Le forum a ouvert son wikia ! Cliquez ici pour y contribuer !
Annonce aux joueurs débutants : Vous êtes perdus ? Cliquez ici pour avoir plus d'informations !
Nouveau thème, nouveau contexte ! Important : Venez vous faire recenser ici !
Derniers sujets

Partagez | .

Juan da Ponte [Fini]

Juan da Ponte



Messages : 84
Réputation : 5
Date d'inscription : 09/05/2014
Autres Comptes : Laure Dexila - Sylvia Von Wittelsbach - Aria Cantore - Andea Capaldi - Archibald Park

MessageSujet: Juan da Ponte [Fini] Ven 9 Mai - 10:19



Présentation de NOM DU PERSONNAGE 
Nom :
Da Ponte

Prénom:
Juan

Age:
39 ans

Sexe:
Masculin

Groupe: Dresseur ou Civil
Dresseur (futur membre de la team Venom)

Ville d'origine:
Illumis

Nombre de badges: Sauf si Civil
4. Mais a abandonné.

Premier POKEMON acquis:
Ne s'en souvient plus. (Passerouge)

Equipe POKEMON:

Coatox
Mâle/Mauvais
Boue-Bombe/Vantardise/Direct Toxic/Coup Bas

Coatox est le plus puissant Pokémon de Juan. C'est aussi le plus proche, et celui qui l'aide le plus dans ses recherches sur le poison, Juan étant un spécialiste de la matière. Redoutable combattant sans aucune pitié, il n'est pas rare de le voir ricaner, avant d'achever une proie, sans défense. Loin d'être un combattant noble, il préfère largement les techniques de fourbes, pour mieux vaincre ses adversaire. Son rire est très caractéristique, et il le fait très fréquemment.

Raichu
Femelle/Foufou
Eclair-Fou/Hate/Vive-Attaque/Queue de Fer

Raichu... Bordel. Calme toi. Raichu semble toujours définitivement drogué, et totalement surexcité ! Une vraie pile électrique. Totalement fofolle, elle aime beaucoup s'amuser, et n'aime pas spécialement combattre. La plus gentille des Pokémons de Juan, elle semble elle-même sous le charme de son maître... Et bien dis donc... C'est aussi la plus faible de tout les Pokémons de Juan, n'ayant que fraichement évolué, le plus vite possible, ayant eu ses capacités par CT.

Desséliande
Femelle/Naïf
Encorenebois/Hantise/Feu Follet/Malediction

HERP DERP ! Et bien, ce n'est pas l'intelligence qui brille par Dessiliande ! Desseliande est une pokémon un peu bêbête, qui n'a pas tendance à réfléchir, et qui fonce parfois dans le tas sans trop réfléchir. Pas mécontente d'avoir quitté sa forêt, ce qu'elle aime, c'est insupporter les gens, et les énerver. Et dans la moindre des choses, combattre ! Elle n'aime pas spécialement Juan, mais il apporte la nourriture... Donc, on va dire que c'est suffisant !

Démolosse
Femelle/Calme
Morsure/Purédpois/Croc Feu/Flair

Démolosse n'est pas non plus l'une des plus fortes Pokémon de Juan. Plutôt froide, elle n'aime pas ses coéquipier, Juan, et presque tout ce qui existe au monde. Elle rale souvent, et faut faire attention à ses flammes...!

Autres POKEMON dans la boîte:

Plusieurs pokémons. De faibles niveaux surtout.

Description physique et mentale: (10 lignes minimum)

Bel homme. Voilà ce qu'on peux de suite dire sur Juan da Ponte. La beauté est quelque chose bien sur de totalement subjectif, et il est difficile de dire, quand quelqu'un est beau, ou quelqu'un est laid, bien souvnet, cela dépends de notre culture,  de notre époque, et bien d'autres raisons. Sans doute, d'ailleurs, que les canons de beautés que nous considérons ici, typiquement plaqué sur la Culture Occidental, qui est notre berceau, est sans doute bien différentes en réalité de ce que serait les canons de beauté d'un véritable Monde avec les Pokémons vivants, car les considérations seraient bien différentes. Et oui ! Car dans notre pays qu'est la France, bien souvent, on considère que ce qu'on trouve beau, sera ce qu'on trouve beau n'importe où ! Que nenni ! Une femme belle en France peux être considéré comme quelconque, voir hideuse dans d'autres cultures. Une belle femme bronzée après les vacances de Août ? Quel horreur pour les Chinois, où la pâleur de la peau est vu comme un grand signe extérieur d'esthétisme ! Rien de plus compliqué que l'esthétisme, je peux vous l'assurer pour l'avoir étudié. Deux cultures ont des défintions différentes de la beauté !

