Le forum a ouvert son wikia ! Cliquez ici pour y contribuer !
Annonce aux joueurs débutants : Vous êtes perdus ? Cliquez ici pour avoir plus d'informations !
Nouveau thème, nouveau contexte ! Important : Venez vous faire recenser ici !
Derniers sujets

Partagez | .

Prélude d'un départ [Juan]

Invité
Invité



MessageSujet: Prélude d'un départ [Juan] Ven 27 Juin - 21:48

Volucité, cité éternelle qui ne dort jamais. Pour les ignorants ce n'était rien d'autres qu'un concentré d'immeubles et un amas de béton. Ce n'était pas faux dirons-nous mais ce n'est pas ce qui fait son charme et c'était indéniablement son ambiance particulière qui faisait que la ville était incontournable dans la région. De jour un énorme flux commercial et de personnes là où de nuit, beaucoup décompressaient suite pour oublié le stress de la journée qu'ils avaient vécu. Deux ambiances totalement différentes, le jour et la nuit, Unys est certainement la ville la plus critiquée mais aussi la plus incontournable: on y a goûté, on la quitte mais on finit toujours par y revenir un jour.

Rebecca ne faisait pas exception à la règle. Elle l'avait quitté très jeune mais a fini par y revenir. Ce ne fut pas l'une des meilleures décisions de sa vie quand on voit comment elle a terminé. Sa mère devait certainement s'en retourner dans sa tombe mais au fond cette effrontée se moquent bien de ce que pouvait penser cette folle. Elle agissait au présent, le passé étant derrière elle. Quand au futur, son caractère peu ambitieuse et peu tourné faisait qu'elle ne pense même pas au lendemain au point d'être facilement taxé de ratée pour beaucoup. Ce n'était pas non plus un hasard qu'elle a terminé dans un petit gang et d'opté pour la solution la plus simple à ses yeux: partagé la couche d'un petit criminel de petite envergure dénommé Dolan. Ce qui se ressemble s'assemble, même si le caractère totalement opposé des deux jeunes gens finira par se voir au fil des mois.

Bien loin est le temps où il suffisait d’agresser des passants tard le soir pour se remplir les poches. Avec ce qui s'est passé à l'étranger, le gouvernement semblait avoir pris des mesures bien radicale en faisant en sorte que le QG du FDI s'installe dans la région. La bande a vite changer de stratégie en se contentant dorénavant que des miettes en n'agressant que quelques fêtards se perdant dans les rues. Moins risqué après tout. Le racket ne rapporte plus assez et ce n'est certainement pas les quelques cambriolages qui allaient y changer quelques choses. Le caractère de Dolan voudra qu'il passe d'abord ses nerfs sur son Rhinocorne, chose qui ne plaisait guère à Ruby même si elle oubliait bien souvent ce détail après qu'il décompresse sur elle sous la couette mais d'une manière. Malgré cela, les relations se dégradent au fil des semaines et elle le savait.

Mais pour en revenir à Ruby, ce fut plutôt tard le soir que son semblant d'aventure commença. La bande a décidé de faire un casse dans une petite supérette. Le coup du siècle selon Dolan. Un coup parmi tant d'autres, tout juste bon à renflouer le stock de bières et de nourriture de la bande selon Ruby. C'était sûr que la comparaison brisait la folie des grandeurs de certains mais investir une boutique, renverser tout ce que l'on croise et coller les quelques clients et le caissiers au sol le temps de vider la caisse n'a rien à voir avec le plan si génial qu'il pouvait se vanter de mettre en oeuvre. Ruby a-t-elle dit quelques choses? Bien sûr. On lui a répliqué qu'elle n'avait faire le guet et prévenir si jamais il y avait une patrouille dans les environs. "T'as qu'à faire le tapin" que lui a répliqué Dolan devant la bande après que Ruby l'ait contre-dit devant les autres. Autant dire qu'elle bouillonnait suite à cela et qu'elle n'a que vaguement apprécier la comparaison.


-T'as qu'à faire le tapin, t'as qu'à faire le tapin... Co***rd va...

C'était accoudée près d'une ruelle sombre, proche d'un luminaire où la lumière était grillé qu'elle se tenait. Elle rongeait son frein encore une fois. Qu'est ce qu'elle faisait avec cette bande de ratés après tout? Les six premiers mois tout était rose mais en ce moment elle pouvait comparer son "petit copain" avec un frustré de la vie ses derniers temps.

Regardant les alentours, Ruby décrocha l'une de ses pokeball pour en sortir son Fantominus. L'autre est vide, Rosy ne quittant que rarement sa maîtresse.

-Drenger, va me surveiller l'opposé de cette ruelle là. Si il y a un curieux, fait ce que tu sais faire le mieux. Si ça ressemble de près ou de loin à un agent du FDI, préviens moi.

Pas aimable la miss. Ce n'était pas sa journée. Elle en rajouta une couche pendant que son pokemon spectre s'éloignait.

-Normalement ce crétin a les heures de patrouille mais ne sait-on jamais.

Elle sortit un vieux paquet de cigarettes et tenta de s'en allumer une pour se calmer. Elle n'a jamais aimé le tabac mais ça ne pouvait pas lui faire de mal. Peine perdu, à peine allumé qu'elle toussa immédiatement qu'elle finit par écraser sa cigarette contre le mur avant de la jeter. Faire le guet, voilà à quoi Ruby était destinée ses derniers temps.
Revenir en haut Aller en bas
Juan da Ponte



Messages : 84
Réputation : 5
Date d'inscription : 09/05/2014
Autres Comptes : Laure Dexila - Sylvia Von Wittelsbach - Aria Cantore - Andea Capaldi - Archibald Park

MessageSujet: Re: Prélude d'un départ [Juan] Sam 28 Juin - 10:16

Volucité ! La Grande la belle ! L'immense cité ! Que pouvait-on dire qu'il n'aviat pas été déjà dis sur cette immense et magnifique cité ! La cité de tout les espoirs, des traders, des voyageurs, des grosses fortunes, perdus puis retrouvés, de la bourse, des banques, des grandes attractions et des grandes cérémonies mondiales ! Bref, la Cité où tout était possible, et dont des migrants, encore aujourd'hui, chaque jours, entrait dans la ville, légalement ou non, pour pouvoir tenter une nouvelle chance dans leur vie... Nouvelle chance... Qui bien souvent tournait en enfer. Car on parlait peu des travers de Volucité ! Tu avais deux faces à cette magnifique ville d'Unys, comme un Docteur Jeckyll et Mister Hyde urbain, tu avais Volucité la belle, la grande, la lumineuse, et Volucité la souterraine, la sombre... Lieu où Drogue et Violence était à l'honneur, et où bien souvent, les migrants rêvant de jours meilleurs découvraient la sombre réalité, et se rendait compte qu'en vrai, tout était beaucoup plus complexe. Ainsi, lentement, leurs rêves étaient brisés, détruits, réduit en bouilli, en même temps que leur corps, pris dans des emprises de drogues et de désespoirs.

Ainsi, sur la ville bicéphale d'Unys, le soir tombait lentement, tranquillement, sans se presser... En même temps, vous avez déjà vu le Soir se presser ? Et bien, oui ! De temps en temps, il faisait jour, on se retournait quelques secondes pour voir qu'un de nos Pokémons avait gagné un niveau... Et bam ! Le soir était tombé, on était maintenant la nuit... Comme quoi, cela pouvait vraiment tomber littéralement d'un seul coup, parfois. C'était fou ! Mais ce n'était pas le sujet. L'avantage, avec des villes comme Volucité, Illumis, Safrania, ou Doublonville, c'est que même à Minuit, la ville ne dormait pas. Des commerces, des bars, des lieux de plaisirs et d'amusements, tout pouvaient rester encore pendant très longtemps allumé, avant que finalement des portes ne se ferment. Ainsi, il n'y avait pas de repos, pour une ville aussi grande et dantesque ! Ainsi, beaucoup de lieux conventionnelles restaient ouvert... Mais n'oubliez pas le caractère double d'une ville comme Volucité, qui n'échappait pas à cette règle qui disait que la ville ne dormait jamais : Des lieux de consomamtions de drogues illicites, et des violences restaient toujours disponible, quelques soit l'heure, au grand dam des FPIs qui tentaient de lutter contre cela, avec difficultés.

