Le forum a ouvert son wikia ! Cliquez ici pour y contribuer !
Annonce aux joueurs débutants : Vous êtes perdus ? Cliquez ici pour avoir plus d'informations !
Nouveau thème, nouveau contexte ! Important : Venez vous faire recenser ici !
Derniers sujets

Partagez | .

Yris Louise Axelle Chevalier, le Boûcher

Yris Chevalier


avatar
Messages : 11
Réputation : 0
Date d'inscription : 26/01/2014
Autres Comptes : Calder
Mickaël Machina
Jyuu
Matthew Kamicat

Informations du personnage
Âge: 12 ans
Alignement: FPI
Equipe Pokémon:

MessageSujet: Yris Louise Axelle Chevalier, le Boûcher Dim 26 Jan - 22:03



Présentation de Yris, le Boucher


Prénoms: Yris Louise Axelle

Nom : Chevalier

Nom de code : Le Boucher

Age : 12 ans

Sexe : Féminin

Ville d'origine : Doublonville

Région de juridiction : ///

Section : Renseignements

Premier POKEMON acquis : Flash (Caninos)

Equipe POKEMON :

Arcanin:
 

Feunard:
 

Malosse:
 

Zigzaton:
 

Ponchiot:
 

Medhyena:
 


Description physique et mentale :

Yris est une peste. Rien que ces quatre mots suffisent pour la décrire. Mais puisque nous sommes en train de faire une fiche de personnage qui servira de renseignements, et que j'ai une réputation à garder, je vais donner plus de détails sur elle.

Yris est une petite fille de 11 ans. Elle possède de longs cheveux roux qu'elle attache la plupart du temps en deux couettes, des mèches en désordre se frayant un chemin sous son serre-tête pour encadrer son visage d'enfant aux grands yeux vert pétillants de vie. Certains pourraient penser qu'elle est mal coiffée, mais en fait, c'est un style volontaire. Pour ce qui est de la physionomie, comme toutes les petites filles de son âge, elle n'a rien de bien impressionnant. Mince et petite, on ne peut pas dire qu'elle possède de prime abord un charisme forçant tous les yeux à se tourner vers elle, mais elle le compense largement grâce à son comportement et sa célébrité.

Elle porte en général deux barrettes sur la mèche de gauche, une représentant une Pokéball et l'autre représentant une étoile. Pour continuer sur cette voie, il faut savoir qu'Yris adore les accessoires ! Elle porte très souvent des bracelets aux poignets, et peut ajouter d'autres babioles selon la tenue qu'elle porte.

Tiens, tant qu'on y est, parlons-en, de la tenue. En fait, faire une description simple des vêtements de la petite serait très compliqué, car elle change très souvent de vêtements. Mais en général, sauf quand elle va à un concours de dressage ou à une interview, ou tout autre endroit où elle est considérée comme une « super-star » et s'habille avec des tenues de scène, elle aime porter des shorts en jean, des baskets et des T-shirts aux tons pastels. Lorsqu'elle travaille, néanmoins, elle porte une tenue spéciale. Tout d'abord, un T-shirt vert pastel sans manche, retenu au niveau de son cou par une ficelle passant à l'arrière de sa nuque, avec la poitrine et les hanches renforcées par une sorte de matériaux rigide synthétique ressemblant à du cuir brun. Sur le rebord supérieur de ce T-shirt, une bande de tissu rouge est fixée, entourant le dessus de sa poitrine et ses bras en dessous de ses épaules pour former de fausses manches, avec deux bandes descendant de sa poitrine à ses hanches, avant de remonter dans son dos jusqu'à ses omoplates pour venir se rattacher à la première bande. Il y a trois espaces entre la bande principale et le T-shirt, deux devant et un derrière, pour laisser passer des bretelles qui viennent tenir son short en jean. Elle porte également deux sangles au niveau des cuisses sur lesquels sont fixés deux holsters pour pistolet, un par jambe du côté extérieur, et où elle garde ses armes, deux pistolets modifiés pour agir comme des tazers en propulsant une pince venant se planter dans la peau et lâchant une décharge au contact, une décharge permettant de mettre temporairement un homme adulte hors d'état de nuire en l'étourdissant, tout en le gardant conscient, et une deuxième permettant de lui faire perdre connaissance. Ajoutez à cela des gant noir de moto noirs aux doigts libres, des baskets de course blanches de la marque « Rike », et son badge de police accroché à un collier en tissu passé autour de son cou, et vous avez la tenue de service d'Yris.