Comme toujours, commençons par un dé-zoom photographique, et peu à peu, regardons à quoi ressemble notre fameux Juan, dans les grandes lignes, avec un plan américain. Si vous savez... On l'a suffisamment étudié en Sixième pour le retenir, bien souvent appuyé avec des BD explicatives, dont la très drôle de Gotlib. Mais bref. On peux voir alors un homme relativement grand, surtout pour les nains que nous sommes, faisant un tout petit peu plus d'un mètre quatre-vingt. Une grandeur relativement habituel pour un homme de cet âge. Son teint général, lui, est plutôt bronzé, plutôt mate, ne croyez pas totalement l'avatar qui n'est pas excellent. Pourquoi cela ? Car en effet, il faut se rappeler des origines de Juan, qui sont de Kalos, avec beaucoup de personnes de ce genre de couleur. Niveau poids, encore une fois, pas d'excès. Peut-être un peu de ventre, mais cela reste relativement discret. Et oui, attention, de la logique sur ce forum ? Oh mon dieu ! Quelqu'un qui a un peu de ventre ! Mais que Dieu ait pitié de nos âmes...!!! On va être châtier pour cette originalité ! Oui, je suis très mesquin, je le reconnais ! Ehehehe. Cependant, cela reste très discret, je vous rassure. Pour l'instant, un homme quelconque. Non ?

Zoomons un peu, et tentons de comprendre pourquoi ce fameux Juan est si... Beau. Et bien, déjà, on peux le voir avec sa splendide coupe de cheveux. On pourrait la croire, au début, mal coiffé, décoiffé, bref, mal entretenu. Et bien, pas du tout. Vous comprenez bien sur que Juan met du temps à se faire décoiffer, pour son style. Aussi, ce qui frappe, un peu à l'image d'Andea, mais dans l'autre sens chromatique, c'est sa splendide couleur rouge naturel. Ne demandez pas comment cela marche, c'est du Manga. Ses yeux, sont, d'un beau vert profond, renforçant la beauté du Rouge des cheveux. Le Vert étant, je le rappelle, la couleur complémentaire du rouge. Soigné, Juan ne laisse pas sa barbe devenir invasive, et s'il ne la rase pas totalement, on peux néanmoins la voir, elle est présente. Très fine, elle ne fait que renforcer son beau visage relativement droit, avec une mâchoire relativement marqué quand même, ce qui pourrait, sans la barbe, être un peu gênant.

Continuons, en descendant maintenant, sur le reste du corps du fameux Juan Da Ponte, ce bel homme. Après avoir vu que son visage était vraiment très beau, il faut le reconnaître, dans nos canons de beautés... Est-ce que le reste est beau ? Et bien, il est difficile de dire qu'un corps, est beau. Car bien souvent, c'est un corps ! Ce qu'on peux dire, sur Juan, c'est qu'il est bien proportionné, digne de l'Homme de Vitruve, dessiné par Léonard de Vinci. Ses bras, comme ses jambes, ne sont pas ni trop longue, ni trop court. C'est ce qu'on appelle... Être bien proportionné ! Et oui ! Je fais des répétitions, c'est horrible. Ce qu'on peux constater, aussi, sur ses bras, et aussi sur ses jambes, c'est que les muscles ne sont pas très développé, au contraire, même. Bien sur, ils ne sont pas attrophié, loin de là ! Mais ils ne sont pas non plus très développé, montrant un comportement surement, très surement même, loin d'être sportif. Ce qui est le cas. Peu de musculation, et une cage thoracique assez faible, montrant qu'il n'est pas un grand sportif. Plus un intellectuel.

Terminons notre point de vue, en dézoomant progressivement. Là où Juan est aussi très travaillé, où il met énormément de temps, pour être le plus beau possible, reste dans le travail vestimentaire. Juan ne s'habille pas normalement. Déjà, tout ses costumes sont taillés sur mesure, et respectent souvent un schéma important, classique. Mais là où il frappe, c'est dans leur couleur. Rouge, on peux voir une magnifique rose rouge, qui est sur l'épaule. Ses vêtements peuvent sembler assez efféminé, comme le personnage en général, qui prend très soin de son apparence. Cela est peut-être dût au fait qu'il a vécu pendant longtemps au milieu uniquement de demoiselle, du beau sexe comme on dit ! Cependant, sa tenue est à l'image de sa personne. Travaillé, belle. Juan en fait très attention, mais c'est ce qu'on peux dire en général du personnage. Ainsi, si les goûts recellent de chacun... Il faut quand même avouer que le fameux Juan da Ponte était bel homme.


