensait qu'il y aurait fallu sans doute faire quelque chose, je sais pas moi, pour faire en sorte qu'il se rencontre, et puisse discuter ailleurs... Enfin, le Bloc médical quoi. Là où était entreposé macchabée et autres défunts qui se faisaient autopsiée. Bon, d'accord, parfois, il y avait aussi des êtres encore vivants, mais bien souvent, plus pour très longtemps. Enfin, cela dépendant de la gravité de leur blessures, et de la qualitésdes médecins. Mais bref, ce n'était pas le sujet.

- Et je suis policière moi aussi !  Enquêtrice Yris Chevalier, pour vous servir, Madame ! Vous croyiez que j'étais là pour quoi ?

« Oh félicitation ! Je ne savais pas ! Je suis que tu dois être très douée ! »

Incroyable ! A seulement cette âge, déjà policière ! En théorie, on pouvait dire de suite : Cela était faux... Néanmoins, il existait de très nombreuses dérogations, qui permettait à des personnes plus jeunes de se retrouver catapulter à des stades d'habitude réserver aux adultes, grâce à des talents exceptionnels. Pour Aria, c'était la première fois qu'elle en voyait une ! Donc, elle avait affaire non seulement à une adorable jeune demoiselle, mais aussi, une vraie petite génie ! Et bien, comme quoi, les apparences pouvaient être trompeuse ! Donc, elle avait tout à faire ici, étant donné qu'elle travaillait ici. Cela l'étonnait un peu. Elle, tout le monde, enfin, chez les narrateurs, pas chez les personnages, savaient pourquoi Aria était chez les FPI. Jamais elle ne se serait rapprocher des services de l'ordre, sans la disparition de ses parents... Donc, en effet, c'était une surprise pour elle de voir la fameuse Yris ici. Malheureusement, cela pouvait vouloir dire histoire tragique, ou tout simplement volonté personnel. Mais comme on est sur un forum RP, je met plutôt mes jetons sur le premier.

Mais néanmoins, la tournure pour le moment n'était pas du tout dans le Tragique. Alors qu'elle était entrain de profiter de sa boisson gratuite, Aria remarqua qu'elle ne resta pas là. En effet, la fameuse Yris était, en plus d'être une agente, elle avait aussi des Pokémons ! Peut-être juste des Pokémons de Compagnies ? Cela ne serait pas extrêmement étonnant. On pensait souvent que les enfants avaient leur premier Pokémons à l'âge de 10 ans, pour partir à l'aventure. C'était un vieux mythe totalement faux, beaucoup, énormément d'enfants étaient, dès leur naissance, dans un milieu en cohabitation avec des Pokémons de compagnies. Bien entendu, par des Drattaks, cela est totalement logique. Mais bien souvent des Petits Pokémons vivaient avec les enfants. Mais trève d'analyse et de fait. Ainsi, Yris offrit alors un peu de sa boisson au fameux Pokémon, qui en sembla bien content, bien que cela ferait sans doute hurler le moindre vétérinaire qui passerait dans le coin. Mais va te faire lécher l'oreille par un Bouc des Montagnes, Vétérinaire ! Cette scène était tellement cute, Aria fondait littéralement ! Elle entendit alors :

- Et vous, vous faites quoi ici, Madame ? Je vous ais jamais vu avant. Enfin, faut dire, le QG a été reconstruit qu'il y a peu de temps, j'ai peut-être pas eût le temps de croiser tout le monde...

« Oh, je suis agente en Free-Lance pour le compte des FPI... »

Elle déclara cela, en montrant en réponse au badge de policière la Montre qui montrait son affiliation aux chasseurs de Prime de Sinnoh. Oui, une montre, visiblement, l'homme derrière la machinerie avait décidé d'être plus excentrique. Non, plus sérieusement, c'était pour des raisons pratiques, car la montre était tout simplement un mécanisme plus complexe, et éviter le plus possible les faux. Bon, l'avantage, c'est que de toute façon, les registres étaient mis à jours régulièrement, et contrôlé. Donc même si quelqu'un arrivait à tricher, il se ferait avoir au final. Mais quand même ! Elle rangea alors la montre, son symbole, et resta tranquillement, attendant une réaciton de la fameuse Yris... Mais attendez... Avait-elle été assez clair ? Pas sur que la fameuse Yris connaissait bien le terme de « Chasseur de Prime » et « Free-Lance » qui n'étaient pas très populaire à Unys, étant surtout de Sinnoh, région dont les forces armées avaient toujours été très faibles, et donc les mercenaires avaient ainsi plus de popularité. Elle expliqua alors, de manière plus clair.