Revenons à son mental, maintenant. Aux premiers abords, Yris est une petite fille tout ce qu'il y a de plus normal. Elle aime beaucoup jouer et est gentille avec la plupart des adultes, surtout les femmes, celles-ci ayant plus tendance à la trouver mignonne. Elle est très gentille avec ceux qui lui montrent de l'attention. Elle est très propre, parle correctement, fait son travail consciencieusement et sans se plaindre, et aide les personnes âgées à traverser la route. C'est aussi une petite fille très intelligente malgré ses réactions enfantines. Enfin, non, elle a l'air intelligente. En effet, Yris possède une mémoire phénoménale qui lui permettait de se rappeler de beaucoup de choses, étant atteinte d'hypermnésie. Combinez cela à une curiosité naturelle chez les enfants de son âge, et vous avez devant vous une petite surdouée ayant passé le concours de police, qui n'était pourtant pas une mince affaire, à seulement onze ans. Cette hypermnésie lui pose parfois des problèmes. Elle se souvient de tout parfaitement, et c'est là que le problème intervient : ses souvenirs ne s'estompent pas, si bien qu'elle a du mal à appréhender les notions de temps. Pour elle, quelque chose qui s'est passé il y a trois ans aurait très bien pût se passer la veille. Ayant été diagnostiquée jeune, elle arrive néanmoins à bien comprendre sa pathologie et à s'en servir efficacement.

Etant très jeune, elle a tendance à très vite s'ennuyer, et si elle ne peut pas jouer avec Flash ou ses autres chiens, elle essaiera de proposer à des gens de s'amuser avec elle. Elle aime manger des sucreries et du chocolat. Heureusement, elle doit suivre l’entraînement des agents de terrain de la police, si bien qu'elle peut manger sans se priver.

Pourquoi une petite fille voudrait-elle devenir policière, me diriez-vous ? En fait, les parents d'Yris étaient très friands de séries policières. C'est ainsi que la petite fût très tôt mise devant ce genre de feuilletons, et plus elle grandissait, plus elle voulait en voir, ce type de séries étant son préféré. Là, elle commença à adorer tous ces policiers qui enquêtaient pour résoudre des enquêtes, et arrêtaient les méchants avant de les envoyer en prison. Elle décida alors elle aussi de faire régner la Justice et de créer un monde meilleur, voulant devenir une justicière. Un véritable rêve d'enfant, qu'elle avait pût réaliser grâce à son intelligence hors du commun.

Néanmoins, si Yris peut sembler être une petite fille modèle, il n'en est rien ! Ce n'est que la partie immergée de l'iceberg ! En effet, comme je l'ai dit au début, Yris est une véritable peste. Si elle n'aime pas quelqu'un, il ne lui faudra pas longtemps pour le savoir. Elle est aussi extrêmement jalouse. Si quelqu'un attire plus l'attention qu'elle, elle fera tout pour redevenir le centre d'attention. Et en plus, si quelqu'un a quelque chose qu'elle n'a pas, elle le voudra également. Tout d'abord, elle essaiera d'amadouer les gens avec ses airs angéliques, chose qu'elle fait souvent lorsqu'elle veut quelque chose de quelqu'un. Et si ça ne marche pas, il lui arrive souvent de piquer des crises. Les seules personnes qui semblent ne pas être touchées par son mauvais caractère est Lancelot, son supérieur, dont elle est fan et qui incarne pour elle la Justice  avec un grand « J », ainsi que Edgar P. Hotz, un médecin travaillant pour les FPIs.

Il y a également une chose que peu de gens savent sur elle. Il s'agit d'une information classée confidentielle, à laquelle seules quelques personnes triées sur le volet ont accès. Quiconque la révèle est passible d'expulsion de la Police, car il s'agit d'un important atout pour les FPIs, mais également car, si jamais ce secret était découvert du grand public, il risquerait d'y avoir beaucoup de problèmes au sein des Forces de Polices Internationales. Mais une expulsion était le cadet des soucis de ceux qui étaient au courant. Perdre leur emploi ? La mince affaire. Ce n'était rien comparé à ce qui se cachait derrière ce fameux secret.