***

Pour commencer le mental, nous allons commencer par une vielle anecdote d'histoire de l'Art... Les Baigneuse de Courbet, au salon de 1853... Quoi ? Encore de l'Histoire de l'Art, et sans aucun doute, une histoire totalement hors sujet ? Et bien, oui, encore de l'Histoire de l'Art, mais nullement une histoire hors-sujet, car elle va vous permettre de comprendre quelque chose. Déjà il y a bien longtemps, on racontait « Mens sena, in corpore sano ». Ce qui voulait dire en langue vernaculaire : Un esprit sain, dans un corps sain. Ainsi, depuis toujours, beau corps et bel esprit était considéré comme allant de paire. Quand Courbet peint Les Baigneuses, en 1853, la critique est unanime : Des femmes laides sont des mauvaises femmes. Tandis que les canons esthétiques de Couture... Eux, montrent des hommes et des femmes belles, donc morales ! Pour le réaliste qu'est Courbet, c'est un choc ! Mais dans les mentalités occidentales, pendant bien longtemps, un homme beau était un homme bon... Et ainsi, quand on sait que Juan est très beau... Et bien, on peux très aisément penser que c'est un homme bon, si on écoute les croyances de l'époque, des croyances qui ont régner sur le monde pendant des années, et qui sont encore audible aujourd'hui.  

Ainsi, aujourd'hui, on est tous d'accord. Un bel homme n'est pas forcément un homme bon. Et c'est totalement le cas de Juan. Égoïste, méchant, manipulateur, lâche, couard... Que de synonyme méchant, presque maléfique peut-on donner au rouquin ! Si souvent, c'est de l'exagération, la plupart ont un fond de vérité ! Et oui, Juan n'est pas quelqu'un de sympa. Il est bien souvent égoïste, et n'hésitent pas à faire des sales coups. La morale ? Bah ! Elle passe pas forcément au premier plan, à ses yeux. Elle n'est qu'un outil la morale. Il sait être le plus saint des hommes quand il faut l'être, comme la plus immonde des crapules, dans d'autres circonstances qui l'arrangent. Dans la vie il faut savoir porter plusieurs masques, et Juan l'a bien compris ! Ainsi, Juan n'hésite pas à être une crapule, quand il le faut, et cela ne le gène absolument pas. Après tout, où est le problème si ça l'arrange ? La morale n'est qu'anecdotique. Elle ne doit être là que pour arranger les gens, et surtout lui.

Ainsi, Juan n'est pas quelqu'un de très sympathique, disons, que ce n'est pas la personne qu'on aimerait inviter à sa fête d'anniversaire ! Ce qui se voit aussi, c'est qu'il est ambitieux... Hors de question de se contenter d'une vie misérable comme celle à ses yeux de ses parents. Deux vies qu'il méprise autant l'une que l'autre. Son père pour une vie confortable, entretenu par les richesses de sa famille, sa mère pour une vie misérable, toujours entrain de tourner entre les différentes villes, à jouer des Pièces de Théâtres... Juan, lui, veux la gloire, la reconnaissance, les femmes... Mais il ne le veux pas sans rien faire, par héritage ! Non, il veux de l'action, de l'amusement ! Hors de question de s'ennuyer ! Ce qui fait que Juan n'est pas un paresseux. Il sait travailler quand il le faut, et n'hésite pas à mettre la main à la patte, tant que sa vie n'est pas en danger, bien sur ! Le courage n'est pas toujours très présent chez lui... Damnit ! Le fameux rouquin, lui, préfère dire qu'il n'est pas téméraire. Attention... Il y a de la nuance !

Autre chose à dire sur son caractère, c'est le fait que Juan n'est pas quelqu'un qu'on amène facilement en bateau. Extrêmement rusé, et fourbe, il n'hésite pas à user de ce talent. Séduction, mensonge... Il n'est jamais sur qu'il dit véritablement la vérité, pendant une discussion. Bien souvent, au contraire, il est très difficile de séparer mensonges et vérités de ses déclarations. Il ment comme il respire, et il tient ce talent du monde du spectacle. Comme le fait de changer de masque devant chaque interlocuteur, bien souvent Juan pense qu'il faut changer son discours, et son être devant la personne qu'il veux ! On ne discute pas de la même façon devant un homme qu'une femme, comme pouvait l'affirmer le rouquin ! Ainsi, le rusé rouquin, comme le veux le cliché de la couleur de cheveux, est bien souvent entrain de préparer des coups fourrés. Il se sait plus faible que bien de ses ennemis, mais il se considère comme ouvertement plus intelligent qu'eux. Ainsi, pour vaincre les forts, il faut les manipuler, réussir à les vaincre par la ruse. Pourquoi tuer ses ennemis, quand ceux-ci doivent avoir besoin de toi ? Rappelez vous de la phrase de Blondin dans Le Bon, la Brute, et le Truand... On peux dormir tranquille, quand on sait que son pire ennemi veille sur soi...!