Juan se baladait dans la plus grande ville du monde, tranquillement. Il avancait, tranquillement, dans les ruelles, sans rien craindre, assez chargé, comme on pouvait l'admirer. Sinon aucun changement : Il portait toujours sa belle tenue rouge d'une excellente qualité, ses cheveux étaient toujours aussi bien coiffés, bref... Il était splendide, et plusieurs demoiselles se tournaient en le voyant, appréciant tranquillement sa beauté. Il marchait seul, sans destin sans personne, dans les rues qui se donnent, au milieu de la nuit qui tombait tranquillement. Il marchait seul, en oubliant les heures, sans témoin, sans personne. On pouvait presque entendre ses pas qui résonnaient, montrant qu'il était pour le moment solitaire. Juan Da Ponte. Futur commandant Venom, il n'était pour le moment qu'un voyageur tranquille, habituel, aimant par dessus tout les plaisirs de la chair, matériels, et profiter de la vie. Il avait ses Pokémons, comme toujours, sur lui, pour le protéger au cas où quelqu'un voudrait agression son joli minois...

Il rentrait d'une conférence en chimie dont il venait de participer. Très intéressante, il portait sous les bras des paquets de feuilles contenant des résultats complexe, et une caisse, remplit de tube à essai. Des affaires de scientifiques; Après tout, Juan était en plus d'être un homme à femme, un charmeur professionnel, etc... Il était aussi un professionnel de la Chimie, et des sciences naturels. D'où sa présence pendant un colloque de chimie, où il avait pu récupéré des détails et des renseignements, des avis etc... Il allait pouvoir avancer dans ses travaux. Et oui ! Il ne donnait pas de cours, le fameux Juan da Ponte, mais il était quand même une pointure dans les domaines de la science chimique, des poisons, etc... Un vrai scientifique, qui réfléchissait toujours de manière cartésienne. Marchant tranquillement, sans rien dire, ça fait beaucoup de tranquillement non ? Je crois que ça doit être déjà le huitième depuis le début du RP. Bref, au bout d'un moment, il apperçu une boule de gaz aisément identifiable :


« Oh un Fantominus. »

Fantominus, pokémon de type spectre. Un type que connaissait bien le fameux Juan da Ponte, étant donné qu'il avait un Pokémon spectre, lui aussi, avec son Desséliande. Mmh... Un Fantominus à Unys, à Volucité. Il ne connaissait pas par cœur les Pokémons qui vivaient dans les différentes villes d'Unys. Même, il connaissait assez peu cela, en même temps, il ne s'y était intéressé véritablement que très légèrement. Juste par curiosité. Quand on regardait son équipe, un pokémon était typique de sa région natale : Kalos. Un venait de Sinnoh, l'autre venait de Johto, et le dernier, venait de la région de Kanto. Mais tous étaient trouvable chez lui, dans sa région natale : Kalos. Et oui, il ne fallait pas oublier qu'il venait de Kalos et avait passé la plus grande partie de ses aventures là bas ! Maintenant, il continuait de voyager, tranquillement, dans les différentes villes d'Unys. Voyant le fameux Fantominus partir vers une destination inconnu, il déclara, un peu intrigué par le comportement du Pokémon...

« Mmh... La Curiosité est un vilain défaut... Et bien, on va voir cela de suite. Suivons-le. »

La Curiosité était un vilain défaut. Tout le monde savait cela quand même ! Les britanniques disaient que cela « Tuait le chat », les français disait que c'était un « vilain défaut ». Mais la Curiosité, c'était quelque chose qui menait à tout. Et comme le disait très bien José Maria Eça de Quéiros, journaliste et romancier portugais... La curiosité pouvait nous amener à écouter derrière des portes, et à découvrir l'Amérique. Soit deux choses totalement différente si vous voulez mon avis. Mais bref. Il ne risquait rien. Ils avaient déjà tout ses travaux de scientifique, montrant qu'il n'était pas un riche bourgeois, juste au mieux un professeur d'université, et puis, son charisme naturel devrait lui faire sortir de pas mal de situation. En plus de ses nombreux Pokémons, quatre quand même, qui était relativement entraîné, et qui ne ferait pas de pitié, s'il en demandait l'ordre... Donc voilà ! Rien à craindre ! Non ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Prélude d'un départ [Juan] Mar 1 Juil - 21:47

Cela faisait maintenant deux minutes que Fantominus était parti. Deux minutes qui parraissaient une éternité pour la miss. Certes, elle n'avait pas à s'éterniser ici mais quand elle ne faisait rien, elle trouvait toujours quelques à faire. Entraîner ses pokemons à un tour de passe, s'occuper d'eux, mâter la télé, quand cette dernière voulait bien daigné à capter les chaînes bien entendu. Pas pour rien qu'elle collectionnait les enregistrements dans sa chambre. Mais là, il n'y avait rien à faire! Nada! Rue désertes et vu l'heure rien de bien d'étrange. Ah si un pochetron titubant sur le trotoir d'en face, un père de famille qui était certainement en train de chercher son chemin jusqu'à son appartement ou à moins que ça ne soit le fait qu'il soit perdu dans les pensées à chercher une excuse à fournir pour sa femme. Chacun s'ignora, bien que l'adolescente le soupçonne tout simplement de ne pas l'avoir vu. Vu son état, il ne verrait de toute façon pas un Rhinocorne à côté de lui.

D'ailleurs perdu dans ses pensées, il n'était pas le seul ici, Ruby ne faisant guère mieux. Après tout il fallait bien s'occupé vu que l'on lui avait donné selon elle, le mauvais rôle. Le sujet étant son Fantominus... Sacré blagueur celui là. Enfin si on considère les blagues de mauvais goûts comme des blagues. D'où est ce qu'il venait? Aucune idée, Ruby ne parle pas pokemon et tout ce qu'elle savait, c'est qu'il hantait l'immeuble que la bande s'était décidé de squatter. Le gros problème de ce pokemon, c'était sa façon d'être son trip. Et quand il y était, il savait se montrer patient et observateur au point que même Ruby le considère comme intélligent là où le reste de la bande le considère comme stupide à souhait. Intelligent à sa façon certes mais certainement pas bête. En même temps avec la frousse qu'il a provoqué à tout le monde, y compris à une Ruby pourtant pas supersticieuse, pas étonnant que les autres ne le portent pas dans le coeur. Quel pokemon aurait le vice d'attendre plusieurs semaines pour réellement se manifester? En attendant il se contentait de petits évènements bizarres. Des baisses de tension innexpliquées, des bruits tards (ou tôt au choix) pendant que tout le monde rattrape ses heures de sommeil, des grattements venant de l'étage supérieur et autres courants d'air froid. Bref ses petits trucs futiles qui faisaient que l'on ne soit pas toujours à l'aise. Puis vint enfin le grand jeu, la rangée de moto qui tombent de façon innexpliqué, la lampe qui explose à un mètre de soit et même l'étagère qui tombe sur soit. Ce pokemon était particulièrement observateur pour connaître chacun de ses cibles, ce qui ne le rendit pas non plus infaillible.

Ruby ne fume pas, pas faute de ne pas avoir essayer mais ne fume pas. Il a cru bon de l'isolé seul en faisant sauté la seule source de lumière de la pièce en ignorant totalement qu'elle ne se séparait que très rarement de cette magnifique invention qu'était le briquet. Ce Fantominus avait beau être intelligent il n'en restait pas moins faible. Ruby pense même qu'il est tout simplement jeune, même si évaluer l'âge d'un Fantominus revennait plus à jouer au Bowling les yeux bandés.

Tout d'abord elle a cru que Drenger, nom qu'elle lui avait donné, était foncièrement mauvais, détestant les humains ou ce genre de choses clichés à souhait mais après quelques jours, elle s'en vite rendu compte qu'il connaissait mieux la collection de film d'horreur qu'elle possède que la jeune fille elle même. Son trip à lui, c'est les remakes de film d'épouvante à sa sauce. Chacun son rêve, après certains ont des rêves Pokemons, lui c'est faire fliper un groupe de jeunes. Elle ne va pas quand même le critiquer non! En plus il est amitieux! Enfin quoique ça elle s'en passerait bien...

C'est un gros bouquant, visiblement quelques choses de lourds et métalliques qui raisonna dans toute la ruelle. Ah oui justement, son trip... Ruby vennait de se rendre compte qu'elle avait oublié un  détail: imposer des limites. Monsieur Drenger, à défaut d'avoir la puissance à renverser un container, s'amuserait avec les poubelles ou à faire tomber des passerelles pour faire flipper les curieux. En fait le gros problème avec lui, il serait capable de réveiller tous les quartiers pour remplir sa tâche, avec une certaine joie soit disant en passant. Ruby ne put s'empêcher de se frapper le front avec la paume de sa main.


-Ah oui c'est vrai... J'aurais peu être dû lui dire "discrètement". Là, je crois qu'il y mets tout son coeur.

Elle regarda rapidement les alentours. Tant pis, il va falloir qu'elle quitte "son poste". Certes ce n'était pas à contre-coeur qu'elle le faisait mais Ruby ne tenait pas à réveiller tous les quartiers parce que son Pokemon fait son boulot dans la joie et la bonne humeur. Un peu trop d'ailleurs.