Lorsque la Police capture des criminelles possédant des informations de la plus haute importance, mais qu'ils refusent de parler, dans certains cas, on les envoie chez le Boucher. Une fois le malheureux dans sa Salle de Jeu, personne, à part des agents d'entretien employés pour cela, ne sait ce qui arrive au malheureux. On entend souvent des cris inhumains lorsqu'on passe devant la porte quand le Boucher est à l'oeuvre. Les cris finissent très souvent en supplications, lorsqu'ils ne s'achèvent pas subitement, mais même là, ils peuvent continuer pendant des heures avant que le Boucher ne remette sa victime aux enquêteurs pour recueillir ses aveux, lassé. Lorsqu'il commence son œuvre, le Boucher est habillé d'un tablier de boucher, d'où son surnom, trop grand pour lui et qu'il remonte en faisant un nœud derrière son cou. Ses longs cheveux sont lâchés et plaqués en arrière, impeccablement coiffés et retenus par un serre-tête. Son visage, quant à lui, est caché derrière un masque qui peut sembler enfantin. Il s'agit d'un masque blanc, avec un grand sourire simpliste dessiné au niveau de la bouche, comme un sourire de smiley. Pour le compléter, deux yeux sont dessinés en noir et blanc, dont le droit possède une étoile à cinq branches au centre, et l'autre une larme noire dessinée sous l'oeil.

Dois-je préciser que « Le Boucher » est le nom de code d'Yris ?

Histoire :

Yris Louise Axelle Chevalier grandit dans une famille, somme toute, assez banale. George Chevalier et Christine Horson se sont rencontré à la FAC. Tous deux fans inconditionnés de séries policières, cet amour commun pour ce genre de fiction ont fini par les rapprocher, et au fil des années ils ont fini par se marier, Christine devenant Christine Chevalier. C'est dans ce contexte que naquit Yris plusieurs années plus tard. Baignant dans une véritable culture policière, Yris fût très vite attirée par la Justice, avec un grand « J », voulant combattre les Méchants quand elle serait grande.

Au début, elle semblait être une petite fille ordinaire dans un environnement ordinaire. Mais, heureusement pour elle, elle fût très vite diagnostiquée comme étant atteinte d'hypermnésie, une pathologie rare donnant à son possesseur une mémoire phénoménale, mais pouvant provoquer des complications. Elle dût donc souvent aller à l'hôpital voir un spécialiste des pathologies cérébrales afin de bien maîtriser ce « don » et comprendre ce qu'il impliquait. Son hypermnésie était la première chose hors du commun qui démarquait Yris du reste du peuple, mais ça n'allait pas être la dernière.

Ses parents lui offrirent un Caninos aux alentours de ses sept ans, pour la réconforter d'un passage particulièrement long à l’hôpital. Heureuse d'obtenir son premier Pokémon, elle le nomma Flash. Les deux enfants devinrent très vite les meilleurs amis du monde, et il était impossible de les séparer. Ils mangeaient ensembles, jouaient ensembles, et malgré les fois où sa mère la grondait pour ça, Yris emmenait souvent Flash dans son lit pour dormir avec elle. C'est grace au Caninos que l'amour des chiens s'éveilla chez la petite fille. Certains problèmes se posèrent lorsque le petit canidé évolua en un grand Arcanin, étant devenu beaucoup trop grand pour vivre dans l'appartement des Chevalier, et ils durent déménager dans une villa d'un quartier tranquille, leur fille ne voulant pas se séparer du chien qui était devenu deux fois plus grand qu'elle.

C'est vers ses neuf ans qu'Yris participa pour la première fois à un concours de dressage canin. Ayant vu une affiche, elle s'était longtemps entraînée avec Flash et un tout nouveau Pokémon qu'elle avait capturé, un Goupix nommé Belle, afin d'y participer. Bien entendu, sa première tentative fût un échec assez cuisant. Flash exécutait avec brio les ordres de sa dresseuse, Belle ayant un peu plus de mal mais faisant de son mieux. Mais ce n'était pas ce point qui posait problème. Non, c'était plutôt le fait que les Pokémons d'Yris n'étaient pas assez élégants, une part importante de ce genre de concours. Ne se décourageant pas, la petite fille étudia l'univers de la mode et continua de participer à différents concours, s'améliorant concours après concours et elle réussi enfin à décrocher quelques timides victoires, jusqu'à devenir une véritable star dans cette discipline, alliant un contrôle parfait de ses chiens à leur beauté et un style qui lui était propre. Avec la gloire vint rapidement l'argent, grace aux prix des concours et à différentes autres activités : interviews, participation à un show ou à un jury, couvertures de magazines de mode...