Pour le moment, le constat est bien sombre... N'est-ce pas ? Dur de trouver à une telle pourriture, soyons franc sur les termes, de véritables qualités. Mais n'oubliez pas ! Un être entièrement noir... Existe dans le monde manichéen qu'est le RP. Mais passons ! Car avec moi, il n'y a ni être noir, ni être blanc ! Et bien, Juan a des qualités; Et en lien avec sa fourberie... On peux rajouter la célèbre soeur jumelle ! Un être rusé, et aussi un être intelligent ! Et Juan est quelqu'un de très curieux intellectuel, et d'intelligent ! Et cette intelligence, est aussi à la recherche, parfois, de la vérité, et de la science. Juan a une véritable passion pour la science, et celle-ci n'est pas seulement utilitaire ! Juan fait aussi des recherches pour améliorer la science ! Une véritable culture scientifique est connu chez Juan. Il s'intéresse aux sciences naturels et physiques, se renseignant sur de nombreux domaines, et tentant lui-même de participer et de faire évoluer la recherche !

Pour conclure cette longue partie sur le mental de Juan, qui n'est pas si compliqué, au final. Même assez habituel, il est intéressant de voir cependant, sa relation avec les femmes, qui est peut-être le côté le plus important de son caractère. Déjà, il faut replacer le contexte. Juan, pendant toute son enfance, est jusqu'à l'âge de ses seize ans, vivait avec presque exclusivement des jeunes filles. Cela amènera un profond traumatisme pour Juan. Depuis, Juan est souvent entrain de séduire des femmes. Mais il faut bien comprendre que Juan ne voit les femmes que comme des objets. Bien sur, il ne le dira jamais devant ses demoiselles. Mais Juan n'aime pas les femmes. Il les séduit, les fait tomber amoureux, presque par vengeance de cette éducation, où il s'est sentit comme « castrer », ayant l'interdiction d'être un garçon. Cette vision puérile, infantile même, est plus lié à une question de fierté stupide, qu'une question véritablement de relation au genre sexuel. Mais ce qu'il faut comprendre, c'est qu'en apparence, Juan semble être un homme à femme. Cela n'est pas le cas. Il les méprise.


Histoire: (10 lignes minimum)

« Maman... J'ai pas envie... »

Juan se réveilla. Quel mal de tête... Maudit rêve. Il revivait souvent ses affaires d'enfants, ses souvenirs... Les souvenirs... Mécanisme étrange et complexe, ne se laissant jamais rationnellement dompté. Pourquoi certains souvenirs étaient toujours présent, quand d'autres disparaissaient à jamais ? Pourquoi encore ressentir de la honte pour des événements d'un passé très lointain, alors que la fierté d'évènement actuel pouvait ne jamais apparaître...? C'était le fonctionnement de la Mémoire, ce drôle de mécanisme ne fonctionnant jamais très très bien, ayant beaucoup de défauts, de problèmes, et d'irrégularité, pour finalement, toujours, finir par se décomposer, tomber en pièce, en lambeau... C'était le triste devenir de la mémoire; Bien souvent, on voyait ses souvenirs décroitre, au fil du temps. Juan se leva alors du lit, et s'approcha de la salle de bain, de l'hôtel qu'il occupait.

Il se regarda dans le miroir. Il avait mal à la tête. Au lever, il n'était pas le bel homme qu'il était une fois prêt. Oh que oui. Il le savait bien. Il était plus ce qu'il était vraiment. Un homme désabusé par la vie. Qui n'avait jamais fait de grandiose. Et qu'il le savait bien. Pour une fois, pas de femme à pousser quelques ronflements encore endormie dans son lit. Il savait qu'il en avait pourtant amené tant. Il n'était pas spécialement fier de lui. Mais il était pas mal heureux. Sa vie n'était pas si terrible ? Il vivait sans travailler ou presque. Il n'était pas spécialement un grand dresseur... Mais il se débrouillait bien. Il était presque chimiste de génie, mais n'avait pas de laboratoire fixe, seulement des passages, dans des universités, à travailler sur ses poisons... Une vie de bohème... Un peu comme son enfance... Il cassa le flocon vide de parfun qu'il avait en main, après avoir pensé cela. Non ! Cela n'avait strictement rien à voir ! Quel heure...? Trois heure seulement. Il avait encore du temps, avant de devoir se lever... Il retourna alors dans son lit.

« Maman j'ai pas envie. »

Cette fois, le réveil n'arriva pas. Ou ne libéra pas, tout dépendait de comment on percevait. Et c'est ainsi que des souvenirs, des épisodes d'enfances reviennent...