« Mmh... Comment expliquer. Disons qu'on me paye, et j'arrête les membres de Teams. Je n'ai pas les avantages de Policiers, et la sécurité de l'Emploi... Mais j'aide quand même, et j'ai la liberté ! »

Elle tenta alors d'expliquer le plus clairement possible son statue, sans être ni trop condescendante, elle avait affaire à une adorable petite génie, visiblement, mais toujours dans son caractère, cela restait logique, elle tentait de ne pas faire trop compliqué non plus, jouant alors un magnifique jeu d'équilibriste. Bien sur, le côté enfantin d'Yris, à ses yeux, venaient plus que le côté « petite génie », bien qu'elle comprenait bien que les deux étaient tout le deux présents chez la fameuse jeune demoiselle rouquine... Elle se demandait bien ce qu'allait penser la fameuse Yris sur son statue un peu spécial. Comme dit précédemment, la coutume du mercenariat et des chasseurs de primes étaient plutôt courante dans un état comme Sinnoh, qui était grand, mais dont l'Armée était ridiculement faible et peu efficace. Faute de budget et d'intérêt de l'état. Tout l'inverse d'Unys qui était un état Fort, d'où la précense ainsi des FPI, un peu les Gendarmes du Monde, bien que cela soit à Sinnoh que ses forces étaient né, pour lutter contre la première Team Galaxie. Mais ce n'était pas cela qui intéressait le plus Aria, car en effet, elle déclara à son interlocutrice :

« Comment t'as finis la ma mignonne ? Moi, c'est Aria Cantore ! »

Aria voulait tout savoir. C'était trop tard si la fameuse Yris voulait tenter de s'échapper. Aria était totalement sous le charme, et voulait tout savoir de cette situation, qu'il fallait avouer, était plutôt inhabituelle. En effet rappelez vous, ce n'était que quelques paragraphes plus hauts. Oui, je fais beaucoup d'auto référence dans ce RP, c'est ça d'écrire les paragraphes dans le désordre, et de ne pas  pouvoir développer correctement ce qu'on voulait dire. Ainsi, plusieurs raisons pouvaient avoir amener la fameuse Yris dans ce genre d'endroit aussi jeune. Désintérêt scolaire, passion, talent inné qu'elle ne voulait gâcher, pression familliale... Tout cela était les plus probables, et regroupaient sans aucun doute plus de 75% des cas. Sauf qu'on est dans un forum RP b*tch ! Donc ici, c'est des histoires glauques, tragiques, pathétiques, tristes et horribles ! Dadam ! Après cette horrible troll, je vias me cacher pendant quelques semaines, histoire qu'on m'oublie, et que personne ne tente de me décapiter avec un vieux sécateur rouillé... Eheh...

.:-------------------------:.
Revenir en haut Aller en bas
Yris Chevalier


avatar
Messages : 11
Réputation : 0
Date d'inscription : 26/01/2014
Autres Comptes : Calder
Mickaël Machina
Jyuu
Matthew Kamicat

Informations du personnage
Âge: 12 ans
Alignement: FPI
Equipe Pokémon:

MessageSujet: Re: "Que fais-tu la ma mignonne ?" Mar 5 Aoû - 19:02

- Oh, je suis agente en Free-Lance pour le compte des FPI...

La dame, qui ne s'était pas encore présentée, sortit alors une montre finement ciselée, sur laquelle trônait le symbole des Chasseurs de Prime enregistrés par les FPI. Yris avait déjà vu cette montre, non pas de la main d'un Chasseur, ce genre de personne se faisant très rare – ou tout du moins ne faisant pas suffisamment long feu pour que la policière s'y intéresse – mais lorsqu'elle avait été promue enquêtrice. On lui avait appris à reconnaître une vraie montre d'une fausse, et on lui avait expliqué que ça donnait certains avantages aux Chasseurs : c'était des sortes de policiers officieux, après tout.

C'est alors qu'Aria eût l'idée du siècle... et commença une longue explication sur son travail de Chasseuse. Yris se contentait de la regarder avec un grand sourire, faisant semblant de l'écouter. Cette vieille pie la prenait encore pour une idiote... Ca commençait sérieusement à lui taper sur le système. Ce genre d'information, on te la filait dès ton arrivée à la police, pour être sûr que tu ne fasses pas une bêtise en demandant à un Chasseur de quitter le commissariat alors qu'il venait récupérer sa paie. Alors bien sûr qu'Yris savait tout ça ! Même si elle habitait actuellement à Unys et qu'elle avait vécu une grande partie de son enfance à Doublonville ! Mais elle attendit, et quand Aria eût fini, elle eût un petit rire des plus KAWAIIIIIIIIIII et lui dit d'un air angélique :


- Je sais déjà tout ça, madame.

BAM ! Dans les dents la vieille ! Elle espérait qu'en la rembarrant comme ça, elle ferait comprendre à Aria que son jeune âge ne la rendait pas plus débile qu'une autre. Mais en même temps, elle continuait de lui servir du cute et du gentille petite fille, histoire de ne pas perdre son soutien. Il fallait qu'elle la mette à ses pieds, et qu'elle ait inconsciemment du respect pour elle, pour ne plus la prendre pour une attardée...

- Comment t'as fini là ma mignonne ? Moi, c'est Aria Cantore !

