Le forum a ouvert son wikia ! Cliquez ici pour y contribuer !
Annonce aux joueurs débutants : Vous êtes perdus ? Cliquez ici pour avoir plus d'informations !
Nouveau thème, nouveau contexte ! Important : Venez vous faire recenser ici !
Derniers sujets
» Tsuki's World
Hier à 12:32 par Invité

» Here We Go
Jeu 16 Mar - 9:36 par Invité

» Pokémon d'Antan
Mar 14 Mar - 16:58 par Invité

» Pokemon Community
Sam 4 Mar - 10:25 par Invité

» Master Poké
Mar 28 Fév - 23:35 par Invité

» Final Fantasy Rebirth
Sam 25 Fév - 8:04 par Invité

» Rencontre improbable entre deux étoiles (PV Eric)
Dim 19 Fév - 21:10 par Eric Lencher

» Absences de l'illusionniste
Dim 12 Fév - 10:57 par Zoroark

» Réinvente la Destinée
Mar 7 Fév - 14:10 par Invité


Partagez | .

On voit la vie en rose ~

Salem Grant


avatar
Messages : 12
Réputation : 0
Date d'inscription : 21/05/2016
Age : 25

MessageSujet: On voit la vie en rose ~ Dim 20 Nov - 21:01


A la faveur des cieux cléments apparaissait une bien belle enfant. Elle avait le teint un brin pâle et l’air si frêle que la brise semblait pouvoir l’enlever. Cette dernière lui prodiguait caresse, d’une telle délicatesse qu’elle l’emplissait d’allégresse. Ou bien n’était-ce là que la saveur engendrée par ces bonnes gens toutes émoustillées ? Leur félicité ravissait la mystérieuse voyeuse. Elle n’était si méconnaissable, à vrai dire. Puisqu’on la voyait souvent arpenter cette lande fabuleuse. Et la jouvencelle s’affichait avec tant de légèreté, qu’elle avait beau n’avoir ni parure ni richesses pour embellir son ensemble, ce dernier fort atypique se voulait tout aussi captivant que ne l’était son regard envoûtant. L’étrangère au rivage dénotait d’autrui par son angélisme édifiant. Des traits délicats, un joli minois, une douceur gravée aux lèvres. Sa subtile fragrance de lavande ajoutait à sa superbe, si bien qu’elle séduisait avec aisance. Nul galopin fringuant ou pimpant pour lui conter fleurette. Une seule entité lui demeurait, un être si minuscule qu’il passait pour invisible.

La bonne fée toute discrète et joviale arborait des traits plus grossiers que sa comparse, mais elle n’en paraissait pas moins adorable que cette dernière. Une trogne mignonne, une démarche gracile et un air d’innocence, la belle rose n’avait dont rien à envier à sa bonne amie. Un colosse à ses yeux qui s’avérait douée d’une petitesse bien touchante. Et sa grande coiffe, ravissant accessoire qui lui épargnait d’ailleurs la morsure de l’astre diurne, évinçait habilement ce facteur de taille. Il y avait bien peu de gens pour s’attarder sur ce genre de détail, tout aussi insipide que la symbolique recherchée derrière ces couleurs arborées avec tant d’élégance et de fierté. A vrai dire, la malicieuse enfant en taisait tut propos, car elle estimait cette vérité trop banale bien qu’elle soit assez modeste et sache apprécier la beauté de la simplicité. Alors elle demeurait vague sur le sujet et entretenait le mystère truculent qui déchainait les passions en Ebenelle. L’excentrique jeune fille faisait preuve d’une maturité et d’une noblesse d’esprit aussi stupéfiante que ses humeurs parfois bonne enfant.