Le petit garçon aux cheveux rouge était tranquillement tenue par sa mère. Celle-ci lui donna un beau sourire, ses cheveux roses se secouant. La danseuse qu'elle était, avait bientôt un spectacle. Elle ne pouvait pas amener ce petit garçon, aux cheveux rouge qui lui tombaient sur les yeux, car jamais coupé à bonne longueur, pour le jeune homme. Beaucoup de ragots tournaient autour de cela. En effet, la tenue de la danseuse était celle de scène, ce qui était plutôt non un inconvéniant par ce chaud jour d'été, mais nullement très décent d'un point de vue morale. Surtout que Relifac-Le-Haut, là où les deux protagonistes étaient, n'était pas spécialement connu pour une ouverture d'esprit. Comme Kalos en général. Mais Maria da Ponte s'en fichait. Elle, son art, sa passion, et son petit Juan la suffisait. Elle marcha juste plus rapidement, devant ses bigotes, ce troupeau de bovins, qui étaient toujours les premières à critiquer, et endurer les moqueries et les potins n'était pas toujours facile à supporter. Même pour une jeune femme, qui avait connu l'amour, connaissait sa passion en action...

« Pourquoi toujours avec ses filles...? Elles m'embêtent, sont méchant... Où est papa...?
-Papa n'est plus avec Maman, Juan. Faut s'y habituer. Reste avec tes amies. »

Le petit garçon poussa un fort soupir. Son père était partie. C'est vrai. Cela faisait si longtemps qu'il ne l'avait pas vu... Il aimait bien sa mère. Mais il n'aimait pas les filles. Elles étaient méchantes avec lui. Il était un garçon. Il voulait courir, jouer au foot, attraper des Axoloto dans la rivières, faire des courses de Chenipans... Bref, des activités stéréotypés de mec ! Pas les trucs de filles qu'ils devaient faire. Mais il devait faire ce que ça mère lui disait. Après tout, il était un bon fils, pour sa mère. Et il deviendrait danseur; Comme sa mère ! Il ferait les plus grandes joies, des plus grands spectacles de danses. Il rêvait d'avoir un Kungfouine, et de danser avec lui, dans des spectacles vivants, des véritables expressions de l'animalité de l'homme, et de l'humanité du pokémon ! Il se voyait déjà comme Danseur Pokémon, véritable artiste contemporain... Quoi de plus logique pour une jeune homme qui avait vécu toute sa vie au milieu d'eux...?

Et oui, car c'est comme ça que commença la vie de Juan, dans une troupe de théâtre et de danseurs itinérante dans tout Kalos. Sa mère, en effet, Maria da Ponte, était une jeune ancienne noble de Kalos, fille de Marquise, qui avait décidé de tout rompre avec son amant, jeune fils de marquis aussi, pour partir à l'aventure. Les deux s'étaient aventuré, une fois entrée dans la ville de Fort-Vanitas, dans une troupe de théâtre. Vous pouvez deviner que nos deux tourteaux, avaient bien eu des Problèmes avec leurs familles respectives, avant de recevoir la terribles sentence d'excommunication de leur famille respectives. Mais ce n'était pas un problèmes pour les deux amoureux; Leur amour était plus grand que les difficultés. Bientôt, Maria et son mari se mirent à la danse, au théâtre, et la troupe de Théâtre les acceuillit avec bonheur en son sein. Ils étaient doué et motivés. Ses deux jeunes premiers, dans des pièces tantôt comique, tantôt tragique, vivait leur vie de rêve, de bohème... Maria se mit alors sérieusement à la danse, et son mari commença l'écriture, formant un couple uni.

Et ce couple uni, connu alors finalement le comblement de l'amour, cette concrétisation qu'était l'enfant. Après une grossesse très difficile, étant donné que jusqu'au dernier mois, au presque, Maria avait tenu à continuer d'aider à remplir les caisses toujours désespérément vide de la compagnie, comme la plupart des pauvres comédiens ne pouvant vivre de leur art, et étant par sa beauté l'une des principes vedettes, finalement, un beau jour, un 20 novembre, le jeune garçon naquit dans les premières lueurs du matins. L'accouchement se passa bien, et ni la femme, ni l'enfant, ne subirent des traumatismes, ou des risques pour leur santé. Tout la condition avait été optimal, et tous étaient ainsi d'une excellente santé. D'un commun accord, l'enfant fut nommé Juan, nom qui signifiait la « miséricorde d'Arceus ». Nom, qui annonçait aux yeux des parents un avenir heureux.