En s'engouffrant dans la ruelle, Ruby ne voyait rien à trois mètres. Les Fantominus sont-ils nyctalopes? Bonne question... Elle suppose que c'est le cas pour les pokemons spectre et ténèbre mais si elle avait participé au quelques cours au lieu de les sècher, elle n'aurait pas eu besoin de supposer.


-Drenger, je t'ai demandé de me prévenir si il y a des agents et d'éloigner les curieux. Pas de les attirer et de réveiller tous le quartier.

La jeune fille sortit son zippo pour éclairer quelques peu la zone pour y voir un peu plus clair. Les lampadaires dans cette ruelle, c'était visiblement en option pour la ville. A croire qu'ils ont explosé la facture d'électricité dernièrement...
Revenir en haut Aller en bas
Juan da Ponte



Messages : 84
Réputation : 5
Date d'inscription : 09/05/2014
Autres Comptes : Laure Dexila - Sylvia Von Wittelsbach - Aria Cantore - Andea Capaldi - Archibald Park

MessageSujet: Re: Prélude d'un départ [Juan] Mer 2 Juil - 10:53

[Hrp : Après lecture, j'ai pas trop compris ce que tu faisais exactement faire à ton Pokémon, donc dans le doute, n'hésite pas à me MP si le moindre problème se pose ^^]

Le professeur d'Université, le dragueur, ou le dresseur de Pokémon, tout dépendait de comment on décidait de le prendre, se laissait guider par la curiosité, tranquillement. Pour le moment, sa curiosité le poussait à se renseigner sur le comportement du Pokémon de type spectre et poison, oui oui, poison. Vous non plus, vous n'avez jamais compris ce double type ? Cela fait partie des doubles types qui était bien mystérieux, et qui faisait que finalement, le premier Pokémon véritablement de type spectre pur, avait été Feuforêve, bien vite renforcé par d'autres compagnons, bien sur, comme Skelenox, Branette et Téraclope, dans la troisième génération, leur évolutions respectives dans la quatrième génération, Magirêve, et Noctunoir, enfin, Tutafeh, et Tutankafer, qui malgré ce que son nom semblait laisser supposer, n'était et n'avait jamais été un double type Acier/Spectre. Ainsi, Juan suivait lentement ce pokémon de type spectre, curieux de son comportement relativement inhabituel. Que préparait-il ? Un mauvais tour ? C'était bien possible. Ainsi, il continuait de le suivre... Jusqu'à...

Il avait disparu ? Damn, il aurait fait tout cela pour rien. Boah. Cela arrivait. Toujours chargé. Il s'apprêta alors à se diriger lentement sur ses pas, pour retourner à un hôtel, encore ouvert, ce qui était sans aucun dotue possible, dans la plus grande ville du monde, après tout. Sauf que finalement, quelque chose l'empêcha. Alors qu'il s'apprêtait à marcher tranquillement, une surprise l'attendit. Les poubelles commencèrent à voleter, faire du bruit, et danser le ballet du Lac des Cygnes de Tchaïkovski, compositeur romantique Russe. Mais ce n'est pas le sujet de ce RP. Surpris, Juan laissa tomber plusieurs dossiers scientifiques, et manqua de faire la même chose avec sa caisses de tube à essais, et autres objets scientifiques, assez fragiles. Heureusement, il eut le réflexe d'abandonner la paperasse de ses collègues, moins fragile, qui tomba en premier, et attrapa de ses deux mains son carton. Joli coup de chance ! Et évidemment, pensa-t-il mécontent, personne pour le voir faire ce joli coup ! C'était d'un classique, cela ne l'étonnait même plus, pour tout dire. Quand soudainement, un événement sembla contredire ce qu'il pensait, car justement, il entendit :

-Drenger, je t'ai demandé de me prévenir si il y a des agents et d'éloigner les curieux. Pas de les attirer et de réveiller tous le quartier.

« Oh, quelqu'un ! Cela fait plaisir ! Vous êtes la maîtresse de ce Pokémon visiblement. »

Pas besoin d'Einstein pour faire cette conclusion, n'est-ce pas. Oui, je parle d'Albert, pas de Frank. Vous avez compris la blague ? Tain, Mary Shelley me tabasserait pour avoir fait une blague aussi pourri. Heureusement qu'elle est morte depuis approximativement 160 ans. Mais bref, pas besoin d'être un génie pour comprendre que visiblement, le fameux Fantominus appartenait à cette fameuse demoiselle, dont Juan ne connaissait pas encore, mais n'allait pas hésiter à séduire, pour la faire tomber sous son charme. Enfin, si c'était bien une demoiselle. Mais Juan savait a peu près reconnaître les voix de demoiselles. Quand même ! Quand on était habitué à séduire les dames, on sait reconnaître le timbre de voix. Après, il y avait des voix qui étaient parfois des pièges. Et pour le moment, sans lumière, difficile d'affirmer quoique ce soir. Cependant, comme si elle avait lu dans ses pensées, la future interlocutrice sortit quelque chose, d'une poche ou d'un sac, aucune idée pour le futur commandant de la Team Venom, qui tout d'un coup fit de la lumière... Un briquer, tout simplement !

« Oh... Attendez, Démolosse, fait moi plaisir, éclaire plus cette endroit. »

Le Zippo, ou le briquet, pour les gens plutôt habitué à des déclarations dans un langage plus commun, loin du langage familier, était pas mauvais, mais n'éclairait que sur une zone assez limité. Un pokémon feu était quand même beaucoup plus pratique, vous ne trouvez pas ? En tout cas, cela semblait meilleur, si vous voulez mon avis ! Ainsi, sortant l'une de ses quatre Pokéballs, toujours accrocher solidement à sa ceinture, il fit sortir son Pokémon de type feu, qui éclaira à l'aide de sa fourure presque enflammé, la zone, permettant aussi bien à Juan da Ponte qu'à Ruby de mieux voir chacun son interlocuteur, même si c'était Juan qui avait lancé, comme toujours particulièrement sûr de lui la discussion. Ramassant ses dossiers, et commençant à les mettre littéralement en vrac dans son carton, remplit d'autres choses scientifiques, il déclara, d'un ton charmeur, comme à son habitude :

« Alors, que fait une si joli femme dans une ruelle aussi sombre ? Cela fait plaisir de voir d'aussi belles créatures dans une ville aussi grande, pour un étranger. »

Bam. On sentait à l'accent que Juan ne venait pas de la région, il avait un accent Kaloséen assez fort, ce qui rendait parfois ses déclarations un peu difficile à comprendre. Mais sinon, le dragueur était en action, et cela n'était pas si étonnant quand on le connaissait un peu. Il n'avait aucune raison de commencer à séduire cette jolie demoiselle, aucune littéralement, mais voilà. Il avait envie. Juan ne draguait pas les dames car il avait envie, où car il était amoureux. Non, il le faisait comme certains prennent un livre pour se détendre, ou attrapent la manette de leur PS3 pour aller tuer des gens sur leur jeux. Après, maintenant, si Juan était un maître dans l'Art de l'Amour, comme l'avait chanté de nombreux bardes et poètes, rien ne prouvait que cette fois, cela allait marcher, comme beaucoup d'autres fois. Bien souvent, Juan s'était prit des mauvais retours de demoiselles qui n'aimait pas trop son comportement ! Et bien, peut-être que c'était le cas de Ruby ! Mais chut, tout cela... C'est une autre histoire. Inutile de trop s'avancer. N'est-ce pas ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Prélude d'un départ [Juan] Sam 5 Juil - 14:21

Empathie quand tu nous tiens... C'était un peu le cas de Ruby avec ses pokemons quand on regardait bien la situation, même si la jeune fille refusera de parler d'un quelconque pouvoir sorti de nul de part comme on l'on voit si souvent le cas dans les mangas de shonen. Oui ceux que l'on trouve dans toutes les bonnes librairies d'Unys ou de Kanto. Après tout pourquoi il y aurait une exception dans ce monde? Un Naruto avec un Pikachu et un Satsuke avec un Lucario? Brrr, rien qu'avoir cette pensée il fallait être sacrément tordu. Quoique, un Captain America et un Mackogneur ça pourrait faire classe mine de rien...

Enfin chacun ses goûts! Pour à sa soit disante empathie, Drenger avait surtout un comportement de Pokemon refoulé de la vie qui s'était plus vengé sur des poubelles que de vouloir faire réellement peur, chose certainement dû à un enfermement dans sa pokeball, le genre de comportement à faire passer Ruby pour la plus indigne des dresseuses. Certes il y a plus gâteuse sur ses pokemons mais quand on regardait son Mysdibule on ne peut pas dire qu'ils soient maltraité. Des pokemons qui ont le droit de touché à la télécommande de la télé quand tout le monde dort, il ne doit pas y en avoir tant que ça. Quoique, les bons à 7 heures du matins avec le volume pendant la scène où l'éternel gourdasse blonde se faisait égorger au début de chaque film d'horreur, il ne fallait pas s'étonner qu'à chaque fois les piles de la dite télécommande disparaissait... Durdur la vie d'un pokemon malheureux...