Alors qu'elle fouillait dans les affaires de ses parents, comme le font souvent les enfants de son âge à la recherche de bonbons, elle tomba sur une cassette cachée sous une pile de sous-vêtements appartenant à son père. Curieuse, elle examina la cassette. Sur le devant était inscrit avec l'écriture de son père « I See You ». Bien sûr, Yris était alors trop jeune pour comprendre l'Anglais, et elle crû que c'était une cassette d'une vieille série policière, ses parents ayant gardé toute leur collection de cassettes sur lesquelles étaient enregistrés des épisodes de telle ou telle série, les revisionnant de temps en temps. Yris avait donc appris à se servir du vieux magnétoscope, qui semblait essoufflé comparé au tout nouveau lecteur DVD. Elle visionna donc la cassette toute seule, ses parents ayant quitté la maison pour la journée.

Mais « I See You » n'était pas une série policière.

Yris était à la fois terrifiée et fascinée par ce qu'elle voyait. Il s'agissait d'un film qui racontait l'histoire d'un homme qui traquait les assassins de sa femme, ces derniers l'ayant oublié après les nombreuses années qu'il avait fallu au héros pour retrouver leur trace. Se faisant passer pour un individu normal, il les piégeait en utilisant leurs vices avant de les enfermer et de les torturer, de manières plus impressionnantes les unes que les autres. Le sang et les hurlements terrifiaient Yris, mais la quête de Justice du héros la poussait à vouloir savoir ce qui allait se passer ensuite. C'était comme regarder une de ces séries avec l'habituel personnage qui veut se venger, mais sans qu'un habituel supérieur vienne le raisonner. Lorsque le film finit, consciente qu'elle venait de voir quelque chose qu'elle n'aurait jamais dût regarder, elle rangea la cassette là où elle l'avait trouvée. Ses parents ne se rendirent jamais compte de ce qu'elle avait fait. Mais elle, elle n'oublierait jamais ce qu'elle avait vu.

La petite fille grandit, atteignant l'age de dix ans. Il y avait de l'orage la nuit où Yris perdit son père. La petite, terrifiée par la tempête qui se déchaînait dehors, était sortie de sa chambre pour aller dormir avec ses parents, comme elle avait pris l'habitude de faire quand elle avait peur la nuit. Elle entra discrètement dans la chambre de ses parents plongée dans le noir pour ne pas les réveiller, grimpa dans le lit, et avança à quatre pattes jusqu'au bout de celui-ci, entre ses deux parents. Mais elle ne sentit pas les silhouettes de son père et de sa mère lorsqu'elle arriva à son but. Ses parents ne dormaient pas encore à cette heure tardive ? Bizarre. Un nouvel éclair fit sursauter Yris qui bondit du lit et se précipita hors de la chambre à la recherche de son papa qui le protégerait.

- Tu ne devrais pas faire ça, George ! C'est ta fille quand même !

- Elle en saura rien si tu lui dis rien ! Je n'en prend qu'un peu ! Elle est plein aux as !

- Pourquoi tu ne lui demandes pas, plutôt ?

- Tu crois vraiment qu'une enfant comprendrait !? Surtout elle !? Elle me dira juste que c'est bien fait pour moi et que les jeux d'argent sont interdits ! Je préfère lui cacher plutôt que nous retrouver à la rue à cause de sa manie de la Justice !

- Papa ?

Les deux adultes arrêtèrent immédiatement leur discussion et tournèrent leur regard vers leur fille, dans l’embrasure de la porte. Yris les regardait avec un regard vide, son visage ne semblant rien exprimer. Pris la main dans le sac, son père eût un rire stressé.

- Ma chérie, qu'est-ce que tu fais ici ? demanda-t-il d'une voix qu'il tenta de rendre la moins tremblante possible. Tu as eût peur de l'orage ? Va dans ma chambre, papa et maman arrivent dans une minutes, ma puce.