Cependant, ce n'était pas toujours le cas. Maria dut mettre pendant un temps, un terme, enfin, tout du moins, une parenthèse à sa carrière de danseuse. Ce qui fit tomber dangereusement toute la compagnie dans le Rouge, niveau financier. Tous comprirent, mais tous en souffrèrent fortement. La danse de Maria était bel et bien ce qui plaisait le plus chez la compagnie. C'est alors que le mari de Maria commença à revoir sa famille. La réconciliation alors se fit entre les deux; Mais cependant, Maria et son mari comprirent qu'ils ne pouvaient pas continuer la route. Pour ce dernier, tout ce qui s'était passé, était une période de sa vie. Une période qu'il ne regrêttait pas, mais dont maintenant, il devait se séparer. Il était bien triste, mais il pensait que c'était le mieux. Maria le comprit amplement, et laissa alors son époux reprendre l'envol. Elle savait très bien que si elle l'aimait, c'était le mieux à faire. Et s'il l'aimait. C'était aussi le mieux à faire. La danse, tout cela, était sa passion. Elle était juste pour le petit Juan, qui finalement, ne connaîtrait que très peu son père.

Finalement, le petit Juan fut un petit garçon extrêmement timide, n'osant presque jamais quitté les jupes de sa mère. Ce qui posa vite problème, quand elle reprit la danse. Dans les premières répétitions, elle tenta d'intégrer le petit garçon, mais celui-ci encore un peu gauche, avait du mal avec tout ce que sa mère était capable de faire sur scène ! Pourtant, pensa-t-elle, en regardant la petite bouille de son fils, ce ne serait pas la beauté qui manquerait à ce petit garçon tout timide... Mais comment faire pour vaincre cette grande timidité, presque maladive, du petit garçon...?

Elle eut alors l'idée. Elle n'était dans la compagnie, pas la seule mère. Plusieurs petites filles, surtout, mais exclusivement, par le hasard des gènes, étaient présente, dont la fille du directeur de la compagnie. Elle décida alors, quand elle devait répéter, ou faire un concert, une représentation, laisser le jeune Juan en compagnie des demoiselles de son âge. La plus vielles avaient 15 ans, la plus jeune six. Ce qui faisait que Juan était dans la moyenne d'âge. Environ. Un peu plus jeune, mais cela ne l'inquiétait pas. Elles seraient gentille avec leur ami, pensa-t-elle dans sa grande naïveté ! Et oui, car elle oubliait qu'être le seul garçon, au milieu de fille de cette âge, cela était bien souvent handicapant. L'effet fut double. Certes, Juan devint moins timides, et par la force, eut l'habitude d'être avec d'autres personnes que sa mère. Mais le pauvre petit  garçon, fut littéralement emporté, et un véritable jouet, pour ses demoiselles pré-pubères, qui s'amusaient bien, avec ce jeune garçon un peu timide, un peu gauche, aux cheveux d'un beau rouge carmin. Juan ne les aimait pas, mais bien obéissant, il restait avec ce que sa mère considérait comme le mieux !  

Cependant, le jeune garçon n'allait pas toujours rester comme ça, et il n'avait pas envie de rester toute sa vie, dans cette situation. Surtout que les arts du spectacles, mis à part le Théâtre qu'il aimait bien, n'allait pas le passionner véritablement. A l'âge de 12 ans, profitant de la nuit noir, passant près de la ville de Fort-Vanitas, il prit la clef des champs, et partit. Liberté ! Il était bien content. Il passa alors la nuit en ville, profitant de tout ce que pouvait faire un enfant dans une ville, quand celle-ci était endormie par la nuit;.. C'est à dire pas grand chose. Mais encore totalement enivré par cette toute nouvelle liberté, il arriva à ne pas s'ennuyer pendant toute une partie de la nuit, avant de s'endormir, totalement épuisé, sur un banc. Le reveil fut plus dur, par la rosée du matin. Pauvre jeune garçon ! Mais il estima que ce n'était pas ça qui allait détruire sa toute nouvelle vie de liberté, loin de ses maudites camarades, mais malheureusement, loin de sa mère. Mais pas grave ! Après tout, il fallait des privations, pour devenir un grand homme ! Et il comptait bien le devenir ! Devenir un grand homme !

Il sortit alors un moment de la ville, pour tranquillement se promener dans les routes de Kalos, non loin de Fort Vanitas. Il avait déjà arpenté ses routes, avec la compagnie de théâtre.... Mais jamais seul ! C'était ça qui l'intéressait. Il rencontra des Pokémons, mais bien vite, il comprit qu'il ne pouvait pas les capturer; Il n'avait pas de Pokéball, et pas l'argent pour les acheter... Damn ! Il était mécontent. Cependant, il arriva à se lier d'amitié avec un jeune Passerouge. Les deux rentrèrent en ville, quand Juan reconnu celui, qu'il cherchait depuis si longtemps. Son père ! Et oui, celui-ci se promenait, avec à son bras, une femme qu'il ne connaissait pas. Mais qu'importe ! C'était son père ! Il fonça alors pour le rejoindre. S'en suivit une véritable confusion. La femme de ce fameux père ne comprit pas d'abord que ce jeune garçon était le fruit d'un premier mariage, et non d'un adultère, et Juan expliquait qu'il voulait s'installer chez lui... Situation totalement confuse, qui allait bientôt amener le jeune garçon dans un piège.