Enfin ! Cette pipelette s'était enfin arrêtée de blablater et lui redonnait la parole. En lui donnant en plus l'occasion de parler de ses talents incroyables et époustouflants, ainsi que de donner dans le dramatique pour lui faire verser une larme et attirer sa sympathie encore plus ! Une occasion en or de l'impressionner. Et Yris n'allait certainement pas se gêner :

- Quand j'étais petite, je regardais beaucoup de séries policières avec mon papa et ma maman. Je voulais arrêter les méchants et vaincre le Mal, moi aussi ! Mais papa et maman disaient que j'étais trop jeune pour ça. Du coup avec mon Arcanin on a fait plein plein de concours canins, en attendant d'être plus grands.

« Et puis... Mon papa est mort à cause du Mal, et ma maman est tombée malade. Heureusement, j'avais plein d'argent grâce aux concours, du coup j'ai pas eût à aller dans un orphelinat. Puis j'ai commencé à apprendre comment être un policier. Les médecins disaient que j'avais une maladie à la tête. Je me souviens de tout, tout le temps : par exemple, même si on se revoit plus jamais, dans cinquante ans je saurais encore que vous vous appelez « Aria Cantore », que vous êtes chasseuse de prime pour la police, et que la première fois qu'on s'est rencontrées, vous portiez un kimono. Je me souviendrais même de chaque mot de cette conversation. Du coup, avec ma maladie, j'ai réussi à apprendre tout ce qu'il fallait pour être policière, et j'ai essayé d'avoir le travail, et je l'ai eût.


Pour ponctuer sa phrase, Yris « laissa échapper » un petit gloussement tout ce qu'il y a des plus adorables, serrant affectueusement Quenotte dans ses bras. A cette marque d'attention, le petit canidé remua la queue.

- Et comme ça, on m'a donné des Pokéballs et j'ai pût capturer plein de nouveaux copains ! On m'a aussi donné un Ponchiot !

Yris n'avait pas menti une seule fois. Mais elle avait omit des détails d'une certaine importance. Elle avait certes eût le travail de policière grâce à ses connaissances, mais elle n'avait pas précisé qu'elle était devenu enquêtrice grâce à sa science de la torture. De plus, son père était bien mort à cause de ce qu'elle nommait le « Mal », mais elle n'avait pas dit qu'elle était la personne qui l'avait indirectement tué. Elle s'était contentée de tourner l'histoire de façon à paraître comme une fillette normale, à ceci près qu'elle avait une mémoire phénoménale, avec une histoire tristounette. Cette petite était née pour être une manipulatrice, et elle le prouvait encore aujourd'hui.

La conversation fût alors interrompue lorsque l'homme que nous avons vu croiser Yris plus tôt sortit du bloc opératoire. Le voyant, la fillette se releva, tenant Queunotte dans ses bras, s'excusa en demandant un instant à Aria, et partit d'un pas léger vers l'homme. Celui-ci lui fit un compte-rendu de l'état de la dernière victime du Boucher, à voix basse afin qu'Aria n'entende pas. Le torturé était dans une condition critique et avait perdu beaucoup de sang, seule l'adrénaline l'ayant fait tenir, et les médecins n'étaient pas sûrs de parvenir à le soigner cette fois. Yris fit une moue contrariée. Elle avait voulu essayer de nouveaux trucs, mais s'était visiblement ratée. Elle aurait dût demander son avis à Edgar, avant...


- Au pire, c'est pas grave. Laissez-le mourir. Il a travaillé pour la Team Rocket et il a déjà tué des gens, il mérite de crever.

L'homme resta immobile quelques secondes, puis hocha lentement la tête, comme s'il était ailleurs. Plusieurs mois plus tôt, il aurait été choqué d'une telle déclaration – il l'a d'ailleurs été, à l'époque. Mais depuis qu'il avait été affecté à l'équipe très fermée de l'enquêtrice, il avait vu bon nombre de personnes torturées dans un tel état qu'ils en devenaient méconnaissables, et qu'on pouvait clairement savoir ce qu'ils avaient enduré, même sans avoir assisté à la scène. Au début, l'homme en faisait des cauchemars la nuit, et était pris de malaises devant le spectacle qu'offrait l'oeuvre du Boucher. Dorénavant, il était comme anesthésié face à tant d'horreur. Il en était de même pour les répliques froides de sa supérieure hiérarchique. C'était un véritable monstre, et ce genre de déclaration était tout à fait naturel pour elle. Au contact du Boucher, face à la peur qu'elle lui inspirait et au stress de ne devoir rien révéler à personne, sous peine d'être expulsé de la police – ou pire... - l'âme de l'homme s'était comme brisée. Tant de monstruosité avait eût raison de lui. A présent, il n'était plus qu'un sous-fifre sans émotions, servant d'intermédiaire entre les hautes sphères et sa patronne.

Alors que l'homme retournait à l'intérieur du bloc opératoire d'un pas raide, automatique, Yris revenait vers sa nouvelle « amie », un grand sourire aux lèvres, tenant toujours le petit canidé qui remuait la queue, les pattes arrières pendant dans le vide.


