Le forum a ouvert son wikia ! Cliquez ici pour y contribuer !
Annonce aux joueurs débutants : Vous êtes perdus ? Cliquez ici pour avoir plus d'informations !
Nouveau thème, nouveau contexte ! Important : Venez vous faire recenser ici !
Derniers sujets

Partagez | .

[OS] Comme deux gouttes d'eau.

Ludwig/Eleonora V. W.
In love with an Echo
In love with an Echo


Messages : 409
Réputation : 2
Date d'inscription : 22/10/2013
Age : 16
Localisation : Menant une grande bataille pour son âme soeur
Autres Comptes : Chara Levareeds, Marth Lowell

Informations du personnage
Âge: 14
Alignement: Resistance
Equipe Pokémon:

MessageSujet: [OS] Comme deux gouttes d'eau. Ven 9 Mai - 21:53



Comme deux gouttes d'eau
Ludwig ♪ Eleonora

Après-midi, Lavandia

La jeune fille aux cheveux blonds s'assit au fond de son canapé en cuir blanc et prit machinalement la commande, cherchant un programme intéressant. A coté d'elle se trouvait son petit lapin aux oreilles et aux joues rouges, Posipi. Il regardait sa maîtresse avec un air intrigué. Il ne l'avait jamais vue autant ennuyée. Peut-être était-ce de sa faute ? Mais qu'avait bien put-t-il faire pour l'énerver ? Il était étonnamment sage. Aujourd'hui, lui causer des problèmes ne l'amusait pas. Non aujourd'hui, il avait plutôt du souci pour elle.

Elle avait l'air si triste, si seule dans cette grande demeure de marbre. Elle avait tout pour être heureuse ! Ses parents si riches, si généreux, ils l'avaient chouchouté comme l'enfant béni, qu'ils n'auraient peut-être jamais eu ! Elle était comme un rayon de soleil dans leurs vie, elle n'avait jamais manqué de rien. Ses passions étaient toujours comblées, elle a toujours pu faire ce qu'elle voulait. Elle avait appris la batterie et avait une voix magnifique, et s'était épanouie dans la musique et les arts. Elle avait jusqu'ici comblé ce vide dans sa vie en grandissant. Mais aujourd'hui, elle réalisait qu'il lui manquait... quelque chose ou plutôt quelqu'un. Elle ressentait de la solitude.

Mais elle aurait pu faire comme à chaque fois, chanter un peu, danser. Là elle n'en avait plus l'envie. Elle n'arrivait plus à remplir ce vide en elle seule. Si elle avait eu une famille... autre que ses parents bien sûr. Ils étaient tellement présents pour elle, eux ! N'allant pas à l'école et suivant les cours grâce à un précepteur, elle n'avait jamais connu l'amitié. Elle aurait aimé avoir une famille, une vraie... Elle s'imaginait dans une famille nombreuse, ses frères, ses sœurs. La maison serait emplie de joie, et il y ferait bon vivre. Elle imaginait l'animation à chaque fois qu'elle rentrerait dans le salon, les rires, la joie, les disputes, la vie.

Mais elle n'avait jamais connu ce bonheur là. Elle n'avait jamais vraiment abordé le sujet avec ses parents. Peut-être avaient-ils une bonne raison pour ne pas lui avoir donné de famille. Bien sûr, ils étaient conscients de l'état dans lequel ils la mettaient. Mais ce n'était pas leur faute, après tout. Ils auraient tellement voulu....

Elle pensait à cela alors qu'elle changeait rapidement de chaîne. Puis elle entendit de la musique, et devint curieuse. Ses yeux bleus s'illuminèrent. Elle attrapa Posipi dans ses bras et le serra fort près de son cœur, avec agitation. Une de ses mèches de cheveux non retenues par les quelques barrettes sur son front, passa près de sa bouche, et elle commença à la mâcher, comme stressée. Cette chanson qui se jouait... elle avait l'impression de l'avoir déjà entendue quelque part. Elle ne pouvait mettre un mot dessus, mais elle savait que cette mélodie était là dans son esprit. Et cela l'avait rendue curieuse.