- Pourquoi tu me voles mon argent ? dit Yris d'une voix monocorde.

Vous savez comment sont les enfants à cet âge-là. Pour eux, qui ne connaissent encore rien du monde, leurs parents sont leur principal modèle. Les enfants de l'âge d'Yris pensent que leurs parents sont ce qu'il y a de plus parfait au monde, qu'ils ne trouveront jamais mieux qu'eux ailleurs. Ce qui provoque parfois un Complexe d’Œdipe chez eux. Et comme tous les enfants, Yris pensait que ses parents étaient des gens tout aussi honnêtes qu'elle, même plus encore. Mais elle se rendait compte que son propre père, l'élément fort de la famille, celui qui était sensé la protéger des méchants, était un voleur. Un criminelle. Un Méchant. Tout le monde de la petite fille était sur le point de s'écrouler comme un château de sable auquel on aurait donné un coup de pied, juste pour le plaisir de voir le gamin qui l'a fait pleurer...

Flash s'était approché de la salle, et se tenait derrière Yris. Il sentait que sa maîtresse se sentait mal, et gémit. C'est en l'entendant et en se rendant compte de sa présence qu'Yris eût une idée. Ou plutôt, qu'elle se rappela quelque chose qu'elle avait vu.

Non. Elle n'était pas obligée de laisser son monde idéal disparaître. Il y avait une solution pour empêcher cela.

Se débarrasser de l'Elément Corrompu.

- Flash. Mange Papa.

L'Arcanin regarda un instant sa maîtresse, étonné et pensant avoir mal entendu l'ordre qui lui était donné. Les parents, quant à eux, regardaient leur fille d'un regard terrorisé.

- Tu... Tu n'es pas sérieuse, Yris... ? bredouilla la mère, ne voulant pas croire ce qu'elle avait entendu.

- TUE-LE !!! hurla la petite fille.

Cette fois, pas la peine de répéter. En un quart de seconde, Flash bondit dans la salle, renversa le bureau derrière lequel George Chevalier se trouvait, et enfonça ses crocs dans sa poitrine. Il commença à dévorer l'adulte sous le regard terrorisé de sa femme, et sous celui de sa maîtresse, qui avait légèrement penché la tête sur le côté. Alors qu'elle regardait le spectacle qu'offrait le Arcanin, le sang se répandent peu à peu sur le sol, les lèvres d'Yris tremblèrent légèrement...

Avant de laisser place à un large sourire dément.

Elle se sentait... puissante ! Cinq mots, et elle avait mis fin à la vie d'un autre être vivant. C'était comme l'avait dit l'homme de la cassette. Chaque personne avait le pouvoir de vie ou de mort sur les autres entre les mains, mais tout le monde avait peur de l'utiliser. Elle, elle avait eût le courage de s'en servir. Voir un autre mourir sur son ordre, c'était... tellement enivrant ! Et en plus, elle ne faisait rien de mal ! Son père était un Méchant ! Personne ne regrette jamais les Méchants !

La mère tremblait de tout son corps. Sa gorge était tellement serrée par la terreur qu'elle n'arrivait à emmètre que de petits couinements qu'Yris trouvait désagréables, et ses jambes refusaient de la porter loin de cette vision infernale. Sa fille était devenue un monstre.

C'est Yris qui appela la police le lendemain. Elle pleura au téléphone, disant que son père était mort dévoré dans son bureau. Une équipe arriva dans la minute pour s'occuper du cadavre et interroger les deux femmes restantes de la famille sur l'incident. La mère d'Yris était en état de choc lorsque les policiers arrivèrent et était incapable de dire le moindre mot, alors ce fût Yris qui raconta toute l'histoire. Enfin, plutôt sa version de l'histoire... Dans les rapports officiels, George Chevalier maltraitait Flash depuis qu'il était un Caninos pour passer ses colères. Finalement, après avoir été maltraité une dernière fois, l'Arcanin, poussé à bout, s'était protégé et avait tué le père d'Yris. La police voulu prendre Flash avec eux pour éviter d'autres incidents, mais Yris n'était pas de cet avis. Elle fit jouer son côté petite fille qui venait de perdre son père, qui était méchant avec son meilleur ami, et jurait que Flash n'était pas un Pokémon dangereux. Elle fit aussi jouer le fait que si Flash était pris, c'était toute sa carrière qui était anéantie. Les policiers se laissèrent prendre au jeu des larmes d'Yris, et finirent par s'en aller, emportant le cadavre avec eux.