- On en était où... Ah oui ! Et vous, Madame Aria, comment vous êtes devenue Chasseuse de Prime ?
Revenir en haut Aller en bas
Aria Cantore


avatar
Messages : 94
Réputation : 6
Date d'inscription : 23/10/2013
Autres Comptes : Laure Dexila = Archibald Park = Juan da Ponte = Sylvia Von Wittelsbach = Andea Capaldi

Informations du personnage
Âge: 20
Alignement: Défense internationale
Equipe Pokémon:

MessageSujet: Re: "Que fais-tu la ma mignonne ?" Mar 5 Aoû - 20:54

Aria connaissait le Syndrome d'Yris. Elle en avait déjà entendu parler, et comprenait que cela avait dut grandement l'aider dans la remise d'une dérogation pour pouvoir rejoindre les FPI aussi jeune. C'était logique, bien que totalement dégueulasse, à ses yeux. Et oui, notre fameuse chasseuse de prime estimait que ce n'était pas trop normal de mettre des enfants à des postes de Police... Après, c'était pas un refus dans le sens où elle estimait que la petite Yris ne méritait pas sa place ! Non, pas du tout, cette adorable fillette était sans aucun doute aussi compétante, qu'elle était kawai, mais voilà, elle estimait que les enfants devaient sans aucun doute vivre des vies beaucoup plus calme éloignés des conflits ! Vivre une enfance heureuse ! Comme Link qui vit une enfance heureuse, en empêchant une Lune de s'effondrer sur la Terre de Termina ! Mais bon, peut-être que je fais une comparaison qui marche pas trop enfaîte... Mais bref, inutile de continuer sur cette comparaison plus que douteuse, car en effet, Yris allait faire à son tour une très longue tirade, remplaçant alors à ce rôle, la pipelette qu'avait été Aria pour le moment. D'ailleurs, dans les faits, la remplaçant et la dépassant totalement... Mais c'était Aria qui avait demandé, sur ce coup, donc, ne jetons pas la pierre sur la gamine.

- Quand j'étais petite, je regardais beaucoup de séries policières avec mon papa et ma maman. Je voulais arrêter les méchants et vaincre le Mal, moi aussi ! Mais papa et maman disaient que j'étais trop jeune pour ça. Du coup avec mon Arcanin on a fait plein plein de concours canins, en attendant d'être plus grands.

« Et puis... Mon papa est mort à cause du Mal, et ma maman est tombée malade. Heureusement, j'avais plein d'argent grâce aux concours, du coup j'ai pas eût à aller dans un orphelinat. Puis j'ai commencé à apprendre comment être un policier. Les médecins disaient que j'avais une maladie à la tête. Je me souviens de tout, tout le temps : par exemple, même si on se revoit plus jamais, dans cinquante ans je saurais encore que vous vous appelez « Aria Cantore », que vous êtes chasseuse de prime pour la police, et que la première fois qu'on s'est rencontrées, vous portiez un kimono. Je me souviendrais même de chaque mot de cette conversation. Du coup, avec ma maladie, j'ai réussi à apprendre tout ce qu'il fallait pour être policière, et j'ai essayé d'avoir le travail, et je l'ai eût.

Quel histoire... Ce n'était pas une histoire très... Joyeuse ? En effet, c'était le moins qu'on puissait dire ! L'histoire de cette pauvre enfant n'était pas très heureuse. Aria connaissait bien ce genre de, malheureusement, histoire. Même qu'au final, elle était dans un cas assez proche d'elle ! Elle avait perdu ses deux parents. Mais une chose était au moins lumineuse, dans la vie d'Aria. Déjà, elle était fan des Chiens. Aria préférait personnelement les chats. La preuve, son adorable Chaglam, qui allait bientôt évoluer en Chaffreux. D'ailleurs, dans les faits, il a déjà évolué, mais ce RP se passe avant celui avec Elizabeth de Beaumarchais... Mais si vous savez, l'auteur fran... Non, je vais pas refaire ce gag, je l'ai déjà fais dans tout les postes précédents d'Aria dans ce fameux RP. Si vous voulez tout apprendre sur la vie de Beaumarchais... Allait lire la page Wikipedia, ça sera moins long, et j'ai tout piqué de celle-ci. Mais bref ! Ainsi, l'Histoire de la fameuse Yris était une histoire... Humaine ! Avec ses joies, ses tristesses... Mais bon, ça, c'est la version d'Yris, qui était presque plus humaine que celle dans sa fiche... Mais j'ai atteint mon quota de troll pour la journée, donc malheureusement, je ne pourrais en faire.

S'en suivit alors une discussion entre Yris, et un autre homme. Aria ne le connaissait pas, mais il semblait bizarre. Elle n'avait pas fait des études de psychologie, mais une chose était particulièrement sur, chez les talents d'Aria, celui de la lecture de visage était relativement efficace, elle savait bien maîtriser cette outil qui était bigrament utile. Néanmoins, elle n'écouta pas la discussion, par mesure de respect. En effet, ce n'était sans doute pas très important, et sans doute, que cela ne relevait exclusivement des deux personnes, qui étaient dans le même compartiment. Elle n'était qu'une chasseuse de Prime, elle ne travaillait pas sur ce genre de chose. Elle était directement dans l'action, tandis que Yris, et cet homme, était plus dans l'après et l'avant, de l'action. Cela ne les rendait pas moins important. Enfin, si sur un Forum RP, si, vu que les gens oublient souvent ce genre de chose, et préfèrent l'action bourrine et le d4rk, oubliant les vies qui entouraient leur persos, ce qui était bien dommage. Comme quoi, le bourrin et le d4rk était touj... Quoi ? Je suis entrain de troller ? Euh... Oh ! Yris a parlé ! Écoutons là !