Mais la raison pour laquelle elle resta sur cette chaîne, c'est pour ce garçon, au milieu de la scène. Il était là, il semblait confiant en lui. Il aimait ce qu'il faisait, c'est sûr. Il souriait et chantait de tout son cœur. Elle remarqua ses traits, ses yeux bleus et ses cheveux soignés, coiffés différemment des siens, toujours rebelle par-ci par là. Mais les ressemblances étaient là, on ne pouvait pas les nier... Elle n'écoutait absolument pas la musique. Elle était maintenant absorbée par ce jeune garçon sur la scène.

Et là, une idée folle lui traversa l'esprit. Ce Ludwig Von Wittelsbach, comme il se faisait connaître... Elle voulait le rencontrer. Elle se sentait comme un papillon attiré par la lumière. Elle ne savait pas forcément pourquoi elle faisait tout cela, mais elle avait l'intuition comme quoi, ceci allait changer sa vie. Elle n'était pas vraiment une fan, non. Sa musique était plutôt bonne, mais elle venait tout juste de le découvrir. Elle ne s'y intéressait pas. Enfin... jusqu'à aujourd'hui. Il était intriguant. Il la rendait curieuse.

Sur ses genoux, Posipi, encore secoué, se disait qu'il ne s'habituerait jamais aux changements radicaux de comportement de sa maîtresse.

La jeune fille se leva alors d'un bond, et alla voir ses parents. Elle avait besoin de quelque chose, elle allait en profiter. Elle trouva sa mère dans un des salons, en train de lire un livre. Celle-ci était visiblement très concentrée, mais elle ne se gêna pas pour la déranger. Elle pourra apprendre ce qui arrivera à Doby l'elfe de maison un peu plus tard. Elle remercierait sa fille pour avoir retardé sa mort de quelques pages. La fille aux cheveux d'or toussota un peu pour attirer l'attention de sa mère.

- Mère, j'ai besoin d'utiliser le jet pour Illumis.

La jeune femme regarda sa fille avec un air surpris. Il y a de quoi en même temps... Elle posa son livre sur la table basse devant elle et la regarda du haut de ses lunettes.
- Si soudain ? Mais Eleonora tu ne peux pas-
- Ne vous inquiétez pas, je m'absente seulement pour quelques heures, je vous tiendrai au courant.

Elle se leva alors de son fauteuil et se dirigea vers le hall, semblant chercher quelqu'un.

- Bien, je suppose que je peux te l'accorder alors... Seecombe viendra avec toi, je ne peux pas te laisser y aller seule.

*
* *

Quelques heures plus tard, Illumis.

Ludwig sortit par la porte de derrière. Il s'essuya le front avec la main. La journée avait été épuisante et elle s'était finie si vite ! Il était content que cela soit terminé, il pourrait enfin prendre un peu de repos après ce concert. Dehors, il voyait des personnes attendant derrière une barrière mise en place par deux des gardes. On allait lui demander des photos, des autographes... Ah non, tout n'était pas terminé. Il n'en avait pas tellement envie, mais cela était pour lui sa manière de leur dire merci. Il se devait de le faire car ces gens-là étaient là pour lui. Il devait leur rendre la pareille.

Il se rendit alors sur le lieu du rendez-vous. Il fit ce qu'il avait à faire. Cela dura plus d'une heure, et les gens étaient nombreux, il n'en aurait jamais fini si les gardes n'étaient pas intervenus et avaient renvoyé les autres. Cela lui brisait un peu le cœur, il avait sûrement brisé le cœur de certains d'entre eux... C'était difficile, mais il n'avait pas vraiment le choix. Il repartit alors vers sa caravane où il prendrait un peu de repos. Il avait maintenant du temps devant lui pour pouvoir un peu s'occuper de lui-même, il marchait dans sa loge quand il entendit des hurlements.

- ATTENDEZ ! J'arrive trop tard ? Non ne remballez pas ! S'il vous plaît je dois le voiiiiir !
- Mademoiselle Siciliano je vous avez prévenu. Jeunes gens posez cette jeune fille je vous en prie..., demandait désespérément Seecombe.

Son serviteur ne savait trop que faire, il avait l'ordre de l'accompagner là où elle voulait aller, et malgré ses longues recommandations sur pourquoi il ne faut pas aller déranger des gens célèbres lorsqu'il y a marqué " Concert en cours, ne pas entrer " était mal, elle ne voulait rien entendre. Et son deuxième ordre était celui de la protéger... Alors il était en contradiction avec lui-même et restait bloqué, cherchant une solution diplomatique. Il espérait que cela n'irait pas jusqu'aux oreilles de ses parents...