-Hmmm? Fut la seule réponse mots quand une voix lui demanda si elle était la maîtresse de ce Fantominus.

[i]Enfin de compte il avait belle et bien attiré un curieux au lieu de l'inciter à continuer son chemin. La jeune fille comprendra bien vite que Drenger lui a troubé un autre dresseur. Certainement un "aventurier" puisqu'il n'a pas voulu rebrousser chemin. Après que son Demolosse lui éclaire la zone, Rebecca ignorait si elle devait réellement s'attarder sur la ruelle ou sur ce que Drenger lui avait dégoter.

La ruelle? Ben des poubelles qui ont volé, des détritus à terre et un Fantomis qui commençait à vouloir s'attarder sur le compteur près des fils électriques. Ah ça, c'était un poil plus dangereux et si ce n'était pas Ruby ou Juan qui finissait aux urgences, c'était Drenger qui allait se retrouver au centre pokemon dans la minute qui suivra.Si ça ne craint pas à dire l'électricité, rien n'empêche un pokemon spectre à jouer les pikachu. C'est bizarre, Ruby n'osait même pas imaginer le jour où il évoluera en Spectrum avec le dévellopement des membres.

Puis enfin elle s'attarda rapidement sur Juan. Ou pas. Parce qu'à regarder le spécimen que Drenger lui avait dégoté, il avait tiré le gros lot. Un rouquin à la quarantaine en tenue d'apparat tout droit sorti d'un théatre. A voir le verbe qu'il utilise, c'est plus le genre à regarder du Sheakspeare qu'à écouter de la musique pour jeune. Quoique ce dernier point Ruby ne pouvait pas vraiment lui en vouloir. A priori quatre pokeball dont un qui fait office de lampe torche. Certes elle passait pour une ringuarde avec son zippo mais on n'allume pas de clopes à coup de Demolosse. Quoique avec un Salamèche ça pourrait transformer le ridicule de la scène en quelques choses d'assez classe qui sort de l'ordinaire. Encore une fois, le mot "classe" dépends surtout des différents points de vue.


*Quatre pokeball... J'imagine que je ne peux pas me contenter d'un simple "casses-toi y a rien à-"hein?*

Pensées vite interrompu quand la phrase de Juan raisonna dans sa tête. Elle n'en croyait pas ses oreilles: voilà qu'elle se fait draguer par un vieux dans le coin d'une ruelle sombre. Certes, le lieu avait de quoi porté confusion mais tout de même. Oui, avec quatre pokeball, elle n'allait certainement pas l'envoyer promener à coup de nions bien placé. Certes, rien ne dit qu'il sache bien se battre mais devant le nombre était écrasant, même avec une Ruby qui n'est pas à se casser un ongle près.

Elle chercha assez rapidement ses mots, pas l'habitude de se faire draguer de la sorte avec des mots bien tourné. De plus, la solution pacifique n'était pas sa spécialité.


-Euh... Y a erreur sur la personne là. Si c'est ce genre de fille que vous cherchez, c'est les bas quartiers à l'est du port.

Un magnifique sous entendu sur les filles de joie et autres bordels près des quartiers portuaires. La réponse était assez sèche mais il se dit étranger il avait le bénéfice du doute. Sans connaître les coutumes étrangères, avec un tel accoutrement Ruby ne pouvait que le croire. Elle continua avant de rappeler son Fantominus dans sa pokeball sans le prévenir. Après tout il était à quelques secondes avant de commettre l'irréparable.


-Mon Fantominus est fan de films d'horreur, je lui apprends juste des tours. Après celui de me faire accoster par un vieux dans un coin sombre, j'avoue que c'est du plus.

Si l'excuse vaseuse et floue était, à son point de vue, suffisante, celle concernant concernant le vieux était elle aussi, du plus qu'elle aurait très pu se passer de dire.
Revenir en haut Aller en bas
Juan da Ponte



Messages : 84
Réputation : 5
Date d'inscription : 09/05/2014
Autres Comptes : Laure Dexila - Sylvia Von Wittelsbach - Aria Cantore - Andea Capaldi - Archibald Park

MessageSujet: Re: Prélude d'un départ [Juan] Sam 5 Juil - 16:02

Si on pouvait dire une chose, pour le moment, c'est que nous étions dans un lieu parfait pour une discussion. Une ruelle sombre et sale, où les éclairages publics étaient soit inexistant, soit les quelques rares ne marchaient plus. Comme quoi, Volucité avait beau être la ville la plus riche du monde, et apportant le plus de richesse possible à la grande Région Industrialisé qu'était Unys, la richesse n'était pas, comme toujours, logiquement et équitablement répartit, et seulement les plus riches, et les quartiers les plus privilégiés recevaient massivement l'aide de l'état, pour être encore plus riche, et encore plus privilégiés; Ou alors, arrivait un processus de gentrification, dont je n'ai ni le temps, ni l'envie de vous expliquer le principe. Revoyez vos cours de Géographie. Ainsi, nos deux compères étaient situé dans une vielle ruelles, sales. On pouvait apercevoir quelques personnes, jeter des regards discret, derrière des volets mals fermés, curieux, ou des scène de ménage caché par un maigre rideau, avec tout ses atrocités, ses violences conjugales. Mais parmi la violence de la pauvreté, se trouvait aussi quelques scènes plus intimistes, plus amoureuses... Mais retournons à nos deux interlocuteurs, dont la bataille des mots avaient déjà commencé, l'un tentant de la lancer encore plus loin, l'autre voulant sa fin.

-Euh... Y a erreur sur la personne là. Si c'est ce genre de fille que vous cherchez, c'est les bas quartiers à l'est du port.

Une farouche. Juan souriait. Une farouche voulant l'éloigner, intéressant. Il avait relevé le sous-entendu graveleux qu'elle proposait. Une femme de joie ? Tss... S'Intéressé à une femme déjà détruite ne l'intéressait pas. Il voulait s'amuser lui. Tel un Scorpion, qui ne piquait jamais une proie malade, il préférait sans prendre aux gens les plus intéressant. Il voulait être glorieux, fier, or comme on disait : « Sans péril, on triomphe sans gloire. » Ce n'était pas le triomphe qui plaisait à Juan da Ponte, c'était la gloire du Triomphe qui lui plaisait tout particulièrement. D'où son caractère si particulier... Tss... En plus, comme s'il l'abordait comme on aborderait une fille de joie ? Il était beaucoup plus agréable, beaucoup plus appréciable. Il était entrain de lui parler de manière correct et respectueuse, et voilà comment il se faisait répondre...? Oui. Vous avez parfaitement compris, le fameux Juan était très souvent entrain de se mettre en victime. Il écouta alors la suite des déclarations de cette fameuse farouche :

-Mon Fantominus est fan de films d'horreur, je lui apprends juste des tours. Après celui de me faire accoster par un vieux dans un coin sombre, j'avoue que c'est du plus.

« Plait-il ? »

Un vieux...? Tss... Il connaissait une jeunette avec qu'il allait devoir lui apprendre la politesse, cela semblait être maintenant un cas d'état majeur... De simple amusement, c'était maintenant une correction qu'il avait envie d'infliger à cette demoiselle. On ne le traitait pas de « vieux » impunément. Il n'était pas vieux, déjà. Dans un monde où l'espérance de vie atteignait presuqe les cent ans, il estimait que son âge n'était pas spécialement vieux, loin de là. Oh... Il oubliait l'arrogance détestable des dames de cette âge, qui se croient insensible au temps, et invulnérable à ses effets. Parfait. Cette fille le dégoûtait. Cela lui donnait encore plus envie de s'occuper de son cas... Mmh... Pourquoi cela ? Comme cela. Car cela lui faisait plaisir. Il avait envie de se détendre ses nerfs sur elle. De montrer qu'il était plus fort. Juan était comme ça. C'était dans la domination qu'il trouvait du plaisir. De plus, comme dit juste avant, cette fameuse Ruby, bien qu'il ne connaissait pas son nom, l'avait insulté. Hors de question de laisser passer cela comme ça. Il déclara alors en suite :

« Et bien, les jeunettes de ce pays semble tout aussi farouche que malpolie, cela fait plaisir à voir. Enfin bon, toute rose à du piquant, cela ne fait qu'intéresser plus un homme. »