- On en était où... Ah oui ! Et vous, Madame Aria, comment vous êtes devenue Chasseuse de Prime ?

« Tu connais Rivamar ? »

Ah... Rivamar. Une très belle ville. Sans doute l'une des plus importante de Sinnoh, et l'une des seules qui bénéficiaient d'un climat très favorable. Bien que froid comme le reste du pays. Bon, trève de météorologie, j'en fais bien trop souvent sur ce forum ! Un jour, il faudra faire le recensement de mes hors sujets les plus courant. Est-ce les trolls ? L'Histoire ? La littérature ? La météorologie ? Dur à dire ! Après ainsi une courte pause, la chasseuse de prime reprit :

« Cette ville portuaire était tranquille. Puis, les Rockets l'ont prise d'assault. Tu dois sans doute le savoir, mais bon, ça fait toujours du bien d'en parler. »

ET BAM DANS LES DENTS LA GAMINE PRETENTIEUSE ! Quoi ? On me souffle dans l'oreillette qu'Aria n'a pas dit ça pour se venger...? Euh... Bon, 2/0 pour la rouquine. Oui, car vous remarquiez, au début, je n'ai pas fait tout un paragraphe pour expliquer mon ressenti. Et bien, je le fais maintenant, et vous n'y échapperai pas ! Enfin... Qu'est-ce que je pourrais dire...? Euh... Euh... Et bien... Et bien... Yris elle était pas cool ! Et oui, sans possibilité de faire des Trolls, mes paragraphes baissent en qualités, n'est-ce pas ? Euh, reprenons le RP. Ainsi, Aria ainsi, avait vécu malheureusement, ce moment traumatique pour sa vie. Elle allait continuer d'expliquer, mais voilà. Cette évènements, cette invasion, avait littéralement changé sa vie. Et une chose était sûre... Combien de personnes étaient dans ce cas ? Des centaines peut-être ! On ne les comptait pas sur les doigts... Cette guerre avec toutes ses morts, avaient bien changés des vies. Certaines vers la lumière, d'autre vers les ténèbres... Bien souvent, le désespoir les avaient poussé vers les ténèbres les plus sombres. Alcool, dépression, suicide... Tout cela avait été si fréquent, dans les villes envahis, par la folie de quelques Hommes.

« Toute ma famille est resté dans l'appartement. Mon père était un vieux borné qui estimait que mieux valait rester que fuir sa maison. Moi, j'étudiais, à l'Université. Tout l'immeuble s'est effondré, à cause de ses teams... Depuis, j'ai décidé d'agir contre la racine du mal. Et Chasseur de Prime me permet de garder ma liberté. »

C'était le principal pour Aria; C'était aussi, car en étant une policière normale, celle-ci n'aurait absolument pas tout les droits qu'avaient un chasseur de Prime. Ce qui était pour elle totalement primordial. En effet, être policier normale, cela l'arrangerait bien, surtout dans les moments de Disette financière... Mais cela voulait dire devoir capturer tout les membres de team, tuer le moins possible, etc... Aria avait été radicalement métamorphosé par tout les évènements de Rivamar. Pour certains, pour beaucoup même, ses évènements avaient fait passé la Chenipan qu'était la jeune étudiante en Lettre, en une véritable Papilusion, sortit de sa crysalide, se battant courageusement, et contre tous, contre le Mal, avec un grand « M ». En réalité, c'était peut-être autre chose qui s'était passé. C'était plutôt une lente descente en enfer. Mais non comme client de la Barque de Charon, le Nocher des Enfers... Non, c'était comme un Diable, comme une chasseuse de Prime, mais au Service de l'Hadès, amenant ses clients vers la mort... Chose qui la rendait de plus en plus proche avec le vrai côté d'Yris. Mais l'une comme l'autre portait son masque.

« On a tout les deux vécu des choses sombres n'est-ce pas ? Heureusement que des gens sont là pour nous soutenir ! »

Elle fit un grand sourire à la fameuse petite et mignonne, à ses yeux, Yris. Son histoire était bien sombre, mais elle omettait les moments de lumière de sa carrière, tout ses moments où elle avait rencontrés des gens qui l'avaient bien aidés. On pouvait cité Malkovitch, Lucy Heartfillia, Jyuu, bien sur, la plus importante... Mais tant d'autres personnes, des compagnons qui étaient parfois tombés dans les guerres, comme Higgs... Tant de moments joyeux et sombre s'était enchaînés dans sa vie. Des combats, des morts, parfois contre elle, pour elle, voir à cause d'elle bien souvent... Cela ne l'empêchait pas de dormir. Elle regarda alors la mignonne petite Yris. Cette adorable fillette aux cheveux roux, et aux grands yeux verts. Oui. C'était pour ça qu'elle se battait, c'était pour ça qu'elle continuait de lutter contre l'Hydre qu'était littéralement les organisations criminels, comme les teams... C'était pour l'avenir des enfants, d'autres personnes. Il ne fallait pas que son destin connaisse d'autres personnes. Un monde meilleur, fait sur des tombes. C'était un rêve absolument... Etrange, si vous voulez mon avis. Mais c'était bel et bien la vision quelques peu belliqueuse de notre chasseuse de prime.