Ses retrouvailles avec son père fut ainsi un véritable piège. Dans un premier temps, au début, il eut l'impression qu'une nouvelle vie commençait ! Il était tranquillement dans le hall d'une belle et grande maison, et il se demandait pourquoi il devait attendre là. Il était juste triste, car PasseRouge ne povuait pas rentrer pour le moment, selon son père. Mais c'était pas grave ! Sans doute que son père était entrain de chercher une chambre pour lui. Il espérait juste que sa belle-mère ne serait pas aussi méchante que dans les livres qu'il lisait, autrefois, avec les filles... Vous avez bien entendu compris. C'est ainsi que sa mère arriva, pour le récupérer, prévenu par son Ex, qui ne voulait pas se trimbaler sa progéniture... Cela ne fut pas simple, et le jeune garçon fit toute une crise, avant de finalement accepter l'inévitable. Il rentra alors, sans Passerouge, ses espoirs détruit... C'était le retour d'une vie qu'il n'aimait pas. Et cela creusa un profond fossé entre la mère et le fils.

16 ans. C'est ainsi que Juan coupa les ponts avec sa famille. Enfin, sa mère. En effet, il expliqua à cette dernière que le monde de l'Art ne lui plaisait pas, et que maintenant, il devait se consacrer à ses études. Le jeune garçon avait prévu tout un argumentaire, prêt à rétorquer à tout les arguments possibles et imaginables de sa mère... Mais il n'en n'eut pas besoin. Cette dernière fut très compréhensive, et inscrivit, avec ses maigres économies, le jeune garçon à un internat. On découvrit alors que le jeune garçon était extrêmement intelligent, et bien vite, les bourses vinrent pour récompenser ce formidable petit génie, comme on pouvait l'appeler, et comme il aimait se faire appeler, dans un grand moment de vantardise. C'est vrai qu'il était très bon en science, surtout en chimie, mais n'excellait pas spécialement dans les matières littéraires, pas trop aussi en langues, ou en économie. Cependant, les Sciences Naturels, et la Chimie le passionna. Il continua alors tranquillement ses études. Il connu la fin des études du Professeur Platane, quand lui entra dans l'Université d'Illumis. Il n'en sortit que cinq ans plus tard.

Il commença alors un périple Pokémon, le Master de Chimie en poche. Cela ne surpris pas tant que ça. Presque tout les hommes tentaient un voyage Pokémon, alors, pourquoi pas lui ? Surtout que maintenant, avec ce diplôme en poche, il avait une certaines garanties pour la suite de sa vie. Ce voyage Pokémon, bien qu'important, ne dura pas très longtemps. En effet, Juan n'était pas un excellent dresseurs Pokémon. Avec un Malosse, un Cradopaud et un Pikachu, il tenta les arènes, mais ce ne fut pas une très grande réussite, il fallait l'avouer. Il arriva à l'aide de ses trois compagnons, qu'il aimait bien, à avoir les 4 premiers badges. Cependant, le cinquième lui posa beaucoup plus de difficultés. On lui expliqua alors, qu'il fallait qu'il s'entraîne beaucoup plus, s'il voulait réussir. Cependant, Juan n'avait pas envie. Passer des heures à s'entraîner, ce n'était pas du tout ce qui lui plaisait. Trop impatient pour cela ! C'est ainsi que quatre badge en poche, il abandonné, sans grand fierté, la quête des badges.

Après cet échec, qui fut ponctué de tas d'amourette, profitant de son charme, sa beauté, Juan s'amusa à voyager. Comme dit en introduction, Juan ne décida pas de se poser, et avoir un métier stable. Il préférait une vie de bohème, ce qu'il avait justement connu pendant sa jeunesse. Nullement, un être fixe, à aimer une vie stable, et bien menée, Juan préférait largement voyager, en fils des amourettes, des femmes, et des petits boulots profitant de ses talents de scientifiques parfois, de médecin, de dresseurs de Pokémon aussi. C'était une vie agréable... Il pourrait vivre tout ça vie sur ce modèle...