Juan n'était pas quelqu'un de sain, cela se sentait. Si Ruby avait parfaitement raison sur un point, c'était dans la comparaison avec l'acteur et Shakespeare. Juan avait tout de l'acteur. Et il n'était pas sain du tout comme homme. On sentait qu'il voulait s'amuser ce soir. Oh, pas forcément de façon charnelle. Il voulait aussi s'amuser, à tourner en bourrique cette femme, faire un mélange d'attraction et de repoussement envers sa personne... C'était ça qui lui plaisait. La faire soufrir mentalement, comme il avait souffert enfant, à cause du « beau sexe », comme le disait le poète français, le Prince des Poètes, Pierre de Ronsard. Il avait envie de s'amuser après de longues conférences intéressante, mais pas palpitante de Chimie. On pouvait le comprendre non ? Oui, bien sur qu'on pouvait le comprendre, enfin, si on était un psychopathe de première. Mais bon, ce n'est qu'un détail, ça. Ce n'est pas très intéressant. On a tous un petit psychopathe au fond de notre coeur... N'est-ce pas ? Bref, Juan continua alors, tranquillement de déclarer, s'intéressant de plus en plus à cette jeune femme :

« Entendre une pucelle faire la forte devant un « vieux », c'est amusant. Content de voir que votre Fantominus s'amuse a piéger les touristes. Visiblement, Vous vous amusez à d'autres petits jeux illégaux, vous non ? »

Bam. Juan semblait avoir vu clair dans le jeu de la fameuse Ruby. Pour son esprit scientifique, une telle déduction n'était pas complexe à obtenir, absolument pas. Pourquoi cela ? Et bien, il se souvenait de l'une des premières phrases qu'il avait entendu, sortant de la bouche de son interlocutrice : « éloigner les curieux et prévenir s'il y avait des agents » Ou quelque chose du genre, peut-être dans l'autre sens, mais qu'importe. Cela montrait bien que cette demoiselle n'était pas entièrement clean. Du deal ? En temps que professeur de Chimie, il s'y connaissait. Il n'avait pas tendance à aider les forces de l'ordre, n'étant lui même pas totalement clean, n'aimant pas les contraintes de l'état donnait pour garantir la sécurité et le bonheur de tous, officiellement bien sur. Maintenant, il se demandait quel réaction allait avoir cette jeune pucelle. Oui, pucelle, car il se considérait ouvertement comme un Némélios, un fier Némélios, qui était devant un petit Caninos qui tentaient d'aboyer très fort. Sauf que dans ce genre de cas, le Némélios n'avait qu'à mettre la patte sur le museau de son adversaire, pour l'enfoncer dans le sol. Juan avait envie de faire cela à son adversaire. Comme ça. Gratuitement. N'était-il pas la Rose et le Némélios ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Prélude d'un départ [Juan] Mar 8 Juil - 18:39

Et la provocation, elle tomba en plein de dedans la Ruby à la voir serrer des dents. Oh bien sûr, elle était futée, du moins un minimum et les calculs dans sa tête et les pronostics fusaient dans sa petite tête. Deux et demi contre quatre ce n'était pas très égale comme combat. D'où est ce qu'elle sortait de tel chiffre si peu courant? Son Mysdibule elle savait parfaitement au point que ça pourrait même surprendre un dresseur avec quatre badges. Dommage que ça ne se limite qu'à cela car son son Fantominus tenait bien son nom de race: faible faute d'avoir eu le temps de l'entraîner au point qu'elle ne le comptait que comme une moitié d'un combattant. Oh pas du genre à en vouloir à son pokemon pour sa faiblesse mais ce n'était qu'à elle même que la jeune fille devait s'en prendre. Oui Ruby faisait donc parti de ses dresseurs qui comptent surtout sur un seul pokemon si jamais il devait y avoir du grabuge quelques parts. Le dernier? Pas dit que ce Juan s'attende à ce que la roublarde rentre elle même dans le combat quitte à se prendre une tête au carré. En fait Ruby suspectait d'avoir à faire à ce genre de personne qui n'aimait pas se salir les mains lui même d'où le fait qu'elle ne compte que quatre adversaires. Mais dans son cas était-ce vraiment utile de les salir sur une petite morveuse dans son genre?

-Pucelle?!? Comme si je devais attendre mes 18 ans pour me faire dépuceler.

Il fallait avouer que ce n'était pas très fin venant de la bouche d'une demoiselle. Pas très fin non plus devant un touriste qui devait posséder une autre appréhension de la jeunesse dû à la différence de culture. En fait elle passait pour une traînée mais peu importe, c'était ce qu'elle était devenu à ses yeux depuis un an. Oh bien sûr elle n'appréciait que vaguement ce qu'elle était mais ainsi va la vie! Pour quelqu'un qui ne pensait que rarement à l'avenir s'était amplement suffisant à ses yeux.

Une chose était certaine, à défaut d'attaquer elle montra les dents si on devait réutiliser le même type d'expression. Cette individu ne lui voulait pas que du bien et ça elle s'en était rendu compte. En même temps elle venait de comparer les vieux avec des films d'horreur, un peu normal que l'idée de lui faire bouffer la poussière lui ait traversé l'esprit. Le cas serait inversé qu'elle aurait agi de même. La comparer avec une pucelle n'était pas là pour que la conversation se calme.

-C'est vrai que trouble à l'ordre public à cette heure-ci c'est quelques choses qui mettrait nos chers concitoyens en danger.

Obligée d'attirer l'intention sur elle, le "crime" n'avait pas lieu ici, il se situe en réalité derrière elle à une centaine de mètres. Obligé de protégé un soit disant "petit copain" en sachant que normalement les rôles devrait être inversé. Certes, Dolan est un bon à rien à ses yeux mais la situation ne faisait que confirmer cela!

-Et comme je n'imagine que vous n'avez que faire de la santé de la petite vieille du 3ème qui loupe la marche parce que mémé a mal dormi, vous n'avez rien à faire ici.

Elle serra les dents, "pucelle" résonnait toujours dans sa tête et en bonne grande gueule, Ruby ne savait jamais quand cela devait s'arrêter. Oh elle aurait pu se contenter d'arrêter ici, dans ce cas le rouquin aurait soit fait demi tour suite à une remarque rabaissante, soit il aurait posé des questions sur ce qu'il y avait de l'autre côté de la ruelle et ce qu'elle mijotait en réalité. Mais non, la dernière remarque n'était que purement gratuite et irréfléchie de la part de Ruby.

-Ou à moins que la santé de votre génération vous inquiète tant que ça mais dans ce cas ce n'est pas ici qu'il faut être mais dans une maison de retraite.

Ah oui, la remarque de trop. A bien y réfléchir, ça n'avait rien à voir avec la prélude d'un départ mais plutôt sur le choc de la génération, un gars qui approche la quarantaine face à une jeune morveuse qui ne connaissait plus trop la définition du respect.
Revenir en haut Aller en bas
Juan da Ponte



Messages : 84
Réputation : 5
Date d'inscription : 09/05/2014
Autres Comptes : Laure Dexila - Sylvia Von Wittelsbach - Aria Cantore - Andea Capaldi - Archibald Park

MessageSujet: Re: Prélude d'un départ [Juan] Mar 8 Juil - 20:08

Deux personnes, dans une ruelle sombre... Ouh là, je vous arrête tout de suite, vous n'êtes pas entrain de regarder le dernier films du Dimanche Soir, quand les jeunes enfants sages sont entrain de dormir tranquillement dans les bras de Morphée, rien de sale, c'est une image, un Dieu mythologique grec. Quoique, quand on connait la mythologique grec, et les habitudes de ses peuples « antiques », c'était pas forcément moins malsain... Stop stop stop, on arrête là, je risque d'avoir des problèmes ! Ainsi, les deux interlocuteurs étaient tout les deux toujours dans la ruelle, et même si on sentait que la tension était quand même haute, et bien; pour le moment, il n'y avait eu aucune preuve, mais on sentait que la situation pouvait exploser à tout moment, entre le rouquin d'âge mur, et la blondinette, tirant elle aussi vers le roux, mais un roux quand même beaucoup plus naturel, si vous voulez mon avis. Maintenant, il était évidemment trop tôt pour véritablement l'affirmer, mais la suite des discussion allait sans doute aider à comprendre cela. Maintenant, chut, et écoutons...

-C'est vrai que trouble à l'ordre public à cette heure-ci c'est quelques choses qui mettrait nos chers concitoyens en danger.