Quand ils furent enfin partis, la petite fille revint là où se trouvait sa mère, qui avait sursauté lorsqu'Yris avait fait claquer la porte d'entrée. Madame Chevalier releva le visage et vit sa fille, qui se tenait devant elle. Elle comprit qu'elle était seule avec sa fille – non, avec ce Démon qui avait les traits de sa fille. Ses yeux s'écarquillèrent et elle trembla d'avantage, tétanisée par la terreur.

- Tu ne diras rien à la police, hein, ma maman chérie ? déclara Yris, faisant passer son affirmation pour une question dont elle connaissait déjà la réponse. Ca sera notre petit secret, rien qu'à toutes les deux.

En disant cela, Yris sourit. Mais ce n'était plus le joli sourire de petite fille qui la rendait mignonne auprès des mères et des personnes âgées. C'était un sourire long, cruel, sadique. Son sourire voulait dire « je peux à tout moment te faire ce que j'ai fait à papa ».

C'est ainsi que plusieurs mois se passèrent dans la maison Chevalier. Un cruel jeu de terreur se mit en place entre les deux « survivantes ». Yris jouait la petite fille modèle, cajolant sa mère, la dorlotant. Mais son sourire n'avait rien de chaleureux. C'était toujours le même sourire que le jour où le policiers étaient venus. Chaque contact avec sa fille provoquait une panique incontrôlable chez l'adulte, et la présence omniprésente de la menace que constituait sa fille la terrorisait. Elle se réveillait souvent en sursaut d'un cauchemar dans lequel Yris venait la tuer, comme son mari. Et elle n'osait en parler à personne. Yris arrivait à merveille à créer une véritable pression sur son esprit, l'empêchant de penser de manière cohérente. Pour elle, si elle disait le moindre mot à qui que ce soit, Yris viendrait la tuer.

Pendant cette période, Yris prit une décision. Elle pouvait punir les Méchants. Mais si elle s'y prenait comme avec son père, elle finirait par avoir des problèmes. La Justice est aveugle, et ce qu'elle faisait restait un meurtre, puni par la Loi quelle qu'en soit la raison. Si elle voulait faire régner l'Ordre, elle n'avait qu'une seule chose à faire. C'est comme ça qu'Yris commença à étudier avec acharnement les textes de Loi, entre deux cours de son percepteur. Grace à son QI et son puissant désir de devenir une véritable Représentante de la Loi, elle apprit très vite ce dont elle avait besoin.

Et arriva enfin le jour où elle entra dans la police. A presque onze ans, elle avait réussit avec brio l'examen malgré son jeune âge, une première ! Fière d'elle, elle se tenait parmi les cadets, portant son uniforme reprit spécialement pour elle par des couturières qu'elle avait engagé, l'étoile de son badge brillant de milles feux tandis qu'elle reposait sur sa poitrine, pendue au bout d'une chaîne. Le discours du chef, le Warlord Lancelot, celui qui deviendrait plus tard un modèle pour Yris, allait commencer, lorsqu'Yris sentit quelqu'un la bousculer et presque la faire tomber. Un jeune homme venait de passer en trombe, bousculant les gens pour essayer de regagner sa place. Irritée, Yris allait lui hurler dessus lorsque le discours commença, la coupant court. Tant pis pour cette fois.