***
« - Bonsoir à tous. Je suis Luberias »

« Mmh... Joli demoiselle. »

Bien plus tard, nous retrouvons Juan. Le bel homme, tranquillement installé regardait la télé. Juan avait bien changé. Totalement. Plus vieux, il avait gardé un grand charme, qui faisait qu'il continuait d'avoir toujours les demoiselles à ses pieds, quand celle-ci étaient encore trop naïve. Surtout que Juan s'était amélioré encore plus, en matière de séduction. Il regarda la télévision, tranquillement. Quel chance. Il voyait quelque chose qui allait peut-être lui permettre de gagner beaucoup. Et d'avoir une position confortable. Cela faisait quelque temps qu'il était maintenant à Hoenn, et voilà, qu'après tout les évènements, une pauvre naïve faisait son Abée Pierre, et croyait qu'elle allait pouvoir changer le monde... Il trouvait presque cela mignon. Cette demoiselle allait sans doute être sa prochaine conquête.  Nénucrique hein ? Tant mieux. Le Hasard faisait bien les choses. Il prit alors son grand manteau rouge. Il était temps de voir cette fameuse « Luberias. »

Objectif:

Des femmes, de l'argent, de la gloire.

POKEMON préféré:
Aucun... Mais disons qu'il apprécie plus fortement Coatox...

Devise:
« Ubi plura nitent in carmine, non ego paucis offendi maculis »

Personnage de dessin animé/manga utilisé pour l'avatar:
Fiore Derosa, Bravely Default 3DS

Autre
R.A.S mon commandant !





Dernière édition par Juan da Ponte le Sam 24 Mai - 18:41, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Alice Taylor



Messages : 764
Réputation : 22
Date d'inscription : 23/10/2013
Age : 21
Autres Comptes : Alice - Sheena - Elizabeth - Arthur & Vipélia - Alexander


Informations du personnage
Âge:
Alignement: Neutre
Equipe Pokémon:

MessageSujet: Re: Juan da Ponte [Fini] Ven 9 Mai - 10:43

Re-bienvenue ^^

Bonne histoire, simple et efficace ^^ Hâte de voir le reste de la fiche ! (et de faire une rencontre Juan/Madness 'o')

.:-------------------------:.
Theme / Sad Theme / Battle Theme /  Epic Battle Theme / Aleen Theme

Merci à Chikara pour le vava et à Soul pour la signa ! =)
Alice possède une Laggronite.
Revenir en haut Aller en bas
Soul Kanuda
Admine Diabolique
Admine Diabolique


Messages : 461
Réputation : 11
Date d'inscription : 12/04/2012
Age : 20
Localisation : Loin du reste.
Autres Comptes : Chad Sadler, Sifu Vaalah, Hisia, Luberias, Pearl

Informations du personnage
Âge: 17 ans
Alignement: Resistance
Equipe Pokémon:

MessageSujet: Re: Juan da Ponte [Fini] Ven 9 Mai - 19:39

Re-bienvenue!
J'étais juste plongé dans l'histoire, un truc de dingue. Vivement qu'on uisse le voir à l'oeuvre en rp!

.:-------------------------:.




Battle theme :

" />
Revenir en haut Aller en bas
http://pokemon-legends.pokemonrpg.org
Juan da Ponte



Messages : 84
Réputation : 5
Date d'inscription : 09/05/2014
Autres Comptes : Laure Dexila - Sylvia Von Wittelsbach - Aria Cantore - Andea Capaldi - Archibald Park

MessageSujet: Re: Juan da Ponte [Fini] Sam 24 Mai - 18:43

Fiche Terminé et validable !
Revenir en haut Aller en bas
Soul Kanuda
Admine Diabolique
Admine Diabolique


Messages : 461
Réputation : 11
Date d'inscription : 12/04/2012
Age : 20
Localisation : Loin du reste.
Autres Comptes : Chad Sadler, Sifu Vaalah, Hisia, Luberias, Pearl

Informations du personnage
Âge: 17 ans
Alignement: Resistance
Equipe Pokémon:

MessageSujet: Re: Juan da Ponte [Fini] Sam 24 Mai - 21:24

Fiche validée, le personne est bon, très hâte de le voir en rp ^^
Bon jeu!

.:-------------------------:.




Battle theme :

" />
Revenir en haut Aller en bas
http://pokemon-legends.pokemonrpg.org
Laure Dexila
Ex-assassine Magma
Ex-assassine Magma


Messages : 688
Réputation : 10
Date d'inscription : 24/03/2013
Age : 21
Localisation : Laure cherche.
Autres Comptes : Archibald Park = Aria Cantore = Sylvia Von Wittelsbach = Andea Capaldi = Juan da Ponte

Informations du personnage
Âge: 13 ans
Alignement: Neutre
Equipe Pokémon:

MessageSujet: Re: Juan da Ponte [Fini] Sam 24 Mai - 21:31

Grazie mille !

.:-------------------------:.


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Juan da Ponte [Fini] Aujourd'hui à 22:28

Revenir en haut Aller en bas
 

Juan da Ponte [Fini]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pokemon Legends : Rebirth - Forum rpg :: Général et démarrage :: Présentations et prés-crées :: Présentations validées-