.:-------------------------:.
Revenir en haut Aller en bas
Yris Chevalier


avatar
Messages : 11
Réputation : 0
Date d'inscription : 26/01/2014
Autres Comptes : Calder
Mickaël Machina
Jyuu
Matthew Kamicat

Informations du personnage
Âge: 12 ans
Alignement: FPI
Equipe Pokémon:

MessageSujet: Re: "Que fais-tu la ma mignonne ?" Jeu 7 Aoû - 20:51

En effet, Yris n'était.... « pas cool ». Mais que voulez-vous ? Si Aria était bel et bien un diable, qu'en dire de son interlocutrice ? Chacun d'entre nous possède une part de ténèbres, même les plus lumineux. Mais il existe deux sortes d'êtres, dans ce monde.

Aria était originellement un être de lumière, une jeune étudiante aimable et sans histoires. Jusqu'au jour de la mort de ses parents. A partir de ce moment tragique de son histoire, les ténèbres ont commencé à s'emparer de sa lumière, la ternissant, la cachant, telle une corruption impossible à arrêter. Mais Aria gardait toujours ce fond de lumière, cette étincelle qui l'empêchait de devenir un monstre sans cœur. Elle tuait pour se venger, mais également pour protéger les faibles et ceux pour qui elle compte. La Chasseuse de Primes se battait, quitte à se détruire d'elle-même, pour protéger des gens comme Lucy Heartfilia et Jyuu.

Yris, elle, est un être né dans les ténèbres. C'était ça, la grande différence entre Aria et Yris. La petite fille n'était pas corrompue : elle
était la corruption. Son désir d'être policière n'était pas motivé par son envie de faire respecter la Loi, mais de punir le Mal en faisant respecter sa Loi. Si Aria sert le plus grand nombre, Yris aime le dominer. Tuer et torturer lui donne ce sentiment de puissance auquel elle s'abandonne corps et âmes. Si elle est devenue policière, c'était uniquement dans le but de pouvoir légitimement utiliser sa méthode, sans être considérée comme une tueuse en série et être poursuivie par la police. Cette impression de puissance se manifeste également chez la fillette comme une irrépressible envie d'être le centre de toute l'attention, et de rabaisser en permanence son entourage. Elle ne respectait que deux personnes : Edgar, son mentor dans l'art de la torture, et Lancelot, le chef des FPIs au passé sanglant, surnommé le « Warlord ». Même Elwin, qui était pourtant son partenaire, n'avait pas le respect d'Yris, et ne lui servait finalement que de pion. La lumière d'Yris n'était qu'une pâle imitation de celle des autres, un acte. Pas une seule étincelle de lumière véritable n'habitait son cœur. Elle ne se battait pour personne, et détruisait les autres.

- On en était où... Ah oui ! Et vous, Madame Aria, comment vous êtes devenue Chasseuse de Prime ?

- Tu connais Rivamar ?


Yris se contenta de hocher la tête, regardant la vieille pie avec de grands yeux. Elle avait déjà eût l'occasion d'aller à Sinnoh pour une interview et quelques affaires, bien que ce n'était pas la région dans laquelle elle agissait le plus. Le groupe criminel majoritaire de Sinnoh, la Team Galaxie, ne faisait que rarement parler d'elle, surtout ces derniers temps.

- Cette ville portuaire était tranquille. Puis, les Rockets l'ont prise d'assault. Tu dois sans doute le savoir, mais bon, ça fait toujours du bien d'en parler.

« Toute ma famille est resté dans l'appartement. Mon père était un vieux borné qui estimait que mieux valait rester que fuir sa maison. Moi, j'étudiais, à l'Université. Tout l'immeuble s'est effondré, à cause de ses teams... Depuis, j'ai décidé d'agir contre la racine du mal. Et Chasseur de Prime me permet de garder ma liberté.


Tragique histoire, bien plus tragique que celle d'Yris. Classique, mais tragique. La petite rouquine, qui écoutait attentivement, sourit intérieurement en entendant cette histoire. Une femme dont la vie avait été détruite par la Team Rocket... ? Bien qu'elle se demandait pourquoi Aria avait choisit la voie des Chasseurs plutôt que celle de policière, voilà qui intéressait énormément la fillette. Cela ferait d'Aria quelqu'un de facilement manipulable, dont elle pourra se servir tel un pantin dans sa croisade contre le Mal. Peut-être même pourra-t-elle s'en servir pour des actions plus... secrètes... ? Dans tous les cas, Aria venait de lui offrir par mégarde de précieuses informations. Avec son statut d'enquêtrice, elle pourrait fouiller d'avantage dans le passé d'Aria. Si jamais la Chasseuse se retournait contre elle, elle aurait de quoi la faire craquer...