Elle suivit l’entraînement d'agent de terrain pendant plusieurs mois, puis fût envoyée pour plusieurs missions, continuant par la même sa carrière de Dresseuse Canine. Sa mère, elle, avait finalement craquée. Alors qu'Yris était rentrée chez elle un soir après le travail, elle ne trouvait pas sa mère dans le salon où elle était d'ordinaire. Intriguée, elle commença à la chercher. C'est au bout de plusieurs minutes que la toute jeune recrue des FPIs retrouva enfin sa génitrice, mais ce ne fût pas dans les conditions qu'elle croyait. Christine Chevalier s'était ruée sur sa fille, sortant du placard dans lequel elle s'était cachée dans la chambre d'Yris. Elle tenait à deux mains un couteau au-dessus de sa tête, sur lequel un rayon de soleil venant de la fenêtre se refléta pendant une fraction de seconde, hurlant de toutes ses forces, les yeux écarquillés. Yris dût sa survie ce jour-là à l’entraînement qu'elle avait eût à la Police. Elle esquiva de justesse l'attaque et donna un coup de pied dans l'arrière du genou de sa mère, cette dernière destabilisée tombant au sol. Avant qu'elle ne puisse faire le moindre mouvement, Yris écrasa violemment son pied sur le poignet de la main tenant le couteau, un craquement sinistre retentissant. La FPI regardait sa mère qui hurlait de douleur d'un air dédaigneux, comme si elle avait perdu toute valeur à ses yeux en une fraction de seconde.

- Ce n'est plus drôle.

Yris ramassa le couteau tombé au sol et se dirigea à l'extérieur de la pièce, ignorant les sanglots mêlés à des rires dont été secouée sa mère, et verrouilla la porte derrière elle. C'est au bout de quelques minutes à peine que des médecins vinrent récupérer Christine Chevalier, qui lançait des rires déments sans aucune raison, ayant définitivement perdu la raison. Yris regarda les médeins s'occuper d'elle d'un air détaché, comme si le spectacle l'ennuyait.

C'est ainsi que Christine Chevalier, un an après la mort de son mari, fût interné dans un hôpital psychiatrique pour troubles mentaux. Ce jour-là, Yris fût la dernière représentante de la famille Chevalier, une famille qui n'avait jamais eût de problèmes avant « l'accident » de George Chevalier, et qui semblait chuter depuis.

Mais tout cela ne sembla en rien entacher les activités d'Yris qui continua à mener son bout de chemin parmi les stars du dressage et les forces de police. Les missions et les shows s’enchaînaient au fil des jours. C'est lors d'une certaine mission, le véritable « talent » d'Yris fût révélé.

Un groupe de FPIs auquel était affilié Yris venait de capturer un membre d'une petite organisation criminelle. Cependant, lorsqu'ils revinrent avec le prisonnier, les policiers semblaient sous le choc, sauf Yris qui venait donner les informations qu'ils avaient eût, et qui furent plus tard d'une grande utilité pour les FPIs. Mais on rapporta également que le prisonnier était dans un état critique, aux portes de la mort, et qu'une intervention d'urgence était nécessaire pour le maintenir en vie. Ce fût le Docteur Edgar P. Hotz, affilié aux Forces de Police Internationale, qui s'occupa de l'opération. Et il dût reconnaître... qu'il était médusé. Les blessures de l'homme étaient définitivement faites de la main d'un être humain, et témoignaient d'une certaine application, bien que gauche, montrant qu'il s'agissait de l'oeuvre d'un débutant. Mais le criminel devait avoir bien souffert, et pendant longtemps. La curiosité du médecin s'était attisée, et il convoqua les policiers une fois l'opération sauvée. Il apprit alors que c'était l'oeuvre d'Yris, qui avait soutiré des informations au blessé. Cette petite avait vraiment du potentiel. Il parla de son cas à Lancelot, plaidant ses talents innés dans l'art de la torture, et qu'elle pourrait être un élément plus qu'efficace dans la recherche d'informations.

C'est ainsi qu'Yris devint le Boucher. L'information fût gardée confidentielle, même dans les Forces de Police. Yris avait été ré-affiliée aux services de Renseignements, « interrogeant » les prisonniers les plus récalcitrants. Mais son amour du terrain était fort, et elle fût envoyée avec les agents de terrain lors de certaines missions importantes. C'est lors de l'une d'entre elles qu'elle recroisa l'homme qui l'avait bousculée, un certain Elwin. Ils devaient démanteler un réseau de drogue, et les supérieurs comptaient bien les arrêter tous en même temps. Reconnaissant Elwin pendant le debriefing, Yris pût enfin lui hurler dessus pour la fois où il l'avait presque faite tomber. La mission fût un succès, Yris extirpant des malheureux sur son chemin les informations dont la police avait besoin à l'écart du groupe pour que personne ne voit ses méthodes, et le réseau fût détruit en l'espace de quelques heures, plusieurs groupes frappant dès qu'ils avaient les informations de la petite fille. C'est à partir de cette mission qu'Yris et Elwin se retrouvèrent de plus en plus souvent à réaliser des opérations ensembles, si bien qu'ils apprirent à se connaître et qu'Yris commença à apprécier le jeune homme malgré ses airs d'être constamment endormi et tête en l'air.