Mmh...? Pourquoi disait-elle cela ? Elle était ironique ? Sans doute ! Sérieusement, Juan jugeait ouvertement à l'apparence, mais elle ne semblait pas être quelqu'un qui allait bénir, code civile, et autres codes de Loi de Justinien à Napoléon, en passant par tout les Codex Médiévaux des Lois ! Il ne fallait pas juger les gens, vous le savez bien, à leur apparence... N'est-ce pas ? Et bien... Notre cher Juan s'en fichait complètement, et estimait que bien souvent, c'était à l'apparence qu'on pouvait juger quelqu'un... Erreur grotesque, et insultante ! Mais erreur trop souvent faîtes par les gens, n'est-ce pas ? Mais bref, Juan marchait comme cela. Et Ruby avait ce délit de faciès : Elle avait l'air d'une fille des bas quartiers, et ne ressemblait pas à une enfant de coeur. En même temps, cela, c'était vrai, elle ne ressemblait pas à une fille qui était une enfant de coeur. Cela, on ne pouvait avoir que peu de doute. Mais de là, à la considéré comme « criminel », juste pour cela;.. Peut-être qu'il y avait un fossé que notre cher Juan avait franchi, comme ça, dans le monde de la pensée. Le futur commandant en chef des Venoms écouta alors la suite de ses déclarations, tranquillement, sans rien faire pour le moment :

-Et comme je n'imagine que vous n'avez que faire de la santé de la petite vieille du 3ème qui loupe la marche parce que mémé a mal dormi, vous n'avez rien à faire ici.

« En effet. »

Là, il devait avouer qu'il ne comprenait pas trop le rapport, mais sans doute qu'elle était moqueuse. Et bien, Juan venait de décider de jouer le stupide, et de répondre comme si c'était une phrase déclaré sérieusement... Il voulait savoir où voulait en venir la fameuse Ruby, bien qu'il ne connaissait pas son nom. Il écouta alors :

-Ou à moins que la santé de votre génération vous inquiète tant que ça mais dans ce cas ce n'est pas ici qu'il faut être mais dans une maison de retraite.

« A ton âge, tu devrais travailler pour tes ainés, tu n'es sans doute bonne qu'à ça ! »

Bam ! Premièrement. Juan poussait la provocation le plus loin possible. Il avait bien compris que visiblement, son interlocutrice était quelqu'un d'assez explosif, de caractériel... C'était encore plus marrant alors, à mettre en bourrique. Les caractériel étaient si... Aisément énervable, et surtout, si drôle une fois énervé... Il n'avait aucune raison de s'en priver. De plus, cette phrase avait pour lui un fond de vérité, car notre fameux Juan était quelqu'un qui tenait en très faible estime les jeunes, les considérant comme des êtres oisifs profitant du travail des plus agés... Et oui, il n'allait pas se faire des copains, sur une forum, dont quand on dépasse l'âge de quarante ans, on est un vieux être croulant, qui n'attend plus que la douce délivrance de la mort, et surtout, quand on est sur une forum où on peux être empereur à l'âge unique de 27 ans, ce qui est non seulement ridicule, mais totalement irréaliste en plus. Quoi ? Je suis encore entrain de troller ? Mmh, cela est bien possible. Retournons alors aux déclarations de Juan, si vous le voulez bien ! Ainsi, le fameux Juan déclara, comme un écho à sa première déclaration, une réponse, littéralement :

« Ou alors, tu tentes de me cacher quelque chose, de plus gros, et de plus intéressant. Ce n'est pas au « Vieux » singe qu'on apprend la grimace, et sache que ce genre de petite cachoteries ne m'intéresse pas. »

Bam ! Et de deux ! Juan n'allait pas lacher sa proie, il venait de très clairement le dire, et maintenant que c'était dit... C'était dit ! Mais pourquoi de telles déclarations ? Car il se demandait quelque chose : Pourquoi elle n'était pas partie, après ce qu'il avait dit ? Quel raison la poussait-elle à rester ? Juan avait une théorie, à vingt milles lieux, non pas sous la mer, mais de la théorie... Cette jeune femme était sous son charme, mais faisait sa farouche. Il avait déjà vu, et subit cela. Plusieurs demoiselles marchaient comme cela, n'osant pas trop l'approcher. Sans doute pourquoi on parlait de ce sexe comme le sexe « faible », comme l'avait souvent dire, et comme on retrouvait parfois, quand même relativement rarement. Mais bref, ainsi, elle était sans doute entrain de faire totalement sa farouche, mais bientôt, elle se laisserait aisément manipuler. Trop facile... Et trop sûr de lui, surtout ! Juan était comme ça. Cependant, il n'avait pas encore fini de la chauffer... Littéralement, je veux dire. Pas de malsain !

« Juste une ou deux flammes, pour la faire danser. »

Il allait pouvoir s'amuser. Détestable. Mais c'était normal. C'était sa victime. Et il comptait la faire parler plus vite que cela. La faire céder. La faire venir au combat, avant de justement, l'humilier encore plus, et de faire son protecteur, son séducteur après. Une technique qui ne marchait pas ? Oh que si. Bien souvent, cela marchait, de frapper fort, puis justement, de se montrer indulgent avec celle a qui on avait fait du mal... Oui, cela peux paraître tordu, mais que voulez vous. Juan était complètement tordu. Et puis, au moins, cela l'entraînerait un peu, étant donné qu'elle avait des Pokémons non ? Mais bref, ainsi, le fameux Démolosse tira deux petites flamette, pas grand chose, mais quand même en direction de son interlocutrice, des flamettes qui visèrent alors ses pieds, pour justement, la faire « danser », au du moins, bouger les pieds, pour éviter que ceux-ci se fassent bruler... Les hostilités avaient été lancés par le fameux Juan da Ponte, et vous savez qu'est-ce qui étiat le pire dans cette histoire...? C'est que l'homme qui avait posé son carton, et qui gardait son sourire charmeur en direction de la demoiselle, se recoiffant rapidement... Était absolument fier de lui.

[HRP : Réponse pas super, désolé x)]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Prélude d'un départ [Juan] Sam 12 Juil - 22:12

Les caractérielles au caractère explosif il n'y avait pas besoin de sortir de la ruelle pour en trouver une. Si la première fois elle n'en avait pas trop tenu compte puisque le rouquin excentrique pouvait très bien s'être trompé de quartier et que la voyou n'était pas là pour juger le plus vieux métier du monde, la pic ne passa pas dans l'oreille d'une sourde. La deuxième? Trop complexe à son goût. Après tout les dictons et elle faisaient bien souvent deux. Si l''un est cultivé, l'autre est "culturée" si on devait trouver le bon mot en ce moment même. Oui inutile de la chercher dans le dictionnaire, il est inventé juste pour l'occasion et résumait bien Ruby en ce qui concernait la littérature.

On ne s'attarda pas non plus sur les trolls et autres espèces plus ou moins éloigné, l'auteur de ce topic serait tenter de rajouté sur la longue liste les champions sortant à peine de l'adolescence. Et de toute façon il n'y a pas à s'attarder là dessus puisque Juan avait l'intention de la faire danser. Ce qu'elle fit d'ailleurs plutôt bien durant l'espace de trois secondes le temps de réenclenché sa pokeball et faire réapparaitre son Fantominus.

-Dé-Drenger, hypnose sur le Démolosse.

De Drenger, parlons-en. Inutile de dire que d'arriver sur la scène pile au moment où sa dresseuse dansait le laissa un peu perplexe. On peut le comprendre, le duel est arrivé plus vite que l'on ne l'aurait cru et pourtant avec Ruby, les accrochages sont assez fréquents. Si Rebecca n'a pas inventé l'eau chaude en littérature, elle a au moins le sens de la stratégie. Juan a l'initiative dans une telle condition, il s'amuse mais il l'a et il ne laissera certainement pas l'occasion à d'hypnotiser bêtement son Demolosse. Un comportement en somme assez logique au point qu'il était inutile d'avoir quatre badges pour laisser passer une occasion pareil. Mais si Demolosse tourne le regard selon les ordres de son maître pour éviter l'attaque, le fait de voir la jeune fille foncer vers Juan avec un couvercle de poubelle pour lui faire la fête sortait un peu des règles standard de n'importe quel duel.

A vrai dire, c'était l'une de ses seuls cartes lors de ce duel de foncer sur l'adversaire. La seconde? Elle se trouve dans sa pokeball et la sortir immédiatement reviendrait à ne plus pouvoir foncer sur Juan. Après tout, le lieu du "duel" se situe dans une ruelle lugubre et l'un des deux dresseurs va finir la tête dans la poubelle après quelques hématomes bien placés. Et aucun des deux ne veulent finir ainsi
.
Revenir en haut Aller en bas
Juan da Ponte



Messages : 84
Réputation : 5
Date d'inscription : 09/05/2014
Autres Comptes : Laure Dexila - Sylvia Von Wittelsbach - Aria Cantore - Andea Capaldi - Archibald Park

MessageSujet: Re: Prélude d'un départ [Juan] Dim 13 Juil - 14:09

Le conflit était déclaré, et le Casus Belli n'était pas difficile a deviner, surtout quand on se rappelait que juste avant, Juan avait quand même ouvertement demandé à son Pokémon de type feu, de tenter de faire danser, tel la cigale, la fameuse Ruby, dont, il était assez drôle de voir que ni l'un, ni l'autre n'avait pus véritablement se présenter. Non. Juan pouvait très bien, si cela se trouvait, être littéralement entrain d'agresser une personne totalement innocente. Pas grave ! De toute façon, il n'avait pas spécialement peur des conséquences que cela pouvait amener. Il était une personne respecter, avec un certain charisme, et dans des situations compliqués, il avait déjà réussi à extrêmement bien joué la comédie. Bien sur, cela ne voulait pas dire qu'il pouvait littéralement s'en sortir à tout les coups, mais quand même ! Maintenant, il fallait voir ce qui allait se passer. On avait aucune preuve qu'il n'y allait pas avoir des surprises, dans cette fameuse discutions qui venait de prendre un tour relativement musclé...