Il se retourna alerté par ses paroles. Négapi, à ses pieds, laissa aussi échapper un cri d'alerte. On s'occupait visiblement d'elle. Il n'aimait pas la manière brutale et directe qu'ils avaient envers les gens aussi inconnus soient-ils à ses yeux. Il courut alors vers la source du bruit et aperçut cette jeune fille blonde se débattant vaillamment.

- Je... Je suis là, c'est moi ? C'est moi que tu cherches ?

On la posa donc à terre. Elle épousseta un peu ses habits confuse et gênée. Elle venait d'une famille de gens raffinés, non mais ! Elle regarda ces messieurs avec un air contrarié. On ne traitait pas une demoiselle ainsi. C'est comme ça qu'ils traitaient les fans chez eux ? L'accueil était tellement chaleureux... Elle n’épargnerait pas les critiques à ce sujet, oh non ! Puis son regard croisa le sien et... elle ne ressentait plus aucun de ses sentiments là.

Posipi dans ses bras descendit à toute vitesse de son corps et sauta sur Négapi. Ils commencèrent à jouer tous les deux, se battant amicalement et courant partout joyeusement autour de leurs deux maîtres. Ils étaient là tous les deux réunis, comme s'ils ne s'étaient pas vu depuis des années et des années. Ludwig était interloqué. Non pas par le comportement de son pokémon, c'était dans ses habitudes. Mais par elle. Ils se regardaient maintenant face à face, yeux dans les yeux. C'était comme un sentiment de peur. Il faisait face à l'inconnu. Il ne comprenait pas grand chose à ce qu'il se passait, mais il devenait curieux. Alors il s'avança toujours en la fixant. Arrivé à sa hauteur, il détacha ses cheveux et les ébouriffa délicatement. Elle enleva alors les barrettes de ses cheveux.

Ils se regardèrent.

Ils ne faisaient à présent plus qu'une seule personne. On ne les différenciait que par leurs habits. Eleonora et Ludwig se regardaient yeux dans les yeux, chacun semblant regarder son reflet dans un miroir. Ils étaient semblables. Comme deux gouttes d'eau. Malgré que la jeune fille soit un peu plus grande que lui, ils avaient les mêmes yeux, la même couleur de cheveux, le même visage si doux et enfantin.

Elle se disait que cela était fou. Ce moment devait arriver. Tous deux peinaient à réaliser. Ils s'en doutaient bien, mais nombre de questions se posaient maintenant de leurs deux têtes, tellement identiques. Comment cela pouvait être possible, ils avaient tous deux des parents.. Ludwig avait des frères et sœurs, mais Eleonora... Eleonora réalisait que ce serait un départ tout nouveau pour elle. Le bonheur qu'elle avait toujours espéré, serait-il... devant-elle ?

La jeune fille se mit à pleurer, et elle se jeta dans les bras du musicien, comme s'ils étaient tous deux émus de se retrouver après s'être perdu de vue ses 14 dernières années. Elle avait l'impression de le connaître alors que 10 minutes s'étaient écoulées depuis qu'elle l'avait rencontré. Elle ne l'avait jamais vu avant à la télé. Elle ne le connaissait que de nom. Elle ne s'intéressait pas spécialement à lui. Mais elle ressentait à présent une sorte de connexion... Elle avait peut-être une famille finalement.

Elle continuait à pleurer sur son épaule. Ludwig se demandait si elle était triste à cause de lui ou heureuse. Il ne lui posa pas la question. Tous deux avaient arrêté de parler de puis un moment. Cet instant était comme magique. Personne ne voulait le troubler maintenant.

Mais tous deux se disaient qu'ils auraient de bien longues discussions entre eux et avec leurs familles respectives.

Posipi et Négapi avaient arrêté de jouer, regardant les deux jumeaux à présent réunis.



A suivre...



.:-------------------------:.

Revenir en haut Aller en bas
 

[OS] Comme deux gouttes d'eau.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pokemon Legends : Rebirth - Forum rpg :: Le Pokémonde :: Kalos :: Illumis-