La donzelle à la robe de violette, fort bien mariée à ses prunelles d’une douceur fruitière, apparaissait ceci dit en décalage avec cette image que trop charmante. Elle n’avait rien d’une jolie fille ne cherchant qu’à s’attirer les faveurs de la gente masculine. Pas plus qu’elle n’enivrait les cœurs et laissait chavirer les âmes pour qu’ils s’abreuvent de fantasmes et ne vienne la courtiser. La sorcière ne désirait tant envoûter les esprits, elle espérait simplement plaire sans détour et intimer d’elle une image qu’on ne serait défaire. Le portrait immédiat d’une jeune fille adorable, délectable, admirable. Voilà qui justifiait son attrait, confiait-elle naguère à des grands coquins la trouvant trop alléchante. Mais elle dénigrait l’affaire et ne s’affichait plus en des tenues dont raffolait l’humanité. Salem avait d’étrange cette pudeur grandiose et risible, qui lui causait jadis grand embarras au détour de ces lieux. Elle préférait dont étouffer dans ses habits, qu’endosser une fois encore ce genre de fantaisie qui exposerait ses chairs en abondance.

La belle en voilait les courbes afin de n’être qu’admirée pour sa majesté et non dévorée pour sa sensualité. Et il lui arrivait bien souvent de s’interroger à propos de Clyde Fitzgerald. Comment diable faisait ce bellâtre, et illustre collègue qu’elle tenait en haute estime, pour apaiser si bien les ardeurs de ces détracteurs ? Elle n’osait lui souffler mot à ce propos et éludait toute éventualité pouvant l’amener à rougir, lorsqu’elle gagnait son domaine. Son arrivage était des plus frais et elle s’était d’abord posé près de l’arène, pensant alors qu’elle pouvait y saluer ce camarade. Hélas elle ne l’y trouva nullement. Sans doute s’accordait-il quelques instants de répit, s’était-elle dite.  Certes elle avait bon espoir de l’apercevoir une fois la nuit venue, mais elle ne pouvait s’empêcher de cogiter à propos des diverses activités que devaient suivre ce genre de personnage. Elle-même s’adonnait plus à des tournées de charités qu’autre chose, en plus de voyager et de profiter de sa grande passion. Peut-être un jour s’oserait-elle à le leur demander en personne.

Et tandis qu’elle portait la balade, d’un air à demi absent, la belle mauve manquait d’heurter un garnement qui s’élançait à vive allure, sans même faire attention à la demoiselle. Cette dernière n’allait créer accident et s’esquivait avec grâce et légèreté, si bien qu’elle surprenait le petiot qui l’effleurait presque. L’espace d’un fugace instant, il pouvait discerner avec exactitude sa trogne d’angélique qui lui souriait. Peut-être lui trouvait-il un air maternel. Toujours fut-il qu’il filait retrouver sa génitrice, en silence. La violacée pensait l’avoir effrayé par son apparition si soudaine dans son champ de vision, avec sa grande coiffe dont on disait qu’elle précédait le maléfice, dans les fables anciennes. La sorcière étai en guerre contre ces sottises, elle exécrait le mensonge et la propagande véhiculée par les médias véreux. Fort heureusement pour elle, seule la pègre s’aimait à endoctriner les masses. Aussi n’allait-elle ni blâmer la mère ni l’enfant. Là voilà qui se figeait quelques temps, face à l’onde paisible où flottait sa camarade. Elle lui dédiait un regard des plus tendres et aimant, la voir ainsi faire la dépouillait du malaise de l’attente.

.:-------------------------:.
You're under my spell, my friend ~ ♪ :
 
Revenir en haut Aller en bas
Clyde Fitzgerald


avatar
Messages : 92
Réputation : 0
Date d'inscription : 13/09/2015
Autres Comptes : Chikara Fujisaki - Kiryû Arikawa - Camilla Spencer - Calix & Clarys

Informations du personnage
Âge: 21 ans
Alignement: Neutre/Civil
Equipe Pokémon:

MessageSujet: Re: On voit la vie en rose ~ Dim 11 Déc - 10:27


La mer n'était point agitée en cette belle journée. Les vagues allaient et venaient sans mettre en danger les petits enfants qui pataugeaient au bord de cette eau limbide sous le regard bienveillant de leurs parents et des Pokémons. Oliville, contrairement à sa voisine, Rosalia, prospérait de jour en jour. La petite ville portuaire de Johto s'était même permise de recueillir quelques rescapés de la destruction inattendue de Rosalia. Le champion local avait ordonné la construction d'abris de fortunes pour les malheureux en attendant d'avoir mieux ou que leur bien aimée ville leur soit rendu.