-Dé-Drenger, hypnose sur le Démolosse.

Hypnose... L'une des attaques les plus lourdes de la créations. En même temps, il était sûr qu'être gelé, et/ou endormi faisait partie des pires altérations d'états que Pokémon connaissait. Mais qui faisait donc l'attaque Hypnose ? Bonne question ! Dont la réponse n'était pas difficile. « De-Drengen », le Fantominus de tout à l'heure, qui venait tout juste de revenir sur le terrain. Pendant un moment, le fameux Juan pensa qu'il était visé, donc, fit passer sa longue manche écarlate, avant de remarquer que c'était pas lui, mais bel et bien la fameuse Démolosse qui était visée. Celle-ci alors se fit avoir comme la première des débutantes, tandis que Juan, rassuré, ne fit absolument rien pour tenter de contrer cela. La Démolosse regarda ce qui semblait être son adversaire, pour le moment, et ainsi, tomba dans le piège. Littéralement comme une masse, elle s'écroula, baissant légèrement la luminosité des flammes, faisant apparaître de manière encore plus sombre le costume Ecarlate du fameux Juan. Cependant, il y avait encore assez de lumière pour que Juan puisse toujours voir son adversaire... Mais pas assez pour qu'il en soit satisfait. Ainsi...

« Allez, réveille toi idiote. »

Juan usa alors d'une technique peu réglémentaire en combat Pokémon pour réveiller son Pokémon. Vous êtes vous aussi toujours en colère quand votre Pokémon s'endort en plein combat, surtout qu'il vous fait user d'un réveil, ce qui est le plus cher, en début de jeu de tout les artefacts soignant les problèmes de statuts... Depuis en effet la disparition de la Flute Pokémon de la première génération, et le fait qu'appeler, cette fonction réveillant les Pokémons, n'est jamais réapparu depuis Pokémon Colloseum, il fallait toujours utiliser un objet, qu'on avait qu'en quantité limité, pour réveiller ses Pokémons. Dieu que c'est saoulant. Mais alors que fit le fameux Juan pour réveiller sur Pokémon...? Et bien, il frappa à l'aide son pieds dans les flancs du chien des enfers qui venaient de s'écrouler aussi bien sur le sol que dans les bras de Morphée. Technique plus irrégulière, et sans aucun doute interdit par la SPP, société protectrice des Pokémon, ou tout simplement la Team Plasma, comme par la Ligue Pokémon. Encore heureux, imaginez dans le combat contre la Maître, vous avez le Maître qui descend dans le terrain, et qui shoote un grand coup... Ca serait drole dans le cas de Pierre Rochard, si vous avez endormi son Metalosse. Mais passons.

« Raichu, vient porter main-forte. Autant avoir toute les cartes en main pour gagner, n'est-ce pas ? »

Toujours regardant Ruby, pas question de se prendre une attaque en traitre, c'était lui, ici, le saligaud, pas elle, Juan sortit alors une seconde Pokéball, et l'envoya en l'air, ce qui libéra la fameuse grosse souris Electrique, qui toute contente, poussa un petit cri, et sautilla sur place pendant un petit moment, faisant littéralement perdre toute crédibilité de menace à Juan... Jusqu'à ce qu'on se souvienne que maintenant, on avait deux Pokémon présent ici, enfin, un et un autre encore un peu dans les vapes, se réveillant tout juste dans la douleur. Une différence pour le moment, entre la fameuse Ruby, et le Juan national ? C'est que ce dernier n'avait absolument aucune hésitation à demander à ses Pokémons d'attaquer les dresseurs, si la victoire était plus assurée dans ce genre de cas. Visiblement, la délinquante qu'il avait en face de lui ne semblait pas encore à ce stade. Tant pis, pour elle, bien sur, pensa le fameux Juan. Maintenant, il était temps, il avait assez menacé pour que cela marche : Il était temps maintenant de lancer, tel un couteau projeté sur une cible immobile, son ultimatum, qu'il déclara, d'un ton doucereux, sans jamais perdre ce fameux sourire qui était toujours au coin de ses lèvres :

« Alors, tu vas me dire ce qui te fais rester ici, Mademoiselle ? Je te laisse le choix, tu me dis tout, et je te laisse tranquille, et j'évite qu'on te retrouve défiguré dans une poubelle ok ? »

Juan fit un sourire. Vous vous rappelez du premier poste avec Juan ? Cela fait pas longtemps, pourtant, quelques lignes plus haut vous le retrouverez... Il y avait plus sorte de curiosité. Et bien là, nous n'étions plus dans la curiosité intellectuelle, celle qui était bonne, intéressante, et qui permettait de faire progresser la science mais aussi beaucoup d'autres domaines en tout genre ! Ainsi, la curiosité était parfois bonne... Mais bien sur, là, ce n'était pas le cas. Nous étions pleinement dans la curiosité malsaine, ou Juan voulait savoir ce qui se passait, alors qu'il avait absolument rien à voir avec les différentes actions. Il espérait sincèrement qu'il se passait quelque chose d'ailleurs. Car sérieusement, si au final, il ne se passait rien de spécial, il serait sérieusement déçu ! Il avait envie de se défouler un peu, et s'il pouvait profiter de ses différents évènements pour cela, cela serait absolument parfait. Mais le problème, c'est qu'il ne pouvait pas découvrir tout tout seul. Il devait maintenant attendre, et voir si la fameuse Ruby, bien qu'il ne connaisse son nom, accepte ou non de collaborer. Elle avait tout intérêt. Conseil d'ami.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Prélude d'un départ [Juan] Ven 18 Juil - 22:48

La situation fut assez étonnante pour Ruby, un pokemon se faire avoir de la sorte comme un bleu sans que le maître ne lui dise de détourner le regard. Non elle n'irait pas reprocher au dresseur d'être incompétent et tout le trala qui irait avec puisque à en voir le geste qu'il a eu, il avait tout l'air de se comporter comme la demoiselle lors d'un duel non officiel. Il a cru qu'il était visé? Un mauvais réflexe dans une arène mais qui n'était si mauvais que ça durant un règlement de compte dans une ruelle puisqu'en temps normal, elle ne se serait pas gêner à le viser. Non, Ruby ne l'a pas visé pour la simple raison qu'entre elle et Juan il y avait le Demolosse. Et un pokemon pouvait très bien prendre lui même des initiatives si jamais le dresseur devait être directement agressé. La raison ne se limitait qu'à cela!

La suite fut tout aussi peu réglementaire et pourtant se fut ce geste qui mit Ruby hors d'elle. Que l'on punisse son pokemon d'un geste pouvait être une chose courante malgré que l'on évite de le hurler sur tous les toits histoire de ne pas dénaturalisé le monde magique de Pokemon. Non, hors de question de citer "enfantin" pour Pokemon, tout le monde ne suit pas les aventures de cette tête claque incompétent qu'est Satoshi avec son Pikachu cheater passé au préalable sur Pokegen et ce, sans aucune modération. Après tout, c'était le sujet du moment sur le Chatbox, aucune raison d'en parler dans l'un des nombreux hors sujet de ce RP!

Pour en revenir à Ruby, c'est surtout un sentiment de colère qu'elle aura après le coup de latt que le Demolosse recevra. Punir était une chose, maltraité son pokemon était une chose qu'elle ne supportait carrément pas. Que l'on maltraite les humains par contre ne lui faisait ni chaud ni froid par contre. Si Juan commit l'erreur de s'approcher de son Demolosse et donc inconsciement d'une Ruby armé d'un couvercle de poubelle, il risquait être en contact tôt ou tard avec la jeune hystérique. Car oui, hystérique, elle y était dorénavant proche au point que la menace de Juan rentra pour ainsi dire dans l'oreille d'une sourde. Et nul besoin de s'y connaître quelques choses en psychologie humaine pour voir qu'elle n'avait que vaguement apprécier le geste, que ça soit ou non sa bestiole n'y changeait pas grand chose.

Juan ne mit d'ailleurs pas longtemps à sortir un Raichu, une pile électrique au sens propre comme figuré à en voir son comportement, Ruby suivit de près l'éternelle imitation avec son Mysdibule, qui, comme il se doit pour un pokemon de sa race, hurlera d'un air mauvais sur ses adversaires. La dresseuse avait bien choisi le moment même si son plan de base ressemblait désormais à plus grand chose.