- On a toutes les deux vécu des choses sombres n'est-ce pas ? Heureusement que des gens sont là pour nous soutenir !

- Oui, répondit Yris en hochant la tête.

Non.

- Donc, si j'ai bien compris... Vous vous battez contre les Teams... C'est intéressant... Et c'est une drôle de coïncidence...

La fillette aux couettes rousses hocha à nouveau la tête, semblant réfléchir avec une expression sérieuse au visage.

- Je me spécialise dans la recherche d'informations concernant les activités criminelles à grande échelle, expliqua-t-elle. Gangs mafieux, organisations... Il m'arrive de me frotter aux Teams, assez souvent. On pourrait travailler ensembles, si vous voulez, Madame Aria ! Vous chassez les Teams, après tout ! Peut-être que...

Elle fit une nouvelle pause, réfléchissant avec une petite moue sérieuse.

- Oui, ça doit être possible. Si vous tombez sur un méchant avec une prime, et que vous pensez qu'il possède des informations importantes sur une organisation malveillante, vous pouvez le ramener ici, au QG. Dites que vous venez le confier à l'enquêtrice Yris Chevalier. Vous aurez votre prime, et si j'arrive à lui soutirer des informations intéressantes, je demanderais à ce que vous ayez un bonus. Vous en pensez quoi ?

Allez... Accepte... Que pourrait-il y avoir de mal à aider une petite fille en se faisant un peu plus d'argent... ?
Revenir en haut Aller en bas
Aria Cantore


avatar
Messages : 94
Réputation : 6
Date d'inscription : 23/10/2013
Autres Comptes : Laure Dexila = Archibald Park = Juan da Ponte = Sylvia Von Wittelsbach = Andea Capaldi

Informations du personnage
Âge: 20
Alignement: Défense internationale
Equipe Pokémon:

MessageSujet: Re: "Que fais-tu la ma mignonne ?" Ven 8 Aoû - 15:38

On peux faire de très longues analyses, de très longues descriptions psychologiques chez les personnages; Ce qui est intéressant, c'est qu'elle changera aussi bien souvent sous les narrateurs, que sous les personnages qui étaient joué. Aria pouvait très bien passé d'une vengeuse sans état-d'âme à une chevalière qui lutte pour tous... Tout en passant entre les deux, en une personne qui littéralement était entrain de s'auto-détruire. Peut-être qu'à mes yeux, c'était bien cela qui était le plus vrai. Mais on peux faire des heures, et encore des heures d'analyses, et ne pas nous retrouver plus avancer. C'était d'ailleurs ce qu'on appelait en général, la Psychanalyse, ce qui expliquait beaucoup de chose, dont pourquoi c'était un vrai gouffre à fric... N'est-ce pas ? Quoi ? Qu'entends-je ? Serait-ce une plainte furieuse d'un étudiant en première année de psychologie qui hurle, à cause de l'énorme troll que je viens de faire ? Le pire, c'est que je n'ai même pas honte ! Mais bref, ainsi, après l'Histoire d'Aria, la fameuse Yris reprit alors la parole :

- Donc, si j'ai bien compris... Vous vous battez contre les Teams... C'est intéressant... Et c'est une drôle de coïncidence...

Coïncidence ? C'est vrai. Elle oubliait souvent qu'à part pour des boulots alimentaires; elle ne s'attaquaient jamais à la petite racailles, les criminels non organisés, les êtres maléfiques solitaires... C'était d'ailleurs, l'une des raisons pourquoi elle n'était pas une policière. D'un point de vue assez égoïste, elle se prenait à ceux qu'elle estimait comme mauvais, et laissait le reste aux autres. Cela pouvait être excusé, quand on savait déjà la tache de titan qu'était de s'attaquer à une Hydre, ce n'est pas Héraklès ou Hercules qui nous dirait l'inverse. Je rappelle aux non latinistes, qu'ils existent de vrai différences entre Hercules et Héraklès. On les oublie souvent, mais ils existent de vraies différences. Croyez en un latiniste et mythologue amateur. Non. Le Mythologue dit la vérité, il ne parle pas de mensonge. D'ailleurs, un mythomane peut-il être un mythologue ? C'est la question du jour, elle va nous poser beaucoup de problèmes je sens. Ou alors, on la laisse en suspends, et on reprends plus sérieusement le RP...? Mmh... C'est mieux, en effet.

- Je me spécialise dans la recherche d'informations concernant les activités criminelles à grande échelle. Gangs mafieux, organisations... Il m'arrive de me frotter aux Teams, assez souvent. On pourrait travailler ensembles, si vous voulez, Madame Aria ! Vous chassez les Teams, après tout ! Peut-être que...