Le champion d'Oliville était très apprécié, parfois même adoré par quelques individus de la gente féminine. L'homme était courtois, serviable, souriant… Et très peu de dresseurs l'avait vaincu à ce jour. Il suscitait l'admiration des habitants de la ville portuaire et l'homme n'avait visiblement pas trop prit la grosse tête car il se mêlait très souvent à la population.

Par exemple, chaque matin il sortait faire son jogging quotidien et en profitait pour aller saluer les commerçants qui se réveillaient bien souvent aux aurores pour préparer la future venue des clients.

Nous étions en début d'après-midi, les habitants reprenaient doucement leurs activités après un bon repas, parfois copieux pour les plus gourmands. Clyde sortait lui-même de son restaurant favori, en compagnie de ses Pokémons qui le suivaient, telle une meute de Grahyenna marchant sur les pas de l'Alpha. Le champion à la chevelure rose semblait serein, comme à son habitude, son visage était illuminé d'un ravissant sourire charmeur. Il portait un jean noir ainsi qu'une chemise rose. Sur le dessus de son crâne se trouvait un chapeau trilby assortit avec son pantalon. Les manches de sa chemises étaient retroussés jusqu'à ses coudes et des lunettes noirs protégeaient les yeux noisettes de l'homme de l'astre diurne qui réchauffait Oliville malgré la brise marine.

Mais alors qu'il marchait en sifflotant tranquillement son air préféré du moment, il fut témoin d'une scène pour le moins insolite (ou pas mais c'était juste pour ajouter un mot classe). Un garçon courait droit devant lui, sans prêté attention à son entourage, si bien qu'il ne vit pas la demoiselle au chapeau de sorcière qui avançait également d'un air rêveur. Clyde ouvrit la bouche, près à crier aux deux jeunes gens devant lui de faire attention, pour les réveiller tous deux de leurs torpeurs apparentes et les aider à éviter l'accident. Bien heureusement, la demoiselle, malgré son air absent, semblait avoir un peu plus de réflexe que ne pensait Clyde. En effet, elle eut le temps de s'esquiver légèrement sur le côté, permettant au garçon de continuer sa course jusqu'aux bras de sa mère.

Clyde retira ses lunettes qui lui gênait un peu la vu et pu voir plus en détail la jeune femme qui se trouvait non loin de lui. Quel ne fut pas sa stupéfaction lorsqu'il vit que cette femme… Ben… Il la connaissait déjà. Il s'approcha de la sorcière, le sourire aux lèvres, et s'exclama joyeusement :

- Hé bien, hé bien ! Quelle surprise, Salem ! Cela fait bien longtemps que je n'ai pas vu votre beau visage de poupée en porcelaine ! Que me vaut votre visite ?

Il s'inclina poliment devant la jeune femme comme il en avait l'habitude, imité par ses compagnons qui se tenaient derrière lui. Sauf Feurisson, qui, comme à son habitude, vint se cacher entre les jambes rassurantes de son dresseur.

.:-------------------------:.


Autres comptes :
Chikara Fujisaki/Kiryû Arikawa/Camilla Spencer/Calix & Clarys

Couleur paroles Clyde :
HotPink
Spoiler:
 