-Drenger, léchouille sur Demolosse, Roxy danse lame.

Et Ruby coup de couvercle sur Juan! C'est ce qu'un spectateur aurait pu dire vu si il était présent lors de ce "duel" peu commun. La réalité était tout autre puisque au vu de la situation, si Juan était dorénavant occupé avec la jeune dresseuse, elle risquait d'être attaqué assez vite par le Raichu de son adversaire quitte à laisser du temps à son Mysdibule d'exécuter sa danse lame. C'était sa carte joker, inutile de gâcher les quelques secondes que la maîtresse pouvait faire gagner à son fidèle compagnon. Il cherchait à négocier? Elle l'ignora et profita de ses quelques secondes de perdu. En réalité elle n'a même pas entendu la mise en garde du coureur de jupon, agissant dorénavant par colère.

Drenger? Qu'il s'occupe de Demolosse: même si le canin pouvait avoir plus de mal à se remettre de ses émotions et surtout du coup qu'il venait de recevoir, le laissé récupérer était un risque pour Ruby d'être prise tôt ou tard en sandwich. Non pas qu'elle n'apprécierait pas (malgré qu'elle soit en avance sur son âge dans ce domaine, elle n'a jamais essayé) mais dans une situation où elle pouvait finir aux urgences, le jeu n'en valait pas la chandelle selon elle.
Revenir en haut Aller en bas
Juan da Ponte



Messages : 84
Réputation : 5
Date d'inscription : 09/05/2014
Autres Comptes : Laure Dexila - Sylvia Von Wittelsbach - Aria Cantore - Andea Capaldi - Archibald Park

MessageSujet: Re: Prélude d'un départ [Juan] Sam 19 Juil - 7:57

Bam ! Avec un Casus belli aussi ridicule et sans cohérence et consistance que la vulgaire curiosité d'un homme, le conflit étiat lancé. Visiblement, la fameuse Ruby était tout autant entêtée que Juan... Ce qui l'énervait. Logique. Il n'y avait rien qui énervait plus une tête de mule... Qu'une tête de mule elle-même. Et oui ! Et ne me regardez pas comme cela, je sais cela que par des connaissances théoriques, je ne suis pas une tête de mule ! Mais bref, maintenant que les hostilités étaient lancés, il ne fallait plus s'attendre à des tentatives de séductions de la part du fameux Juan. Ce dernier n'était pas non plus complètement stupide : Il savait bien qu'à certains moments, et bien, on ne pouvait plus justement, réussir à renverser la vapeur, et faire ainsi changer d'avis radicalement l'avis d'une personne sur soit. Là, elle devait avoir compris la vraie nature du coureur de Jupon, comme on dit, et cela n'allait pas aider à mettre une relation stable entre les deux... Le combat allait être explosif, et avec Juan, plein de coups fourrés... Je peux vous le garentir !

-Drenger, léchouille sur Demolosse, Roxy danse lame.

Deux attaques ayant leur importance à retenir. Premièrement, on va commencer par la dernière. Car je n'ai aucune logique ! Ainsi, le nouveau Pokémon venu sur le Champ de Bataille était un Mysdibule. Pokémon très très classe, et malheureusement non évolué, ce qui l'a rendu trop faible pour être intéressant dans une partie autre qu'un Nuzlocke. Ou tout simplement, si tu fais pas de Stratégie. Mais bref, ainsi, le Pokémon Acier et Fée maintenant, était un Pokémon relativement fort, pour un Pokémon qui n'évoluait pas. Et ainsi, sa technique la rendait encore plus dangereuse, car elle augmentait fortement son attaque. Un danger assez présent, rappelez-vous de Danse-Draco, et des dommages incalculables qu'elle provoque... Bref, ainsi, les attaques qui boostaient étaient toujours à surveiller attentivement. En attendant, le Fantominus n'était pas en reste, et fonça dans le champ de bataille. Chose logique, il attaqua le Pokémon de type feu, beaucoup plus dangereux, étant donné que le typé fée ne faisait pas beaucoup sur les Pokémons de Type feu, et son type acier la rendait très faible face au feu... Ainsi, l'attaque léchouille toucha le Pokémon Ténèbres et Feu, attaque qui au final ne lui fit pas grand chose... A part que...

« Paralysé hein... Prépare une attaque Croc-Feu. Tout de suite. »

Tout de suite, la fameuse Démolosse prépara son attaque Feu. Mais elle ne pouvait véritablement s'approcher pour le moment : Elle était paralysée. Très handicapant, n'est-ce pas ? C'était la malchance de Juan, visiblement... Mais sérieusement, à qui ce n'est pas arrivé ? Que cette maudite attaque te paralyse, alors que concrétement, d'un point de vue statistique, il y avait peu de chance que cela arrive...? Mais bref, suffit de digression, Juan donna alors un nouvel ordre :

« Toi Raichu... Eclair Fou. Fonce sur tout ce que tu veux. »

Raichu sauta de joie, et tout de suite, sa fourure se chargea en électricité... Et elle commença. Telle une balle rebondissante, elle frappa d'abord Démolosse qui était plus proche, faisant gémir de douleur la pauvre Démolosse qui n'arrêtait pas de s'en prendre plein dans la figure depuis le début du Match. Comme c'était la Pokémon la plus faible de Juan, ce dernier pensait ouvertement que cela n'était pas trop grave s'il devait la sacrifier. La Raichu continua alors son jeu particulièrement amusant, continuant de rebondir. Elle frappa alors un lampadaire, qui miraculeusement s'alluma, ne me demandez pas pourquoi ni comment, mais visiblement, l'attaque électrique avait fait cette conclusion, tomba sur Drenger qui était sans doute entrain de revenir vers sa dresseuse, avant de finalement terminer sa course sur Roxy, profitant qu'elle était immobile pendant qu'elle préparait sa très très dangereuse attaque : Danse-Lame. Finalement...? Et non, car après avoir touché son adversaire de type Acier, la fameuse Raichu continua sa course, mais cette fois, sur la dernière personne autre que Juan sur le terrain : Ruby elle-même. Mais alors qu'elle allait lui rebondir à la face, Juan déclara, ce qui la fit se stopper :

« Arrête toi ! Vous avez eu de la chance mademoiselle...! »

Bam. Evidemment, vous comprenez que Juan était ironique. C'était lui qui avait ordonné de visé tout le monde. Erreur tactique évidente dans le comportement de Juan. Raichu était affaibli, par le fait que l'attaque Eclair Fou avait un retour de volée, assez efficace, d'ailleurs, si vous voulez mon avis, mais aussi, car maintenant, il était exposé aux attaques. Avec le fait que Démolosse était paralysée, et en avait reçu pas mal de coups, il était difficile de dire que Juan faisait un bon combat pour le moment. C'était même plutôt l'inverse, une véritable débacle, pour une seule véritable attaque puissante qu'il avait lancé... Mais vous comprendrez que le but de Juan n'était pas Tactique. Mais Stratégique. Là, il espérait que maintenant le message était clair : S'il voulait attaque la fameuse demoiselle, il n'hésiterai pas une seconde. Il était là pour des informations, elle en avait trop dit par son silence, maintenant, il voulait savoir. Donc, il déclara d'une voix énervé, voulant son caprice :

« Allez, crachez le morceau maintenant. J'espère que vous cachiez vraiment quelque chose, sinon, j'ai perdu mon temps pour rien à cause de vous ! Et cela me déplairait fortement ! »

Sérieusement Juan ? Sérieusement ? Oui, c'était totalement, mais alors, totalement faux-c*l de sa part. C'était lui avait tout provoqué, et maintenant, c'était lui qui se plaignait; Mais il était en position à mi-chemin entre la force et la faiblesse. Il avait toujours Démolosse, bien que paralysée qui était là pour le protéger, et il avait bien montré que Raichu pouvait l'attaquer à tout moment. Autre force non négligeable : Il avait encore deux Pokémons, bien soigneusement locké, dans ses Pokéballs. Donc, il estimait qu'il était en posiiton de force... Mais il fallait faire attention. L'horologe du destin est une horloge bien capricieuse, et il est rare qu'elle fasse exactement ce qu'on veux, juste pour notre petit plaisir... Et donc, prudence restait mère de sureté, quoiqu'il arrive. Mais maintenant, que le fameux Juan obéisse à ce conseil, c'était bien peu probable. Alors, attendons de voir ce qui allait se passer.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Prélude d'un départ [Juan] Aujourd'hui à 21:33

Revenir en haut Aller en bas
 

Prélude d'un départ [Juan]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pokemon Legends : Rebirth - Forum rpg :: Archives :: Corbeille :: RPs abandonnés-