Et ainsi continua la carrière d'Yris au sein des FPIs. Il est temps de laisser place au RP, à présent...



Objectif : Faire régner la Justice (avec un grand « J »).

Devise : « Tremblez, mécréants ! Car Yris est arrivée ! »

Autre : Tous les Pokémons d'Yris portent un collier rouge avec une petite plaque dorée, sur laquelle est marqué le nom du Pokémon sur le côté extérieur et le nom d'Yris à l'intérieur.





Dernière édition par Yris Chevalier le Dim 2 Fév - 13:27, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Laure Dexila
Ex-assassine Magma
Ex-assassine Magma

avatar
Messages : 692
Réputation : 10
Date d'inscription : 24/03/2013
Age : 22
Localisation : Laure cherche.
Autres Comptes : Archibald Park = Aria Cantore = Sylvia Von Wittelsbach = Andea Capaldi = Juan da Ponte

Informations du personnage
Âge: 13 ans
Alignement: Neutre
Equipe Pokémon:

MessageSujet: Re: Yris Louise Axelle Chevalier, le Boûcher Lun 27 Jan - 18:52

Et bien la fiche est en bonne voix, et est super intéressante !
Les FPI peuvent être content, c'est une très bonne journée pour eux ! Un chef, et un boucher ! Ca me rappelle un peu la cité de la peur...

Bref... Re-Bienvenue ^^

.:-------------------------:.


Revenir en haut Aller en bas
Soul Kanuda
Admine Diabolique
Admine Diabolique

avatar
Messages : 461
Réputation : 11
Date d'inscription : 12/04/2012
Age : 20
Localisation : Loin du reste.
Autres Comptes : Chad Sadler, Sifu Vaalah, Hisia, Luberias, Pearl

Informations du personnage
Âge: 17 ans
Alignement: Resistance
Equipe Pokémon:

MessageSujet: Re: Yris Louise Axelle Chevalier, le Boûcher Mer 29 Jan - 12:55

Re-bienvenue, excellente fiche ^^
Les conditions sont remplies?

.:-------------------------:.




Battle theme :

" />
Revenir en haut Aller en bas
http://pokemon-legends.pokemonrpg.org
Yris Chevalier


avatar
Messages : 11
Réputation : 0
Date d'inscription : 26/01/2014
Autres Comptes : Calder
Mickaël Machina
Jyuu
Matthew Kamicat

Informations du personnage
Âge: 12 ans
Alignement: FPI
Equipe Pokémon:

MessageSujet: Re: Yris Louise Axelle Chevalier, le Boûcher Dim 2 Fév - 13:06

Voilà voilà~ J'ai rajouté le début de l'histoire et l'explication de l'hypermnésie d'Yris dans la description, donc j'ai enfin fini cette fiche~

J'ai bien deux RPs finis avec Matthew (la rencontre avec Stone et la rencontre avec Gilgamesh), et ça fait plusieurs mois que j'ai pas créé de perso ^^
Revenir en haut Aller en bas
Ludwig/Eleonora V. W.
In love with an Echo
In love with an Echo

avatar
Messages : 409
Réputation : 2
Date d'inscription : 22/10/2013
Age : 17
Localisation : Menant une grande bataille pour son âme soeur
Autres Comptes : Chara Levareeds, Marth Lowell

Informations du personnage
Âge: 14
Alignement: Resistance
Equipe Pokémon:

MessageSujet: Re: Yris Louise Axelle Chevalier, le Boûcher Dim 2 Fév - 13:45

Bravo pour ta validation et re-bienvenue =3
Je lock donc ^^

.:-------------------------:.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Yris Louise Axelle Chevalier, le Boûcher

Revenir en haut Aller en bas
 

Yris Louise Axelle Chevalier, le Boûcher

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pokemon Legends : Rebirth - Forum rpg :: Général et démarrage :: Présentations et prés-crées :: Présentations validées-