Birdé (par intermitence) par Lily
Revenir en haut Aller en bas
Salem Grant


avatar
Messages : 12
Réputation : 0
Date d'inscription : 21/05/2016
Age : 25

MessageSujet: Re: On voit la vie en rose ~ Jeu 15 Déc - 17:15


Plus elle contemplait l’innocence qui savourait la caresse des flots sereins, plus la jeune fille semblait admirative. Ravie plus que nul autre, la sorcière se délectait de sa vision d’idylle. Le phénomène l’enivrait tant, qu’elle songeait à s’y adonner quelques instants encore. Hélas un ignare l’arrachait à sa rêverie. Et il lui apparaissait que cette voix ne lui était nullement méconnaissable. Un timbre doux, enjoué, délectable. Elle y rivait en hâte un joyau d’améthyste, glissé par-dessus son épaule. Elle renvoyait alors un air de nonchalance, voire rêveur. Mais on la ramenait bien vite à la réalité. Un bellâtre fort charmant et que trop séduisant se tenait-là. Et tandis qu’elle faisait volte face, tout en douceur, une mâchoire noire plongeait dans l’ombre cette figure déconfite. Salem usait d’une telle manœuvre afin d’esquiver le regard qui l’ébranlait d’aventure. Puis elle balayait la surprise écarquillant ses prunelles, afin d’arborer les seuls traits délicats de son joli minois. Voilà que ce brave homme la saluait, d’une manière dont-elle raffolait du reste. Elle lui dédiait en retour une toute aussi touchante attention, une révérence aussi vieillotte qu’aguicheuse.

A vrai dire, la donzelle ne s’inclinait guère plus que lui, afin qu’il puisse admirer une douceur gravées aux lèvres, comme ne rien perdre d’une posture élégante. La belle affichait-là une certaine légèreté, sans doute ne désirait-elle trop en faire, de crainte d’enlaidir sa gestuelle par quelque exagération. Pudeur et retenue semblaient de mise. Cet égard douillet ne perdurait qu’un instant, elle retrouvait alors sa tenue de corps impeccable, comme l’enseignait le protocole mondain. Mais elle était loin d’être à l’image de ces nobles méprisables, dont la superbe se voulait factice. La jouvencelle ne faisait-là qu’entretenir de belles manières, voilà tout. Aussi lui dédiait-elle une figure adorable, où elle ne laissait rien paraitre de sa condition d’embarras face au bel homme. Elle osait du reste en dépeindre l’aimable portrait. Il n’était pour lui déplaire, s’avouait-elle en sourdine. Ce vénérable congénère et estimé collègue n’était-il pas l’incarnation du beau jeune homme, du prince des fables ? Le pauvre bougre pouvait bien se languir de sa réponse qu’elle s’égarait à l’admirer. Soudain, sans crie gare, la gargouille à l’air un brin ahuri reprenait vie.

« Qui sait, peut-être attendais-je votre venue, mon cher. A vrai dire, j’avais bon espoir de m’adonner à de fortuites retrouvailles. Vous tombez dont à point nommé, l’ami, merci. A ce propos, j’eus ouïe dire qu’une sublime créature pourrait bien hanter vos rivages, l’auriez-vous aperçu par hasard ? »

Ces dires déclamés avec une aisance édifiante, jetaient le voile sur l’objet réel de sa visite. Certes elle n’éludait en rien le caractère attrayant de l’affaire, en plus d’endure à son tour sa verve d’un arôme délectable, mais elle se voulait si malicieuse qu’une habile énigme s’imposait à sa belle bouche. Ce discours délivrait, elle saluait la meute du berger avant de glisser son regard en arrière, à l’égard de sa suivante minuscule qui avait grand peine à voguer au rivage. La violacée s’y déportait dont, afin d’enlacer cette trogne la dépouillant de sa gêne. Et peut-être ce brave homme saisirait-il cet air maternel, lui donnant plus d’éclat en ces airs de tendresse et d’allégresse. Elle retrouvait enfin le bellâtre, les traits épanouis. Là elle n’avait que faire qu’il se navre de ne pouvoir enjouer son délire, ni même qu’il en ressorte des plus intrigué ou confus. A vrai dire, la jeune Grant préférait bien plus qu’il s’adonne à ses copieuses ritournelles, qui avaient maintes fois séduit ces dames le dévorant des yeux. Elle n’osait guère plus qu’égaler son aura charmante. Voilà qu’une fée rondouillarde poussait de petits cris à son encontre, elle semblait assez l’apprécier.


Spoiler:
 

.:-------------------------:.
You're under my spell, my friend ~ ♪ :
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: On voit la vie en rose ~

Revenir en haut Aller en bas
 

On voit la vie en rose ~

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pokemon Legends : Rebirth - Forum rpg :: Le Pokémonde :: Johto :: Oliville-