Courte Pause. Trop courte pour parler, mais suffisamment pour réfléchir. Déjà, c'est partit pour le détail inutile : Aria prit intérieurement très mal le terme « Madame ». Oui, je sais, on a plus le droit de dire « Mademoiselle », c'est « interdit », maintenant, car cela serait sexiste selon certaines féministes. Je n'entrerai pas dans ce débat. Mais Aria, venant de la vielle école, vu ses parents, considérait quand même qu'elle restait pour le moment une « Mademoiselle » ! Bon, plus intéressant, elle écoutait bien les déclarations de la fameuse Yris... Elle voulait visiblement proposer quelque chose. Fini le côté mignon, la fameuse demoiselle aux cheveux roux semblait beaucoup plus sérieuse.... Visiblement, elle voulait proposer quelque chose. Et comme dit précédement, Aria n'eut à demander ce que la jeune demoiselle voulait proposer, car celle-ci, continuant sa longue Tirade, après qu'elle est critiqué Aria d'être trop bavarde, je trouve ça relativement ironique, mais passons, et ainsi déclara :

- Oui, ça doit être possible. Si vous tombez sur un méchant avec une prime, et que vous pensez qu'il possède des informations importantes sur une organisation malveillante, vous pouvez le ramener ici, au QG. Dites que vous venez le confier à l'enquêtrice Yris Chevalier. Vous aurez votre prime, et si j'arrive à lui soutirer des informations intéressantes, je demanderais à ce que vous ayez un bonus. Vous en pensez quoi ?

« Mmh... Bien souvent, mes proies sont très dangereuses, ma petite. Une avait réussi à s'inflitrer ici, et tuer un précieux témoins... »

Aria avait toujours été comme ça. Sa lutte, sa croisade, c'était bel et bien une croisade en solitaire. Elle ne voulait pas amener d'autres âmes damnés dans sa quêtes, pour ne pas que la corruption, le mal les touche. Elle préférait porter seule sa croix, tel une idiote, plutôt que de risquer de provoquer la chute d'autres. Je l'ai souvent précisé, mais c'était toujours intéressant de voir ce côté psychologique de la jeune demoiselle chasseuse de Prime. Bien sur, il fallait aussi, ici, nous remettre dans le contexte : Elle avait en face d'elle, quelqu'un qui pouvait montrer toute la maturité du monde, elle ne pouvait changer quelque chose qui était indéniable : l'äge. Et oui, on a beau tout tenté de nos jours, jamais content, de changer nos âges, paraître plus vieux jusqu'à nos vingt ans, puis plus jeune, après cet âge idyllique... L'âge restait toujours ce qu'il était. Et ainsi, elle avait en face d'elle, une gamine. Une enfant. Une gosse. Elle ne pouvait la forcer à prendre des risques comme ça... Quoique.

« Non, je ne dois pas te traiter comme une enfant, mais comme une enquêtrice. C'est différent, n'est-ce pas ? »

Là, cela devait faire plaisir à Yris. En effet, Aria regardait la jeune policière. Non, ce n'était pas une enfant. Elle avait tord sur ce point de vue. Elle était adulte dans sa tête, et elle estimait qu'elle voulait sans aucun doute le même respect qu'avec une adulte. D'où le fait qu'elle devait maintenant la considéré comme telle. Cela ne lui plaisait pas trop, mais voilà, il fallait bien l'accepter. Donc, la chasseuse de prime déclara :

« Ecoute, ma petite Yris, pourquoi pas ? Mais tu dois comprendre un truc, que même ta petite bouille mignone ne changera pas : Je travaille en indépendante ! Hihi, donc, je veux bien t'aider dans la mesure du possible, mais je n'ai pas de chef, ni de maître. C'est comme ça que j'arrive à arrêter dans les Teams, tu comprends ma méthode ? Mais je veux bien, s'ils ont des informations, faire en sorte qu'il passe par tes mains, ma petite enquêtrice ! »

La Méthode d'Aria était assez unique. Mais c'était vrai qu'elle marchait toujours seule, et sans jamais l'aide des autres, en général. Par contre, désolé Yris, mais ainsi, elle montrait bien qu'elle ne comptait pas devenir une agente des FPI. Elle restait avant tout une chasseuse de Prime qui était libre, et ainsi, qui pouvait ne pas travailler pour les FPI si elle le souhaitait. Bien sur, enfaîte, étant affilié aux FPI, c'était quand même plus compliqués. Il ne fallait pas confondre chasseur de Prime et Mercenaire, car le Chasseur de Prime restait avant tout sous beaucoup de règles, pour le protégé en grande partie... Mais voilà. Trève d'explication, et restons sur ce qu'on pouvait voir et entendre : Aria voulait rester, et restait avant tout libre. Liberté, comme le vent, elle ne pouvait accepter qu'on lui coupe les ailes. Elle avait besoin de vaincre les teams. Si on commençait à lui mettre des limites... Elle tenterait de les briser. Mais voilà, elle ne refusait pas, comme le prouvait la dernière phrase, l'association. Elle mettait juste bien entendu des limites, des bémols, des règles. Elle protégeait ses arrières, quoi, comme on dit.

.:-------------------------:.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: "Que fais-tu la ma mignonne ?"

Revenir en haut Aller en bas
 

"Que fais-tu la ma mignonne ?"

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pokemon Legends : Rebirth - Forum rpg :: Le Pokémonde :: Unys :: Volucité-